Lettre ouverte de Christophe Girardier à Dominique Godet, directeur général de l’assureur SHAM.
Vers le déclin des "sachants" de tout poil ?

2014 : An 1 de la Disruption ? Nos barbares attaquent en rang serré..

Il est d'usage quand une année se termine d'en faire une rétrospective, d'élire l'Homme ou la Femme de l'année, etc.. Les médias traditionnels y vont de leurs récapitulatifs dans tous les domaines. Du sports, aux bêtisiers, en passant par la politique (à ne pas confondre avec le bêtisier - joke), le cinéma, etc.. Tout y passe..

En ce qui me concerne, je vous propose d'élire un mot pour l'année 2014 : le mot disruption.. Pourquoi ?

Disruption est un mot français qui signifie rupture (il a le même sens que le mot anglais disrupt).. Rupture donc entre un état existant, remplacé en toute ou partie par un autre état. Ce n'est donc pas une évolution douce et linéaire, mais une cassure brutale. Dans l'optique qui nous intéresse, cette rupture est rendue possible grâce aux technologies numériques que certains savent intelligemment utiliser, d'autant plus qu'ils ne sont pas encombrés par des technologies plus "anciennes". Technologies qui n'existaient au préalable, ce qui posent problèmes à ceux qui naturellement ont bâti des empires avec "d'anciennes" technologies. Ou encore ceux qui ont acheté des "charges" comme dans l'Ancien Régime, et qui de ce fait, bénéficient de rentes de situation. Des professions protégées donc, dont les organisations en silos visent à raréfier artificiellement l'offre face à la demande, pour justement protéger leurs revenus, leurs rentes, leurs pouvoirs en interdisant à de nouveaux entrants l'accés à leurs côteries. Et donc de conserver un chiffre d'affaires et des marges grassouillettes, sans trop se préoccuper de ce que voudrait la demande..

Mais manque de chance pour eux : les startups ont envahi notre quotidien.. Ces nouveaux Barbares, tels des Wisigoths-Ostrogoths-Vandales des temps modernes, ont envahi notre territoire.. Et rien ne leur résistera... 

2014 : l'année de toutes nos startups..

Je n'y croyais plus... Je pensais que notre pays resterait un peu en marge du tsunami numérique qui a saisi l'Humanité depuis l'arrivée de l'Internet. La France est en effet un pays comment dire - compliqué et un peu à part des autres peuplades.. Un passé de grande Histoire (qui a laissé son empreinte deçi-delà : par exemple notre Justice est encore organisée comme du temps de l'Ancien Régime), un principe de précaution inscrit dans notre Constitution (nous sommes la seule peuplade au Monde à l'avoir fait), ce qui implique une aversion certaine au risque, une exception culturelle qui se fendille chaque jour, mais qui reste fortement soutenue pas nos élites 1.0, élites par ailleurs qui ont peu d'appétence pour les technologies du numérique (on se souvient de Louvois, du DMP, de Quaero, et même de notre Minitel que l'on a finalement mis à la poubelle, les Français de base lui préférant l'Internet, etc..), un Etat énarchique qui se mêle de tout, des DSI 1.0 de nos grands machins (comme dirait de Gaule) du CAC40, qui n'aiment pas le cloud/Saas, et préférent couver leurs gros bouzins internes dont certains font encore fonctionner des chaînes  de gestion en Cobol.. etc, etc... A ma connaissance toutes les startups fonctionnent en mode cloud/Saas. Elles bénéficient ainsi d'un avantage coût très important. Que n'ont pas les Grands Machins.

Hé bien, contre toute attente le tsunami à submerger notre pays.. Comme je fais beaucoup d'interviews visiophoniques de startups (un peu plus de 500 en 2014 - environ 3.500 depuis mon amputation en 2009), j'ai vu la vague arriver vers 2011/2012. Certes nous avions des startups auparavant, mais le mouvement n'était pas trés prononcé.

En 2014, cela été l'explosion ! Des startups partout (y compris dans un bled à côté du mien), des incubateurs qui poussent comme des champignons ici et là, des grands machins pré-numériques qui se disent que maintenant il faudrait peut-être regarder cela de prés au cas où, des politicards 1.0 qui vont des discours enflammés sur le numérique, etc..

Bref, j'ai bu du petit lait. Je bois du petit lait.. La France se réveille enfin !.. Et ce sont ces dizaines de milliers de startups qui sont à l'origine de ce renouveau.. Ce n'est pas le haut des pyramides 1.0 qui vont réformer la France, car elles n'y ont pas intérêt. Startups créées par nos jeunes (et moins jeunes) qui, à la sortie de leurs grandes et moins grandes écoles, ne veulent plus intégrer comme papa ces lourdes pyramides de notre CAC40 ou de nos massives administrations. Ils préférent créer leurs e-entreprises, et se lancer dans l'@venture... Il vrai que la crise économique se prolonge, que le chômage continue d'augmenter, et qu'à tout prendre autant créer sa startup. La crise d'une certaine façon favorise ce mouvement.

Toutefois, malgré ce que l'on peut penser, le numérique n'est pas neutre, loin de là ! Des empires 1.0 y laisseront des plumes, voir leur peau. Ce n'est pas une évolution, mais une disruption, répétons le.

2014 : début de la Grande Disruption..

En analysant ce que font les startups dans le Monde (il s'en crée un bon millier/jour !) et en France, on en conclut rapidement qu'elles réorganisent sciemment ou non l'ensemble de notre système économique, et toutes nos organisations.. Ce qui naturellement ne plaît pas du tout à ceux qui tenaient le haut du pavé 1.0 au préalable. Quant on demande à un startuppeur pourquoi il a créé son entreprise dans tel domaine, il répond généralement qu'il avait rencontré dans le monde traditionnel (1.0) un problème qu'il a eu un mal fou à régler. Car ce monde traditionnel n'est pas "sans couture" comme disant les Américains. Il y a des ruptures de charge dans l'organisation de tout le système, à cause principalement des intermédaires traditionnels et leur organisation à l'ancienne. Connaissant les technologies du 2.0 - ils sont quasiment nés avec - les startuppeurs bien nés se disent qu'ils pourraient faire mieux que le monde ancien. Pour moins cher, et surtout avec plus de services. Tout en gagnant de l'argent. 4 startups sur 5 vous tiennent ce discours

Le numérique est donc forcement disruptif. Et sous les coups de boutoir des ces barbares d'un genre nouveau, les empires 1.0 commencent à s'inquiéter. De même que les professions dites protégées qui fleurissent dans notre beau pays... 

2014 - quelques exemples de disruption amorcée

# Les taxis traditionnels face à Uber et les autres, vivent probablement leurs dernières années. Ils n'ont pas su ou pas voulu s'adapter à la demande. D'autant plus que les voitures robots arrivent avant 2020 nous disent les experts.. Même en France. 

# Dans le même segment, la SNCF commence à se méfier de Blablacar

# Les notaires s'inquiètent avec Testamento qui permet légalement à tout un chacun d'établir on line son testament pour nettement moins cher que chez le notaire traditionnel (et le jeune barbare fondateur de Testamento ne va pas s'arrêter là - mais chut..)..

# Les avocats ne sont pas en reste.. Avec plusieurs startups qui leurs marchent sur les pieds : demanderjustice.com qui vous permet "pour un prix connu à l'avance" - ce qui n'est pas la cas dans le monde traditionnel des avocats -, de traîner devant le tribunal de proximité votre voisin qui a empiété sur votre terrain, ou votre compagnie d'assurances retors qui refuse de vous indemniser. Captain Contrat est de la même eau. Comme document-juridique (bientôt sur le billautshow).. etc. Les choses risquent de s'accélérer dans ce secteur qui commence à s'éveiller au 2.0, avec l'arrivée probable d'une startup mettant "en intelligence artificielle" (IA) toute la jurisprudence française depuis Napoléon, nos lois et naturellement les différents codes qui canalisent nos organisations (pour l'IA voir plus loin). Et là... 

# Les banquiers 1.0 eux, sont encore dans leur nirvana traditionnel, qui pensent-ils, va continuer comme avant, comme si de rien n'était. Alors que de multiples startups commencent à grignoter leurs marges, en apportant d'ailleurs de meilleurs services à leurs clients. Citons sur le marché des changes : Kantox, sur le marché de l'affacturage Finexkap, sur le marché de la distribution du crédit avec le crowdfunding de KisskissBankabank, et sa filiale qui vient d'ouvrir Lendopolis, (prêts de particuliers aux PME et PTE), le compte nickel un compte bancaire que l'on peut ouvrir dans les bistros de France et de Navare, Aston iTrade dans la gestion du compte client des entreprises, etc... Et n'oublions pas le Bitcoin et sa blockchain, qui, telle une épée de Damoclés, pend sur la tête de nos aimables banquiers 1.0.

# Les assureurs sont encore épargnés.. mais de nouveau business models apparaisent ici ou là... (Friendsinsurance en Allemagne par exemple).

# N'oublions pas les startups dans le monde mulitforme de la consommation collaborative qui s'étend de plus en plus, crise 1.0 oblige.

Voilà une brève revue d'effectifs..

Mon intuition.. Tout cela va s'accélérer en 2015. Ce n'est pas tout, loin de là, car nos startups, barbares qu'elles sont et non politiquement correctes, vont s'attaquer à des secteurs auxquels on ne pensait pas. On parle beaucoup en France dans les dîners en ville, dans les conférences, etc.. de commerce électronique, de CRM, de e-réputation, etc .. On ressasse ces choses si je puis dire depuis quelques années.. Mais tout cela n'est que la partie émergée de l'iceberg.. Car maintentant, c'est le gras du système qui va se trouver en première ligne, les premiers signes étant apparus en 2014.

2014 : le déclin annoncé des sachants ou supposé tels ? Quelques élucubrations de bric et de broc..

Nous sommes tous à des degrés divers des "sachants". Mais il y en a qui sont plus sachants que d'autres.. Et ceux là vont avoir fort à faire avec le renouveau de l'intelligence artificielle.. Renouveau qui pour l'instant est encore sous le radar des populations, et nullement dans le scope de ces grands sachants : mandarins et médecins, avocats et professionnels du droit, professeurs de langues et interprétes, etc... 

Quelques exemples... 

1/ Nous ne conduirons plus de voitures 1.0

Nous savons tous ou presque conduire une voiture 1.0. Mais les voitures robots arrivent d'ici 2020, nous disent les spécialistes.. Et ces voitures - à en croire Google dont les "driveless cars" ont parcouru des milliers de kms dans 4 Etats américains sans aucune anicroche -, ces voitures donc, font beaucoup moins de bêtises que l'Etre Humain au volant.

Capture d’écran 2015-01-01 à 12.49.06

(ci-dessus la Google car sans volant et sans pédales)

Car malgré ses milliards de neurones qui pilotent ses 5 sens, Homo Sapiens n'est pas très fiable. C'est le moins que l'on puisse dire, vu le nombre d'accidents, de morts, de blessés, qu'il occasionne sur les routes. etc.. Vous allez me dire que cela fait du chiffre d'affaires pour les pompes funébres, le système de santé et ses médecins, les assurances, les garagistes, etc.. Cette "non fiabilité" fait vivre des dizaine de milliers de personnes.. Mais ces professionnels risquent de pâtir de l'arrivée de ces robots d'un nouveau genre : certains analystes américains pensent même que vers 2030, les gouvernements interdiront la conduite de voiture par les Etres Humains, pour stopper le carnage sur les routes. Toutes les voitures seraient des robots. Notre savoir actuel dans ce domaine ne servira donc plus à rien. Et dans ce cas plus besoin à terme de chauffeurs de taxis, de chauffeurs routiers, peut-être de garagistes, moins de primes d'assurances, etc...

2/ Le secteur de la santé. Il est le prochain sur la liste de la grande disruption..

Nous allons passer graduellement d'une médecine curative à une médecine prédictive et personnalisée (médecine dite des 4P). Changement majeur dans nos sociétés humaines ! Pourquoi ? Mais à cause de ces damnées startups, que diable !..

Depuis 2011 en effet, des milliers de startups se sont créées aux USA dans le domaine de la e-santé, financées qu'elles sont par le capital risque américain, ou le crowdfunding à hauteur de 2 milliards de $ en 2013. Et l'estimation pour l'année 2014 est de l'ordre de 4 milliards de S ! .. Ce qui est énorme ! Il se passe manifestement quelque chose..

Capture d’écran 2015-01-01 à 13.21.55

(slide tiré du rapport de Rock Health : http://rockhealth.com/resources/rock-reports/)

Selon mon estimation, il y aurait probablement environ 5.000 startups estampillées "e-santé" chez l'Oncle Sam !

Celles-ci ont pavé la voie aux grands de la technologie américaine, qui ont commencé à s'y engouffrer en 2014. Il faut dire que le système de santé américain favorise l'apparition du prédictif, car là-bas le curatif coûte cher, très cher (toutes choses égales par ailleurs, 2 fois plus cher que chez nous pour le même acte médical/chirurgical). Et leur système d'assurance maladie n'a rien à voir avec le nôtre : 30 % des Américains environ n'ont pas de couverture maladie. L'Américain de base a donc intérêt au prédictif. Qui lui permettrait probablement d'éviter de tomber malade, et donc de payer trés cher pour se faire réparer dans les hôpitaux.

A mon sens, ce marché de la e-santé est beaucoup plus important que celui du e-commerce. Car là, toute l'Humanité est concernée à terme. Les Grands de la technologie américaine l'on bien vu.

Apple a ainsi annoncé son Dossier Médical Personnalisé (le Healthkit) ainsi que sa montre iWatch qui va jouer un grand rôle dans sa stratégie e-santé. IBM lui commence à mettre au travail son Watson bardé d'intelligence artificielle. Google n'est pas en reste et prépare tout un tas de choses pour combattre la vieillesse, le cancer, interpréter le génome humain, etc.. La firme de Mountain View a ainsi racheté en 2014 pour presque 1 milliard de $ 3 ou 4 startups dans le domaine de l'IA.. Dont Deep Mind, startup anglaise avalée contre 400 millions de $ ! Curieux quand même ! On aurait pu penser que ces choses médicales seraient du ressort des mandarins et autres big pharmas.. Hé bien non ! Google s'en occupe et va devenir peut-être le médecin 2.0 de l'Humanité.. Mais il n'y a pas que nos 2 compères.

Intel s'y met, et on dit qu'Amazon, Facebook eux aussi fourbissent leur stratégie e-santé. Même SalesForce !

Mais revenons sur le Watson d'Ibm : un nouveau type d'ordinateur avec des nouveaux modèles de microprocesseurs qui fonctionnent comme les neurones du cerveau humain, neurones de silicium équipés de batteries d'algorithmes d'intelligence artificielle. Cela fait des dizaines d'années que l'on parle d'intelligence artificielle, sans que celle-ci ait réellement décollée. Mais le moment semble maintenant venu. Watson est aussi approvisionné par des mémoires gigantesques dans lesquelles il est possible d'y enfourner tout le savoir humain d'un secteur donné (textes, images, vidéos, etc..). C'est justement le cas pour la médecine réparatrice (en attendant le prédictif en mode cloud/Saas ?). Le Watson, qui comprend la voix humaine (anglais pour l'instant), travaille déjà en effet avec des médecins américains. Et on dit qu'il va aussi vite, sinon plus vite pour poser un diagnostic qu'un sachant biologique. Sachant, qui a dû faire des années d'études ! Et qui n'est pas toujours fiable comme le conducteur de voitures - il y a en France entre 600 et 700.000 erreurs médicales/an, conduisant à environ 30.000 décés, presque 5 millions d'erreurs aux USA avec le nombre de décès en rapport ! (les mauvais esprits diront que les systèmes de santé curatifs actuels générent une hécatombe plus importante que le carnage sur les routes.. mais laissons les dire). Pour l'instant, Watson est une aide aux médecins traditionnels.. Mais dans 10 ans ? 

On se souvient que le grand père de ce Watson, dénommé Deep Blue, avait battu en 1996 le champion du Monde d'échecs Kasparov. Le petit-fils fait nettement mieux.. Et il ne va pas s'arrêter à la médecine.

Comment passer du curatif au prédictif ? On peut se livrer à une petite analyse en raboutant des choses a priori disparates que l'on vues apparaître en 2014.

D'abord le séquençage génétique, qui est la base à mon sens, du prédictif. Votre ADN que vous avez dans vos 100.000 milliards de cellules est votre "operating system". Et si l'on veut faire du prédicitif, il vaut mieux connaître son état à un instant donné. Car vos cellules, et donc votre génome, se dupliquent toutes les 6 semaines en moyenne, et en se dupliquant, font des millions d'erreurs/jour. La plupart de ces erreurs seraient sans gravité, mais certaines sont catastrophiques pour votre santé. Par exemple, si le gène BRCA1 du chromosome 4 des femmes se duplique mal et mute, c'est le cancer du sein assuré à 90%. C'est pour cela que l'actrice Angelina Jolie s'est fait faire une double masectomie..

On est capable aujourd'hui de faire un séquençage complet pour 1.000 $. Mais sans interprétation. Et là, la chose n'est pas aisée, car notre génome est l'équivalent d'un livre de plusieurs milliards de lettres (A,T,C,G), correspondant à un fichier brut de 7 gigas environ... Certains pensent que l'interprépation ne pourra être faite que par Intelligence Artificielle.. Car trop compliqué pour un sachant 1.0. A noter que selon certains spécialistes, le coût d'un séquençage complet tombera à 100 $ en 2015...

 

Capture d’écran 2015-01-02 à 11.36.41

 

(tiré de http://www.genome.gov/sequencingcosts/ On remarquera que la chute des prix du séquençage est beaucoup plus accentuée que dans le domaine des microprocesseurs avec la Loi de Moore)

Mais le séquençage ne suffit pas.. Car entre aussi en ligne de compte votre "culture", à savoir ce que vous mangez, si vous avez des activités physiques, où vous vivez (pollution), si le travail et les transports vous stressent, etc.. Il y a une interaction forte entre votre génome et votre culture. Entre en ligne de compte ici, l'internet des objets de santé. Des nanorobots à l'intérieur de votre corps (Google), des habits connectés (Citizen Sciences), des montres 2.0 disposant de sensors (Apple et d'autres), des addons à votre smartphone - il y en a de plus en plus - qui vous permettront de faire tout seul comme un grand, votre analyse de sang, etc... Chaque jour apporte son lot de nouveauté (ceux intéressés, peuvent suivre mon fil Twitter : j'y indique presque chaque jour les nouveautés).

Un exemple parmi des centaines : le Miroculus (avec un emplacement pour y placer votre iPhone)..

Capture d’écran 2015-01-03 à 12.31.18

Tous ces outils vont emmagasiner des milliards de données sur vous et les feront remonter par Internet dans des clouds de santé où vous aurez déjà stocké votre structure génomique. Le tout sera analysé en temps réel (big data, analyses temporelles, intelligence artificielle), et vous aurez à votre disposition votre dashboard de santé, qui vous rendra compte de votre état de santé, si quelque chose de pas normal c'est produit.. (mon amputation est dûe à une rupture d'anévrisme poplité qui n'a pas été pris en charge avec célérité par le système de santé curatif français. En fait, je traînais cet anévrisme depuis des années, mais personne ne le savait. Pas même mon médecin traitant. J'étais donc potentiellement malade. Il a fallu une rupture de cet anévrisme pour que l'on se rende compte... J'ai donc fait partie - pas de chance - des 600 à 700.000.. Mais j'ai quand même eu de la chance dans mon malheur : je n'ai pas été le 30.001ème ! ).

Et ce n'est pas fini, comme dit la pub ! Cerise sur le gateau, arrivent les spectromètre de poche (Scio, Tellspec) qui vont analyser en temps réel ce que vous allez manger (il suffit de placer le dit spectromère au-dessus des aliments que vous avez l'intention de manger..  et sur votre smartphone vous indiquera en temps réel la composition des dits aliments : glucides, lipides, traces de pesticides ou autres produits dangereux pour votre santé, etc... Scénario probable du genre : " Le gateau que vous avez l'intention de manger contient tant de glucides.. si vous le mangez, votre taux de glycémie va augmenter de... et comme vous êtes proche du diabète 2, on vous conseille de.. ".

Capture d’écran 2015-01-02 à 11.43.02

( voir : http://tellspec.com/)

Bref, l'Etre Humain pourrait disposer d'un système complet de biofeedback élaboré..

Les élites médicales françaises, nos hauts fonctionnaires de ce secteur, nos politiques sont loin de tout cela. Et les premières startups de e-santé françaises tardent à arriver.. Nous en avons certes quelques unes comme Betterise, Umanlife, Carenity, etc.. Mais on est encore trés loin de l'effervescence américaine..

Naturellement, tout cela ne va pas se faire du jour au lendemain. On observe actuellement aux USA une certaine complémentarité entre les instigateurs de la e-santé et les médecins curatifs. Mais à terme (10 ans ?) certains analystes et non des moindres, pensent que l'on n'aura plus besoin de 80 % des médecins 1.0. Cela tombe bien pour nous, puisque nous avons de moins en moins (numerus clausus sévère, déserts médicaux, etc..)..

Mon intuition : pour éradiquer le cancer et autres saloperies qui frappent l'Humanité, il faudra mettre en place ce type d'organisation de e-santé. Mais pas chacun dans son coin. La vérité se trouvera dans les millions de séquençages d'Etres Humains reliés à leurs différentes "caractéristiques de culture", qui se trouveront dans un même cloud, de façon à permettre une analyse fouillée globale en mode big data/intelligence artificielle. C'est d'ailleurs ce qu'a compris le Gouvernement de Mr David Cameron. Les Anglais viennent en effet de lancer le plan 100.000 génomes. Le premier au Monde. Le Gouvernement français en est trés loin.. On se demande d'ailleurs pourquoi il ne s'allie pas avec eux pour faire un projet commun. Et pourquoi pas au niveau de l'Europe ?

Reste naturellement les problémes d'éthique. Qui sera propriétaire de nos données de santé ? Les mandarins ? Les big pharmas ? Les astucieuses compagnies d'assurances ? Google ? Ou nous-mêmes ? Ce qui nous permettrait de les monétiser ?

Mais que l'on se rassure une startup de Boston vous propose de stocker votre précieux OS dans la blockchain de Bitcoin.. Et là, pour le pirater..

Capture d’écran 2015-01-02 à 11.57.58

(Genecoin.me)

Autre intuition : mes petit-fils (8 ans et 5 ans - generation Z ?) feront probablement suivre leur e-santé sur les grands clouds de e-santé en train de se mettre en place aux USA (car le temps que les Français s'y mettent..). Et cela, pour quelques $ seulement par mois (qui ne seront pas remboursés par notre Sécurité Sociale). Et si cela se passe comme je le pense, il est à craindre qu'une bonne partie de la valeur ajoutée de notre système de santé (qui représente de l'ordre de 12 à 15% de notre PIB) s'évade aux USA. Ce qui par ailleurs soulagerait probablement de beaucoup les comptes de notre chère Sécurité Sociale (j'estime que mon amputation et les 8 mois de rééducation par la suite, ma centaine - au bas mot - de transferts en VSL - véhicule léger de santé - le coût de mes différentes prothèses, etc.., ont coûté au bas mot 600 à 700.000 € à la collectivité. C'est une estimation de ma part, car pour avoir des chiffres officiels...Tout cela pour une faute médicale). Il serait temps que nos startups s'y mettent. Car si l'on attend nos élites médicales...

Tomberont nous encore malade dans un proche futur ? Vivrons-nous plus longtemps ? Le transhumanisme est-il au coin de la rue comme le pensent les geeks de la Silicon Valley ? Vers Homo Sapiens 2.0 ? Allons-nous nous bricoler nous-mêmes en lieu et place de Dame Nature ou de Dieu le Père ?

3/ Plus besoin d'apprendre des langues : vers la re-babelisation de l'Humanité..

Dernier point qui m'a frappé en 2014..

Genèse 11:1-9. La terre ayant été repeuplée après le Déluge, les Hommes s’arrêtent dans la vallée de Sennar pour édifier une tour dont le sommet atteint les cieux. Dieu interrompt leur projet en brouillant leur langage, uni jusque-là, et les disperse à la face de la Terre.

Le Monde dit-on devient un village, grâce à l'Internet. Mais le probléme, c'est que chaque quartier du village planétaire a sa langue. Il est donc difficile de se comprendre. 

Il doit rester sur cette Terre environ 4 à 5.000 langues différentes, dont quelques dizaines qui disparaissent par an, et tombent dans les oubliettes de l'Histoire. Il restera quelques dizaines de blockbusters, comme on dit à Hollywood.. Et là encore, l'IA et autres algorithmes de derrière les fagots, vont permettre de nous comprendre sans avoir à apprendre la langue de l'autre. Skype a ainsi annoncé son Skype Translator. Vous parlez avec un Japonais que ne comprend que le Japonais, et vous que le Français. Le Japonais va vous entendre en Japonais.. Il vous répond en Japonais et vous le comprenez en Français. Le tout en temps réel. Ce n'est que le début naturellement. Là encore le Watson va frapper. Ibm a en effet annoncé une API de traduction (entre autres), et va travailler avec Mediawen,une startup française qui a mis au point un éditeur de sous-titrage de vidéo (entre autres choses).. Google ne sera certainement pas en reste, et va améliorer son système de traduction textuel.

Voilà je pense que l'on pouvait dire sur 2014 : disruption, startups en ordre de bataille, déclin annoncé des sachants, etc.. Il y aurait naturellement encore beaucoup à dire sur les robots, les énergies renouvelables, les nanotechnologies, etc.. Et surtout la Réforme de l'Etat français ! (cela sera pour un autre post).

On a l'impression que le numérique d'aujourd'hui est le soubassement de la 3ème grande révolution des Etres Humains. Aprés la Révolution Agricole il y a 10.000 ans dans le Croissant Fertile, aprés la Révolution Industrielle il y a 300 ans en Angleterre, démarre maintenant la 3ème, qui n'a pas de nom encore bien défini. Certais l'appelle NBIC, d'autres Singularité.. Pourquoi pas "la grande disruption" ?

Permettez-moi pour terminer cette longue rétrospective, un peu décousue je l'avoue, de vous souhaiter une trés bonne année 2015. Et une bonne e-santé surtout ! A vous les Barbares, mais aussi à vous les Empereurs.. Ne soyons pas sectaires.. Aprés tout que les meilleurs gagnent... 

C'est aussi la période des bonnes résolutions.. La mienne en ce début d'année : écrire un bouquin. Enfin je vais essayer. J'aurais d'ailleurs besoin de vos conseils éclairés.. Logiciel pour écrire le texte (avec création automatique de sommaires, de notes de pages, etc..: Word ? Pages ? Autres ?), plateforme d'édition (avec fourniture d'un n°d'ISBN, d'aide à la création de la 1ère et 4ème de couv), plateforme pemettant d'éditer mes élucubrations sur support papier (avec commercialisation dans les points de vente 1.0) ET sur support électronique... 

PS Un grand merci à toutes celles et ceux qui m'ont aidé en 2014, pour faire reconnaître la faute médicale qui a conduit à l'amputation de ma jambe droite. Cela n'a pas été une mince affaire ! Et un grand merci aussi à ceux qui m'ont soutenu vis-à-vis de la compagnie d'assurances SHAM, assureur de l'organisation fautive, qui refuse néanmoins de m'indemniser.. Mais je n'ai pas dit mon dernier mot.. Cela fait un peu plus de 4 ans, que je barbotte dans ces imbroglios médiaux-assurantielles 1.0.. Il me semble que dans une organisation 2.0, cela aurait pu aller beaucoup plus vite. Aprés, on s'étonnera que la France n'est pas compétitive ! C'est plus de la faute à son organisation moyen-âgeuse, qu'à son coût du travail.. Bon ce que j'en dis..

Je ne peux naturellement pas tous vous citer. Vous avez été des milliers à signer les 2 pétitions lancées par Pédro Abrantés et France Miremont.. Un grand merci à Christophe Girardier qui lui m'a défendu sans coup férir.

 

Commentaires

C Assayag

Votre article est un bon résumé du foisonnement à l'oeuvre. En revanche vous me paraissez bien optimiste car vous semblez penser que tout cela va systématiquement "améliorer" les choses en passant très vites sur les immenses questions que cela soulève (dans la santé par exemple, ou encore dans l'apprentissage des langues - c'est quoi une humanité où plus personne n'a besoin d'apprendre la langue de l'autre ? -). A ce titre je pense par exemple aux critiques formulées par Evgeny Morozov.
Cordialement et bonne année.

www.facebook.com/profile.php?id=697578174

Très belle année à vous.

Oui optimisme et négativisme pour l

www.facebook.com/profile.php?id=697578174

pour la France. Dommage pour nous, nous nous y mettrons trop tard comme d'hab.

Et pendant ce temps nos chères têtes blondes vont apprendre à coder......Notre président sait sans doute de quoi il parle....

Et en plus qui réfléchit à l'avenir? Qu'allons nous faire de toutes ces personnes citées par vous et sans emploi?

Une disruption, sans doute. Mais une autre société doit voir le jour. Politiques et philosophes devraient éclairer et prévoir le chemin que nous devrions prendre.

Bonne année à vous.

Bruno

Didier Guillonnet

Très belle synthèse de la révolution en cours...
Bravo Jean-Michel et merci pour ton travail !

Serge Meunier

Bonjour Jean-Michel
Bonjour à tous et toutes

Il n'y a aucun doute, les choses vont changer. Nous connaissons ce qui est, reposant sur des modèles d'échange économique ; il y a c'est vrai d'autre part au quotidien le flot ininterrompu d'innovation avec ce qui peut advenir, ce qui doit advenir. Vont se mêler je crois des tendances, des orientations, les prouesses de pionniers côtoyant la bêtise de ringards dotés du pouvoir de decision - le tout en une sorte de "combat" (car les enjeux sont parfois globaux, mondiaux et donc titanesques) et ce via une transition qui, comme toute transition apporte, outre ses progrès et un nouvel état de l'art, la déstabilisation qui va avec.

Cette déstabilisation, je la vois en tant qu'hyperconnecté parmi les gens autour de moi où il existe aussi, ne l'oublions pas, une technophobie loin d'être négligeable. Cette déstabilisation je la constate dans ma propre pratique où, quand un outil fait défaut ou bien qu'il nécessite -et "oblige à"- un changement important : eh bien, l'homo-digitalis que je suis peut d'un coup se trouver bien dépourvu...

Autrement dit, les outils qui arrivent sont complexes ; ils exigent d'ailleurs parfois de meta-outils pour une compréhension d'ensemble, pour des stratégies, des choix, pour relativiser ce que sera le résultat de l'emploi d'un outil. Cette complexité ne sied pas à tout-le-monde. Il faut pourtant s'y confronter où, à défaut, ce seraient des automatismes qui prendraient le pas...

De là, je suis optimiste. Résolument curieux je suis stupéfait des subtilités de la Recherche et du raffinement de la technologie. Du "combat" évoqué plus haut il résulte d'autre part notre affinement en qu'être individuel et comme "animaux sociaux", en « coopétition » : donc, allons-y !

Avec tous mes vœux cher Jean-Michel

Serge

jlwconseil

Belle synthèse : les ch'tis ont du talent, Jean-Michel le prouve, bravo !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)