Connaissez-vous Yann Casanova from Paris ? Dématérialisez donc vos cartes de fidélité plastique...
Connaissez-vous Jean Michel Cornu from Fetigny ? Des millions de monnaie à la sauce 2.0

Connaissez-vous Florian Cathala from Saint-Maur-des-Fossés ? Web-medecin : nos toubibs se mettent au 1.0...

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Figurez-vous que notre aimable Conseil de l'Ordre des Médecins pousse ses ouailles à créer leur propre site web ! Et moi qui croyait que la publicité chez les professionnels de santé était bannie...

Florian donne donc dans le web médical avec web-médecin... qui est une plateforme "accréditée"' par le Conseil de l'Ordre pour créer son site web... de type plaquette...

Capture d’écran 2011-01-20 à 17.20.10

Donc du 1.0... Combien y a-t-il de médecins en France (libéraux et publics)... Combien ont un site Web ?

Pourquoi le Conseil de l'Ordre pousse les médecins à ouvrir un site web ? Il semble qu'il y a une prise de conscience... alors que les médecins n'aiment pas trop l'Internet... 1/10 au moins est franchement réfractaire... 1/10 est partant... Au mileu : ils ne savent pas trop...

Capture d’écran 2011-01-20 à 17.27.45 La structure de leur site est fixée sur web-médecin... (mais ils peuvent choisir la couleur de fond des pages)... Qu'est-ce que la certification HON ? Dans leur site les médecins peuvent indiquer quels types d'information ? Les horaires d'ouverture de leur cabinet  ? Y aura-t-il de la visiophonie entre le médecin et son patient ?

Combien cela coûte-t-il pour le médecin ? Combien ont un site web-médecin ?... Y a -t-il de la concurrence à web-médecin ?

Quel est l'avenir de la médecine en France selon Florian  ? Nouvelles fonctionnalités qui seront intégrées dans web-médecin ? (prise de rendez-vous avec le patient, etc...)...

Visées européennes ? Dans les autres pays européens il y a moins de réglementation qu'en France.

En Espagne et en Allemagne notamment. En Espagne il y a 10 fois plus de médecins sur l'Internet qu'en France...

Que pense Florian de la médecine et des réseaux sociaux ?

Commentaires au débotté : Globalement les médecins français n'aiment pas trop l'Internet... Mais poussés par les internautes, ils vont devoir s'y mettre sous peine de voir arriver Google, Microsoft dans l'organisation de notre santé préventive... Aprés le démarrage du commerce électronique à la fin des années 90, aprés les problèmes de droit d'auteur et autres, voilà maintenant la santé sur la e-sellette... Il y aurait en France envion 800.000 professionnels de santé de tout poil. Et pas mal de lobbies... (cf le Médiator, les "cadeaux" des laboratoires,....  etc..). Sans compter les mandarins... Tout cela va devoir s'organiser sur l'Internet à la sauce 2.0... Je doute que notre Président de la République réussisse à mettre au pas tout ce beau monde, comme il a pu le faire avec les salariés et leur retraite... Mais c'est une opinion toute personnelle...

Et aprés la santé, va arriver sur la e-sellette, notre Justice... Car là aussi, l'organisation serait à revoir... (je ne parle pas naturelllement de supprimer les juges d'instruction, ce qui est un autre problème)

 Pour contacter Florian Cathala : fc(arobase)web-medecin.fr

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub

Commentaires

iramus

Le conseil de l'ordre des chirurgiens dentistes a établit une charte des sites internet des praticiens depuis 10 ans, spécifiant ce que l'on a droit de faire figurer, c'est TRES TRES limité.
SEUL lien autorisé depuis ce site c'est vers le conseil de l'ordre !!
En clair c'est une simple carte de visite.
Un dentiste du sud ouest avait fait un superbe site où il EXPLIQUAIT les soins, les pathologies, le tout illustré, il a été convoqué et poursuivit et après 2 années de procès, appels et frais d'avocat, il a baissé les bras et a fermé son site!!!

Ils n'ont pas compris que si l'info ne vient pas des professionnels eux même, l'info sera proposé par quelqu'un d'autre et de toutes façons, la demande sera toujours là donc comment y répondre au mieux si ce n'est par les professionnels eux mêmes. Mais lorsqu'on pense qu'il ne le fait que pour faire sa pub......

Billaut

@Iramus
merci pour votre témoignage...
Les professionnels de santé français sont à la masse... font se faire dépasser...
Vous avez les ccordonnées du chirden du Sud Ouest (pour interview)...

jul

Et si on se demandait pourquoi le médecin n'aime pas trop internet ?
Déjà, cette affirmation est complètement fausse parce que bien trop "générale". Les médecins, à minima les moins de 40 ans, utilisent internet comme base de connaissance.
Ensuite, vous, lecteur de ce blog, qui êtes tous un peu geek, un peu "informaticien", n'avez-vous jamais été agacé par une tante, un cousin, qui vous apprend la "vérité" sur un sujet sur lequel il croit tout savoir parce qu'il a passé un quart d'heure sur le sujet sur 01Net ou hardware.fr ? Ce cher cousin, convaincu de tout savoir sur le sujet va pourtant déblatérer de grosses bétises tout bêtement parce qu'il se sera basé sur des sources non fiables.
Ce genre de situation vous parle ? Très bien.
Transposons maintenant ceci au domaine de la santé, on va découvrir plusieurs problèmes.
1) les sources.
Les sources des patients ne généralement pas les mêmes que celles des médecins. Quand un patient va éplucher un forum "doctissimo", un médecin va aller sur les sites comme pubmed.
Dans un cas l'information n'est composée que d'un agrégat disparate de retours d'expériences, dans l'autre, elle est basée sur des études validées par des méthodes scientifiques.
2) leur contenu
Quand sur doctissimo 50 personnes vont se "monter le bourrichon" autour d'un sujet (effet caisse de raisonnance), un médecin va chercher une information factuelle et dépassionnée.
Quand sur doctissimo, 100 personnes vont dire "l'homéopathie, ça marche sur moi", sur pubmed, le médecin lira des études validées sur un panel de patient représentatif que l'homéopathie a principalement un effet placébo (petite attaque personnelle contre l'homéopathie, n'en tenez pas forcément compte ;-))
Bref, tout ça pour dire qu'internet est une source d'information que malheureusement pas tout le monde ne sait utiliser.

Passons maintenant aux autres usages que l'on peut avoir d'internet dans un cadre médical.
Vous parlez télé-médecine. Très bien, mais c'est loin d'être une solution miracle.
Tout d'abords, rappelons que l'examen médical est composé de 3 éléments fondamentaux : 1. l'interrogatoire, 2. l'examen, 3. les analyses. Avec la télémédecine, point d'examen possible (allez, peut être que pour un dermatho,...)
Ensuite, faire du skype avec son médecin, c'est très joli, mais ça reste quand même un truc de riche qui peut se payer une connexion internet et un PC avec webcam.
Enfin, comment "facturer" le temps passer à dialoguer à distance ? Comme un consultation ? Rien du tout ?
La médecine est, rappelons-le, une vocation mais avant tout un travail, et donc le patient doit payer pour le temps qu'il passe avec son médecin.
Bref, la télé-médecine, c'est très bien, ça montre son utilité dans l’Ariège pour faire de la télé-radiologie avec le CHU de Toulouse, mais ce n'est pas dit que ça soit applicable à la médecine de ville.
Parlons ensuite des réseaux sociaux.
Dans leur forme actuelle, les produits "grand public" ne peuvent pas vraiment être utilisés car il est impossible de s'y échanger de l'information de manière confidentielle ou sur laquelle le fournisseur de service ne s'arrogera pas la propriété.
Une solution dédiée aux populations médicales serait peut être la solution (c'est ce qui sera peut-être fait en Afrique pour les médecins-chercheurs).

Pour conclure, pour en revenir au produit présenté ici.
Pourquoi pas un site qui donne les horaires d'ouverture du cabinet, l'adresse, le plan d'accès, voire la possibilité de prendre directement son rdv.
Par contre, faire de la pub ???
Désolé d'être un peu vieux jeu, mais pour moi médecine et publicité sont 2 mots totalement incompatibles !


Merci à ceux qui ont lu ceci jusqu'au bout, pardonnez le style, il est tard :-)
Pour information, je ne suis pas médecin, mais plutôt informaticien familier des questions d'informatique médicale.

PS : enfin, pour vous documenter sur le sujet du e-patient, je vous renvoie vers le site de la fing qui dispose d'une thèmatique sur le sujet.

Billaut

@jul.. merci tout d'abord pour votre long mais intéressant commentaire... certes doctissimo n'est pas un médecin...certes les internautes peuvent se monter le bourrichon...
affaire de riches dites vous ? j'ai lu hier que 70% des Français avaient un accès Internet. 70% des Français sont riches ? Je doute...
Par ailleurs parlons de l'organisation de la santé dans ce pays. Je suis amputé d'une jambe... Quand les douleurs se sont fait sentir (je n'ai pas eu le temps de consulter doctissimo), il m'a fallu plus de 7 heures pour arriver sur une table d'opération.. En ile de france... Et mon chirurgien, bon gars, de me dire que si cela n'avait pris que 3 heures, il n'y aurait pas eu de problèmes pour ma jambe... un simple pontage aurait suffit. Par ailleurs le médecin chef de l'hôpital où j'étais - dans l'arrogance de sa soi-disant science - m'a dit que je ne remarcherais jamais plus et que je resterai en chaise roulante (je teste en ce moment une prothèse électronique)... Le tout devant ma femme... Et dans 10 ans il n'y aura plus de médecins dans nos campagnes... Parce que pour ces messieurs c'est trop dur... Alors qu'allez-vous faire ? sinon de la médecine à distance à condition d'avoir du très haut débit ? Vous devriez lire le bouquin (papier) de Debré et Erven "avertissement aux malades aux médecins et aux élus". J'en suis resté baba.. Et je ne parle pas des affaires de médicaments, de cadeaux des labos à nos chers médecins... Réformez les retraites c'est assez simple... Réformez l'organisation des soins en Gaule c'est beaucoup plus compliqué... Il faudra plusiseurs Sarko 2.0...
Bien à vous...

Nonol

Attention, la charte Ordinale du CNOM de mai 2010 demande à ce que les praticiens acquièrent une adresse type dr-nom-specialité.medecin.fr et non un nom de domaine de leur choix.

Nonol

cf http://www.conseil-national.medecin.fr/article/charte-de-conformite-ordinale-applicable-aux-sites-web-des-medecins-987

jul

@JMB,
Votre point de vue est très intéressant
1 - Pour le problème des campagnes :
Vous dites "pour ces messieurs" : vous devriez plutôt dire "pour ces dames", car actuellement, les étudiants en médecine, c'est 70% environ de femmes.
Vous dites que bosser à la campagne "c'est trop dur" : la médecine de campagne, c'est effectivement dur, avec les consultations dans des coins difficiles d'accès, qui prennent un temps pas forcément rémunéré etc. Bref, vivre à la campagne c'est un choix de vie qui n'attire pas forcément tout le monde, d'autant plus des personnes qui après 7 ans d'études estiment avoir le droit à un minimum de choix quant au lieu de leur installation.
De la médecine à distance, pourquoi pas ? Mais je pense qu'avant d'embarquer de la techno, des solutions plus attractives pour les médecins existent. Par exemple la création de maison de soins qui regroupent médecins, infirmières, kinés,... Les soignants ne sont alors plus isolés dans leur cabinet mais bossent en équipe (ce que recherchent les jeunes médecins). Ca ne résout pas tout, mais c'est une première idée pour remédicaliser les campagnes.
Une autre solution, c'est la médecine itinérante qui fait sa tournée, tel les bibliobus (des idées autour de cette solution sont en gestation en lozère, je crois).

2 - Vous parlez des "cadeaux des labos".
Tout d'abord, ceci est bien moins vrai depuis quelques années, puisque lesdits labos ne peuvent plus donner ne serait-ce qu'on stylo aux médecins.
Ensuite, c'est très regrettable, mais les labos apportent parfois un financement qui est nécessaire et pas fourni par l'état.
Un exemple : il est fréquent que les labos proposent aux futurs docteurs de financer l'impression de la thèse. Difficile de refuser quand on gagne 1800€ par mois et que cette impression va coûter 400€.
Et de manière plus générale, cette "corruption" n'est-elle pas la même dans toutes les branches de la société ? Un fait de la nature humaine ? Dans l'informatique, domaine que je connais, combien de contrats sont gagnés non pas parce qu'un produit est meilleurs mais parce que le DSI s'est vu offrir une semaine au soleil ? (c'est quelque chose que j'ai vu).
Par ailleurs, toujours à propos de nos chers labos, pourquoi l'état autorise la mise sur le marché (et plus important, le remboursement) d'un centième antidouleur, pas plus efficace que les existants, et surtout dont on ne connait pas les effets secondaires ? Ceci n'a rien à voir avec les médecins.

3 - Vous semblez avoir une certaines rancœurs vis-à-vis des médecins.
Vu ce qui vous est arrivé, c'est tout à fait compréhensible. Cependant,
En médecine, comme dans toute profession, "ya des cons". Simplement, ici, quand il y a un problème, ce ne sont pas des millions qu'on perd, mais une jambe, un bras, une vie... Et malheureusement, je n'ai pas de solution à ce problème.
Par ailleurs, je pense qu'il ne faut pas faire l'amalgame entre médecine de ville et médecine d'hopital, ni entre chef de service et praticien, interne,...
Pas facile, au quotidien, le métier de médecin : entre les patients qui ont des vrais problèmes, ceux qui estiment avoir "DES DROITS" mais ne savent rien des devoirs qui en découlent, la pression de faire toujours plus avec moins, les horaires de fous (ex : un interne n'a pas de temps de travail officiel, il n'est donc pas rare de les voir bosser 60, 80h par semaine)... J'ai même cru lire que le taux de suicide chez les médecins était l'un des plus élevés, bien supérieur à celui des agents de france télécoms dont on a tant parlé l'an dernier.

J'ai posé beaucoup de problèmes, pas beaucoup de solutions...
Peut-être que les technos 1.0, 2.0 ou 3.0 en sont un bout (j’y contribuerais volontier ). Les choses avancent : le DMP émerge enfin, il y a un vrai mouvement d'informatisation dans les hopitaux,... Mais les choses doivent être revues plus en profondeur.
On a mis en place le PMSI, qui devait permettre de faire un peu de compta analytique. Objectif louable.
Malheureusement, la cotation des actes entraine des dérives importantes : un service de médecine du sport qui soigne peut et examine beaucoup va être très bien doté, alors qu'un service comme la rhumato qui va plus faire du traitement "de fond" ne vont pas pouvoir garder les patients suffisamment longtemps parce que... ya pas de case correspondante dans le PMSI.
On donne le pouvoir à l'administration au détriment des "mandarins". Très bien, mais c'est souvent remplacer une nomenclatura par une autre qui, en plus, n'a pas le soin comme premier objectif. Par ailleurs, cette nomenclatura est souvent mal vue par le personnel soignant pour diverses raisons : nombreux scandales liés aux directeurs d’hopitaux qui font financer, par l’hopital, des rénovations de leur maison à coup de millions d’euros, alors qu’en décembre, faute de budget, il n’est plus possible d’acheter des toners pour les imprimantes…
On veut limiter le droit à l’installation pour favoriser les zones démédicalisées : très bien, mais qu’on applique la réforme aux étudiants qui vont commencer médecine, pas à ceux qui sont en dernière année et qui n’ont pas « signé pour ça ».
On trouve qu’on manque de médecins : si on avait été moins bêtes, on aurait augmenté le numerus closus il y a 20 ans, et de manière progressive, pas il ya 6/7 ans et en ouvrant grand les vannes…

Bref, encore une longue diatribe, mais je trouve que la médecine française le mérite (rappelons que c’est une des plus efficace en terme de coût).
Si l’exercice de la médecine vous intéresse, je vous conseille les livres et le site web de Martin Winckler qui a des vues novatrices

Billaut

@jul
D'abord merci pour votre très intéressant commentaire...
1/ maisons de soins certes... mais cela n'empechera pas la médecine on line... vous verrez un prochain billautshow de boston life labs... en fait la gestion on line de vos flux de data de santé va entraîner une nouvelle organisation de santé qui ne va plaire à des tas de gens...
2/ non non je n'ai pas de rancoeurs particulières comme vous dites vis à vis des médecins ... j'ai simplement des rancoeurs contre ceux qui ne sont pas foutus de faire convenablement leur boulot, contre ceux qui du haut de leur arrogance prennent les autres pour des glandus, etc...contre les lobbies et les institutions dont on ne sait pas très bien ce qui s'y passe... Je n'aime pas l'énarchie et tous ces trucs...
J'ai une rancoeur contre notre gouvernement qui pour des raisons probablement compréhensibles réduit la voilure des services publics dans les campagnes, sans proposer quelque chose en contre-partie...
3/ la corruption comme vous dites... je ne jette pas la pierre aux toubibs.. qui sont des Homo Sapiens comme les autres, et l'Homo Sapiens fonctionne généralement selon son propre intérêt...

Bref, le problème n'est pas de blablater deçi delà.. mais d'avancer. La France a besoin d'un réseau de télécommunications à très haut débit pour organiser mieux et moins cher : sa santé, sa justice, son éducation, sa politique...
Voilà mon avis... le reste n'est que l'écume des jours...

jfp

j'arrive un peu tard sur vos échanges de bonne qualité (de très bonne qualité).

au contact des mondes médicaux depuis 1994 ..et de l'informatique, je confirme que le monde médical hospitalier ou clinicien est informatisé, micro-informatisé, Applelisé etc..sans soucis.

Ayant créer ma sté en 2001 sur la e-santé, j'ai pu en 2002 installer le 1er planning opératoire sur intranet (et sous Linux) à l'Hop BICHAT,,puis me planyer complètement en concevant dès 2003 un Netagenda dédié à la prise de RDV pour les cabinets médicaux.

Si dans le 1er cas, je répondais bien à un besoin, dans le 2éme, je croyais avoir compris la réalité d'un cabinet médical, mea culpa (un agenda est une erreur en Fr, car une salle d'attente doit toujours être remplie, c une donnée économique) si si croyez moi ;-)

Enfin dès 2001 j'ai lancé des sites pour des équipes médicales de haut vol et dont les idées en terme de web étaient et sont toujours très claires.

Mais de mon point de vue, le cab médical, le médecin n'a rien à faire d'un site (cf sa zone de chalandise, pardon, sa localisation). Par-contre, faire attention à la notion des réseaux de santé qui impose ce fonctionnement en mode web.

Enfin, oui, 1000x oui à l'imbécilité des décisions énarchisées. Elles bloquent ou plutot orientent les projets NTIC vers un modèle franco-français, où les starts up sont sous perfusion du bon vouloir des nos ARS(ex ARH).

Le monde médicale hospitalo-universitaire ET praticien privé fourmille de projets web-santé passionnant et européens et euro-méditerrannéens.

Nicolas

C'est dommage effectivement de réglementer autant cela, surtout que comme il est dit plus haut, si ce ne sont pas les médecins qui le font, ce sera d'autres personnes (de surcroit bien moins compétentes) et la qualité de l'information sera de piètre qualité.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)