Mais que vont devenir nos foires et salons traditionnels ?
Connaissez-vous Gilles Bindels ? Pourquoi ne pas créer votre radio ?

Tregouët for Président !

La France s'embourbe dans des tas de problèmes les plus divers...
Finances de l'Etat à sec, grèves à répétition, taux de chômage élevé, parents qui démissionnent et une bonne proportion de gamins qui ne savent plus lire, ni écrire, ni compter (on fait mieux dans la bonne société de mon canton : 2 gamins de 11 ans ont violé une fillette de 10 ans !), élite énarchico-polytechnicienne qui campe sur son pouvoir de "type apparatchik" et qui a quelques difficultés à entrevoir l'avenir, jeunes qui veulent créer leur entreprise et qui s'épuisent à courir après subventions et financements (quand ils ne quittent pas le pays..), classes politiques qui se déchirent, administration légèrement pléthorique au vu de l'état de nos finances, etc...
Tout le monde sait cela...
Les solutions certes existent (cf le rapport Attali malheureusement enterré le lendemain de sa publication par nos aimables chauffeurs de taxis...)... On n'arrête pas de philosopher, de critiquer, de se lancer des portes de prison à la g...
Sur ce point, pas de changement depuis Vercingétorix... Gaulois nous sommes, Gaulois nous resterons...
Mais que fait-on ?

L'avenir : c'est la fibre...

Il faut fibrer le tout le territoire au plus tôt, toute chose cessante... C'est une condition nécessaire (mais naturellement pas suffisante) pour que justement la France ait un avenir. Et cet avenir, ce sont nos jeunes - ceux notamment que je vois passer devant ma petite caméra - qui vont le fabriquer avec la mise en oeuvre de nouveaux services moins gourmands en énergie fossile (centre de soins à distance, relation client avec visiophonie et objets métiers, télétravail, 3D interactif pour l'éducation, agences de tout poil on line, etc...etc...). Encore faut-il leur mettre en place une infrastructure ad'hoc...
Comme l'ont fait nos Pères en 1935 avec la mise en place du réseau électrique pour tout un chacun, les villes payant pour les campagnes (ce qui a permis aux jeunes de l'époque de développer toute une industrie (l'électroménager, etc...) et de faire les Trente Glorieuses. Et donc a priori, de vivre mieux qu'avant.

Le Sénateur René Tregouët vient de publier sur son site un article musclé et extrêmement intéressant sur la capacité de la France à se fibrer... Sur le pourquoi et le comment... Son avis est d'autant plus autorisé, que lui, il l'a fait dans son département du Rhône...
"C’est pourquoi, m’appuyant en cela sur l’Histoire, je préconise que tous les Présidents des Conseils Généraux de France décident, sans tarder, de créer une fédération nationale des Départements participant aux financements des réseaux optiques, comme l’ont fait leurs anciens en 1934 pour l’électrification du Pays en créant la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et de Régies (FNCCR)."
J'espère que le Conseil Général des Yvelines sera moteur dans cette affaire...

Les FAI des villes payent pour les FAI des champs...

Je vous engage donc vivement à lire cet article (ici) et à soutenir l'action du Sénateur...
Depuis quelques mois, les bons esprits gaulois dans les salons parisiens, admettent désormais que la fibre à la maison est la voie d'avenir... Ce qui était loin d'être le cas avant.
Certes, dans les dits salons, certains se posent encore la question sur les usages (Ha, les usages !), et sur le "à quoi cela sert-il ?", "que Madame Michu n'a nul besoin de 100 mégas - mais que va-t-elle en faire ?"...
Mais il y a de moins en moins d'apparatchiks de ce type... C'est une espèce en voie de disparition..

J'avais toujours titillé notre valeureux sénateur pour qu'il se présente aux élections présidentielles ("Moins fort Billaut, on pourrait vous entendre ! "...). Pourtant, ce Monsieur avait, a toujours, de l'étoffe. Et une vision du futur... Vous pouvez discuter avec lui de la fin des énergies fossiles, de nanotechnologies, de robots humanoïdes, de biologie synthétique... Aucun homme politique français n'a, à mon avis, une connaissance aussi importante de ce qui sera la base de notre futur proche... Futur qui devra se passer d'énergie fossile et éviter que notre climat terrien se dérègle trop....

Notre actuel Président de la République (je le rassure, le Sénateur n'a nul envie de prendre sa place..) aurait probablement été mieux inspiré de nommer le Sénateur (honoraire) Tregouët comme Secrétaire d'Etat à l'Economie Numérique... Cela aurait été je pense le meilleur choix...

Sur ces bonnes paroles, pourquoi, vous qui lisez ce post, n'envoyez vous pas une petite bafouille à votre Conseiller Général ? En imprimant la note du Sénateur et en inscrivant dessus au stabilo rouge (en grosses lettres capitales) : "on fait quoi chez nous ?"... (attention, à la différence d'une lettre envoyée à l'Elysée, il faut mettre un timbre sur l'enveloppe)..

Et une idée dans la droite ligne de la note du Sénateur... Supposons que les habitants des grandes villes qui vont être fibrés sans problème par nos aimables opérateurs privés, payent un euro par mois pour fibrer les habitants des campagnes (on appellerait cela une péréquation démocratique). Ce qui fait 12 €/an... Et cela pendant.. le temps nécessaire .. Et que cette "ponction" soit perçue par les FAI des villes au profit des FAI des champs... Je laisse mon ami Xavier Niel, qui sait compter, faire les calculs précis (Xavier m'a promis de m'offrir une belle calculette - car comme vous l'avez devinez n'ayant pas fait les "Grandes Ecoles", je ne suis pas très bon en calcul...)..

La France est un pays où il fait bon vivre... Dommage qu'il y ait trop de Gaulois et pas assez de Français...

PS Je cherche un bouquin qui raconte l'histoire des infrastructures et de leur financement dans les Sociétés Humaines ... Si vous avez cela sous le coude, merci de me dire...

Commentaires

jean-yves le moine

bonjour
il est notable également que aucun politique aux élections de 2007 n'avait une idée de ce que les changements techno feront de la france à la fin du mandat en 2012.
le futur technologique est complètement absent du débat politique en france
mias aussi à l'étranger par exemple dans le débat actuel américain
un seul fait les 10 jobs les plus demandés en 2014 n'existent pas aujourd'hui!!
cela devrait poser de formidables questions sur l'éducation!
non messieurs les politiques NBIC n'est pas un gros mot!
pourquoi d'ailleurs parle-t-on 100 fois plus du I??

merci monsieur Billaud de soulever cet énorme lièvre
oui à la fibre
100 fois oui
mais pas que!!!

bonob0

Si mes souvenirs sont bons c'est a peine a l'aube de l'an 2000 que les derniers bénéficiaires du plan de électrique de 1935 ont été raccordés !

Mieux encore l'une des dernières a en bénéficier était une habitante d'un passage a niveau ferrovière !

Combien d'isolés ont aussi du payer les poteaux pour la venue de la fée ?

Si la fibre est bonne pour irriguer les canaux des villes elle n'est pas bonne pour les canaux des champs !

Tout n'est pas bon pour tout ;)

Pour les champs ... il y a déjà le wimax, qui pourra encore progresser en matière de débit !

Mais votre ami Xavier ne semble pas pressé d'utiliser à fond sa licence ! Et ce alors qu'il est le seul à avoir une licence nationale !

Il préfère dépenser cher pour un truc intermédiaire ... sans avenir ... sauf pour perdre du temps !

Mais peut être que pour lui la campagne est une allée verte privée du 16ème a Paris et non une ferme du larzac ou simplement une maison isolée des yvelines qui n'a toujours pas l'adsl !

Pour finir il faut penser a remplir !

Et la non plus on est pas rendu !

Rien que le bac à sable qu'est SecondLife donne la mesure de la pauvreté du contenu que les gaulois de notre planète sont capable de développer avec la techno qui est sous leur pieds !

Pour l'histoire des infrastructures et leur financement je ne sais s'il y a un bouquin ou devrais je dire des bouquins. Mais la toile fourmille de résumés allant de Keynes aux Médicis en passant par les régimes féodaux ou les grands projets de Keops à la pyramide du louvre ou encore les billets de loteries au sortir de 14/18.

Mais à notre époque les caisses de l'état sont soit disant vides et les entrepreneurs ne savent pas investir.

Les solutions sont ailleurs mais par expérience je constate que notre société ne semble pas prête a se mobiliser pour faire autrement !

Et n'oublions pas que Vercingétorix c'est "fait descendre" par ses propres gaulois !

Stephane LELUX

Oui avoir une vrai ambition fibre optique pour la France c'est un vrai enjeu économique et sociétal, sur ce point la volonté de René Trégouet contribue a provoquer le débat de fond sur l'enjeu de la Fibre pour la France qui dépasse le seul intérêt des opérateurs et en particulier de notre opérateur historique aussi puissant, performant et dynamique soit il.
Mais René Trégouet ne dit pas que cela, il accuse explicitement la plupart de ses collègues d'incompétences voire au mieux d'être entourés de mauvais conseils...
(il faut le rappeler : René Tregouet a son propre cabinet de conseil dans ce domaine)
Faut il sombrer dans la démagogie ?
Il faut défendre l'intérêt général et pas le sien ..., les projets publiques y compris celui du Rhône de René Trégouet ne sont pas tous parfait mais ils ont tous eu globalement de réels effets très positifs, l'ARCEP (ex Autorité de Régulation des Télécoms) la même récemment reconnus dans ses rapports.
De plus, contrairement a ce qu'une analyse sommaire pourrait laisser croire, avoir construit des réseaux de collecte neutre jusqu'aux centraux téléphoniques dans les départements ce n'est pas de l'argent perdu, car en dehors du dégroupage et du triple play et de la couverture qu'ils rendent possibles ... ils préparent l'avenir qu'il s'agissent du FTTH ou bien d'une plus grande mobilité a haut et très haut débit.
Je ne viendrais pas polémiquer sur les analyses erronées que René Trégouet fait de la note que Tactis a publié récemment. En effet si on lit attentivement on comprend que ce qui est démontré dedans est très proche voir identique contrairement a ce qui est affirmé dans son texte
dans ce document tactis que dit on ?
1) construire plusieurs réseaux FTTH en parallèle pour passer a la Fibre, cela n'a pas de sens économique a la différence des réseaux mobiles dont le cout et la nature des investissements sont incomparables
2) Que si on laisse faire les seuls opérateurs privés agir, le territoire sera mité avec quelques rares grandes agglos très bien équipées et PARIS suréquipés (le champs de bataille actuel ou chacun veut montrer a l'autre qu'il peut faire mieux... au détriment du bon sens économique et en totale ignorance des volontés des acteurs immobiliers et associations de consommateurs)
3) Que le modèle économique de la mutualisation et d'un mixte public / privé (avec ou sans subvention en fonction des territoires) est probablement incontournable pour réussir à Fibrer la France de façon substantielle voire totale un jour.
Je n'entrerai donc pas dans une polémique stérile sur le volet où René TREGOUET met en cause la qualité des conseils, puisqu'il est juge et partie (R.TRegouet étant désormais lui aussi consultant concurrent des autres cabinets du secteur auprès des collectivités).
Je ne pense pas que quiconque dispose de la martingale qui fera que l'on va avec Une solution régler la question de la fibre pour tous ... La proposition de René Tregouet a le mérite d'exister et de contribuer au débat, elle va donc le faire avancer, mais sous peine de chuter dans la démagogie, il est toujours utile d'être modeste quand il s'agit de juger les idées développés par d'autres, surtout dans un domaine aussi complexe (techniquement, juridiquement, économiquement, politiquement).
J'œuvre pour ma part modestement et activement pour que la France migre le plus vite possible du cuivre à la fibre dans la boucle locale et ceux le plus massivement possible, non pas que je sois Maniacofibré ... mais parce que l'enjeu est de disposer d'un marché intérieur tres fort et tres innovant en matière de services tres haut débit (je ne vais pas développé ici, mais en clair il faut favoriser l'emploi dans les services ce qui représente un potentiel de plusieurs centaines de milliers d'emplois dans les prochanes années et .. faire en sorte que le prochain Google ou yahoo soit français ...)
Même si comme nombreux nous le rappellent chaque jour (cette semaine au Senat un illustre intervenant se posait la question, a t on vraiment besoin d'autre chose que du haut débit ...!) certes les français ne souffrent pas d'attendre l'arrivée imminente du tres haut débit.... (bien que j'en connaisse un dans le 78 qui aimerait bien que cela arrive vite avant sa retraite ;-) …
On oublie les fondamentaux,. Nous sommes dans un domaine ou l'OFFRE engendre la DEMANDE et pas l'inverse .... il suffit de se retourner 10 ans a peine en arrière pour se rendre compte du chemin parcourus...
Devait on attendre qu'il y ait des millions d'automobiles pour construire des routes, devait on attendre qu'il y ait des réfrigérateur dans chaque foyer pour construire un reseau electrique ....
Alors aidons la France a se projeter très vite dans les dix prochaines années... aidons les politiques a s’approprier plus les enjeux de ce domaine .... Aidons les français à comprendre qu’il s’agit d’un sujet clé pour l'économie... certainement tout autant que les biotech et les nouvelles energies ...
Quels seront les emplois de demain ? quels métiers nos enfants exerceront ? comment rester compétitifs ? Créatifs ?
Disposer d'infrastructures ouvertes a tous les opérateurs, mutualisée, rapidement étendue à un maximum de foyers, de TPE de PME ... voila des conditions pour que se développe une France innovante des services numériques leaders dans de nombreux secteurs ... voila un dessein que je partage et j'aimerai faire partager comme notre cher Jean Michel et René Trégouet au plus grand nombre.... Mais de grâce cessons les polémiques stériles de spécialistes et ne développons pas ces querelles qui nuisent à une seule chose l’engagement de nos décideurs dans ce domaine.
Secouons nos matières grises et relevons les manches... et faisons bouger ce pays, on sera jamais de trop pour y parvenir

Manu

Ca bouge un peu dans ce sens à Rennes :

http://www.fibre-news.fr/deploiement/ftth-rennes-metropole.html

Marc Duchesne

A Pau, premier réseau FTTH de France et de Navarre (lire : Europe), les entreprises d'installation & maintenance "fibre optique" sont toutes en recherche de nouveaux techniciens car... le marché explose. A Nice, lorsque Ineo recrute des intériméraires pour construire la plaque FTTH Orange du coin, c'est par paquets de 25. En haut lieu, dans les milieux autorisés où l'on s'en félicite, il se murmure que FT aurait besoin de 5000 (cinq mille) nouveaux techniciens pour assurer ses déploiements FTTH sur le pays.

Pourquoi ces chiffres ? Pour montrer l'énorme gisement d'emplois directs et indirects (par ex. dans la distribution, le support technique) que représente la fibre.

Avant même de parler, pardon, de débattre stérilement (z'avez déjà vu un débat faire avancer les choses en Gaule, vous ?...) de ces fameux nouveaux services innovants (dont je suis le premier à reconnaitre l'importance cruciale si l'on veut provoquer le déclic chez les utilisateurs) et de la possible naissance du prochain Google sur le sol tricolore (permettez-moi d'en douter : tant que mes camarades égyptiens iront faire accoucher leurs femmes au Canada parce que c'est la seule chance pour leurs enfants de pouvoir un jour travailler aux Etats-Unis et qui sait, en devenir Président, je continuerai à penser qu'il est beaucoup plus facile d'entreprendre chez l'Oncle Sam que chez Super Dupont...), il serait nettement plus souhaitable (voire indispensable) de regarder la situation par le petit bout de la lorgnette :
" fibrage du territoire " égal " création d'emplois immédiats et pérennes ", full stop.

De quoi souffre notre pays, sinon du chômage ? Comme le cher JMB, j'ai peut-être également besoin d'une calculette car m'étant arrêté à un simple BTS Electronique, je compte plutôt en binaire, mais il doit bien y avoir quelques modèles économiques simples, pouvant être mis en oeuvre par le Gouvernement, qui permettent de réduire la facture d'un déploiement massif (donc investissements lourds) par la création de milliers d'emplois en une dizaine de mois (donc diminution des charges liées au chômage) et la génération d'entrées fiscales nouvelles (taxe professionnelle, impôts indirects, etc.)...

Benoit FELTEN

Jean-Michel,

Un post commentant sur le tien et l'éditorial de Tregouët: http://www.fiberevolution.com/2008/05/a-model-for-ftth-in-france-and-elsewhere.html

C'est en Anglais (désolé...)

KL


Des dirigeants d'entreprises se regroupent pour "la croissance numérique"
20.05.08 | 12h47

Agrandir la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Imprimer cet article

Une trentaine de chefs d'entreprises du monde des médias, de la communication, de l'énergie et du conseil se sont regroupés au sein d'un "club énergies numériques" pour développer la croissance numérique de la France.

Dans un communiqué publié mardi, le Club se propose de "lever les freins à la croissance numérique" et "libérer la croissance grâce aux technologies de l'information et de la communication".

Le Club a adopté un manifeste intitulé "Agir pour la croissance numérique", qui précise dans son préambule que, selon le World Economic Forum, la France ne se situe qu'au 22e rang mondial pour la place que l'économie numérique occupe dans son produit intérieur brut par habitant.

"La part de l'économie numérique dans la production nationale française reste deux fois moins importante qu'aux Etats-Unis (6% contre 13%)", souligne encore ce manifeste qui a été remis lundi au secrétaire d'Etat au développement de l'économie numérique Eric Besson.

Le PDG de la société de diffusion TDF Michel Combes, le président du directoire de Lagardère Active (pôle médias du groupe Lagardère) Didier Quillot et le PDG de Poweo (fournisseur d'énergie, électricité et gaz) Charles Beigbeder figurent parmi les premiers signataires du manifeste.

Le lien de cet article vu sur www.lemonde.fr :

http://www.lemonde.fr/web/
depeches/0,14-0,39-35516014@7-37,0.html

lien à recoller vous-même...

billaut

@KL
merci pur cette info...
le lien exact du monde est
http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-35516014@7-58,0.html
qui à l'url de ce manifeste ?

Olivier Magnan

A paraître le 26 mai dans Economie Matin
23 mai 2008
Très haut débit, très haut investissement
La France championne du haut débit s’enlise en revanche dans le très haut débit à 100 mégaoctets et au-delà! Pourquoi? Parce que le réseau du téléphone qui s’est adapté à l’ADSL (haut débit) est incapable bien sûr d’accueillir des flux dits THD, très haut débit. Il faut partout reconstruire un réseau – et en fibre optique s’il vous plaît. Un coût colossal que nos « caisses vides » hexagonales sont bien incapables de supporter. Malheur ! Car comme le souligne le sénateur du Rhône René Trégouët, l’un des « politiques » les plus éclairés sur ce point, « la place de la France dans le monde dépendra de sa capacité, dans le quart de siècle qui vient, le temps d’une génération, à connecter chaque Français à une fibre optique… » Mais pour faire quoi ? Le triple play (Internet, télécoms et radiotélévisions sur un même réseau) préfigure des modèles économiques planétarisés où les « télé-quelque-chose » (médecine, enseignement, télétravail – dopé par la crise pétrolière), la CAO distribuée*, les réalités virtuelles ou même les jeux distribués labourent des services et des produits à venir. Comment financer ce réseau de fibres dont la France ne peut faire l’économie ? Les collectivités territoriales, bien sûr, département en tête ! Or les initiatives locales, jusqu’alors, se sont plutôt limitées à la ville. Quand, en 2000, l’un de nos meilleurs visionnaires du THD, Jean-Michel Billaut (blog, http://billaut.typepad.com), travaille d’arrache-pied avec feu André Labarrère, sénateur et maire de Pau, il réussit à créer 40000 raccordements à 100 Mb/s. Il faut attendre 2005 pour que le futur président de la République décide de câbler les Hauts-de-Seine. Si France Télécom investit 270 millions en deux ans pour 100000 km de fibre déployée, l’opérateur « historique » s’essoufflera sans le relais d’autres opérateurs, eux-mêmes anesthésiés par le dumping à 30 € par mois auquel se sont habitués les surfeurs français…
Olivier Magnan

Qu'en pensez-vous ?
23 May 2008 à 19:47, par L'Extraterrestre
Il faudrait qu'Eric Besson recrute Jean-Michel Billaut. Pour une fois que nous avons un authentique expert capable de vision...

billaut

@Olivier...
Sympa ton petit comment...
Au cas où M'sieur Besson me demanderait mon avis : je lui proposerai de mettre autour de la table tous les acteurs à la chose (banques, collectivités, opérateurs, professions immobilières, equipementiers, installateurs divers, btpistes...). Ils ont 3 jours pour faire un plan pour fibrer toute la france en 5 ans... Sinon Sarko s'en occupe...

marc tirel

Bonjour Jean-michel,

pour le livre sur le financement des infrastructures il y a ceci :
http://books.google.fr/books?id=GnmW4cD8ajEC&pg=PA293&dq=histoires+des+infrastructures&source=gbs_selected_pages&cad=0_1&sig=iUjm4i114wSDmJtyBNZTxRyD_i8

sans garantie sur la qualité ...
mais la table des matières semble correspondre.

Amicalement,

marc tirel

le livre est : infrastructure et développement
De Jean Brot, Hubert Gérardin

Mathieu Bernier

Ah ! Que de temps passer à ne pas pouvoir vous lire Jean-Michel - les grosses de nos jours, ont créé un petit jeu très sympathique avec leurs employés consistant à leur bloquer tous les accès possible et imaginables sur internet. Aussi contre-productif que désagréable ... . Bref, la France doit se fibrer et doit le faire correctement, ce qui n'est pas forcément le cas actuellement. Moi qui suis relativement jeune j'ai souvent entendu dire : "il faut tirer les leçons du passé". Cette axiome est souvent appliqué pour les erreurs de notre histoire mais très peu souvent pour ce que nous avons réussi de grand. Et vous avez raison de souligné qu'il faudrait rappeler à nos élites comment nos parents et nos grand-parents ont eu le courage, tous ensemble, de bâtir des réseaux nationaux (électricité, cuivre) qui leur on permis de rentrer dans une nouvelle ère et de nous donner cette qualité de vie dont nous jouissons actuellement.

Cette vaque s'essouffle, et il la renouveler. Pour cela, il faut fibrer le pays. Sans fibre, point de salut. Sans les régions point de fibre. Militons par ailleurs, pour rentrer dans du technique, pour que ce déploiement ce fasse d'une manière moins anarchique et plus robuste qu'aujourd'hui en obligeant la création d'au moins un GIX (wikipedia est votre ami) par région ce qui rendra le maillage de notre pays plus souple et moins sujet au perturbations.

Fibrons !

billaut

@Mathieu....
voilà un mot d'ordre auquel je soucrits... fibrons...
notre élite va peut être s'ouvrir les yeux un de ces jours ?

LE BRIS Hervé

Bonjour,

FTTH - La fibre jusqu'à la maison : cela me rappelle le fiasco -étouffé à l'époque car ultra coûteux- de la "manip' Biarritz", conduite en 1979/1980 par la DAII (Dir des Affaires Industrielles et Internaionales) de la DGT [ la SAT n'a pas réussi à réaliser -sur le terrain- des épissures respectant le "bilan de liaison" càd pas chères et de qualité "faible" en dB ].

En 2008 : la fibre silice aime toujours autant absorber les ions OH- qui affaiblissent le signal et qui sont omni-présents dans... l'eau... qui baigne nos campagnes ! L'investissement -très lourd- a donc une durée de vie moindre que celle du cuivre en aérien. Si on met la fibre en aérien, il faut interdire la chasse (les plombs coupent la fibre !).

Donc : fibre en transport juqu'au coeur de hameau (artères moins nombreuses et donc plus faciles à maintenir) et terminaisons cuivre VDSL (52Mbit/s) semble plus crédible(en jargon FTTC : Fiber To The Curb).


En espérant que cela aide...

Hervé LE BRIS

PS : le spectre hertzien quant à lui est une ressource bcp trop rare pour qu'on se permette de la gaspiller en service fixe ; le réserver aux applis mobiles (==> WiMax rural fixe = bof). Exemple : la VHF-Marine serait ravie de récupérer la bande de l'ex 819 lignes donné "imbécilement" à Canal+ !

Marc Duchesne

@Hervé : Comparons ce qui est comparable, et pensons différent !

1) Biarritz : certes un "fiasco", mais beaucoup plus dû à l'échec du Plan Câble en général qu'à des difficultés techniques en particulier. Ne pas oublier SVP qu'en 1980 la fibre en était aux balbutiements, le premier réseau optique "commercial" ayant été mis en service seulement trois ans auparavant aux USA.
En 1983, lorsque la SNCF a commencé à utiliser la fibre pour ses propres applications (ex. surveillance video des trains en marche), on mettait parfois une demie-journée pour souder deux fibres (j'en étais, des ceusses qui ont eu la chance d'utiliser la soudeuse Cortaillod à chalumeau oxydrique...).
Donc, on ne jette pas la pierre à la SAT et aux autres acteurs de l'époque, les LTT, les Câbles de Lyon, les CLTO, les... Acome (qui, au passage, et juste parce que ça me fait plaisir de le rappeler ici au vu et au su de tout le monde, n'en serait pas là où elle en est aujourd'hui sans le coup de pouce donné par la SNCF dans les années 80...).
Regardons plutôt l'expérience de Biarritz sur un plan positif : premier réseau FTTH jamais construit au monde, première expérimentation en grandeur réelle des raccordements par bornier optique (technique reprise dix ans après par les Japonais de NTT, mine de rien...)...
Ce qui me choque, c'est de voir justement qu'aucune des leçons de Biarritz n'a été retenue par les actuels acteurs français du FTTH, industriels et installateurs en tête. Par exemple, savez-vous que les techniciens SAT disposaient d'un magnifique établi pour effectuer les raccordements d'abonnés, alors qu'aujourd'hui on voit les techs FT-Orange monter un coffret optique sur les genoux (cf la fameuse video institutionnelle Orange) ?

2) La fibre et les ions OH- : vaste sujet. Premièrement, il ne faut pas confondre absorbtion des ions OH- dans la fenêtre 1383 nm et dégradation des caractéristiques mécaniques des fibres silice en présence d'humidité. Le premier phénomène, appelé en français "Pic OH" et en anglais "water peak", est intrinsèque aux fibres standard ITU-T G652 et les autres (multimodes G650, monomodes G653, 654, 655, 657) et a pour seule et unique conséquence d'empêcher l'utilisation de ces fibres dans la plage de longueurs d'onde 1360-1480 nm. Une fibre monomode standard peut être utilisée en dehors du pic OH, par exemple à 1310, 1550 et 1620 nm, sans aucun problème. Les nouvelles fibres G652D présentent un pic OH quasi absent, ce qui autorise leur utilisation sur toute la gamme de longueurs d'onde depuis 1310 jusqu'à 1625nm; ainsi, ces fibres sont le support de choix pour les réseaux métropolitains CWDM "coarse WDM".
La sensibilité des fibres silice à l'humidité est une toute autre histoire : en résumé, une fibre mise en présence d'eau (y compris sous forme de molécules H2O) va être fragilisée mécaniquement. Les caractéristiques de transmission de cette fibre dans ses fenêtres d'utilisation ne seront pas dégradées, donc le système ne "verra" rien, mais la fibre pourra casser à la moindre sollicitation mécanique un peu forte (ex. vibrations, déplacement de la boîte d'épissures, etc.). C'est pour cette raison que les câbles optiques d'extérieur sont remplis d'une substance hydrofuge, gelée de pétrole ou poudre gonflante (les câbles à étanchéité sèche popularisés par Acome dans les années 90), et que les boîtes d'épissures enferment des sachets de désicant (normalement...). L'accroissement du taux d'hydrogène dans le coeur de la fibre créant une augmentation du pic OH, on va pouvoir détecter la présence d'eau en testant la fibre à 1380 ou 1420 nm; également, un contrôle périodique de la fibre (en particulier les épissures) aux trois longueurs d'onde 1310, 1550 et 1625nm va permettre de surveiller la dégradation de celle-ci.
Des précautions simples à mettre en oeuvre ? : mise hors d'eau des boîtes dans les chambres de raccordement, surveillance périodique des fibres, etc.

3) La fibre à la campagne : vous devez être un citadin pour oser affirmer que "l'eau baigne nos campagnes" et que "les plombs coupent la fibre" ! Ayant la chance de vivre à la campagne, j'affirme au contraire que les pluies de ces derniers jours sont les bienvenues car la terre était bien sèche et les nappes bien basses, et que si France Telecom doit parfois intervenir sur les lignes aériennes qui irriguent les villages et hameaux, ce n'est pas à cause des chasseurs (extrêmement nombreux de l'ouverture à la fermeture) mais des... automobilistes, qui se payent un poteau après s'être payés un canon au bistrot du coin...
De plus, à ma connaissance il pleut autant en ville qu'à la campagne. Les risques d'inondation des chambres de tirage et de raccordement sont donc les mêmes en zone urbaine qu'en zone rurale. Ce ne sont pas mes camarades de NeufC et de Graniou qui me démentiront... Juste pour l'anecdote : j'ai assisté la semaine dernière à un raccordement du côté de Rouen. Chambres en zone péri-urbaine, quasi campagne : totalement sèches; chambre en pleine ville : 30-cm d'eau au fond.

4) La fibre en aérien : idéal pour le FTTH en zone rurale. Déploiement économique puisque pas ou peu de GC génie-civil, boîtes d'épissures plus facilement hors d'eau qu'en souterrain puisque accrochées en hauteur au poteau (z'avez remarqué comme le linge mouillé sèche plus vite dans le jardin que dans le tambour de la machine à laver ?...), et surtout, modèle économique en "juste assez" permettant le raccordement d'abonnés au coût le plus bas tout en garantissant le renouvellement des infrastructures sur des cycles courts (tous les cinq ans par exemple) correspondant aux avancées technologiques et aux nouveaux besoins en bande-passante.

TREGOUET  René

Merci à Jean Michel BILLAUD pour ses propos toujours trop flatteurs.
Mais il peut continuer car c'est si rare et cela fait du bien!
J'ai lu avec attention l'intervention de Stéphane LELUX, PDG de TACTIS, dans cette discussion.
Il dit à 2 reprises (c'est donc important à son avis!)que je suis juge et partie et même démagogue dans mon édito "QUE FAIRE POUR QUE TOUS LES FRANÇAIS SOIENT CONNECTÉS Á UNE FIBRE OPTIQUE ? Pour apporter la preuve de ce qu'il affirme, le PDG de TACTIS affirme même (et le répète)que j'ai mon propre cabinet de conseil dans le domaine ( des infras en fibre optique?). Or, il le sait très bien, j'ai toujours fait attention depuis que j'ai quitté le Sénat, en 2004, dans mon activité de conseil auprès des Collectivités à me consacrer exclusivement aux usages et non pas aux infras.
Ce n'est donc pas en concurrent potentiel de Tactis que j'ai rédigé mon édito!!!
C'est bien en ma qualité de Parlementaire ( même si je ne suis plus actif , je suis membre honoraire du Parlement) que j'ai poussé ce cri pour dire aux responsables de notre Pays qu'il nous fallait dorénavant changer de braquet si nous voulons dans les temps imposés par la compétition mondiale (dans les 25 ans qui viennent)relever le défi de l'avenir en connectant chaque français à une fibre qui permettra à nos enfants d'entrer dans des mondes nouveaux.
J'ai poussé ce cri car je le répète, j'ai la conviction que nous avons depuis 4 ans ( la LCEN avec son article donnant enfin le droit aux collectivités locales d'investir dans les TIC a été votée en Juin 2004) très mal utilisé les capacités nouvelles qu'ont les grandes Collectivités pour construire des réseaux optiques. Au lieu de cela, au delà des backbones optiques qu'ont su construire certains départements ( mais en n'allant jamais près de l'utilisateur particulier final en FTTx ), les collectivités ont été incitées à degrouper des DSLAM ( les élus, auxquels il ne faut pas reprocher leur manque de connaissances techniques croyait alors que l'ADSL allait répondre à toutes les attentes de haut débit pour de longues années! ( il est dommage qu'ils n'aient pas lu mes nombreux éditos dans @RT Flash consacrés à ce sujet depuis de nombreuses années...).
Il est vraiment regrettable que les bons choix n'aient pas été faits après le vote de la Loi de 2004 : ce serait aujourd'hui, avec les milliards d'euros qui ont été mobilisés dans ces dernières années, de nombreux français des campagnes ( dans les DSP signées dans ces 4 dernières années les Départements ont quasi exclusivement réservés leurs capacités d'investissement dans ce domaine à la desserte du monde rural le plus défavorisé)qui serait desservi au moins en FFTB.
Mais comme on dit "Il n'est jamais trop tard"
Aussi, ai-je décidé, après avoir passé 3 ans à mieux connaitre tous les usages (que beaucoup ne soupçonnent pas encore!) en faisant du Conseil dans ce domaine aux Collectivités de revenir (mais plus en ma qualité de responsable d'un cabinet de consutants) dans ce secteur passionnant de la fibre optique. Cela va bientôt faire 20 ans ( quand j'ai convaincu en 1989 le Conseil Général du Rhône à construire le premier réseau optique étoilé de France (à l'échelle d'un Département) que j'ai, pour la première fois plongé dans ce monde par où inévitablement passe l'avenir.
Comme le dit Stéphane LELUX dans son commentaire ( et j'approuve totalement cette affirmation) "aidons les politiques à s'approprier plus les enjeux de ce domaine....
C'est ce que je vais faire dorénavant . Je vais essayer de sensibiliser les élus de France sur l'importance et l'urgence qu'il y a de construire des réseaux optiques partout en France. Et afin que je sois reçu partout, même par ceux qui n'ont pas encore compris qu'il était important d'investir dans ces infrastructures optiques, mes conseils, ma mlise à leur disposition de mon expérience ne leur coûtera rien.

LELUX Stephane

Monsieur TREGOUET, j'ai le plus grand respect pour tous les parlementaires et bien évidemment pour tous ceux qui se mobilisent pour les TIC et le Tres Haut Débit, et j'ai toujours été admiratif de votre volontarisme.
Mais je dois vous dire que votre propos sur les erreurs commises par les collectivités locales sont erronés et nous aurons l'occasion d'en debattre. Pour autant cela n'est pas a mettre en opposition avec vos réalisations qui elles aussi ont été utiles et peut être pas assez reconnues ou analysées... et pourraient sans doute au moment du débat national sur les enjeux du tres haut débit, alimenter la réflexion commune.

Je rappellerai toutefois ce vieil adage "Comparaison n'est pas Raison"....
En effet, vouloir mettre en avant le modèle de projet qui fut le votre il y a 20 ans lorsque vous avez câblé le Département du Rhône, pour l'opposer d'une certaine façon a ce que les collectivités ont fait ces 4 dernières années, n'a pas a mon sens. Le marché, la législation, les technologies ... tout a évolué.

Votre propre projet a permis d'apporter la TV dans toutes les communes du Rhône (hors quelques communes dont Lyon qui été déjà câblé) situés notamment dans les jolies communes des monts du Beaujolais, dans un secteur où la couverture Hertzienne TV de l'époque était quasi nulle, a permis de rentre un service aux foyers incontestable, de même il a permis par la suite de fournir aux établissements publics par un montage de type "troc" de la bande passante pour connecter à des réseaux puis a l'internet des établissements publics (Collèges, sites du Conseil Général ....).

Pour autant votre projet a bel et bien mobilisé des fonds publics environ 70 millions d'euros, les DSP engagées par les départements sont sur des montant souvent inférieurs, certes ils ne vont pas dans la plupart des cas reconstruire un réseau nouveau jusqu'a chaque foyer d'un territoire, car depuis la technologie dominante qui s'est imposée a été l'ADSL.

Mais le réseau câblé qui a été construit dans votre territoire a de fait pas de neutralité et il n'est pas dégroupé (car aucun réseau câblé dans le monde ne l'est) ce qui est un handicap qui juridiquement rend désormais impossible l'emploi d'une telle solution par une collectivité qui ne peu financer un réseau privatif fermé c'est contraire au sens même de la loi (1425.1 que vous avez contribué a faire voter en 2004). Cette situation n'est pas un choix mais une conséquence de contraintes qui s'etaient imposées a vous. Cette solution a cependant le mérite d'avoir été déployé en son temps, d'avoir rendu des services a des territoires qui n'était pas couvert en TV, puis des facilités pour les services publics et enfin actuellement l'opérateur (Numericable) est en train de le moderniser et va permettre des accès comme dans les agglo que l'on pourrait qualifier de 2,5 eme génération (2,5 G du fixe) de l'internet (la 1ere serait l'acces Dial Up par le réseau commuté tel a 56kb, la 2eme G est la connexion permanente via l'aDSL ou le câble a des débits limités a quelques MBit/s , la 3eme G étant la symétrie des flux a des débits de 100 Mbit/s et plus avec le FTTH notamment ... la solution proposé par Numericable est une génération intermédiaire avec DOCSYS qui permet des offres technico-commerciales encore asymétrique avec de Quelques Mbit/S en upload et max de 100 Mbit/s en Down Load). Donc grâce a votre initiative d'il y a 20 ans les habitants du Rhone vont être tous couverts par les évolutions vers le tres haut débit de l'offre de numericable. Cependant, l'absence de concurrence sur ce réseau créé une situation captive via a vis d'un seul opérateur... si rien n'est déployé dans d'autres technologies, peut être que jamais le FTTH ne se déployé faute de pression concurrentielle.
Je n'aurai pas assez de place et le temps ici pour développer plus l'analyse des projets portés par la majorité des collectivités locales en matière de haut et tres haut débit. Mais le vecteur principal de ces projets a été le dégroupage de l'ADSL pour qu'il y ait une dynamique concurrentielle, mais aussi le complément de la couverture haut débit, la desserte fibre optique des ZA et de raccordement en fibre optique des grands établissements (hôpitaux, enseignement supérieur, recherche, lycées, collèges, écoles mairies ...). Votre analyse est erronée car tres partielle et mérite d'être approfondie pour comprendre la réalité d'une part de ces dossiers, des modèles économiques et des architectures constituées. Ces projets consistent contrairement a ce que vous dites, à construire des investissements durables, pour développer d'une part la concurrence dans les territoires et d'autre part constituer une armature qui permet progressivement l'arrivée de la fibre optique dans les territoires, quartiers, les rues ... puis en fonction des politiques publiques jusqu'aux foyers.
En effet, dans un premier temps le dégroupage ADSL a été la cible des collectivités pour permettre le développement d' offres triple play et la concurrence par l'ADSL (95% du haut débit en France ... et ceux pour encore très longtemps même si nous avons un plan fibre un jour, cela ne se fera pas en moins de 10 ans ). L'ARCEP dans ses publications reconnait l'apport indispensable des collectivités locales au succès de l'ADSL et du haut débit en France. PLUS de la moitié des répartiteurs de France Télécom sont dégroupés par des Réseaux d'Initiatives Public (RIP). Plus de 2000 zones d'activités sont fibrées par des collectivités locales ... plus de la moitié des prises FTTH actuelles sont des projets de collectivités notamment des DSP qui sont un montage de partenariat public et privé.
Je vous invite a débattre au sein d'association comme l'AVICCA (qui regroupe plus de 180 collectivités et départements, régions...) qui réalise des bilans réguliers ou un organisme comme l'ARCEP qui publient de nombreux rapports qui montrent combien les collectivités locales depuis 4 ans ont aidés la France dans sa politique de développement des infrastructures numériques (ont pourrait également parler des points hauts pour le GSM, le WIMAX qui commence a émerger et encore le WIFI dans certaines villes ...)

Certes rien n'est parfait, y compris dans votre département, même si ce que vous avez fait pour le Rhône a vraiment été un apport incontestable.
La route du tres haut débit et d'une France numérique performante, créatrice de plus d’emploi et de nouveaux services est encore longue… mais les décisions que va prendre le gouvernement vont orienter notre économie pour les 10 prochaines années et plus peut etre… alors soyons vigilant a ce qu’elles sont les plus favorables à des réseaux ouverts et étendus. Pour cela le rôle des collectivités locales mais aussi de l’Etat est de créer le bon écosystème pour tirer le meilleure du Tres haut débit pour notre économie, et pas seulement laisser certains acteurs fermer le jeu pour leur seul intérêt. Des montages avec des partenaires privés sont possibles, la mobilisation de fonds public associés également, afin de controler notre aménagement et l’ouverture des réseaux. Il ne faut pas brader notre avenir (je recommande a tous d’aller sur le site des « assises numériques » pour contribuer au débat)….

La France doit s'unir pour le défi du Tres haut débit... et nous avons besoin de vos idées aussi pour le batir.

comme dit Jean Michel Billaut , Ah ces Gaulois ! Pendant ce temps la ... les viking eux avancent ... et les nippons aussi.

MACHARD Denis

Je me permet de mettre ce lien :
La fibre optique, c'est l'avenir ....
, sujet commentant le tien et l'éditorial de Tregouët

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.