Vous avez dit e-administration pour la France  ?

Les années 2020 vont être chahutées ! Etes-vous préparés ?

 

L’Humanité prépare sa troisième grande Révolution.

La 3ème de notre Histoire !

 

Pourquoi ? Comment ?

Il est toujours utile d’avoir une vue d’ensemble : petit récapitulatif historique.

Notre espèce, à savoir nous les Homo Sapiens, a émergé selon les scientifiques, il y a environ 200.000 ans en Afrique de l’Est. Cela à la suite d’un cataclysme géologique et d’un changement climatique majeur (déjà à cette époque !). Ce qui aurait complètement modifié sur plusieurs millénaires, la structure génétique de certains hominidés existants à l’époque. Il y en avait en effet déjà quelques-uns sur le même territoire.

Il y a 70.000 ans environ, toujours selon les scientifiques, nos ancêtres ont été pris de bougeotte et ont quitté le berceau originel, à savoir le Serengeti, et la vallée de l’Olduwaï en Tanzanie. Alors que nous n’étions pas plus de 10.000. Certains sont certes restés. Mais d’autres sont partis, qui vers le Nord, qui vers le Sud. Et d’autres encore, se sont « évadés » vers l’Est, par le passage du Moyen Orient.

C’est de cette façon que nous nous sommes répandus sur Terre, selon un « business model », comme on dit aujourd’hui, basé sur la chasse et la cueillette. Pour en « extraire » les protéines nécessaires à la vie. Des clans d’une trentaine de spécimens exploitaient une zone de 30 km2 environ. Quand il n’y avait plus grand chose à se mettre sous la dent, le groupe allait plus loin, et recommençait sa quête. C’est ainsi que nous nous sommes répandus partout sur les terres émergées. En Europe où l’on est arrivé il y a 30.000 ans environ. En Australie d’un côté. Et de l’autre, à la Terre de Feu, en passant par le Détroit de Behring, en dévalant les 2 continents américains, où nos ancêtres ont fait quelques stops, le temps de créer des civilisations locales.

Voilà pour le début de notre épopée, au cours de laquelle nous nous sommes perdus de vue, alors que nous étions issus du même « berceau ».

Depuis, nous avons fait 2 très grandes Révolutions : la Révolution agricole et l’élevage il y a 10.000 ans. Laquelle a démarré dans le Croissant Fertile, à savoir l’Iran aujourd’hui. Puis, la Révolution Industrielle il y a 300 ans, qui elle, s’est amorcée en Angleterre.

Pourquoi ces Révolutions ?

C’est à cause des technologies que certains, toujours en petit nombre, ont inventé à ces différentes époques. Car, sans nouvelles technologies, par rapport à celles qui préexistaient, pas de Révolutions. Statu quo.

La première a vu la sélection et la domestication des plantes et la mise en œuvre de leurs cultures. Ainsi que la domestication des animaux.

Les premières technologies d’irrigation ont été inventées pour réguler le cours du Tigre et de l’Euphrate. Et divers outils pour travailler la terre, et utiliser la force animale, ont mis été mis au point.

Changement complet donc par rapport au nomadisme de la cueillette et de de la chasse. On est passé de systèmes claniques nomades, à des structures politiques d’empires, et de villes états plus ou moins structurés, implantés localement. Lesquelles ont émergé sur les rives de ces fleuves (Babylone, Assur, Ninive). On notera qu’à cette occasion, s’est forgé la notion de travail, car avant on ne travaillait pas. Travail et surtout développement de l’esclavage. Qui a été si l’on peut dire « l’énergie » nécessaire pour amorcer le développement de cette Révolution. Car pour faire une Révolution, il faut beaucoup d’énergie.

Empires, villes-états, et civilisations correspondantes, c’est à noter, ont tous disparus dans les limbes de notre Histoire avant l’arrivée du Christ.

La deuxième révolution est née de la machine à vapeur, du chemin de fer, du moteur à explosion, etc. D’un ensemble donc de nouvelles technologies, qui ont convergé l’une vers l’autres avec le temps.

Et cela a entraîné un changement complet de civilisation. D’une civilisation agricole à une civilisation industrielle. La notion de travail est devenue la règle, et à l’énergie « esclave », on a substitué les énergies fossiles.

Mais créer de nouvelles technologies ne suffit pas, loin de là ! Il faut que le reste des populations de l’époque et surtout les suivantes y adhérent. Pourquoi y ont-ils adhérés ? Simple : PARCE QU’ILS AVAIENT INTERET !

Nouvelles technologies + intérêt = nouvelle civilisation !

Dans le premier cas, nos ancêtres avaient leurs protéines disponibles à domicile : plus besoin de se déplacer. Déclin donc du nomadisme sur les siècles suivants.

Dans le deuxième cas, il n’est plus question de protéines puisque le problème a été résolu. Mais de la création et de la « mise en marché » d’une foultitude de produits et de services nouveaux, que la loi des rendements décroissants, fondée sur ces nouvelles technologies, ont permis de fabriquer. Avec la naissance de la bourgeoisie et du capitalisme qui en a découlée et qui en été le terreau.

Les peuples y ont aussi adhéré, vu qu’ils pouvaient améliorer sensiblement leur vie de tous les jours, en s’achetant divers produits et services, à des prix « grands publics ». Le travail s’est installé à grande échelle. En contrepartie, les travailleurs recevaient un salaire, avec lequel ils pouvaient acheter biens et services. Un cercle « « presque vertueux » en quelque sorte.

Cela ne s’est naturellement pas passé en un jour. L’agriculture par exemple, née dans le Croissant Fertile, a mis environ 3 mille ans pour s’implanter en Europe de l’Ouest. Cela a été plus vite pour la Révolution Industrielle. Disons une centaine d’année pour gagner toute l’Europe. Et beaucoup plus pour les Amériques. Et encore plus pour l’Asie du Sud-Est.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Aujourd’hui, les Homo Sapiens démarrent semble-t-il leur 3ème grande Révolution (qui sera peut-être la dernière ?).

Et cela, selon les mêmes schémas que les 2 premières : «nouvelles nouvelles » technologiques + intérêt des peuples.

Sur le plan de ces « nouvelles nouvelles technologies », je dois dire que nous sommes servis. Cela a démarré dans les 30 ou 40 dernières années, avec une explosion créatrice dans la décennie 2010. Qu’on en juge avec cette liste à la Prévert. Pêle-mêle :

Intelligence artificielle, robots divers, blockchain, crypto-monnaies et tokens, ICO , STO, génétique et génomique, système rapide du séquençage de n’importe quel génome et de détection de gènes mutants (qui sont la cause de maladies), médecine prédictive, 3D Printing et 3D bio-Printing, énergies renouvelables, batteries de stockages d’électricité permettant le « off grid », véhicules divers autonomes, satellites en orbite basse, food 2.0, biologie synthétique qui permettrait de créer de la matière vivante « from scratch », disruption des langues, nanotechnologies, informatique quantique, iOT, etc.

J’en oublie certainement.

En fait, les années 2010 ont préparé les années 2020, qui vont être de ce fait, chahutées. Pourquoi ? Parce que l’on va y mettre en « exploitation » ces « nouvelles nouvelles » technologies. Qui, comme dans les précédentes Révolutions vont converger l’une vers l’autre. Et créer ainsi un point de «  fusion civilisationnelle ».

Difficile naturellement de dresser le paysage qui nous attend, mais on peut essayer d’en définir quelques contours, à l’estime.

1/ On va probablement détricoter ce que nos ancêtres ont patiemment mis au point au cours des siècles. Par exemple le food 2.0, qui se développe fortement aux USA, va certainement impacter l’élevage et son abattage pour disposer de protéines. Le « plant based » et la fabrication de steaks en laboratoire, avec les cellules souches d’un bœuf, vont petit à petit le remplacer. D’autant plus que l’élevage est l’une des principales sources de gaz à effet de serre, d’une consommation d’eau très importantes. Et de surfaces nécessaires de prairies toutes aussi importantes.

2/ La fin du papier comme support principal de gestion de nos administrations et autres organisations traditionnelles. Certains pays, comme l’Estonie, ont déjà fait (l’Estonie). Il n’y a plus de papier chez eux. Ce n’est pas encore le cas de notre « Cerfa Nation » française. La gestion du papier coûte très cher. On peut en estimer le coût à 50 milliards d’€/an pour la France. Soit 2% de notre PIB. Sans compter les lourdeurs bureaucratiques, et les ruptures de charge dans toutes nos organisations tradirionnelles.

3/ La blockchain et les plateformes qui émergent deçi delà vont rendre les tiers de confiance (banques traditionnelles) et intermédiaires divers, dépassés. Trop coûteux, et pas assez rapide. La révolution industrielle pour se développer a en effet eu besoin de tiers de confiance centralisée, et d’intermédiaires divers, qui localement, mettaient en relation l’offre et demande. Le tableau ci-dessous, tiré d’un rapport de l’OCDE, expose clairement la chose. Et fait craindre pour l’avenir de ces tiers de confiance/intermédiaires. Dans le monde traditionnel, cela prend entre 5 et 7 jours pour transférer une somme en « fiat monnaies » d’un point à l’autre du globe. Opération qui coûte entre 20 et 60 $. De l’autre en mode crypto-monnaie (en mode décentralisé), cela prend 1 heure pour un coût d’un demi $. A méditer.

Capture d’écran 2020-02-06 à 12.35.21

4/ Les technologies de la génomique et assimilées, en liaison avec l’intelligence artificielle, vont probablement éradiquer à terme (vers 2030/2040 ?) toutes les maladies qui frappent depuis 200.000 ans les Homo Sapiens. Dont le cancer, les maladies cardio-vasculaires etc. Et même les maladies génétiques. Il y en a 8.000 environ : Dame Nature ne fait pas bien son boulot !

Homo Sapiens va-t-il y remédier ?

5/ La disruption des langues - il en reste environ 5.000 dans le Monde -  devrait être effective vers 2025. Toujours avec une utilisation de l’intelligence artificielle qui deviendra de plus en plus forte avec le temps. Disruption en temps quasi-réel, à la fois dans le vocal, à la fois dans le texte, la vidéo. Ce qui facilitera la création d’un village planétaire. Avec cela peut-être que les Homo Sapiens, qui s’étaient perdus de vue au début de leur épopée, vont se retrouver ?

6/ L’arrivée des premiers bébés humains génétiquement modifiés (il y en aurait déjà 3 en Chine). Et la « fabrication » de matière vivante nouvelle. Ou la recréation d’espèces disparues. C’est en ce sens que l’on peut dire que cette révolution sera la dernière, car Homo Sapiens va se « bricoler » lui-même. Ce qui n’était guère impossible au préalable.

7/ Etc, etc. Il y aurait encore beaucoup à dire suer l’impact de l’automatisation sur le travail (vers la fin du travail ?). Sur celui de l’IA sur les « sachants » qui ont fait des années d’études.

Tout cela avec une crise climatique qui se profile à l’horizon. De même qu’une crise financière, comme celle de 2008. Ou de 1929. Et une pandémie qui se profile à l'horizon.

Les hordes d’Homo Sapiens vont-elles arriver à maîtriser ce futur ?

Comment vont réagir la France et l’Europe face aux Gafa américains et aux Batx chinois ? Ainsi qu’à divers nouveaux barbares disruptifs ? Dont le Libra de Facebook ?

Avons-nous les élites qu’il faut pour conduire les peuples ? Quel avenir pour ces élites traditionnelles ? Quels avenirs pour les Etats qu’ils gouvernent ? Alors que certains peuples se révoltent contre leurs élites traditionnelles ?

La « Grande Disruption » démarre. Etes-vous préparés ? Allez-vous y adhérer ?

Les années 20, comme il y a un siècle, vont être un peu folles !

Bonne chance dans le futur !

PS Pour ceux qui voudraient s’informer au jour le jour sur ces évolutions :

1/ Vous pouvez vous abonner à mes interviews visiophoniques que je fais régulièrement avec gens très disruptifs qui expliquent le « nouveau monde ».

Voir : https://vimeo.com/user3096640

 

Quelques exemples :

Linkcy : comment payer son boulanger avec ses cryptos ? (6% des foyers français ont un compte en crypto-monnaies).

Equisafe ou la tokenisation du marché immobilier européen

Mt Pelerin : l’une des premières plateformes financières « full crypto et tokens » au Monde.

Dizzitup : Energie solaire et services associés en mode tokens pour à terme 600 millions de foyers africains.

Elevated rertuns qui veut tokeniser les palaces du monde.

Socios qui tokénise les grands clubs de football du monde.

Medmesafe : d’une médecine curative à une médecine prédictice

Cad42 : le début de la disruption du secteur du BTP.

Bilhi Genetics : impact de l’analyse du génome sur la médecine traditionnelle.

Etc.. etc..

 

2/ Suivre mon flux tweeter (je suis chaque jour environ 2.000 flux dans tous les domaines d’activité des Etres Humains) https://twitter.com/Billaut

 

3/ Suivre mon wall Facebook : https://www.facebook.com/jean.m.billaut

4/ Et Linkedin : https://www.linkedin.com/in/jbillaut/

Jean Michel Billaut

jmbillaut@yahoo.fr

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.