Connaissez-vous Jean Louis Lucio from Auneau ? City2Market : les biens immobiliers géolocalisés sur smartphones/tablets...
Connaissez-vous Rémi Bachelet from Lille ? Gdp : le 1er Mooc français avec certification..

Connaissez-vous Stéphane Baurberg from Paris ? Jobsbooker : une réorganisation complète du marché du travail français...

 

Pour contacter Stéphane Baurberg : sb@jobsbooker.com

Je me demandais quand cela allait arriver : une réorganisation compléte d'un marché traditionnel sur l'Internet avec les outils du 2.0.

Hé bien, c'est fait ! Toutes les startups que j'ai pu e-intervierwer depuis mon retour d'hôpital en janvier 2010 - plus de 2.000 startups interviewées en visiophonie -, ne mettent à la sauce 2.0 que des "bouts de marché" si je puis dire, des fragments d'une chaîne de valeur. Par exemple, Luckyloc que je viens de mettre en ligne, qui gère en mode 2.0 le convoyage par des particuliers, de voitures de loueurs. Donc un bout de la chaîne de valeur entre l'offre et la demande de voitures de location.

Ou alors ces startups créent de nouveaux marchés, qui n'existaient pas avant - Sejourning ou AirBandB par exemple qui permettent à des particuliers de louer tout ou partie de leur logement (ce qui ne plaît pas à tout le monde).

On aura l'occasion de revenir sur la typologie de ces startups.

Mais démonter un marché existant, et le remonter complétement en 2.0 : cela ne court pas les rues.

Un marché complet est en effet constitué d'une offre et d'une demande. Dans le cas présent, des gens qui cherchent un travail, et de l'autre, des entreprises qui cherchent des collaborateurs à embaucher. Et au milieu : des intermédaires qui vont mettre en relation l'offre et la demande au niveau local ou national - voir international. Systèmes plus ou moins évolués de petites annonces, intermédiaires recruteurs, chasseurs de têtes plus ou moins hauts de gamme, officines diverses spécialisées, etc. Mais ce type d'organisation dans le monde traditionnel rend le marché opaque à la fois du côté de l'offre ET à la fois du côté de la demande. Ce n'est guère pratique : on y perd beaucoup de temps, et donc beaucoup d'argent. De part et d'autre.

Stéphane donc, a mis sur pied une plateforme compléte de mise en relation DIRECTE de l'offre et de la demande de travail. Il n'y a plus d'intermédiaires traditionnels. Sa plateforme : Jobsbooker, vise à devenir l'intermédiaire unique. 

De plus, chacun dispose, côté offre et côté demande, de ses propres outils de recherche et d'appréciation. Outils trés évolués : recherches par lieux de travail, par durée de temps de travail, par enseignes/entreprises, par montant de salaire désiré/offert, par fonctions, etc.

Et quand l'offre rencontre la demande sur la plateforme, les contrats d'embauche sont établis dans la foulée et signés, aprés un entretien visiophonique entre le demandeur et le recruteur. Demandeur qui par ailleurs, dispose d'un coach "électronique". Sans compter un système d'alerte, et d'autres fonctionnalités, comme un coffre-fort électronique pour conserver de façon sécurisée les contrats. Etc.

Voilà rapidement détaillée la mécanique que note ami Stéphane vous présente par le menu...

C'est du long, mais c'est du lourd.. 

Capture d’écran 2013-09-03 à 17.17.39

Questions habituelles de ma part (je n'ai pas eu beaucoup à en poser, vu que notre ami posséde son sujet sur le bout des doigts, et qu'il n'a pas voulu oublier quelque chose... ) : business model, visées internationales, etc.

N'était-ce pas au Pôle Emploi à mettre sur pied cette plateforme ? Pourquoi ce Pôle n'a pas répondu pour l'instant à l'offre de partenariat proposé par Jobsbooker ? Stéphane a aussi demandé un rendez-vous au Ministre du Travail. Mais pour l'instant, rien.

Cette plateforme peut-être appliquée à beaucoup d'autres marchés..  Stéphane nous donne quelques pistes... 

Commentaires au débotté.. (merci de noter que ces commentaires n'engagent que moi - et que je n'ai aucun intérêt dans la société de Stéphane).

1/ Jobsbooker est une plateforme disruptive par essence. Il ne me paraît donc pas étonnant que le Ministère du Travail fasse la sourde oreille: Jobsbooker a une dizaine de collaborateurs, Pôle Emploi : 55.000. Notre taux de chômage est élevé : ce qui voudrait dire que le service public rendu n'est pas au top. Par ailleurs, si Jobsbooker se développe, je pense que notre Gouvernement ne fera rien en sa faveur.. craignant peut-être quelques gréves de nos fonctionnaires ?

2/ Je pense que la grande élite française et nos hauts fonctionnaires sont peu adaptés au numérique et au plateformes de clouds (alors que nous avons 2 clouds souverains en France, bénis par le Gouvernement), ils sont peu adaptés au saas, et au 2.0 en général. Ils font encore probablement des cahiers des charges comme dans l'ancien temps. Avec des interfaces spécifiques à la Windows. Par ailleurs, on notera que tout ce que cette élite a essayé de bricoler dans le numérique, a toujours foiré. Du plan calcul des années 60, au Dossier Médical Personnalisé d'aujourd'hui, en passant par la Plan Informatique pour tous, Quaero, et j'en passe.

3/ La France a un taux de chômage élevé. Dû en partie à la non transparence de ce marché. Et savez-vous quelle économie ferait l'Etat à chaque fois qu'un chômeur est remis au travail ? Stéphane donne quelques indications. Comme les finances de l'Etat sont un tantinet exsangues, une plateforme de type Jobsbooker serait la bienvenue. Notre élite se trouve donc prise en sandwich entre d'une part une nouvelle organisation privée du marché de l'emploi, contre l'organisation actuelle en mode service public. Service public qui coûte cher, versus privatisation d'une partie de ce service qui serait certainement plus opérationnel. Et à petit prix, comme dit l'autre.

Vous allez me faire remarquer que les Français qui recherchent un emploi ne sont pas encore tous "internet minded". Mais avec les nouvelles générations qui arrivent, ce n'est que partie remise. Vous allez aussi me faire remarquer que le Pôle Emploi ne fait pas que de la mise en relation d'une offre et d'une demande. Il distribue les allocations chômage. Au risque de crier au loup, pourquoi un service privé de type Jobsbooker ne le ferait-il pas, en appliquant les lois ad hoc votées par notre Parlement ? Une délégation de services publics en quelque sorte.

4/ Je n'en suis pas trés sûr (nous n'en avons pas trop parlé avec Stéphane), mais Jobsbooker ne restera probablement pas en France. Il sera courtisé par des VC américains et autres. Dommage. Je classe cette plateforme comme un "google vertical". D'ici à ce que Google, Yahoo, etc.. jettent leur dévolu sur elle..

5/ Il me semble que jusqu'ici, le 2.0 n'a fait qu'écorner l'organisation traditionnelle de notre système économique entendu au sens large. Les hors d'oeuvre sont terminés. On va maintenant passer le plat principal. Et comme ces plateformes sont de nature à bousculer les organisations traditionnelles, il risque d'y avoir du grabuge.. (par exemple l'affaire des taxis parisiens).

6/ Je ne m'y attendais pas, mais au détour d'un de ses slides, Stéphane a fait mon panégyrique. Merci à lui. J'en ai rougi sur le coup. Mais vous ne verrez pas le changement de couleur de mon visage, vu le peu de débit que l'on a Villiers le Mahieu..

Quand la France se réveiller@, son élite tremblera... 

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub

Commentaires

Khalnad

Disruptive, réorganisation complète...

Je crois que bcp, peut être une majorité, ou en tout cas une part non négligeable et d'influence du marché de l'emploi c'est le ""piston"" ou en tout cas le bouche a oreille, ce qui pose d'ailleurs un problème de discrimination, qu'elle quelle soit, mais crée une valorisation sociale (salariale) aussi

je connais personne qui éprouve du plaisir a chercher un emploi et faire des allers retours qui ne serve rien entre le pole emploi et son ordi a un effet pervers, si ce site peut se focaliser sur ce problème, coach, psy, etc... tant mieux,

en espérant que ce soit pas un énième odesk.

JobsBooker

Cher Khalnad,

Jobs Booker propose une façon innovante et ludique de trouver un emploi, en créant un lien interactif permanent et constructif entre les candidats et les recruteurs qui peuvent tisser ainsi progressivement des liens durables.
Sur Jobs Booker vous construisez de part et d'autre un patrimoine très assimilable à celui que vous pouvez constituer par le bouche à oreille. A mesure du temps, les gens apprennent à se connaître, à s'apprécier pour certains, à travailler ensemble.

Pour vous permettre de voir comment ça fonctionne en image, nous vous proposons de consulter notre vidéo sur notre site www.jobsbooker.com ou directement sur youtube http://www.youtube.com/watch?v=ZoVTeT19xTA

L'équipe de Jobs Booker

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.