Connaissez-vous Arthur Dagard et Guillaume Jouannet from Paris ? Evergig : un "générateur de concerts en ligne"...
Le secteur de la santé française se fera-t-il aussi disrupter ? En route vers la santé 2.0 !

Connaissez-vous Frédéric Durand-Salmon from Paris ? BePatient préfigure la santé 2.0 ...

Pour contacter Frédéric Durand Salmon : fds@bepatient.fr

Savez-vous combien il y a de Français atteints de maladies chroniques ? Malades qu'il faut suivre au jour le jour ? 15 millions !.. C'est beaucoup... Et cela doit coûter trés cher.. (40.000 ordonnances seraient établies par jour en France, chaque ordonnance préconisant plus d'une 10aine de médicaments)...

Quelles sont ces maladies chroniques ? Pourquoi Frédéric, qui a longtemps oeuvré dans le secteur médical traditionnel (1.0), pourquoi donc a-t-il mis en oeuvre cette plateforme "bepatient" ? Quels sont les services proposés ?

Capture d’écran 2012-11-18 à 11.51.04

Il explique avec détails... Que faut-il entendre par les 4P ? Qu'est-ce que le carnet de santé électronique de bepatient ? Quels sont les "sensors" proposés aux patients ? Frédéric en présente quelques uns devant sa webcam.. Dont le dernier tensiomètre 2.0 sans fil.. un glucomètre bluethooth.. 

Qui prend la décision de proposer au patient tel ou tel sensors ? 

Questions habituelles de ma part : business model (B2C - bepatient s'adresse directement au patient ; mais aussi un volet B2B), commercialisation, concurrence, nouvelles fonctionnalités, visées internationales, etc...

Capture d’écran 2012-11-18 à 11.53.16

Pourquoi associer le patient dans des études cliniques ? Relation avec les milieux médicaux 1.0 ? Où sont stockées données du patient ? Que faut-il entendre par la "formation du patient par ses pairs" ?

Comment se positionne bepatient par rapport au DP (dossier pharmaticien) ? Au DMP (dossier médical personnel - le dossier des médecins) ? Comment Frédéric juge les professionnels de la santé ? bepatient sera-t-il un élément pour remédier au désert de santé que l'on a France ? Et que l'on aura de plus en plus ?

Capture d’écran 2012-11-18 à 14.18.41

J'ai aussi évoqué avec Frédéric la génétique et son impact sur notre systèmes de santé... Le séquencement génétique va-t-il conduire de plus en plus à une médecine préventive, et une diminution corrélative de la médecine réparatrice ?... Le coût d'un séquencement sera de l'ordre de 100 $ en 2015 : les progrès dans ce domaine sont fulgurants, beaucoup plus que ce que l'on a constaté dans les microprocesseurs par exemple .. Et Frédéric pense qu'en 2020, 1 milliard d'Etres Humains auront fait leur séquencement génétique... Quand on pense qu'en France, il nous est interdit de faire faire notre séquencement (sinon amende de 15.000 €) !... Alors qu'avec l'Internet, il est trés facile de le faire faire aux USA.. 

Commentaires au débotté.. J'ai participé mardi 14 novembre 2012 à Paris à la conférence Ethique dans les usages du numérique en santé. Conférence organisée par le Conseil de l'Ordre des médecinsIl m'a semblé que les 300 professionnels de santé dans la salle, et la bonne vingtaine d'orateurs qui se sont succédés étaient trés loin de tout cela...

Aprés la musique et les biens culturels, aprés le commerce avec le commerce électronique, aprés les réseaux sociaux qui permet à tout un chacun de s'exprimer comme il veut, c'est maintenant autour de la santé d'être sur le grill du 2.0... Les "gens" vont prendre la main sur leur santé, et non plus avoir une relation de dépendance paternaliste par rapport au corps médical. L'éducation commence (avec les MOOC).. Aprés, cela sera le tour de l'organisation de la Justice, de l'Administration au sens large, et peut-être enfin de la démocratie ? Qui sait ?

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub

Commentaires

Cath Coste

Hé bé ... bravo pour cette nouvelle plateforme qui donnerait enfin le top départ des "maladies chroniques 2.0" en France ...

stephane

Bonjour,
juste en passant, il ne me semble pas que 23andme séquence, ils ne font que du génotypage de SNP à ma connaissance. L'interprétation des données de génomique est un enjeu majeur pour la médecine dans le futur. Il est très difficile d'interpréter ces données pour des raisons très simples. Les programmes de sequençage génome entier on montré que nous possédions tous en moyenne une 20 de mutations interrompant un gène fonctionnel. L'interprétation de ce stop codon est actuellement un grand sujet de discussion, remettant complétement en cause notre façon de voir la génomique. Il est certain que l'avenir est là, l'interprétation des données restent un enjeu majeur, et elle sera probablement compliqué. Actuellement même dans des maladies monogéniques fréquentes, il est difficile de faire un pronostic en particulier quand le mode de transmission est dominant.
Si on rajoute une couche de complexité comme l'a récemment apporté DECODE, c'est pas forcément demain que nous pourrons faire de la médecine prédictive basée sur la génomique. Je me demande d'ailleurs si ce n'est pas ailleurs qu'il faut chercher, protéomique ou métabolome.
Désolé je me suis laissé entrainer.

Billaut

@Stéphane... je pense que c'est exact pour 23andme... Le séquencement complet coûte encore beaucoup plus cher...
La chose est complexe.. et ce n'est pas pour demain matin..
Mais on a envoyé un homme sur la Lune : ce qui était aussi trés complexe...
Les enjeux économiques sont énormes... Donc je pense que l'on va arriver à quelque chose..

stephane

Je vous conseille la lecture de cette excellente note http://t.co/WMPuqQyM
On arrivera à quelques choses c'est sur, en combien de temps je ne sais pas. La grosse différence entre la génomique et l'industrie spatiale est que pour construire une fusée, on fait des plans, on teste, on explore, ici tout est différent. Il faut identifier la diversité, je vous conseille la note de mass genome sur les résultats récent de 1000 genomes, et ensuite l'associé à des pathologies. NOus avons 3 millions de différences dans notre génome par individu. Il faut imaginer toutes les interactions entre les gènes et surtout l'impact du non codant. Nous y arriverons probablement, amélioration des algo, analyse très poussée des phénotypes, etc, mais c'est pas pour toute suit, j'espère me tromper en fait. Je crois beaucoup en la génomique, mais il y a énormément de travail. La différence avec l'ingéniérie, c'est que nous ne maitrisons pas toutes les réponses adaptatives du vivant et dieu sait qu'elles sont efficaces. Quelques dizaines de millions d'années de pression de sélection, c'est efficace pour trouver un système robuste. Le vivant est très robuste.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.