Rewind 2010 - Vous avez dit "crise" ? Quelle crise ? Il n'y a pas de crise, il y a un simple changement de civilisation...

Villiers-Le-Mahieu - le 29 décembre 2010

L'année de grâce 2010 se termine.. Elle restera peut-être dans les Annales des Homo Sapiens comme une année charnière : la fin d'un monde et le début d'un autre... L'occasion donc de passer en revue les principaux faits liés à la chose numérique en particulier, et aux nouvelles technologies en général - car il n'y a pas que le numérique, loin de là..

Voilà ma rétrospective que je vous livre, pêle-mêle... Vous pouvez naturellement l'amender...

1/ La célèbre revue Time a élu la personne de l'année : Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook. Rien à dire. C'est certainement le choix qu'il fallait faire pour 2010..

Capture d’écran 2010-12-22 à 08.50.28Car, même en France, plusieurs millions d'internautes sont "facebookés" (et il n'y a pas que nos étudiants boutonneux). "Vox populi, vox dei" donc... Curieux quand même que les Français soient devenus accros de FB, et beaucoup moins de Twitter... Le Financial Times lui, a choisi un autre homme de l'année : Steve Jobs d'Apple... Mais ce dernier a l'habitude..

Pour 2011, je vois assez bien comme homme de l'année le fondateur de Twitter (Jack Dorsey)... Ou alors, notre trublion numérique national. J'ai nommé Xavier Niel qui vient de présenter sa nouvelle Freebox. Notre belle intelligsentia gauloise ne le porte probablement pas trop dans son coeur... Mais quand même, heureusement qu'il est là. Sinon on en serait encore au modem à 56 kilos. Merci de noter que je n'ai aucune action chez Iliad.. Et que Xavier a refusé de fibrer Villiers le Mahieu (pour l'instant).

2/ Ma femme de l'année est une peu spéciale : j'ai nommé "France 2.0". Rien à voir avec l'élection de Miss France ni avec la Madame de Fontenay 1.0.. Aprés une année 2009 "très handicapante" avec mon amputation de la jambe, je suis revenu "aux e-affaires" en début d'année 2010, notament avec les e-billautshows que je publie sur mon blog et ailleurs. Ce qui m'a permis de m'aérer les neurones, et donc d'éviter de ruminer dans la tête de sombres choses...  Je pensais que la chose était impossible dans notre pays, avec une élite un peu coincée, essayant de résoudre les problèmes avec de vieilles méthodes, etc... Mais il faut bien se rendre à l'évidence : la France plonge dans le 2.0 (explication du 2.0 ici pour ceux qui ne savent pas trop ce dont il s'agit)... J'ai interviewé en effet au cours de l'année environ 200 créateurs d'entreprises dans le domaine du numérique, entreprises créées par des jeunes (et des moins jeunes).. La France devient comme la Californie, toute proportion gardée naturellement. Nous aurons probablement aussi des Google like. D'ailleurs, il n'y a pas que chez nous que le mouvement 2.0 se répand. Dans le monde entier, le mouvement s'accélère... Comme si la main invisible, chère à Adam Smith, poussait le monde à se modifier, à changer.. Une analyse de ces 200 e-billautshows, montre que nos digital natives sont en train de "refaire" le système économique sur l'Internet... Rien ne les arrêtera... Même pas le fait que notre Etat veuille supprimer les JEI et autres trucs.. D'ailleurs certains créateurs d'entreprises ne veulent plus forcément quémander de l'argent (de nos impôts) à l'élite 1.0, avec le temps que cela prend... Ils trouvent eux-mêmes des sous auprés de business angels. C'est compliqué chez nous, mais ils avancent... Il me semble en fait qu'il y a 2 France : la 1.0, et la 2.0. 2 mondes qui pour l'instant, s'ignorent. Révolution ou évolution ? Je laisse le soin à notre intelligenstia le soin d'ergoter sur ce problème très épineux.. On n'entend d'ailleurs peu sur ces thèmes nos fabuleux philosophes...

3/ La plus belle idée de l'année ? Une "webschool" européenne...C'est ce que vient tout juste d'annoncer notre e-trublion national avec 2 autres de ses potes, tout aussi trublions que lui. Xavier Niel va en effet créer une webschool non seulement pour les Gaulois, mais pour toute les peuplades européennes (à ce que j'ai compris)... J'espère que notre belle équipe pensera à mettre sur pied une version on line, qui permettra à tout un chacun d'apprendre des choses pratiques et utiles... C'est bien beau de former les jeunes (qui d'ailleurs en connaissent déjà probablement un bout)... Ce qui serait aussi très bien c'est de former l'élite 1.0 et le commun des mortels qui ne connaissent que la télécommande de la télé et le téléphone... Former les banquiers et les assureurs, les notaires et autres professions judiciaires, les toubibs et autres personnels de santé, les adhérents du Medef et autres instistutions... Et nos élus qui manifestement pensent qu'ils n'ont nul besoin de formation - puisqu'ils sont élus : ils savent tout (c'est un peu comme les énarques)... D'ailleurs, on pourrait conseiller à Xavier de commencer à donner quelques cours à notre Président de la République, lui qui n'a même pas d'ordinateur sur son bureau présidentiel (mais il est vrai qu'il a un beau navion plein d'électronique)...

Cette webschool niellienne me permettra de ne plus embêter Monsieur le Maire de Villiers-le-Mahieu pour le pousser à en faire une dans notre beau village... (il faut une délibération du Conseil Municipal si nous voulons un financement du Conseil Général du 78). Xavier : en ce qui me concerne, je voudrais un cours de musique électronique et des travaux pratiques à distance.. Histoire, matos, logiciels... et tutti quanti... Pour pas trop cher, s'il te plaît... (et si t'es OK, il faudrait peut-être fibrer Villiers-le-Mahieu avant, car tout cela "bouffe" de la bande passante...).. L'école et le trés haut débit : même combat ! (et il y a 16 millions de ruraux en France...).

Une webschool avec la délivrance d'un beau diplôme ? Pourquoi pas ? (mais je suggère à nos trublions de ne surtout pas s'intégrer dans les structures institutionnelles existantes 1.0, genre la Conférence des Grandes Ecoles, car là, ils ne sont pas sortis de l'auberge)... En 1996, nous avions créer une telle école à l'Atelier de la Compagnie Bancaire. L'ami Francis Senceber a repris la formule en l'améliorant pour l'entreprise industrielle Lippi... Puis-je suggérer à notre belle équipée de prendre contact avec lui ?

4/ Le matos de l'année : l'iPad... Trés impressionnant ce qu'a encore réussi Steve Jobs. Aprés l'Apple II (déjà le 2.0...) il y a très longtemps, aprés l'iPod, l'iPhone, voilà maintenant l'iPad... Les mauvais coucheurs vous diront que c'est encore un truc fermé, où le client est "cadenassé", comme chez Canal+... Certes, certes... Mais néanmoins... Deux points : Steve a forcé les autres à s'y mettre : une nouvelle informatique avec de nouveaux usages se met en place... Et par ailleurs il change complétement la mécanique du marché de l'édition logiciels avec son "app store"... C'est là le point le plus important à mon sens.

5/ La voiture de l'année ? La Google Car. Carlos Ghosn au LeWeb10 n'en a pas parlé... Mais plus que l'électrique, la voiture robot va être quelque chose de trés important vers 2015-2020. Imaginons que Google (ou Apple ?) propose à la vente un add-on hardware + software pour que n'importe qu'elle voiture devienne un robot. Mon rêve. Il y aura à la fois des voitures conduites par des "biologiques" qui ont des réactions peu rapides, même en sang frais, et de voitures-robots sans chauffeur, robot qui vont plus vite pour prendre des décisions que le biologique (enfin, en principe)... Il faudrait naturellement que nos aimables élus se mettent au boulot dés maintenant pour faire une loi, plutôt que d'attendre d'être au pied du mur... et de commencer à râler quand les geeks rouleront sur le périph sans personne au volant...

 6/ Le couple infernale de l'année : Géraldine et Loïc Lemeur... Non seulement Loïc a fait une excellente prestation sur la scène à Leweb10 en décembre 2010 (il aurait pu poser la question à Carlos sur la voiture robot)... Mais ce qui m'a le plus emballé, c'est le streaming live du show des Lemeur (sur un accès à 1 giga !). Il fallait le faire. J'ai suivi de chez moi. Qualité irréprochable... (mais des problèmes sur le hashtag)... 2.500 personnes étaient présentes physiquement en payant un ticket important. Plusieurs milliers de personnes en suivi on line (180.000 dit-on la première journée), en ne payant rien. Cela ouvre une ère nouvelle... Les grands shows vont maintenant se mettre au streaming live.. (cela étant l'opération streaming a dû coûté chère - Loïc : combien ?)...

7/ La plateforme musicale de l'année : Spotify. Je l'utilise quasiment chaque jour... C'est très impressionnant. Je me balade dans cette immense base de données de morceaux de musique disponible en P2P (environ 8 millions de morceaux). Entre le Kingston Trio de mon jeune temps, Mozart, Johnny Halliday (pour Madame), les Christmas Carols, etc... Et je publie ma playlist en signature de mes mails ("oldies but goodies"). On se demande pourquoi les "majors 1.0" ne l'ont pas fait, plutôt que de continuer à travailler en silo, et à réclamer un Hadopi. Il fallu qu'un jeune Suédois mettent tous ces braves gens au pas (faut se méfier des Suédois et des Suédoises d'ailleurs : n'est-ce pas Julian Assange ?)... Ce qui montre en tout cas, que ceux qui travaillent en silo, ont du souci à se faire dans un proche avenir. Ils se feront coiffer un jour ou l'autre...

8/ Ma prothèse de l'année : le c-leg... Comme vous le savez probablement je suis un amputé fémoral : je n'ai plus ma jambe biologique droite. Je porte donc prothèse, et depuis un peu plus d'un mois je teste un genou électronique : le c-leg. Genou doté d'un microprocesseur réglable par une application Windows (le genou a un port usb et une carte bluetooh - mon petit-fils a voulu y loger ses mp3... Je lui ai dit que cela risquait de me faire tomber...). Pas simple à apprivoiser le bidule.. Mais je pense que je vais m'y faire. Le médecin de la Sécurité Sociale - un type trés bien - m'a proposé 12 séances d'une demi-journée chacune de kinésithérapie (j'ai un flexun)... Mais l'emboîture à ischion intégré n'est pas eucore au top des réglages. Ci-après une petite vidéo montrant le réglage du genou électronique en bluetooth...

Nouveau projet 6 from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Je m'intéresse naturellement beaucoup à ce "marché".. De fabuleuses évolutions vont arriver (prothèses bioniques connectées au cerveau, etc..). Otto Bock, le fabricant du c-leg, a ainsi présenté il y a 2 mois à Leipzig le "genium"... A savoir un c-leg "motorisé". Il paraît que c'est une merveille .. à 50.000 € (non remboursé par la Sécu, alors que le c-leg, qui coûte 15.000 €, l'est paraît-il). A suivre donc ce qui se passe dans ces domaines, ainsi que dans les secteurs connexes des nanotechnologies, de la biologie synthètique, de la généomique, et des robots de tout poil. Il me semble que dans les 10 ou 20 ans qui viennent, on va réparer tous les handicapés (il y en a 12 millions en France, du petit au lourd handicap)... Handicapés qui deviendront d'ailleurs les premiers Homo Sapiens "augmentés"...

La Révolution dont je parlais plus haut : c'est cela. Entr'autres choses...

9/ Mon village fibré de l'année : Thil... Bravo à l'équipe municipale de ce sympathique village de 700 habitants à 15 kms à l'est de Lyon, bravo au Syndicat d'électricité de l'Ain qui a installé le réseau et bravo à Wibox, premier opérateur rural FTTH qui l'opère. Le choix est vite fait vous me direz, pour établir le palmarés des villages fibrés. Et dommage pour Villiers-le-Mahieu.. On reste quand même un peu éberlué sur la façon dont l'intelligenstia gauloiso-parisienne prend le problème. Les ruraux sont numériquement considérés comme des parias... Notre Gouvernement réduit la voilures des services publics en ruralité. Bientôt il n'y aura plus de médecins locaux. On ferme des maternités, des hôpitaux... Mais on ne prévoit semble-t-il pas de solutions de rechange, alors que cela pourrait se faire en partie avec le TRES haut débit et les outils du Web 2.0.

Encore un point de Révolution...

10/ Le greentech de l'année : microfueler qui semble promis à un grand avenir. Enfin, si l'on en croit le Gouverneur de Californie. On va pouvoir fabriquer chez soi son propre éthanol avec nos... détritus organiques. Est-ce la suite du pétrole et de ses dérivés ? Aurons-nous chez nous un microfueler pour produire notre propre éthanol et notre propre électricité ? Au lieu de brûler nos poubelles sans autre forme de procès ?

Capture d’écran 2010-12-28 à 12.08.16

Je vois assez bien un microfueler de village à Villiers le Mahieu... Après le fibrage naturellement..

11/ Quelle est le plus petite souris qu'un éléphant a accouché cette année ? La télésanté à la française ! .. On attendait ce carnet de santé en ligne depuis plusieurs années.. En principe tout médecin pourra créer pour ses patients un dossier consultable en ligne par ses confréres (mon médecin de famille ne semble pas au courant, et j'ai l'impression qu'il n'y tient pas beaucoup, vu qu'il préfére travailler en silo)... Et le dit médecin  pourra réaliser des consultations à distance, consultations qui seront rémunérées naturellement .. les décrets d'application étant enfin parus..  La plateforme de e-santé, d'aprés ce que l'on m'avait dit, devait ouvrir ce début décembre... Mais je n'en ai pas entendu parler... Le but de l'affaire est de réduire les dépenses de notre Sécurité Sociale... Mais permettez-moi de douter... Je pense qu'à côté de ce projet genre "travaux d'Hercule" qui pourrait même s'apparenter au Plan Calcul et autres morceaux truculents dont nous coutumiers, des choses plus concrètes vont s'établir sur des platformes de type Google Health et Microsoft Vault Health... Tout cela en liaison avec l'arrivée de la "wireless medecine"... Les internautes malades ou bien portants pourront eux-mêmes décider de mettre leurs "data de santé" en réseau social.. Car le réseau social ouvre de nouvelles perspectives dans ces domaines, Oh, combien importants pour l'Humanité. Là, ce sont les internautes qui décident. Pas notre élite 1.0.

La Californie elle, a ouvert son Telehealth Network pour connecter les médecins aux patients.. notamment pour les ruraux (il y en a aussi en Californie). Mais il n'y a pas que la Californie... Une dizaine d'états américains mettent en place leur Telehealth Network.. Même l'Ontario au Canada...

Voilà encore un bel élément de Révolution..

12/ Le robot de l'année ? A mon avis, cela reste le fameux Asimo de Honda. Un fabricant de voitures qui se lancent dans la robotique humanoïde... Que voilà quelque chose de surprenant ! (Loïc aurait dû aussi demander à Calos Ghosn ce qu'il en pensait). Les Japonais ont réussi à copier de belle façon la bipédie de l'Homo Sapiens en l'espace d'une vingtaine d'année (pour Homo Sapiens, cela a pris quelques millions d'années pour en arriver là). Mais, Grand Dieu, pourquoi ces Japonais font-ils cela ? Pourquoi Honda pense qu'il vendra à terme davantage de robots que de voitures ? Simple... La population japonaise vieillit (la nôtre aussi). Les progrès médicaux sont tels qu'il y aura de plus en plus de 3ème âge et même de 4ème âge... Comment les aider au mieux ? Avec des robots de services, car d'ici une vingtaine d'années il n'y aura pas assez d'Homo Sapiens "valides" pour aider les papies et les mamies... On est encore loin de tout cela en France... Honda de plus, décline dés à présent la technologie Asimo dans 2 systèmes de "walking devices" pour aider, non seulement les papies/mamies, mais aussi tout ceux qui ont des problèmes de marche... Ces "walking devices" devraient être commercialisés en Europe en 2011 d'aprés ce que je sais...

Voilà encore un bel élément de Révolution.

13/ La meilleure plateforme génomique ? Celle de la startup 23andme, qui propose aux internautes ayant réaliser une photographie du séquencement de leur génome de la mettre en réseau social... La chose est intéressante... On pourra ainsi réaliser une cartographie de type Google Maps ou Geogle Earth, pour étudier les mouvements de population d'Homo Sapiens à travers les âges, de connaître les groupes à maladie cardio-vasculaires ou autres, etc... Le séquencement complet du génome d'un Homo Sapiens a déjà été réalisé par Craig Venter. Aujourd'hui, un séquencement complet coûte encore des centaines de milliers de $. Mais dans les années à venir, cela ne coûtera que quelques dizaines de $. Par ailleurs, en ce qui concerne la biologie synthétique en général, le Gouvernement Américain a repoussé l'idée d'un moratoire pour stopper les recherches, en attendant de savoir où l'on va. Ces technologies vont donc continuer de se déveloper à grand train. En tout cas aux USA. Et en ce qui concerne la synthèse de l'ADN, de nombreux jeunes, à l'instar de leurs parents avec la micro-informatique dans les temps anciens, de nombreux jeunes donc s'essayent aujourd'hui dans leur garage à créer des "bio-bricks". En tout cas, dans notre beau pays, personne n'a l'air d'être intéressé par ces problèmes... Il est vrai que l'on n'en parle pas dans nos médias 1.0... Et que nos aimables philosophes préférent ressasser des trucs alambiqués...

Encore un point de Révolution.

14/ Le site de l'année sur les nanotechnologies ? Je me suis creusé la tête pour savoir si dans ce domaine il y avait quelque chose sortant de l'ordinaire... En fait, il y a tellement de choses qui sortent de l'ordinaire, que je préfére vous donnez l'url d'un des sites Web qui tente de recenser toutes les avancées... https://www.nanotechproject.org/inventories/. Trés, trés impressionnant... A partir du moment où l'on peut fabriquer des choses à partir des atomes, les processus industriels que nous avons mis au point dans les siècles précédents ont eux aussi du souci à se faire ... Vous avez ici une brochure qui fait le point sur le plus grand show consacré aux nanotechnologies (Tokyo 2010).

Un trés bel élément de la Révolution... Encore qu'avec cela, on ne sait pas bien trop où l'on va...

Mais l'Humanité l'a-t-elle jamais déjà su ?

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur cette année 2010... Par exemple sur les business models du numérique (le freemium semble se développer), sur le 3D printing qui va vous permettre de fabriquer des tas de choses dans votre salon (HP va sortir en 2011 son imprimante 3D), sur l'édition électronique, le 3D et les "virtual tradeshows", sur "le Saint Simon" de l'économie numérique - à savoir Wikileaks. Louis de Rouvroy, duc de Saint Simon avait en effet la mémoire en "trou de serrure" et racontait à qui veut, ce que les Grands du Royaume de France voulaient cacher... Comme Wikileaks aujourd'hui.. Curieux que l'élite veuille toujours cacher quelque chose.. Comme quoi, l'idée de transparence n'est pas nouvelle dans les Sociétés Humaines...

Enfin pour terminer, je pense que la crise comme l'on dit, va durer encore pendant des années... Car ce n'est pas une crise traditionnelle que nous vivons, crise que nos aimables banquiers ont contribué à accentuer... Mais un changement de civilisation... Le numérique certes va y jouer un grand rôle, mais surtout la biologie synthétique et la génomique, les robots humanoïdes et autres prothèses bioniques, le greentech, les nanotechnologies, etc... Vous mélangez tout cela, vous laisser bouillir quelques années et l'Humanité basculera dans un autre monde...

Elle va se bricoler elle-même en lieu et place de Dame Nature et/ou de Dieu le Père. J'appelle cela une Révolution.

Les robots humanoïdes vont envahir nos usines, nos rues, nos magasins, nos restaurants... Et vont prendre le boulot des Homo Sapiens peu qualifiés... J'appelle cela une Révolution.. Marshall Brain en parle mieux que moi...

Aprés la Révolution Agricole il y 10.000 ans, aprés la Révolution Industrielle il y a mois de 300 ans, l'Humanité va aborder d'autres rivages... Mais l'accostage ne va pas se faire facilement. Et il est à craindre que...

En attendant, laissez-moi vous souhaitez une trés bonne année 2011 pour vous et votre famille. Et surtout une très bonne santé, et une fibre à la fin de l'année... Et attendez donc, avant de tomber malade, que la e-santé de prévention, se mette en place en France..

PS. Reynald Werquin m'a envoyé cette url d'une vidéo sur Youtube. Celle-ci a été réalisée dans Angers 3D. Vous y verrez "mon" atelier que je vais peut-être utiliser en 2011 (je vous y inviterai), un opéra, un virtual tradeshow, une visite d'Angers, etc.. Merci à lui que l'on voit sur l'écran dans le "virtual atelier" (voir son e-billaurtshow ici).

Capture d’écran 2010-12-29 à 07.25.47


Apple remplacera-t-il Visa et autres Mastercard ? Une banque Apple ?

La célèbre revue américaine Wired relate le fait qu'Apple aurait déposé un certain nombre de brevets qui laisseraient supposer que bientôt, votre iPhone deviendra votre "porte-monnaie" sans fil... Voir ici aussi ... et encore ici (Apple a débauché pour ce faire Benjamin Vigier, un ancien de Bouygues Telecom, grand spécialiste du NFC).

Capture d’écran 2010-08-22 à 12.00.16

Je ne sais pas si Apple deviendra une banque, mais je pense que c'est dans l'ordre des choses à venir. Peut-être pas une banque de suite, mais en tout cas un Visa-like pour commencer. Apple ne doit pas être le seul à y penser, les autres grands de la technologie et de l'Internet ont probablement aussi cela dans leurs cartons : Google, Facebook, Amazon, eBay, etc...

Quel est en effet le secteur des services qui rapportent à ses détenteurs beaucoup d'argent ? Certes la banque en tant que telle (la preuves, ses dirigeants se sucrent), mais aussi ceux qui gèrent les transactions. Il y a de part le Monde, des centaines de millions de transactions qui s'effectuent chaque jour que Dieu fait. Transactions effectuées par carte. Et les Visa et autres Mastercard prennent quelques pouillèmes sur chacune. Qui plus est en %, et non pas un flat fee. Je ne connais pas le % moyen ponctionné sur les transactions. Je ne sais pas d'ailleurs si quelqu'un le connaît. Je dirais 1.0 % (?) au doigt mouillé. Entre les 3 ou 4 % prélevés sur les petits commerces, et les 0,6 à 0,8% ponctionné sur les grands distributeurs. L'un dans l'autre cela devrait tourner autour de 1%. Sur une transaction de 100 € donc, 1 € est payé par le vendeur au système de gestion...

Capture d’écran 2010-08-22 à 12.28.34

Aujourd'hui Apple et les autres réalisent globalement des centaines de milliers de transactions jours sur leurs différentes plateformes propriétaires. Apple, sur son iTunes, aurait 150 millions de clients - qui ont tous donnés leur n° de carte bancaire. Des millions de € et $ y transitent par jour... Steve Jobs et les autres laissent donc quelques millions par an aux intermédiaires transactionnels (et naturellement aux banques en dernier ressort qui ont émis les dites cartes).

Apple vend des tas de choses aujourd'hui avec iTunes. Des biens dits culturels pour l'essentiel, qui sont dématérialisés ... Supposez maintenant qu'Apple vous dise : "Faites-nous donc un virement électronique (d'un petit montant) de votre compte en banque sur votre compte iTunes. Avec cela vous pourrez régler non seulement ce que vous achetez chez nous en "virtuel", mais aussi des billets de spectacles, de transports, etc... Grâce à votre iwallet sur votre iPhone, vous pourrez acheter des tas de trucs de la vie "réelle" courante... Vous allez me dire que les marchands traditionnels à qui vous achetez ces trucs ne vont pas s'équiper de nouveaux terminaux de paiements ? Vous avez raison... Mais comme leurs collaborateurs ont déjà un iPhone ou un terminal mobile de type Android... Les prix de ces mobiles est déjà bien amorti par ceux qui l'ont acheter au départ pour un besoin précis : téléphoner (et envoyer des SMS). Il suffira donc d'un petit adaptateur pour rendre les iPhones et autres, terminal de paiement. Et encore ce n'est pas sûr qu'un adaptateur soit nécessaire... Vous achetez quelque chose et à quelqu'un qui vend le quelque chose ? Si les deux parties ont un iwallet sur iPhone... Le transfert d'argent se fera en direct en NFC (near field communication)...

De plus, Apple (et les autres) vous diront certainement "Si vous mettez quelque argent chez nous - vous consommateur -, nous rémunérons votre encours à taux faible certes, mais taux quand même"... (encours : la somme qui est disponible sur votre compte Apple au jour par jour)... Et avec ce float Apple financera ses propres activités au lieu de quémander des lignes de trésoreries aux banques traditionnelles (je ne sais pas si Apple dispose de lignes de trésoreries ou de prêts bancaires, vu le cash flow dont il dispose)... Il pourrait même aussi financer des startups qui entrent dans son écosystème.

Et petit à petit, vous, simple consommateur, vous ferez confiance à Apple (ou aux autres). Et un jour Apple vous dira : "Transférez donc votre salaire chez nous"...

Elucubrations de ma part ? Vous allez encore dire que j'ai fumé un bédo à base de moquette ? Pas si sûr...

1/ Apple et les autres ne sont pas fous. Ils se rendent bien compte qu'aujourd'hui ils pourraient le faire... D'autant plus que la compétition entre eux fait rage. Entre Google et Facebook par exemple. Entre Apple et Google (iPhone/Androïd). Dans cette bagarre, il faut apporter de plus en plus de services aux utilisateurs pour les garder... Et un service de paiement pas cher pour les vendeurs, moins cher que dans le monde 1.0, est de nature à agréger une foule de vendeurs. Le pas cher ne suffira certainement pas. Il faudra des choses en plus. On peut faire confiance à Steve Jobs pour trouver ces + ... Même son de cloche probablement chez Jeff Bezos d'Amazon et les autres... Personnellement, je donne une avance à ceux qui ont un terminal (iPhone, autres fabricants sous Android). Terminal qui sera le même de chaque côté de la transaction dans le monde réel (celui qui achète et celui qui vend)... Terminal amorti sur des millions et des millions d'exemplaires. Alors que des terminaux de transactions traditionnels ne sont achetés que par les points de vente physiques... Il y en a beaucoup moins, que de consommateurs/vendeurs équipés d'iPhone et consorts...

2/ Pourquoi un fee fixe et pas un % ? Parce qu'une transaction gérée entièrement sur l'Internet le permet, car elle n'est plus dénouée par de multiples "silos", eux-mêmes fonctionnant avec d'autres technologies propriétaires qui coûtent de l'argent (les " silos" collecteurs, le "silo" Visa, le "silo"banques, etc...). Cette lourde gestion vise à débiter le compte bancaire du consommateur à la banque B, par crédit du compte du vendeur à la banque X... Si Apple gére les 2 comptes, le problème devient beaucoup plus simple. Je pense, toujours au doigt mouillé, que ce flat fee pourrait être de 0,3 à 0,5 cent par transaction. Et qui plus est, il pourrait être partagé à la fois par le vendeur, et par l'acheteur.. Pour une transaction de 100, on passerait à 0,2 à 0,3 pour le commerçant. Même somme pour l'acheteur... (j'ai acheté l'autre jour un film sur iTunes pour 13 euros - Shutter Island -: pas terrible, terrible - Si j'avais dû le payer 13,2 €.. )

3/ Comment les banques 1.0 vont-elles réagir ? Et surtout quid de la sécurité qu'apporte en principe la carte à mémoire traditionnelle ? Si le problème de sécurité est résolu - et je pense qu'il le sera (mais comme tout système de ce type, la chose est relative), je ne vois pas trop ce que les dites banques pourront faire.. "Les papies et mamies analogiques" vont partir un de ces jours chez Dieu le Père. Il ne restera sur cette Terre que les "digital natives" qui seront nés avec l'Internet et les terminaux mobiles. Ces braves e-gens, qui ne seront jamais allés dans une agence de banque 1.0, feront certainement confiance à Apple et autres, puisqu'ils auront utilisés leurs services de base sans anicroche...  Les quelques collaborateurs de banques 1.0 d'aujourd'hui que je connais, vous diront que cela n'est pas possible. Occupés de plus qu'ils sont, par se racheter entre eux, un peu comme les dinosaures il y a 65 millions d'années qui se chipotaient, et qui n'ont pas vu arriver le météorite qui est tombé à Chixulub... Il restera à nos banquiers traditionnels, dont les couloirs sont hantés chez nous par d'aimables énarques, d'inciter les Sarkozy futurs de mettre en place un Hadopi bancaire. Comme les majors aujourd'hui..

4/ Que font faire les Etats ? Les Banques centrales ? Je ne vois pas trop, pris à revers qu'ils seraient par leur propres citoyens... D'ailleurs on peut faire une analogie avec le Mintel. Notre élite à mis au point ce terminal gratuit avec le système kiosque. L'internet est arrivé, le peuple français - avec le décalage habituel à l'allumage - a choisi l'Internet. Il a donc désavoué son élite...

5/ Et Paypal ? Paypal a réussi contre toute attente à apporter un service que l'on peut qualifier d'interstitiel entre les consommateurs/vendeurs et les Visa et autres... Car il s'appuie sur le "système silo". Donc problèmes pour lui ? Sauf si Paypal, qui appartient toujours à eBay, s'y met... Mais sans terminal de type iPhone, cela va lui être difficile ?... A moins de passer sous les fourches caudines de Steve Jobs ? Ou de Google ?

6/ Et les opérateurs de télécommunications ? Je ne les vois pas du tout dans ce marché de la transaction 2.0. D'autant plus qu'ils se chipotent déjà avec les banquiers. On a vu cela, pour les anciens d'entre nous, avec le célèbre kiosque du Minitel : c'est France Télécom qui récupérait sur la facture téléphonique le coût des services consommés sur le kiosque, et qui en reversait une partie aux fournisseurs des dits services... Donc un travail d'intermédiation financière.. qui n'a pas plus à l'époque aux banques 1.0.

J'ai toujours pensé que l'Internet était loin d'être neutre. Les choses sérieuses me semble-t-il vont commencer... Car là on touche à l'argent...

Votre avis ?


Remarquable article...

Publié par Ivan Gonçalves sur Agoravox "La nanotechnologie sauvera-t-elle la Planète ?"...
Vraiment trés bien... Bien documenté, et synthétique... tout ce qu'il faut savoir sur ce théme O combien important pour l'avenir des Homo Sapiens (les comments sont aussi à lire...)...
Et où l'on se rend compte que Google, là encore, est à la pointe... Espérons que nous n'allons pas trop traîner, nous les Gaulois et autres Européens à suivre cette voie... Sinon on va encore aller râler chez notre Président de la République comme en l'a déjà fait avec Google Print, et Google Earth...
Si Ivan peut prendre contact avec moi...


Les Echos en e-paper...

Les Echos vont soDsc05371rtir en début d'année prochaine une version e-paper de leur journal...

En avant première une photo de la chose... A noter que le e-reader a été fabriqué spécialement par la société française Ganaxa. J'ai eu main le e-reader des Echos... Trés bien.

Sony, lui, a mis en vente quelques dizaines de milliers de son e-reader aux USA. Ils sont partis en quelques heures...

Amazon va lui aussi sortir son reader (on parle d'un prix à moins de 100 $). Vous pourrez ainsi télécharger des bouquins anglais numérisés par le distributeur en ligne... (en attendant les bouquins en français ?)
Y aura-t-il interopérabilité entre les readers ? Pas sûr... Comme d'hab, chacun va essayer d'imposer son truc...

Reste à savoir ce qu'on faire les Google et autres Apple dans ce domaine... probablement promis à trés grand avenir, non seulement dans la lecture (livres, journaux, revues), mais aussi dans l'affichage indoor (les pubs dans le métro par exemple) et outdoor (type Decaux)...

Pour avoir une vue compléte de ce marché émergeant voir ici


Le Network Computer...

Vous vous souvenez ?
On en a beaucoup parlé à la fin des années 1990... Oracle, Sun, tous ces braves gens avaient des projets dans ce domaine.Linutop_deskl.. Et puis rien... Internet était encore trop jeune probablement ..

Et il n'y avait pas le Web 2.0 qui permet d'utiliser on line des applications, qui à l'époque, nécessitaient des logiciels "lourds", donc des PC trés équipés...
Ce n'est plus le cas aujourd'hui, encore que ces logiciels en mode ASP sont encore dans l'enfance.
Mais le concept de NC revient...

Une petite soiciété française en sort un. Je l'ai vu hier.. pas mal. Petite boîte (boîte grise sur la photo jointe), pas de disque dur, une faible consommation électrique, une prise RJ45 (Ethernet), 4 ports USB (pour clavier, souris, disque dur externe), un jack pour le son... Le tout sous Linux avec Firefox comme "killer'app".... That's all... Prix petit comme la boîte...

Sans nul doute, un truc qui plaiera à Madame Billaut... qui se perd un peu dans les gros PC 1.0...

Présentation dans un prochain billautshow... (je parle de la boîte, pas de Madame Billaut)...


Le e-paper arrive !

Vous trouverez à cette adresse ici, une présentation des différents "readers" en e-paper (merci à Modesto Alexandre pour cette info). Avec un exemple d'affiche type "Decaux" en e-paper... (probablement fabiqué par Toppan, une société japonaise).
On comprend pourquoi Google s'intéresse tant au Wifi.. Imaginez en effet des affiches publicitaires en e-paper... On pourrait ainsi les mettre à jour par connexion Wifi... De plus on pourrait peut-être interagir avec le "e-paper affiche" quand on passe devant ? Enorme marché que celui du re-ingeneering du marché publicitaire type "Decaux"... Y'a des gens qui pensent loin quand même..
Et n'oubliez pas la journée du 17 mars de Tebaldo qui sera consacré aux marchés émergeants de ce e-paper qui commence à se fabriquer en Asie...

 


Le livre à 1 Euro ?

Le secteur de l'édition musicale est en pleine mutation, en plein chamboulement. De même celui du film et de la vidéo. L'internet (et Steve Jobs avec iTune/iPod) a fait passé le prix de la musique à 1 €... quand on veut l'acheter...
Je pense que dans le mois à venir, cela va être le tour de l'édition de livres/journaux, etc... De la chose imprimée en général.
Ce qui ne sera pas du goût de tout le monde, car tout un secteur va devoir revoir son business model...
Pourquoi cela ? A cause de Google, Amazon, Microsoft et autres qui numérisent à tour de bras le stock de livres déjà édités ? Pas seulement... Un autre élément arrive : le livre électronique. Cela fait longtemps que l'on en parle... Et ce n'est pas parce que cela n'a pas pas marché jusqu'à présent, que cela ne va pas marcher dans le futur...
Livre électronique : késako ? Un petit matériel, équipé d'un écran en e-ink (encre électronique) qui permettra de lire un livre avec la "même expérience consommateur" que celle du papier, et avec des caractéristiques en plus... (plusieurs dizaines de bouquins stockables, possibilité de changer la typo, d'annoter, et un prix qui je pense tournera autour de 1 € en téléchargement comme la musique, etc...)
Sony, par exemple, présentait son Sony Reader au CES de Las Vegas début janvier... Vous en trouverez une excellente présentation ici...
La chose sera sur le marché ce printemps.
Alors, comme d'habitude, les Français prendront-ils encore le temps de la réflexion avant de se lancer ?  J'ai fait ma petite enquête... Peu d'éditeurs sont informés de ce qui va leur tomber sur la tête... Et il faudra encore un Jeanneney pour aller se plaindre auprès du Président de la République, quand d'autres proposeront nos livres en format e-ink.
Ne serait-il pas utile que les différents éditeurs se mettent ensemble pour réaliser une plateforme de création et de diffusion unique de livre électronique ? Et que cela se fasse rapidement sans attendre qu'un Google nous mette devant le fait accompli ?
Cela étant, les Echos qui sont eux généralement en avance, présenteront le 17 mars au Congrés Tebaldo un projet de e-journal en e-paper...


Z'avez du Wifi chez vous ? Allez-vous être déclaré opérateur de télécoms ?

Le marché du Wifi encore émergeant sera-t-il stoppé net ?

Le 15 décembre prochain, Eric Montagne, du SmartWiFiClub organise une table ronde sur le projet de Loi Contre le Terrorisme qui sera débattu le même jour et le lendemain au Sénat.

Il est important que tous les acteurs - petits ou grands - du Wi-Fi en accès public fassent entendre leur voix auprès des sénateurs pour éviter que cette loi ne soit adoptée sans qu’il y ait eu de débat démocratique avec les principaux intéressés et sans que les sénateurs ne soient informés des conséquences concrète de son application.


Car cette disposition Internet est quasiment passée sous silence. Les médias ont surtout commenté les volets relatifs à la vidéosurveillance ou aux contrôles renforcés dans les trains mais rien – ou si peu – n’a été dit sur cette disposition qui attribue de fait le statut d’opérateur à de nouvelles et nombreuses entités qui n’étaient jusque là pas concernées par le dispositif légal.

De quoi s’agit-il ? Le projet de loi contre le terrorisme qui a été adopté en procédure d’urgence par les députés, le 29 octobre dernier, comporte deux chapitres obligeant désormais toute personne qui propose un accès Internet à conserver et à communiquer aux services de police les données de connexion.

Le texte du projet est explicite : l’article 6 assimile à des opérateurs de communications en ligne, les personnes physiques ou morales dont l’activité professionnelle directe ou indirecte est d’offrir une connexion Internet à destination du public par l’intermédiaire d’un accès au réseau, à titre gratuit ou payant, que cette activité soit menée à titre accessoire ou principal.

En somme, toutes ces « personnes » vont maintenant devoir identifier chaque utilisateur de leur réseau, enregistrer leurs données de connexion (les logs, c'est-à-dire les adresses IP des sites visités et les adresses e-mails des correspondants, ainsi que les dates et durées des communications, mais pas le contenu des visites et des courriers), conserver ces données au moins trois ans (on comprend les « réticences » de la CNIL eu égard à sa mission de préservation de la vie privée et des libertés individuelles !) et pouvoir les communiquer à tout moment sans réquisition ni contrôle du juge aux services de police et de gendarmerie spécialisés dans la prévention du terrorisme.

En clair sont concernés, non seulement les cybercafés voire les opérateurs virtuels qui se lancent dans la VoIP, mais aussi tous ceux qui proposent du Wi-Fi public : les hotspots (gares, hôtels, cafés, restaurants, aéroports…), ainsi que les collectivités territoriales et les mairies (un mauvais cadeau de noël pour l’aménagement numérique du territoire !), les universités, les bibliothèques… voire les entreprises privées qui permettent, par exemple, à leurs visiteurs d’accéder à Internet via une liaison sans fil (un arrêt de la Cour d’appel cette année n’a-t-il pas récemment assimilé la BNP à un FAI dans un litige).

Nul n’est censé ignorer la loi. Et dans l’état actuel de la technologie et des modèles économiques qui font la part belle au prépayé et au gratuit, l’application sensu stricto de ce projet de loi peut mettre à mal tous les marchés encore naissant de l’accès Internet sans fil. En Italie, où une loi similaire a été votée, le développement du Wi-Fi a été stoppé net, avant que les autorités ne décident de faire marche arrière, trois mois plus tard.

Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, il n’est pas possible d’identifier à coup sûr un utilisateur qui se connecte sur un accès Wi-Fi. C’est compréhensible pour le Wi-Fi en accès gratuit mais il en va de même pour le Wi-Fi payant. Même les opérateurs mobiles, pourtant techniquement armés dans ce domaine et habitués à répondre à des requêtes judiciaires sur le cellulaire, ne peuvent identifier qu’à peine une connexion sur deux sur leur réseau de hotspots.

La raison à cela ? Plus de la moitié des utilisateurs payent leur accès Wi-Fi avec une carte prépayée, un paiement par carte bancaire ou un paiement en ligne. Pour pouvoir identifier cet utilisateur, il faudrait que le marchand (ou le gestionnaire de hotspot) qui lui vend cette carte, lui demande son identité et puisse « tracer » ses connexions. Et pour autant que le gestionnaire et le client acceptent cette contrainte, il faudrait le faire à chaque transaction, contrairement aux cartes prépayées téléphoniques pour lesquelles une seule vérification d'identité à l'achat du terminal est suffisante.

Certes les nécessités de la lutte contre le terrorisme justifient la mise en œuvre de nouvelles dispositions mais le volet Internet du projet de loi impose des obligations dont on peut craindre qu’elles soient disproportionnées, techniquement irréalistes, économiquement inapplicables et, surtout, sans effet compte tenu de l’objectif poursuivi. Car sur Internet, et a fortiori via un accès Wi-Fi, les terroristes disposent d’un arsenal de parades pour utiliser le réseau en tout anonymat (par exemple, en trafiquant la MAC ADRESS de la carte Wi-Fi et en se connectant via n’importe quel Wi-Fi libre non sécurisé). En somme, ces obligations risquent surtout de pénaliser le plus grand nombre – fournisseurs d’accès, opérateurs et clients - et de rester sans effet sur la cible visée.

En outre, le projet de loi comporte bien des zones d’ombre. Quelles sont réellement les « personnes morales ou privées » concernées par ces obligations ? Comment obtenir, exploiter et rapprocher ces données ? Comment informer le public de la mise en place de ces dispositifs ? Quel dédommagement (le projet évoque une compensation financière) sera versé à ces « opérateurs » qui devront investir dans des outils de tracking (serveur proxy, disque dur, sauvegardes…) et de maintenance pour conserver une masse gigantesque de données ? Une telle masse d’information pourra-t-elle exploitée par les services concernés dans le cadre de leur mission de prévention terroriste ?

A l’extrême, quelle est la responsabilité du cafetier du coin ou d’un usager résidentiel du Wi-Fi dont la connexion peut être utilisée en libre accès par un voisin ou par un passant situé dans la zone de couverture. Faudra-t-il demain fermer la moitié des points d’accès Wi-Fi publics en France et tirer un trait sur ce marché ? Le développement du Wi-Fi comme technologie d’accès alternative dans les collectivités privées d’ADSL est-il menacé ?

Ces questions spécifiques méritent un débat lui aussi spécifique. C’est pourquoi nous lançons ce débat le 15 décembre au SmartWiFiClub.

Cette table ronde que j’animerai réunira les intervenants suivants :

- Mr Joël Gaget, Délégué général de la Wireless-Link, pour exposer la problématique des opérateurs et les différentes solutions technologiques en cours ou en développement pour l’identification des utilisateurs sur les hotspots
- Mr Philippe Le Grand, Directeur du Syndicat Mixte Manche Numérique, Conseil Général de la Manche, pour exprimer le point de vue d’une collectivité territoriale
- Mr Albin Périgault, fondateur et gérant de XS Arena, la chaîne de cybercafés leader à Paris, pour témoigner de
- Mr Etienne Wery, avocat spécialisé au barreau de Paris et de Bruxelles pour nous parler de la situation dans les autres pays européens et de l’arsenal législatif européen

Nous avons également invité Mr Jean-Patrick Courtois, sénateur-maire de Mâcon et rapporteur du projet de loi pour le Sénat qui n’a pas rejeté notre invitation mais ne nous a pas encore officiellement confirmé sa venue. A défaut, nous pourrions recevoir un de ses collaborateurs, étant entendu que la discussion du projet de loi au Sénat aura commencé le jour même et se poursuivra le lendemain, vendredi 16 décembre 2005. Nous nous inscrivons donc en plein débat parlementaire.


15/12/05 - 19:00 heures - Hotel Raphael Avenue Kleber Paris. Si vous désirez y participer : mail d'Eric ici