Jacques Chirac : «Monsieur Guillanton, je ne suis pas content de vous !»
Connaissez-vous Laurent Desmons from Douai ? Kinomap = youtube+google maps+gps...

Pourquoi les honorables membres de l’EAF (Elite Analogique Française) n’ont pas de cartes de visite ?

(Les contes de l'Internet : petites histoires qui me reviennent. J'ai eu en effet la chance d'être aux premières loges pour observer le basculement de la France dans le numérique).

Allez, petit sondage vite fait : avez-vous quelques cartes de visite sur vous ? Oui ? Alors vous ne faites probablement pas partie de la Grande Elite Française... Vous n’en avez pas ? Dans ce cas, il se peut que vous fassiez partie de la Caste des Seigneurs... Si c’est le cas, vous pouvez quand même rester pour lire la suite : je m’en vais vous conter deux historiettes croquignolesques à propos de cartes de visite...

Vous allez me dire que le sujet est futile ? Un petit bout de carton...

Et pourtant, ce petit bout de carton est révélateur d’une organisation sociale analogique et maintenant digitale... C'est en mettant bout à bout de petits riens que se révèle le génie d'un peuple, où au contraire...


Personnellement, j’avais pris l’habitude d’avoir toujours sur moi un petit stock de cartes de visite... Habitude prise en visitant les grands shows américains de la technologie dans les années 80 comme le Macworld, l’Internet World, feu le Comdex (qui va renaître de ses cendres en virtuel), le Consumer Electronic show, etc... Car dans ces shows, quand vous commencez à discuter avec l’Américain qui tient son stand, ce dernier amorce la conversation en vous donnant sa carte de visite. Carte qu’il «dégaine» avec grande célérité, tel un cow-boy avec son 6 coups dans le corral de Tombstone. Il attend en contre-partie que vous lui donniez la vôtre. Si vous n’en avez pas, vous êtes immédiatement catalogué comme peu sérieux...
Est-ce à dire que l’Elite française est peu sérieuse, si elle n’a pas de carte de visite ? Remarquez qu'on ne la voit pas souvent dans ces grands pince-fesses...

J’avais aussi pris cette habitude en visitant des entreprises japonaises à Cypango... Mon ami Michel Debord - grand familier du Président de Matsushita - m’avait initié au cérémonial grandiose de l’échange de carte de visite... Michel avait en effet été notre teamleader lors d’un voyage d’études organisé par l’UFB Locabail (une filiale de la Compagnie Bancaire) au Pays du Soleil Levant, il y a bien une vingtaine d’année.
A la différence du pays des cow-boys, on ne présente pas ici sa carte n’importe comment. Il faut la tenir des 2 mains, de façon à ce que votre interlocuteur puisse la lire, avant de la prendre. Petite courbette de votre part, et votre Japonais saisit précautionneusement le précieux bristol, en se courbant lui-même. En poussant des «hoho» plus ou moins longs d’étonnement, de respect, et de satisfaction. Tout en étudiant avec très grands soins tous les recoins de votre carte dont vous avez pris la précaution de la faire imprimer en kanjy... Il va ensuite vous remettre la sienne de la même façon. Attention, et Michel insiste beaucoup sur ce point : il ne faut pas immédiatement ranger le petit bristol de votre Japonais dans la pochette de votre veste. Il vous faut aussi l’étudier avec grand respect, même si vous n’êtes pas familier avec le kanji. Pas le peine de faire des «hohos» à la gauloise, vous seriez ridicule ... Et surtout, surtout, ne pas la mélanger avec d’autres cartes de visites que vous auriez déjà reçus au préalable dans d’autres entreprises visitées ... Car si malencontreusement lors de votre prochaine visite, vous sortiez en lieu et place de votre carte, la carte du Japonais vu au préalable... Pas bon ! Pas bon du tout ! Grosse bévue qui va mettre vos interlocuteurs dans une situation dont ils risquent d’être offensés... Et là, si vous voulez établir des relations d’affaires, c’est plutôt mal barré... Vous allez me dire que dire que si l’Elite Française n’a pas de cartes de visite, l’éventuel problème qui pourrait se poser n’aurait pas lieu ? Certes... Mais le b.a.ba de l’entrée en matière au Japon : c’est la carte de visite. Si vous n’en avez pas... Vous ne faite pas sérieux.
Est-ce à dire que l’Elite française n’est pas sérieuse ???

Mais revenons à nos moutons. Je me demandais donc pourquoi les gens importants que je recevais à l’Atelier de la Compagnie Bancaire, n’avaient généralement pas de cartes de visite à me remettre. Ils étaient même étonnés que je dégaine la mienne dés les premiers instants de la réunion...
Et un jour, j’ai compris... Monsieur Bernard Spitz (Enarque de l’An de Grâce...) avait demandé à me voir pour discuter de multimédia. Cela se passait vers la fin des années 80-début des années 90. Mon assistante, la très célèbre Chantal Duvigneau, était allé le chercher à la sortie de l’ascenseur. Il n’a pas eu le temps de s’asseoir que je lui remettais ma carte... Un peu interloqué, Bernard commence à chercher dans ses poches, puis dans son magnifique maroquin. Pour me dire après recherches infructueuses : «Désolé, Monsieur Billaut, je n’en ai pas. Mais rassurez-vous, je suis connu dans les milieux qu’il faut...»
Et là, j’ai compris... L’Elite Française vit en effet en circuit fermé. Leurs membres ont fait les mêmes grandes écoles, font partie des mêmes cercles. Leurs enfants fréquentent les mêmes lieux, etc... Ils sortent tous du même moule : il n'y a pas d'apport de "neurones frais" câblés de façon différente. Et comme ils ne vivent qu’entre eux, ils se connaissent bien... Donc pas besoin de cartes de visite... De plus, au cas où vous les rencontriez, ils n’ont guère besoin de la vôtre, vu que vous ne faites partie de la caste des seigneurs... (ce qui m'est arrivé un jour avec Jean Louis Beffa, homme d'importance et qui le sait, et qui a refusé de prendre ma carte de visite..).
Depuis, Bernard que j’ai revu, a des cartes de visite. Bien obligé. Comme il a créé une société de conseils qui travaille avec des entreprises coréennes, et que l’Elite coréenne n’a pas fait d’ENA, puisqu’il n’y a pas d’ENA dans ce pays (les pauvres ! ils sont bien à plaindre : cela doit être un sacré bazar chez eux...).

Autre petite histoire de carte de visite assez croquignolesque... qui vaut son pesant de cacahuètes...
J’avais organisé je crois que c’était en 1998, une réunion au siège de la Compagnie Bancaire au numéro 5 de l’avenue Kléber à Paris, une réunion avec l’équipe dirigeante de Kleline, et David Chaum.
Kleline était une startup que nous avions incubée... Et qui aurait peut-être pu devenir le Paypal mondial... David lui, avait créé Digicash, une entreprise californienne qui donnait dans la dématérialisation complète de la monnaie... Cryptographie forte (elle était tellement forte qu’il a dû avoir plus tard des problèmes avec le Gouvernement Américain et... Visa).
Donc, au jour dit, Pierre Simon Président de Kleline (et de l’Atelier de la Compagnie Bancaire), Abdallah Hitti DG de Kleline et moi-même, recevions David dans une des salles de réunion du 4ème étage de la Compagnie Bancaire. L’étage de la Direction. A noter que Pierre était l’ex-patron du Crédit du Nord et membre du Comité Directeur de la Compagnie Bancaire (aujourd’hui il est Président de la Chambre de Commerce de Paris). Un Monsieur important donc, et au demeurant très sympa (il y en a..). David est arrivé à l’heure dite. Il portait une chemise à fleurs et n’avaient pas de chaussettes dans ses sandalettes...Vous vous rendez compte ? A l’étage de la Direction de la Compagnie Bancaire !
Et au moment où il sortait de l’ascenseur, ce que je craignais est arrivé ! Le Président de l’époque de la Compagnie Bancaire : feu Bernard Muller (on l’appelait familièrement Pépère), sortait de son bureau... Je me suis senti obligé de lui présenter David... Bernard m’a jeté un regard torve, se demandant ce que j’étais encore en train de e-trafiquer... Chemise à fleur à l’étage de la Direction... pas de chaussettes ... sur une moquette épaisse comme cela... Enfin !
Un peu stressé, j’accompagne David à la salle de réunion...  Et si je me souviens bien cette salle avaient 2 portes... C’était la coutume à l’époque, pour éviter que quelqu’un qui passe dans le couloir puisse entendre ce que se disait à l’intérieur des gens très importants. C’est encore la coutume de nos jours dans certains bureaux de Direction du côté de l’Opéra à Paris, me semble-t-il.
J’ouvre donc la première porte et laisse passer David, qui étant tourné vers moi pour me parler, n’a pas vu la deuxième porte, qu’il a heurtée...
Surpris le David !... Il m’a gratifié d’un «wouah, it’s fun !» en se demandant bien pourquoi il y avait 2 portes.. Je me suis dit que voilà une réunion qui s’annonçait sous les meilleurs auspices... La chemise à fleur, le Président, la deuxième porte... Qu’allait-il encore m’arriver ?  Et là, j’ai tout de suite su en entrant dans la salle de réunion... La carte de visite de Pierre Simon... Je me suis dit qu’à tout les coups, Pierre n’en avait pas... Et que j’aurais dû dire à son assistante...
Naturellement en entrant, après s’être frotté le nez (du fait de la porte), David commence à distribuer sa carte de visite... Pierre, un peu décontenancé, cherche dans ses poches, dans sa serviette... Et il en trouve une ! Ouf, fis-je en moi-même... Voilà au moins quelque chose qui se passe bien...
Oui, mais... C’est que la carte de visite de Pierre était dans un grand format comme on faisait dans le temps... Avec une typographie gothique...
David prend la carte, un peu interloqué par ses dimensions, et essaye de la mettre dans la pochette de sa chemise à fleur... Naturellement, elle ne rentrait pas.. Il s’y reprend à plusieurs reprises, en nous gratifiant à chaque essai se son «wouah, it’s fun» !...

J’ai encore aujourd’hui toujours sur moi un petit stock de cartes de visites... Au cas où...

Mais aujourd’hui les cartes de visite se déclinent aussi en mode digital .. Soit en signature de mail (mais combien de personnes y mettent leur n° de téléphone, leur pseudo Skype, etc ?...). Soit en profil sur Linkedin, Facebook, Viadeo, etc...
Et combien de sites web français indiquent où se trouvent située géographiquement l’entreprise ? Combien indiquent un numéro de téléphone, un mail direct et non pas un info@... ? Combien présentent leurs dirigeants ? Avec photos, bref cv, etc... Pourquoi toujours avoir ce goût du secret ?
Comme s’ils ne voulaient pas être dérangés par le e-vulgum pecus. Pourtant, il me semble que lorsque l’on veut faire du business, il est préférable de répandre ses coordonnées un peu partout, non ?
Remarquez qu’il y a encore pire ... Les site Web où il y a une fiche contact... Vous la remplissez pour demander quelque chose... Et personne ne vous répond... Cela, c’est dramatique ! D’ailleurs on devrait ouvrir un site qui diffuse le nom des entreprises qui ont une fiche contact sur leur site et qui n’ont pas répondu au bout, disons, d’une semaine. J’y mettrais Proteor (prothése), Pompom (vélo électrique), Allo Permis (récupération de points pour le permis), etc... Ils n’ont toujours pas répondu à mes demandes.. Dans ce cas pourquoi mettre une fiche contact ?
Bref, tout cela n’est peut être pas encore passé dans les moeurs de l’EAG (Elite Analogique Gauloise). Qui probablement se retranchera derrière la «privacy».. Qui a bon dos (pour moi c’est un faux problème - j’ai là aussi une histoire pendable à vous raconter un de ces jours)...

La France a l’élite qu’elle mérite... Mais les us et coutumes de cette dernière ont déteints sur le peuple...

Heureusement nos «digital natives» qui seront la nouvelle élite, fonctionnent autrement. Ils n’ont peut-être de carte de visites cartonnées... mais ils savent faire de la communication sur les réseaux...Il faut simplement attendre que l'AEG parte chez Dieu le Père...

Contes déjà publiés sur ce blog...

La prime de secrétariat,

Ciel, une puce dans mon yaourt !,

"Jean Michel, do you want to drink something ?"

Jacques Chirac : "Monsieur Guillanton, je ne suis pas content de vous !"

Commentaires

SALGUES Bruno

Bravo Jean michel! excellente cette nouvelle

Eurodaaf

Très sympa cet article.

Si je peux me permettre, il y a une répétition dans cette phrase : "Vous allez me dire que dire que si l’Elite Française n’a pas de cartes de visite, l’éventuel problème qui pourrait se poser n’aurait pas lieu ?"
Je reviendrai vous lire !

Billaut

@Eurodaf...
Merci d'avoir pris la peine de me signaler la chose... Ce que j'ai voulu dire... Si le Français n'a pas de cartes de visite, le Japonais va quand même lui remettre sa carte. Si le Français visite une autre entreprise japonaise, et qu'il n'a toujours pas de cartes de visite, il ne va pas a priori sortir la carte visite du japonais visité au préalable... Donc il n'y aurait pas de problème ? Qu'en pensez vous ?

Billaut

@Bruno Salques... te connaissant l'ami avec la pochette de te chemise gonflée de tas de trucs dont des cartes de visite je suppose que tu ne fais pas partie de la grande élite gauloise... J'espère ne pas t'avoir froissé...

test

Bravo pour ces historiettes qui en disent très long... Vivant aujourd'hui en Amérique du Nord, je confirme ce décalage qui, vu d'ici, m'apparaît grotesque.
Cette appellation (une AOC ?) d'Élite Analogique Gauloise est bien trouvée : tout est dit en 3 mots.

Billaut

@Intelli
merci pour votre commentaire... Va falloir que je dépose EAG...
si je ne suis pas indiscret vous faites quoi chez les cow-boys... vous êtes parti à cause de l'EAG ?

Pierre

"Heureusement nos «digital natives» qui seront la nouvelle élite, fonctionnent autrement"...

Ah bon?? Qu'est ce qui vous fait penser que les énarques de demain seront différents de ceux d'aujourd'hui??? Il semble pourtant que cela soit un des corps sociaux qui se reproduisent le mieux (pour ne pas dire de mieux en mieux...)

La France qui réussit, elle s'expatrie... et c'est peut être la meilleure façon qu'elle a de rester grande... Pour autant, en France, on voit rarement des impatriés prendre une place dans l’élite...(ou alors donnez des exemples?)

A force de vous lire, on a même l'impression que votre relative aura franco-française (il suffit de googler votre nom en anglais pour s'en rendre compte) est largement liée à la bienveillance (ou l'oreille qu'elle vous aurait accordée) de cette énarchie qui vous épate mais que vous décriez pourtant si facilement...

Conteur que vous êtes, vous vous rapprochez bien plus des rhéteurs qui nous gouvernent que des capitaines schumpeteriens qui vous font rêver...

Jeanericlaurent

@Pierre : vous avez dû rater une e-marche :

chez Schumpeter, le changement était structurel avant d'être quantitatif, chez Steve Jobs et pour les digital natives, le changement est SIMULTANEMENT structurel et quantitatif...

Brice

La "politesse gauloise" veut que la carte soit remise après un entretien.

Méfiez-vous de ceux qui vous remettent trop rapidement leurs "titres"...ils ont peut être aussi quelque chose d'autre à masquer?...

Paulo Coelho hurle:
" Tous les abrutis devraient avoir écrit sur leur carte de visite qu'ils sont des abrutis. Comme ça on saurait à qui l'on s'adresse"

En la circonstance,Groucho Marx nous conviendra parfaitement à tous les deux. Il déclarait un jour à un jeune réalisateur prétentieux d'Hollywood (chewing-gum)qui lui réclamait le petit carton:
"La discretion est ma devise. Je ne dis jamais rien. Même sur ma carte de visite, il n'y a rien d'écrit."

Et si vous redescendez un jour de chez D. Le Père (on sait jamais!), vous vous apercevrez alors que les vivants ont des cartes de visite imprimées et que les morts seuls en ont des gravées.
Et aprés tout, on a peu souvent lu en épithaphes:
"Ci-gît XYZ, directeur des Relations Humaines, mort pour son entreprise ... et pour la France !!!".
LOL ;0)

ppx

Puis-je ajouter la fois où Scott Cook, fondateur d'Intuit, avait été obligé de plier l'immense carte de visite de Bernard Naux, président de Cofica, et préféra ensuite que nous nous "beamions" nos cartes depuis nos Pilot (la génération 1 du Palm) ?

Matthias

J ai pour ma part constaté que SEUL les francais n ont pas de cartes à l inverse des anglo saxons et surtout les asiatiques depuis le brosseur de chaussures car ils ont bien compris qu en distribuant à chaque rencontre sa carte l une d elle pourrait aboutir à un échange prolongé

Intelli

@billaut

Mon départ est dû en partie à l'EAG dans la Police nationale.
Pour plus détails, je suis justement en train de rédiger mon profil TypePad.

Kevin Sarels

Merci pour cette nouvelle, je me permet de l'illustrer...

American Psycho...Les cartes de visite...

http://www.youtube.com/watch?v=_sYG8E6lVWc

Billaut

@Brice
Je préfére la formule niponne/anglo-saxonne... Remettre la carte au début.
Et sur les cartes de visite estrangère vous ne verrez pas ... : Mr Smith Ancien de Princeton - Promotion Roosevelt...
Et personnellement je préréferais si cela ne vous fait rien de monter chez D. le Père, plutôt que d'y descendre...

Billaut

@ppx.. c'était à l'ateleir non ? tu te souviens de la date où nous avions reçu Scott ?

Billaut

@Kevin
tres bon la vidéo... merci pour l'url...

ppx

@Billaut ce devait être en 99, on avait des Palm V, avec l'infrarouge ... et ce n'était pas à l'Atelier mais dans le bureau de Cofica, à Levallois

Billaut

@ppx... j'y étais ? en tout j'ai souvenir que Scott avait fait un topo à l'Atelier ...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)