Connaissez-vous Paul Sevinç from Zurich ? Do you doodle ?
Connaissez-vous Emmanuel Gadenne from Limeil Brévannes ? Le 2.0 s'étoffe avec le "quantified self" (QS)

La e-santé à la gauloise : cela part un peu dans tous les sens..

Catherine Coste m'a fait parvenir le document qui présente les différents intervenants à la dernière conférence du Catel. Télésanté 2011 pour une meilleure efficacité de la chaîne de soins. "Unissons nos compétences et nos actions"...

Le moins que l'on puisse dire : c'est que cela part dans tous les sens... Preuve de grande vitalité allez-vous me dire ? Certes, certes... Laissez-moi vous conter 2 historiettes amusantes (avant peut-être de vous raconter un de ces jours une histoire pas marrante du tout)...

1/ Comme vous le savez peut-être, je suis amputé de la jambe droite depuis presque 2 ans. Et à la sortie fin décembre 2009 de mon centre de rééducation (l'hôpital de la Musse prés d'Evreux), l'honorable médecin chef (qui n'aime pas du tout Internet), me dit qu'il faudrait faire 2 dopplers par an pour voir si la tuyauterie tient le coup... (j'ai un pontage sur l'autre jambe)... Bête et méchant, vous me connaissez, je fais.

Donc, je vais voir le toubib ad hoc (une charmante dame) qui travaillent dans 2 dispensaires prés de chez moi : l'un à Plaisir et l'autre aux Clay-sous-bois (tout cela dans les Yvelines). Habituellement j'allais à Plasir. La dame docteur y avait tout ce qu'il faut comme matos, et elle enregistrait sur son PC son diagnostic et les clichés pris sur son bouzin. La dernière fois, pour je ne sais quelle raison, elle me propose de venir aux Clay. J'y vais.. J'arrive même à monter à l'étage, malgré une rampe légérement défecteuse... Et elle me demande si j'ai apporté avec moi les résultats papier de mon dernier doppler... Naturellement je lui dit non, pensant qu'elle avait tout cela dans son bouzin... Hé bien non, Mesdames et Messieurs ! Mon dossier était resté plombé dans son bouzin de Plaisir..

Je lui marque mon étonnement.. Et j'en profite pour lui faire un petit cours de 2.0... Si elle avait pu mettre mon dossier doppler sur une plateforme e-santé sécurisée en mode Saas (j'explique naturellement), il n'y aurait eu aucun problème... De plus, j'eusse pu en remettre les codes à mon médecin des familles qui commencent à se mettre au mail...

Le browser est l'avenir de la gestion de la e-santé...

2/ Deuxième histoire... Il y a eu dans mon affaire d'amputation quelques dysfonctionnements majeurs semble-t-il (je vais peut-être y revenir sur ce blog un de ces jours). La loi Kouchner de 2002 autorise le patient à demander copie des dossiers médicaux, là où il est passé. Je demande donc copie de mes dossiers par lettre recommandée. Lettres que j'ai confectionnées et fait envoyer par un site web ad hoc - c'est bien quand même l'Internet. Quelques émois dans les chaumières médicales m'a-t-il semblé. On m'a appelé pour me demander ce qui se passait ... la loi Kouchener n'a pas l'air d'être souvent utilisée par nos compatriotes...

J'ai reçu quelques monceaux de papelards... Je me demande bien pourquoi tout cela n'est pas sur un serveur sécurisé, auquel je puisse accéder...

Bref, l'organisation de la santé en France en est encore à l'âge de pierre et de Gutenberg... Sa réorganisation s'impose, à la lumière des évolutions technologiques...

Le Président Sarkozy veut réformer la France ? Voilà pour lui un très beau chantier, à mon sens beaucoup plus important que l'âge de la retraite (sur ce plan, je pense que dans une bonne dizaine d'années il faudra avancer de façon importante l'âge de départ à la retraite - mais c'est un autre problème)...

Il me semble que si j'étais Président de la République, j'éviterais de me perdre dans les arcanes de l'intelligenstia parisienne, et autres clubs politicards... Surtout je mettrais en dernière position sur ma feuille de route, mon éventuelle réélection... Enfin je pense...

1/ D'abord, je prendrais des cours sérieux de 2.0 (et je mettrais un Mac, à la rigueur un PC, sur mon bureau élyséen - faut montrer l'exemple).

2/ Je demanderais chaque trimestre à nos Ambassades un résumé synthètique sur l'évolution de la e-santé dans le Monde. Aprés tout nous n'avons pas la science infuse.

3/ J'inviterais les forces gauloises en présence à un Grenelle e-santé... "Mesdames Messieurs : il nous faut mettre en place une structure Internet à la sauce 2.0 pour gérer l'organisation de la santé de nos concitoyens. Tout sur une plateforme sécurisé, en mode Saas. Tous les dossiers des patients accessibles par un simple browser. Vous allez me dire que les papies et mamies de notre royaume n'ont pas Internet. C'est vrai... Mais dans les années à venir, tout le monde aura Internet. Il nous faut préparer l'avenir dés maintenant, d'autant plus que 70% des Français y sont déjà. Il ne faut plus utiliser d'applications spécifiques sous Windows, Mac ou open source. Ce genre de choses a été intéressantes dans le passé, mais maintenant elles coûtent chères.. Et ne sont plus "productives", au regard de l'évolution des technologies... blablabla..."

4/ Tout cela serait l'ossature de notre système de soins. A partir de là, les conférenciers du Catel peuvent s'y mettre et bâtir, qui un suivi à domicile à la sortie de l'hôpital, qui la gestion du diabète, qui une "wireless medecine", "un body area network", etc... On raboute sur l'ossature ce qu'il faut... Et on ne fait pas l'inverse...

5/ Naturellement, en tant que Président de la République, je demanderai aux participants à ce que ce Grenelle remette au Gouvernement un rapport complet de la santé 2.0 française (estimation des coûts, estimation d'économie de frais généraux, etc...) dans les 2 mois. On n'a pas l'éternité devant nous. Et naturellement, les Français intéressés par mettre la France à la sauce 2.0, y auront leur mot à dire. Notamment avec un atelier e-santé dont j'ai déjà parlé dans ce blog...Ce qui permettrait à tout un chacun de connaître les dernières évolutions mondiales (les séances des ces ateliers seraient streamées live, puis disponible en vod - en attendant des plateformes visiophonoiques collaboratives robustes peu chères)...

La santé est beaucoup trop importante pour la laisser dans les seuls mains des professionnels. De plus, je demanderais à mon énarque de service (ces gens-là savent écrire avec très grande finesse) d'ajouter dans mon petit discours un paragraphe laissant entendre que si les clans gaulois n'arrivent pas à se mettre d'accord, je ferai appel à Google/Microsoft/etc....

Une fois le Grenelle e-santé lancé, j'en lancerai un autre aussi sec : un Grenelle e-justice. Pour éviter que les jeunes filles de Nantes se fassent couper en morceau à tout bout de champ... Quand on voit des reportages à la télé 1.0 sur tel ou tel procès, on y voit des tas de professionnels en robe noire, certains avec un col ourlé de peau de bête, et portant des monceaux de papelards sous la bras.. La Justice 1.0 n'a rien à envier à la Santé 1.0... des monceaux de papelards...

Une fois le Grenelle e-Justice lancé, je lançerai un Grenelle e-éducation...  

Une fois le Grenelle e-éducation lancé, je lançerai un Grenelle e-administration au sens grec du terme, pour gommer au plus vite toutes les couches et sous-couches diverses qui organisent à la sauce 1.0 notre aimable royaume... Avec des chefs et petits chefs à la tête d'une myriade de silos...

Voilà ce que je ferai si j'étais Président.IL y a naturellement bien d'autres problèmes - drogue, énergie nucléaire versus énergies renouvelables, banquiers avides, etc..., - mais cela me paraissent les plus importants pour l'instant ... Et j'éviterai de blinblinguer à tout bout de champ dans les écrans de télévision 1.0, et de faire mumusse avec d'autres politicards... Cinq ans me semble-t-il, devrait suffir pour mettre tout cela en oeuvre... Cela tombe bien c'est la durée d'un mandat présidentiel...

Réformer la France, c'est la faire basculer dans le 2.0.. Le problème n'est pas de rajouter des personnels comme on dit dans les milieux autorisés 1.0, pour gérer le papier. Le problème est de s'organiser autrement, en utilisant les technologies d'aujourd'hui.. Et vous verrez, cela fera des milliards d'€ d'économies...

PS. Il va sans dire que cela nécessitera d'équiper le pays d'un réseau moderne de télécommunications à base de fibre optique... Il est en effet peu probable que votre médecin des familles puisse recevoir une radio de vos poumons avec un réseau cuivre, wimax ou autres... (la clinique où j'ai été amputé m'a remis des CD-ROMS avec les différentes radios qui ont été faites... j'ai apporté ces CD à mon médecin des familles... Il n'a pas pu les lire sur son bouzin des familles... Comme quoi les apps spécifiques windows, apple, linux...).

 

 

 

Commentaires

Web_Neuronal

Bonjour Jean-Michel

Je vous suis depuis longtemps sur votre blog, et puisque vous parlez d’un domaine que je connais, j’en profite pour vous donner un coup de chapeau pour vos analyses et commenter votre billet.

L’histoire de la e-santé française tient dans la maxime d’Anderson "The best thing that governments can do to encourage innovation is get out of the way."

Cette maxime n’a pas été entendue, et l’on est, depuis 10 ans, dans la mise en application de http://www.atoute.org/n/article102.html . Philippe Ameline, grand connaisseur du sujet en a dressé un chronique cruelle ici http://philippe.ameline.free.fr/phis/

Donc, le DMP orchestré par les pouvoirs publics est un remake du Plan Calcul. Le surprenant “Grand Emprunt”, minuscule par rapport aux besoins de financement de l’Etat, est en fait un montage destiné à distribuer des gros budgets à quelques amis qui se partagent le gâteau.

L’avenir du DMP est bien sûr dans le 2.0, c’est à dire que le patient doit en être le propriétaire et le gestionnaire. Aucun médecin n’aura le temps ni l’envie, ni la capacité de gérer ce bazar. Le gagnant sera très probablement Google Health qui l’a bien compris, et peut être des satellites outsiders comme http://www.sanoia.com (dans lequel je n’ai aucun intérêt) et qui aurait pu résoudre votre problème.

Zen

Bonjour
Je suis surpris de voir que vous n'êtes pas informé des travaux en cours par l'ASIP Santé, les associations et les acteurs du secteur de l'e-santé. le DMP, contrairement à ce que j'ai pu lire dans le commentaire précédent et qui fait comme d'habitude une critique mal instruite des efforts faits par le service public, a pour vocation à donner au patient le plein accès à son dossier médical. Contactez donc l'ASIP Santé pour avoir des informations sur les projets en cours. http://esante.gouv.fr
le secteur de la santé est très complexe, et impulser des initiatives nationales loin d'être évident. Beaucoup de travaux sont aussi faits par les établissements de santé ou les ARS.
PS: je ne suis pas de l'ASIP Santé moi même.

Billaut

@zen... si je devine ce que cela doit être... Le grand emprunt on en parle depuis des lustres... qu'en sort-il ? des tas de trucs... la Caisse des dépôts a lancé des appels d'offres pour trouver des consultants... mais on en est toujours au point mort...
Cela va être un nouveau plan informatique pour tous..
Que la santé soit complexe je comprends, ayant moi-même passé dans ses mains... Mais pourquoi faire beaucoup de travaux dans tous les coins? Pour mettre en place une plateforme sécurisée pour les documents de santé faut pas 3 générations... désolé l'ami je reste zen, mais l'élite gauloise me gonfle...on ferait mieux de former tous les profesionnels de santé et ceux qui décident pour les autres aux outils du 2.0...

D.VDA

Laissez faire, laissez passer !

Le moins d'Etat sera le mieux, et la bonne nouvelle c'est qu'avec 1,5% max de croissance poussive et des taux d'emprunt qui remontent, endetter les jeunes générations pour faire plaisir aux clientèles d'aujourd'hui, c'est fini.

Et vivement le pétrole à 200 USD qu'on n'ait d'autre choix que d'innover.

Bon bah, Billaut Président !

Billaut

@D.VDA... Billaut Président ? vous savez chez moi je n'ai pas de pouvoir... et puis faire avancer les tribus gauloises ensemble n'est pas de tout repos.. et vu mon grand âge... Enfin c'est gentil d'y avoir pensé...
Mais je suis d'accord avec vous... En tout cas au train où vont les choses, le risque que cela pète dans le pays augmente, si vous voyez ce que cela veut dire..

Conovor

il va sans dire que vous avez complètement raison. Hélas, il n'est qu'a voir les projets proposés: assistanat et toujours plus de dépense. Rien sur la e-santé, rien sur la e-administration, rien sur la fibre, sur la robotique, sur la réforme des universités et surtout de la recherche. A quand un ministère de la prospective, des plans sur 5 ans dans tous les secteurs (recherche, télécom, santé) et bien sur monter les formations (université) qui vont allez avec pour préparer l'avenir.

Web_Neuronal

@Billaut Il est clair que ça va péter avant que ceux qui se la pètent avec le DMP version "machin" pètent ce qui reste de pépettes dans la pétaudière e-santé.

Billaut

@Conovor... je ne sais pas trop s'il faut mettre dans le tuyau de l'oreille de notre fringante élite la création d'un ministère de la prospective.. A mon avis cela ne servira à rien... Mieux vaut aider les jeunes (et moins jeunes) qui créent la France 2.0. Sans tambours ni trompettes... De toute façon ceux qui s'intéressent à la prospective et au futur n'ont nul besoin d'énarques et autres zigotos... Tout est sur le Net...

lgdoc

cher monsieur,vottre billet d'humeur propose un idéal que l'on ne peut que souhaiter...MAIS!
comme vous semblez expert en informatique, vous n'êtes pas sans savoir qu'"il n'y a pas qu'à" et que les difficultés de mise au point du dossier médical informatisé (malgré les budgets déjà dépensés!!) ont montré à quel point il est diificile de trouver une solution technique à la fois facile d'accès MAIS comportant toutes les garanties de confidentialité.Vous n'hésitez pas à donner des détails médicaux personnels, mais je serais étonné que beaucoup de personnes soient prêts à ce que le détail de leur dossier médical soit accessible à tous sur internet.Qu'en pensez-vous?

Bernard GARRIGUES

@Jean-Michel,

Du haut de ma longue carrière hospitalière, je proclame :

1/ Surtout pas de web2.0 généralistes pour l'e-santé. Certes le web a le potentiel de faciliter une réponse à quelques difficultés volumineuses de la santé des hommes ; c'est pas mal mais cela ne va très loin.
2/ La véritable difficulté de l'e-santé est de mettre au point un protocole (HP ?)qui permettent un relation symétrique soignant-soigné à la fois discrète à 100% et efficace à 100%.
3/ Donc un protocole d'un niveau supérieur à IP6 et les applications qu'il permettra.

Je lis ou j'entends des discours de médecins sur le sujet et il est posssible de rêver que, parmi eux, existe un génie qui va nous sortir, un de ces quatre, de ce pot au noir.

Billaut

@Bernard... vous étiez toubib dans votre jeune temps ?
Oui certes... Mais à mon avis ce n'est pas comme cela qu'il faut penser.. je ne pense pas en ce qui me concerne, que l'on a besoin d'un petit génie... on a besoin de gens "normaux" ( et pas de mandarins), qui utilisent l'internet... et de zigotos (peut-être petits génies) qui proposent des choses que les premiers vont juger intéressants... par exemple le site curetogether (mais il y en a beaucoup d'autres). L'utilisation de plateformes 2.0 va à mon sens obliger le monolithe santé à se bouger le popotin.. Car si le monolithe perd du chiffre d'affaires...

Billaut

@lgdoc Ce que j'en pense ?
C'est toujours bien d'avoir un idéal et d'essayer de l'atteindre... et je ne suis pas expert en informatique. Je sais a peu prés l'utiliser.. et je sais par contre observer ce qui se passe dans le grand monde... Il est difficile de trouver une solution dans notre affaire, car beaucoup de gens y ont des intérêts divergents... D'où la difficulté... Je pense donc comme je l'ai écrit en réponse à un comment de Bernard, que se sont les internautes qui feront la loi... comment ? je ne sais pas, mais c'est très intéressant à observer... de plus le quantified self arrive (voir un prochain e-billautshow)..
Mais je suis sur un point d'accord avec vous... Pour m'amputer il fallait un mandarin... Par contre sur l'organisation du système de santé il y à dire...

Bernard GARRIGUES

@Jean-Michel,

Pas toubib, administratif : j'ai essuyé tous les plâtres de l'informatique hospitalière durant 20 ans.

Tu as certes tout juste lorsque tu dis que la logique de l'application web a le pouvoir de secouer ferme le cocotier : faire du e-terrorisme pour aboutir l'e-santé ? En attendant,nous devons accumuler les couches de données, sans trop attenter à l'intimité des gens.
Pour le "protocole santé" (que l'on pourrait généraliser comme "quelles sont les caractéristiques d'une relation internet qui permette de ..." il y a 12 ans que je travaille dessus (je ne suis pas le seul) sans avoir trouvé rien de simple : quelques avancées de temps en temps. J'aimerais bien un génie ; en attendant, je suis avec attention les billets de Jean-Michel BILLAUT en espèrant que quelqu'un fasse le même travail que toi sur les pratiques internet de terrains et sur le piratage. Cela avancerait plus vite.

Bernard GARRIGUES

J'ai tout de même l'impression que la part d'internet dans le PIB augmente maintenant plus rapidement que la part santé. Quelqu'un peut-il infirmer ou confirmer ?

steph

>on ferait mieux de former tous les professionnels de santé et ceux qui décident pour les autres aux outils du 2.0...

Sauf que dans ce milieu, les stagiaires des formations restent de la caste des professeurs...

et puis former sur quoi ? c'est quoi aujourd'hui dans l'hôpital, au quotidien, ce "2.0" ? Déjà qu'on ne les forme trés souvent pas sur leur propre dossier patient interne ...

Billaut

#Bernard
Une étude du BCG pour UK : internet représente 7,2% du PIB. Pour la france selon McKinsey on serait à 3,2% mais cela va augmenter...
Je dois avoir les URLs de ces études quelque part, mais vous pouvez les retrouver facilement..

Billaut

@steph...
Je ne comprends pas très bien ce que vous voulez dire : "les stagiaires des formations restent de la caste des professeurs..."
Former sur quoi ? former à tout.. comme chez Lippi... (voir sur mon blog)...

Christophe

Bonjour jean-Michel,
Toujours des analyses très fines et précises...

Un petit lien pour conforter votre analyse
http://techcrunch.com/2011/04/10/the-new-information-age/

Billaut

@Christophe
Merci l'ami sympa...
et merci aussi pour l'article de techcrunch... trés intéressant... à mon avis le web 3.0 va être la convergence du numérique et du génomique... tous les génomes des espèces vivantes vont elles aussi être numérisées..

Bernard GARRIGUES

@Jean-Michel,

Tes chiffres correspondent à ce que j'avais en mémoire. Conclusion (abrupte) : il est plus facile aujourd'hui de faire du pognon sur la télémédecine que sur la médecine.

Qui sait m'expliquer comment traduire par google le texte de techcrunch en français ?

Bernard GARRIGUES

Merci à tous, j'ai trouvé comment faire.

Bernard GARRIGUES

J'aime bien le discours de techcrunch parce qu'il dit de manière différente ce que je dis.

Maintenant, il se plante sérieux s'il s'imagine que le web2.0 réalise une relation acceptable pour les hommes par internet.

Je suis par contre tout à fait d'accord pour prétendre qu'il sera toujours moins coûteux (en dollars et en logique) de mettre au point une application à 3 dimensions sur internet que d'aboutir un web3.0. C'est un peu comme si tu entreprenais de transformer un fer à repasser en symphonie de Beethoven.

Zen

Difficile de comparer l'e-commerce, l'e-banking avec la e-santé. Pour les premiers, le droit du consommateur est protégé par la loi, il y a des assurances pour couvrir certains risques. Pour l'e-santé, un médecin qui brise le secret médical peut être radié, une erreur médicale peut couter des millions d'euros en indemnités, sans parler d'une vie qui peut être perdue. Comprenez que le corps médical regarde à 4 fois avant de se lancer dans la conquête du web 2.0. Ne me faites pas écrire ce que je n'ai pas écris, je n'ai jamais écris que c'était mieux de nos jours, il y a déjà des erreurs médicales, etc. Encore faut-il ne pas se précipiter pour reproduire les mêmes erreurs. Un standard de partage de document médicaux existe, les protocoles de gestion aussi (http://www.ihe.net/). Des systèmes s'interfacent, etc. Le NHS s'est planté en angleterre, la France n'est pas la seule à avoir beaucoup à construire sur ce sujet.

Billaut

@Bernard...
je pense qu'un jour "une machine" fera mieux que Beethoven...
l'Humanité va être fortement secouée dans les années à venir avec les technologies que d'aucuns créent. Et qui se développent de façon exponentielle... et par ailleurs je ne suis pas très sûr qu'Homo Sapiens soit le summum de la Création... Nous sommes trop égotiques pour nous en rendre compte...

Billaut

@zen
Ouais... ouais... D'une part, ce n'est parce que cela s'est planté ailleurs, que cela va se replanter...
Je ne vois pas pourquoi avec les outils du 2.0 un médecin pourrait faire autre chose que ce qu'il fait aujourd'hui...
Je parle de l'organisation globable d'un secteur d'activité économique. Et non des qualités bonnes ou mauvaises d'un type pour faire un diagnostic..
Personnellement je pense que l'on ne pourra pas continuer comme on fait...il va falloir s'organiser autrement... Sinon ...

Bernard GARRIGUES

@Jean-Michel,

La difficulté n'est pas là (il y a 15 ans que je possède un zinzin à trois francs six sous qui , tu lui fournis un thème de Beethoven, par exemple, te le transforme à la volée en slow, samba, concerto, mazurka). Tu peux très bien sur une musique de Brassens te faire fabriquer algorithmiquement une symphonie romantique en trois mouvements à la manière de Schubert, Beethoven ou Berlioz. Il ne s'agit pas d'application web2.0 et cela n'a même pas besoin d'internet pour fonctionner. Il n'empêche que le processus de Ludwig est un processus heuristique, pas algorithmique. L'un des processus hyper puissant (jamais connu depuis l'origine de l'homme sur terre)du net : la sérendipité ne fonctionne qu'à l'intelligence humaine (grande ou petite). Avec un catalogue d'idées, tu peux par processus algorithmique produire quelques milliers de discours différents par combinatoire mais pas un seule idée (la machine existe : ENA)

jul

Les temps changent, les pratiques vont évoluer d'elles-même.
Aujourd'hui, quand un externe arrive dans un nouveau service, la première chose qu'il fait c'est regarder sur l'app store s'il trouve l'appli qui va lui permettre de calculer tel score de mesure de la maladie, ou encore, il demande où taper l'observation car la rédiger sur papier ça lui prend trop de temps (version papier qui aurait ensuite été ressaisie par une secrétaire).

@JMB : j'ai beaucoup votre vision participative, dynamique et pragmatique, donc j'aurais tendance à y adhérer, à vouloir y contribuer.
Je poserais juste 2 bémols :
1) attention à ne pas créer une fracture social du numérique, car vous aurez toujours un % non négligeable qui n'accrochera pas.
2) attention à ne pas voir que les défauts du personnel médical. Je comprends qu'avec votre expérience, vous puissiez être échaudé, mais vous dressez un portrait du corps médical beaucoup plus noir qu'il n'est (en tout cas, je le perçois comme tel)

Enfin, contrairement à certains, je ne vois pas une tutelle étatique comme un obstacle (si l'équipe est jeune et motivée).
Primo, car l'objectif de google ou microsoft est de faire de l'argent, via des prestations payantes (moi et ma vision naïve des soins pour tous).
Secundo parce que je ne saurais dire si le plan calcul a été un réel échec (je ne suis pas de cette génération), mais il a quand même permis à Louis Pouzin de mener ses travaux.

Au plaisir de vous lire.

Bernard GARRIGUES

Ceci dit, une métaphore n'a pas le pouvoir de modifier la vérité (ce qui est vérifiable).

Bernard GARRIGUES

Je relis l'ensemble : j'ai menti par omission : je suis docteur mais pas toubib

Billaut

@Bernard... ben tout cela est vrai dans une réflexion linéaire, dans un plan de conscience traditionnel... je pense que dans les 30 ans qui viennent les robots sapiens seront aussi intelligents qu'un homo sapiens biologique. Ensuite y'aura peut être des tas de Mozart... ... voir les réflexions d'Hans Moravec de Carnegie Mellon...
http://www.transhumanist.com/volume1/moravec.htm
voir le 2ème graphique... Naturellement ce genre de réflexions dérangent notamment dans les civilsations judéo chrétiennes... mais pas chez les Japonais qui sont animistes...

Billaut

@docteur, content d'apprendre que vous réparez vos omissions...

D.VDA

En tant que client/patient lambda étranger aux arcanes du domaine médical, j'ignore ses serpents de mer, je suis juste convaincu que l'e-santé se fera par les individus : créations d'applications (Google ou autres plus petits), utilisateurs se les appropriant, sélection par ce nouveau marché des médecins jouant le jeu (acceptant 2 ou 3 applis/protocoles) après signature d'un contrat éventuel les déchargeant de ce qui sort de leur responsabilité. Et propagation.

Il y a 10-11 ans j'ai pris le câble en région parisienne, 512 ko, ça plantait sans arrêt, je devais avoir 2 copains qui avaient un email, une pub 4x3 pour un site était un ovni, et Internet était déjà le Mal.

Je suis donc confiant. ;)

Billaut

@jul..." vision participative, dynamique et pragmatique" c'est à mon avis la seule façon pour éviter les embrasements qui secouent les sociétés humaines de temps à autres...
Fracture numérique... de toute façon vous en avez une.. tant que les générations 1.0 ne sont pas toutes parties chez Dieu le Père... (ma grand-mère de type 0.0 refusait le téléphone, elle était donc en fracture... mais que voulez y faire ? Vous ne pouvez aller contre)... Les digital natives n'auront pas ces problèmes avec l'Internet et l'organisation en 2.0.
Je ne fustige pas les défauts du corps médical 1.0 sauf un.. mais seulement l'organisation actuelle de la santé. Comme l'organisation de la justice, etc... La France pourrait s'organiser mieux me semble-t-il..
Ce que je reproche au corps médical c'est son peu d'appétence pour le changement.. Mais c'est pareil pour les notaires,les juges, les... etc...
Pouzin, je ne suis pas sûr que son datagramme était intégré et financé par le plan calcul... j'aurais dû le lui demander...(j'étais à sa remise de la Légion d'Honneur)...
Enfin : je vais vous faire une confidence... dans le métier que j'ai exercé j'ai toujours adopté une règle simple... "et si le type qui m'explique quelque chose d'un peu nouveau avait raison ?" Il faut une grande humilité je pense (je n'ai aucun mérite, c'est plutôt naturel chez moi), prendre son égo et le mettre sous son talon ,ce qui n'est pas toujours facile pour ceux qui ont fait les grandes écoles gauloises, et à qui ont a susuré qu'ils étaient l'élites de la Nation..... J'invitais aussi d'autres gens à me dire ce qu'il en pensait du gars qui nous expliquait sa vision, son matos, son service, sa technologie (d'où l'atelier)... Et avec cela on a fait pas mal de business à la Cie Bancaire...
Je préfère de beaucoup cette façon de voir que d'être embourbé dans des tas de philosophies, de poncifs, de raisonnements divers, etc..
C'est ce que continue à faire d'une certaine façon avec ceux que j'interviewe dans le billautshow.. Par exemple que pensez vous du "quantified self" (voir l'interview d'emmanuel gadenne). Votre avis m'intéresse... Conneries ? ou grand avenir ? A vos claviers...


jul

@JMB : il faut être ouvert, c'est effectivement le truc ! Bref, je vous suis.


Sinon, pour le quantified-self... mon petit REX perso.

Amusé par le concept, sans vraiment le connaitre, je me suis lancé dans la chose pour un an, l'année de mes 30 ans (avec pour objectif de le refaire pour mes 50 et comparer (en supposant qu'il reste quelque chose de comparable)).
Je n'enregistre pas que des données "médicales", loin de là (déplacements, temps et intérêt du travail, météo,...).

Intérêts :
- permet de quantifier certaines pathologies récurrentes qui sinon sont du domaine de la définition vague (ex : j'ai eu des aphtes plus de 50% du temps depuis 6 mois)
- permet de se rendre compte de certains "excès" de manière tangible (ex : j'ai dormis moins de 7h 3 jours de suite et le 4iem j'étais fatigué)
- permet de se "corriger" (ex : je ne me brosse pas assez les dents de mois-ci)
Bref, plein de petits détails sur lesquels on a alors une vision macro et qui permettent de comprendre certains phénomènes qui nous affectent.
En enregistrant aussi ses repas, je suis sûr qu'on doit pouvoir en tirer quelque chose pour sa santé.

Inconvénients :
- lourd à faire au quotidien
- l'information manque trop d’homogénéité pour être facilement exploitable (l'exemple des repas)

Bref, il faudrait un super système qui automatiserait plus les choses qu'un formulaire de saisie sur google docs.
Avec les bons mécanismes, ça permettrait probablement des choses formidables d'un point de vue médical (et pas seulement pour "moi", mais pour des analyses statistiques, en supposant que le panel de self-trackers soit suffisant).

Billaut

@jul
marrant votre affaire.. moi je viens de découvrir... et je vais m'y mettre dés que j'ai mon tapis de marche... et je vais regarder de prés les truc qui permettent de faire enregistrement automatique... genre fitbit http://www.fitbit.com/
je vais d'ailleurs demander sur mon wall FB qui utilise ce genre d'engins...

Billaut

@toutes et tous..
voir aussi http://www.personalinformatics.org/tools
très interssant.. je ne pensais que cela en était à ce point... comme quoi en se balandant sur le net on apprend beaucoup plus de choses qu'une discussion au bistro...

Bernard GARRIGUES

@Jean-Michel,

Chez moi, tu enfonces des portes ouvertes. L'article de Hans Moravec date, tout de même, de 1997 : il est passé de l'eau sous les ponts d'internet. J'ai personnellement débuté mes recherches l'année d'après. Mon truc, c'est qu'elle est le potentiel développement local d'internet ? Je n'ai rien trouvé de facile sur ce champs là. La pensée linéaire, cela ne marche pas dans l'analyse des systèmes multidimensionnels (excuse le truisme); or je suis un praticien de l'analyse systémique.

Billaut

@Bernard
Effectivement beaucoup de progrès dans le domaine des robots humanoïdes depuis 97...
Développement local ? le problème n'est pas de trouver des ananyses, mais de faire et d'apprendre en marchant... je ne sais pas trop si un praticien de l'analyse systémique...

Bernard GARRIGUES

@Jean-Michel,

Connais-tu l'adage "de base" du développement individuel humain (c'est aussi celui de l'action)? Par l'analyse, nous devenons ; par la négociation, nous sommes reconnus. Le développement local, c'est l'art de faire converger les développements individuels ; (plus exactement, les stratégies individuelles).

Je me plante peut-être à long terme ; l'intérêt des démarches de recherches, c'est qu'en bout du bout, soit tu trouves, soit tu trouves que tu t'es planté sur ton hypothèse.

Billaut

@Bernard...
as tu trouvé localement chez toi l'art de faire du développement local...? si tu as trouvé pourrais tu nous en donner la recette ?
de mon côté avec mon hypothèse cela avance doucement... pour l'instant...

Bernard GARRIGUES

@Jean-Michel

Il n'y a pas de recettes : simplement travailler à chaque instant à la convergence des stratégies individuelles. Exactement ce que tu fais en matière de web2.0. Sachant que la convergence, ca marche au consensus mais aussi à la trique.

arena

@Billaut
Pour ce qui est de la prospective : il faut lire le document disponible à cette adresse ...

Je ne pense pas que le mot Grenelle soit à retenir. D'un point de vue marketing, le terme n'est pas gage de réussite (malheureusement). Et pourquoi pas lancer cela sur internet dès maintenant : santé.mon14juillet.org, education.mon14juillet.org etc ...

Après avoir lu le dernier § "La DGME éclate au profit de la DISIC et de l’Etalab bonne nouvelle pour la RGPP ?" de cet article, je m'interroge sur la capacité de notre administration à mettre les infrastructures nécessaires à ces (r)évolutions (datacenters, open data, etc ...).

JM, après une telle déclaration il ne reste plus qu'à lancer les premières e-primaires avec un www.monpresidentpour2012.org à l'égal de mymajorcompany pour un "e-pétage" en douceur.

Portablegenomic


@ JMB, je partage bien evidemment vos commentaires.  Plusieurs ajouts:

1- j'avais repondu à la grande enquete du ministere de l'economie numerique en juillet 2010. Un chapitre concernait l'e-santé. Publié en oct. Nov 2010, ce ministere se félicitait des reponses, seulement 32 personnes ayant repondu à la partie e-santé !!! Premier constat, franchement, mais qui s'interesse à l'e-santé en France ?

Bon, Ok, on peut aussi dire, mais qui s'interesse au ministère de l'economie numérique ? Et ses enquetes qui passent inapercues? Si eux n'arrivent pas à communiquer numeriquement, alors la France est foutue, on parle quand meme du ministere de l'economie numerique !

2- j'ai assité de Bordeaux, à la journée tele-sante. Plusieurs constats. L'organisation parfaite, ca a vraiment bien fonctionné. Chapeau.
Ensuite, l'ASIP et autres sigles qu'on oublie vite tellement ils sont nbreux, montrent qu'une fois de plus on est entrain de créer un mille-feuilles d'institutions pour l'e-santé, où vont se perdre les financements et les energies, ou tout le monde va se renvoyer la balle quand on parlera reglementations, remboursements des actes d'e-santé...etc.

Un truc qui a bcp fait rire à Bordeaux. L'intervenant en ouverture, responsable ASIP me semble-t-il, a parlé de 2011 comme l'année 01 de l'e-santé. Le cardiologue de bdx qui a commencé à utiliser des protheses cardiaque télésurveillées dès 2001 l'aura fait remarquer lors de son intervention. L'e-santé existe déjà depuis longtemps, il faut qu'à l'asip ils se reveillent.

C'est bien significatif du décalage qui existe entre les politiques et le terrain.

Ce cardiologue aura meme fait remarquer qu'il se battait depuis des annees pour le remboursement de ces actes de tele sante, pour qui notre gouvernement fait tjrs la sourde oreille. C'est ca aussi le probleme de la telesanté. Et pour achever le tout, ces actes de telesurveillance de protheses cardiaques, a Bdx, sont toujours financees par des budgets recherche. C'est à pleurer, ca non? Tellement triste.

Toujours lors de cette journée e-santé, j'ai remarqué que pour les intervenants, l'e-santé c'etait surtout des solutions communiquantes pour les institutions, les medecins, les institutions, les médecins.....pratiquement aucun mot de solutions d'e-sante au service des patients, pour le patient, que ca soit lui qui utilise de tels outils. Rien. L'e-sante en France ne sera pas dans les mains du patient, clairement.

Dans ces conditions comment va-t-on y arriver en France si on ne parle pas des patients?

Alors, moi, les interventions de Google et Microsoft j'ai pas l'intention de les diaboliser. Ils ont des solutions de dmp qui fonctionnent, qui sont gratuites pour les patients, mais payantes pour les institutions ds des relations B2B. Ca me choque pas du tout. En France leurs solutions sont interdites, oui interdites, alors que d'autres pays europeens les utilisent. On croit rever quand meme.

Jean-Michel, vous devriez essayer microsoft healthvault dès que vous pouvez pour vos data.

Mon opinion, nous n'aurons pas de revolution e-sante sans les entreprises privées, les startup innovantes, et autres initiatives commerciales. Et oui on peut etre ethique, preserver la confidentialite des data medicales, les proteger, tout en ayant des initiatives entrepreneuriales qui ont pour but AUSSI de gagner de l'argent. Mais qui surtout mettront bien plus rapidement le patient au centre de cette revolution. 

Bernard GARRIGUES

J'avoue que l'intervention de portablegemonic m'impressionne : il pointe les deux difficultés logiques de l'application web : (1) le mille feuilles ; (2) qu'existe une araignée à l'origine de toute toile.

Nous connaissons trois modalités d'appropriation des biens :(1) les biens publics ; (2) les biens communs ; (3) les biens privés.

Il ne me gène pas du tout que les biens privés soient gouvernés par le web et ceux qui sauront y créer leurs lucratives activités.

Je n'aime pas que les biens communs comme l'information et la connaissance soient livrés à l'économie des résultats financiers et à la logique web2.0

Billaut

@Portable...
intéressant commentaire cher ami...

A vous toutes et tous... Microsoft France semble intéressé par un atelier e-santé fonctionnant un peu comme l'atelier de la Cie Bancaire que j'avais créé dans les temps anciens..
On y ferait intervenir (dans les locaux de MS à Issy les moulineaux) des startups et autres du domaine ... avec streaming live worldwide...
Il me semble que cela va faire grincer les dents de notre aimable élite gauloise... qu'en pensez vous ??

Cathcoste

Je partage a 200 pour cent l'opinion et l'analyse de Portable Genomics, il en va de même pour certains chefs de service a l'AP-HP assistance publique des hôpitaux de Paris ...

Cathcoste

@Jean-Michel : let's go for it !!

Billaut

@Bernard
Quand vous saurez ce que prépare portable, vous en tomberez sur le derrière...

Bernard GARRIGUES

@Jean-Michel,

Tu as le don de corser les débats : j'aime.

arena

http://www.pervasivehealth.org/docs/Ph2011-CFPs-Flyer.pdf

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.