Connaissez-vous Olivier de la Bastide from Boston et Laurent Nicolas from Paris ? Télémédecine : les grandes manoeuvres commencent...
Connaissez-vous Laurence Bois from Paris ? Scopalto : le kiosque numérique des revues culturelles

Connaissez-vous Pierre ? Vers un premier réseau FTTH d'une région rurale (de la vallée de l'Hérault)

Vers une reprise de Service Public par le Public ? Voilà une idées qu'elle est bonne !

J'ai reçu de Pierre ce document que j'ai trouvé intéressant. Je le publie avec son accord car je pense que cela peut en intéresser plus d'un... Quand les Français de base prennent leur destin en main... Sans attendre de l'Etat et d'autres collectivités locales leur bonheur sur cette Terre... Il me semble que certains ruraux vont ressortir leurs fourches... Une e-jacquerie à l'horizon ? Je laisse la parole (pardon le clavier) à Pierre...

Voici ci-dessous un résumé de la démarche que nous avons entamé fin 2010 dans une zone rurale de la vallée de l'Hérault avec comme objectif de construire un premier réseau FttH « coopératif » d'ici 2012.

Capture d’écran 2011-01-30 à 10.06.00

Objectifs :

Sortir du paradigme actuel du Très Haut-débit français, opposant investissements privés et publics, perdant des années en consultations publiques, études, rapports & co... pour au final arriver à un quasi immobilisme, un plan THD au rabais, non financé sur le long terme, des jolis projets pilotes histoire de faire patienter mais aucun déploiement massif (si l'on oublie quelques exceptions comme THD92 ou le SIEA), des PPP ou des DSP qui servent plus les intérêts de leurs concessionnaires que ceux du public, etc...

Assez ! Nous voulons reprendre en main un service pour et par le public (Pas le service public mais bien les habitants, les entreprises, ceux qui vivent dans nos bouts de campagnes et qui ne verront pas le THD de leur vivant). Bref, en lieu et place des « Délégations de Service Public », nous voulons instaurer une sorte de « Reprise de Service par le Public »

Puisque ni les opérateurs ni les collectivités ne veulent ou ne peuvent nous fournir ce réseau THD, nous allons le construire, le gérer et le maintenir nous-mêmes. Nous y ferons venir des opérateurs qui nous vendront leurs services sur notre infrastructure (ouverte et neutre). Que Orange, Free ou SFR ne viennent pas car nous ne jouons pas avec leurs règles sera leur problème, il y aura bien des OVH, Wibox, E-Tera, Alsatis ou d'autres pour émerger et venir développer leur business là où les "gros" ne veulent pas.

 Comment :

  • Construction de réseaux de dessertes FttH ruraux par les habitants/utilisateurs

  • Auto-financement

  • Ouverture sans discrimination aux opérateurs

  • Implication a minima des collectivités, elles doivent être des « facilitateurs » plus que des « financeurs » et encore moins des maitres d'œuvre. Lorsque la population suivra et s'impliquera dans le projet les collectivités suivront (ou essayeront de comprendre)

  • Commencer « petit » par un hameau en zone blanche puis s'étaler telle une tache d'encre par proximité

 

Déroulement :

  1. Repérage / connaissance du contexte « haut-débit » local et régional : acteurs privés et publics, RIP, DSP, PPP en place ou en projet, technos utilisées, réseaux fibre installés (fait)

  2. Choix d'une zone de démarrage (fait) selon les critères :

    - Zone blanche ADSL (lignes de 10 km de long !!!)

    - Couverture « palliative » existante (Wifi 5.4 Ghz de la DSP locale) mais décevante

    - Proximité de points de sortie (4 à 6, 8, 11 et 13 km) de fibres RIP (DSP CG34 / A75 Networks / NRA FT dégroupés)

    - Hameau (60 foyers) d'une commune rurale très étendue

    - Absence de services publics sur le hameau

     

  3. Création d'un « noyau dur » d'habitants prêts à s'investir pour changer les choses (en cours)

  4. « Évangélisation » de la population aux bénéfices qu'ils pourraient tirer du THD (économiques, e-santé, usages, nouveaux services « solidaires », développement de leur hameau). L'objectif est de convaincre 80% de la population de s'engager sur le projet (garantissant ainsi sa viabilité)

  5. Constitution par la population d'une structure (association, coopérative ?) qui construira, gérera et sera propriétaire du réseau de desserte FttH.

  6. Conception du réseau. Négociation avec les différents RIP pour les points d'interconnexion. Choix des technos et méthodes de déploiement suivant les critères suivants :

    - Possibilité pour une population de non-techniciens de faire elle-même le déploiement (la plus grande partie possible)

    - Prévoir de ne pas utiliser le génie civil FT (sauf impossibilité)

    - Éviter autant que possible le domaine public pour favoriser la déploiement de fibre à travers les domaines privés (fonds de jardins, façades, chemins dans les vignes...).

    Note : d'où l'importance d'avoir obtenu l'adhésion d'un maximum de la population

    - Préférer les solutions qui minimisent l'OPEX même si c'est au détriment du CAPEX.
  7. Financer la construction du réseau : on doit aller vers le maximum d'auto-financement, même si la possibilité de chercher du financement public ne doit être exclue. Dans ce cas, cela ne doit ni imposer trop de contraintes techniques et financières sur le projet. L'auto-financement fera appel à deux volets :

    - Un financement récurent par les utilisateurs du réseau (la population). Celui-ci peut prendre la forme d'une cotisation annuelle à l'association, d'un « loyer » pour utilisation de la ligne THD, voire d'une souscription récurrente au capital (voir le modèle proposé en Angleterre sur http://broadbandcumbria.com/2011/01/18/part-iii-the-funding-and-service-model-for-eden-valley-fttp/), mais l'important est que l'habitant/utilisateur paye ce financement au réseau communautaire (dont il est propriétaire) et non aux opérateurs apportant leurs services sur le réseau (comme c'est le cas dans l'ADSL dégroupé)

    - Une grande partie du financement par les utilisateurs sert à rembourser part la plus importante du financement contractée par emprunt long (le Crédit Coopératif semblant le plus à même d'y pourvoir), le reste étant affecté à l'OPEX.
  8. Construire le réseau lui-même et l'interconnecter à un ou deux RIP. On reprendra ici le principe de « barn raising » proposé par Marc Duchesne associant les utilisateurs/habitants dans une construction collective d'une infrastructure qui leur appartient.

  9. Faire venir les opérateurs sur le réseau pour qu'ils proposent leurs services. Cela commencera par les services « classiques » du 3P et l'on essayera d'avoir des opérateurs proposant des services pas forcément « bundlés 3P » (en permettant par exemple à un opérateur de venir proposer uniquement un service de VoIP ou d'internet seul) de manière à pouvoir proposer à nos utilisateurs une sorte de kiosque dans lequel ils choisissent le web chez A, la VoIP chez B, etc... Il est clair qu'avec la taille du réseau et son nombre de clients réduit nous n'attireront pas les FAI « classiques », ce sera là une chance pour des opérateurs aujourd'hui « en devenir » de faire leur trou. D'autant que l'idée, derrière notre volonté de ne pas faire payer les utilisateurs pour la construction via les opérateurs, est de pouvoir proposer à ces derniers de venir opérer sur le réseau sans couts d'entrées supplémentaire (à eux seulement de régler leur collecte jusqu'au réseau via le ou les RIP le desservant, RIP chez lesquels ils sont souvent déjà clients).

  10. Inventer de nouveaux services/usages à l'intérieur du réseau d'habitants/utilisateurs (co-shopping, formation...

  11. Commentaires au débotté .. C'est effectivement ce qu'il faut faire.. Mais le plus compliqué est d'impliquer les habitants... Je n'y suis pas encore arrivé à Villiers le Mahieu (faut dire qu'avec ma jambe de bois -fut-elle électronique-, il m'est difficile d'aller frapper aux portes pour faire l'article)... Sinon à Poleymieux prés de Lyon (1000 habitants) mon compère Christian Salles qui y habite à inciter à la création d'une webschool rurale... Le Maire de cette noble localité en a fait l'ouverture hier samedi 29/01/2011.. On s'est fait une visio pour l'inauguration... Je mets en ligne ce jour ou demain. Une webschool est un élément important me semble-t-il pour évangéliser les populations... Je n'y suis pas encore arrivé à Villiers le Mahieu (pas bon le billaut, pas bon du tout...)

Commentaires

Pascal Minguet

Oui il est difficile mais pas impossible de faire adhérer les gens, la population. De notre coté, dans des villages de 350 (Biarne) et Jouhe 500 nous avons réussit, nous avancons tous ensemble élus locaux (conseillers municipaux, associations, citoyens). Bravo pour cette expérience et cet exemple que nous reprendrons sur nos site... http://net-village.org et http://net-iki.org

mlb9146

<< Éviter autant que possible le domaine public pour favoriser la déploiement de fibre à travers les domaines privés (fonds de jardins, façades, chemins dans les vignes...)>>
Hou là là ... la galère ! Bonjour les grincheux, les empêcheurs de tourner en rond, les "contre tout et pour rien", les procéduriers !!!
Pour y être passé dans une "vie antérieure", je dis : BON COURAGE !

Billaut

mlb007 a raison.. les gaulois ne sont pas simples... regarder Vercingétorix à Alésia... il a mal fini le gars...

Bernard GARRIGUES

Par formation à l'analyse/programmation, j'ai appris (en plus de la dialogie heuristique/algorithmique) qu'une analyse non exhaustive rendait toute programmation inefficace (traduit par l'adage :"Ce n'est pas le problème, ce ne peut être la solution.")

Billaut

@bernard...
comprends pas tout ce que vous écrivez.. mais vous devez avoir raison...

Bernard GARRIGUES

JM,

Je n'ai sûrement pas raison dans la logique des industriels du net. Par contre, je pense être (en partie) juste en ce qui concerne le potentiel développement local d'internet (un de mes sujets de recherche depuis, disons, 1998).

Mon hypothèse est que le potentiel "développemment local" d'un système réseau dépend de sa puissance.

J'ai lu avec attention l'exposé de Pierre (qui effectue assez souvent des interventions sur le net). Je suis aussi les interventions de gens comme OZ, ML ou MD.

Je n'accepte pas la logique des industriels du net ; même pour la détourner. Je cherche :

1/ Une application du net qui mettrait au point une relation internet à la fois symétrique et syncrétique (qui modifie (presque)automatiquement l'analyse de l'émetteur et du récepteur).
2/ Une topologie et une architecture du réseau local qui vise la puissance maximum.
3/ Le montage juridique opérationnel qui en rende les utilisateurs propriétaires in saecula saeculorum.

Le préalable à ce processus, c'est qu'un modèle économique qui semble tenir la route soit accepté par les acteurs locaux. Je ne vois pas l'intérêt "développement local" de l'accès exclusif à la télévision HD, même si cela serait apprécié dans les zones d'ombre.

jpjambes

sur le fond l'idée est excellente. Il faut tenter. Ce sera pourtant dur, très dur, mais c'est pour cela que c'est une très belle idée. Si je peux aider... A votre dispo

Billaut

@Bernard...
bonne recherche... sinon est-ce qu'il y a un modèle économique pour la route qui passe devant chez toi ? quel est son ROI ? les réseaux FTTH c'est la même chose...

Billaut

@jpjambes...
quand Pierre démarrera on ira faire un méchoui dans la vallée de l'Hérault.. toi tu pourras creuser... moi dans mon fauteuil roulant je vais jouer de l'harmonica pour le moral des troupes... et je vais filmer...

Bernard GARRIGUES

JM,

Absolument d'accord avec toi. C'est pour cela que j'ai écrit "qui semble tenir la route". L'économie est une religion absurde au service des passions humaines et de la cupidité ; pas une science.

Lorsque l'on fait 30% de marge opérationnelle (cas de FT), il n'y a plus de raisons qui tiennent, ni aucune once de service public recevable.

Lorsque le ROI (retour sur investissement, comme nous disons en bon gaulois) est de 3 mois (proposition de FT afin de fibrer mon sous répartiteur) c'est le mal des ardents, pas de la gestion en bon père de famille.

Billaut

@Bernard... hé oui c'est comme cela... FT préfére racheter un opérateur serbe plutot que fibrer nos bleds...
mais pourquoi vous ne fibrez pas vous-mêmes ? et devenez propriétaire de votre réseau ?

Bernard GARRIGUES

C'est ma proposition ; reste à résoudre le coût du péage afin d'accéder au réseau de transport de FT.

Billaut

@Bernard
et les habitants sont OK ? si vous ne les avez pas avec vous : pas la peine...

web7

"des PPP ou des DSP qui servent plus les intérêts de leurs concessionnaires que ceux du public, etc..."

J'aime ce passage, j'adhére à 100% à ces dires !

Construire à la va-vite, n'importe comment pour empocher le pognon du contribuable mais ça se complique ensuite quand il faut mettre des gens pour gérer et vendre.. surtout quand c'est moins rentable qu'une autoroute ou des parkings..

Bernard GARRIGUES

@JM,

Je ne sais si les habitants sont OK mais je sais que la coopération, cela marche à partir deux pignoufs qui montrent à leurs voisins qu'ils ont trouvé un truc pour travailler à deux plus efficace que de travailler deux fois seul.

Il est peut-être possible de convertir l'ARCEP vers le 7 mars.

Billaut

@Bernard Effectivement c'est ce qui faut faire...
pourquoi le 7 mars ? de quelle année ? et le convertir à quoi ?

Bernard GARRIGUES

Le 7 mars 2011, c'est la date de fin de la consultation de l'ARCEP sur la sous-boucle locale en zone peu dense.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)