Connaisssez-vous Hervé Gonay et Alexandre Lachmann ? Le logiciel devient un service...
Connaissez-vous Jean Pascal Szelerski ? Apec + LinkedIn = un e-pacs 2.0 de haute volée...

Connaissez-vous Guillaume Champavere ? Dans l'@rt, la valeur n'attend pas le nombre des années...

Effectivement, Guillaume sort à peine de son école d'art qu'il lance, seul, Artfinding, une plateforme d'intermédiation sur Internet, avec d'un côté les galeries d'art contemporain et d'antiquité, et de l'autre les acheteurs potentiels. Art1 Le tout fonctionnant en 10 langues, pas une de moins...
Environ 5.000 galeries d'art en France. Dont 800 sont a priori le coeur de cible de Guillaume. Qui en a déjà aujourd'hui 78. Galeries françaises mais aussi étrangères.
Ce marché est plutôt mondial et plutôt opaque. En fait Artfinding est un intermédiaire en information et non pas en transaction. Les galeries plublient toute ou partie de leur offre, avec les prix demandés (qui s'étagent de quelques euros à quelques millions d'euros). L'acheteur potentiel utilise la base de données d'artfinding et contacte, si le produit l'emballe, la galerie qui le vend. Artfinding
Comment cela fonctionne-t-il ? Quel est le business model de Guillaume (il vient de le changer). Quid de la concurrence au niveau mondial ? Quelles les prochaines fonctionnalités qui seront proposées au galeries ?
Etc...
Souhaitons bonne chance à Guillaume... Comme quoi, même en France, un galopin qui a de l'idée, et de la persévérance peut y arriver...

Pour contacter Guillaume Champavere ici
Le site d'Artfinding ici

© A Billautshow production - the video for the rest of us -

Commentaires

Dianed

Concept très intéressant et excellente présentation !
Mais je me demande si la cible des galeries du Louvre des Antiquaires par exemple a l'habitude d'aller sur Internet (cf. comportement d'achat, age, catégorie sociale, etc) ou encore même d'aller cherche ce genre d'informations sur Internet ?!

A suivre..

Guillaume CHAMPAVERE

Merci pour vos encouragements ! Vous n’êtes pas la seule à me poser cette question, mais j’ai constaté qu’Internet était devenu un réflexe pour nombre de chineurs (toutes CSP confondus). En effet ils peuvent visiter en un clin d’œil le stock de centaines de galeries à partir de critères bien précis. Pour les amateurs qui n’ont pas une idée précise de ce qu’ils cherchent, la navigation est faite de telle manière que le visiteur est largement nourri d’images, favorisant la probabilité d’un coup de cœur.

Sophie Costa

Une petite question pour Guillaume : votre concept se concentre-t-il uniquement sur des oeuvres diffusées par des galleries, ou pensez-vous aussi référencer des oeuvres d'artistes indépendants ?

senceber

@ Dianed
N'oubliez pas que tout le monde n'habite pas une capitale tout en étant amateur d'art.
C'est un bonheur de pouvoir chiner par Internet.

Guillaume CHAMPAVERE

Bonjour Madame. Les artistes indépendants n’ont pas systématiquement un contrat d’exclusivité avec les galeries qui les exposent. ARTFINDING étant ouvert aux galeries d’art d’antiquité et contemporain, je souhaite éviter qu’un artiste court-circuite une galerie en publiant des œuvres à des prix par définition moins importants. L’autre intérêt de travailler avec une galerie, c’est que celle-ci expose plusieurs artistes, ce qui assure une diversité de thèmes, supports et techniques au sein du catalogue. Le volume n’est pas ma priorité, ARTFINDING vise la qualité et la diversité.

Maltese Laurent

Salut Guillaume, je suis de plus ou moins loin l'évolution d'artfinding !

Joli évolution et belles présentation !

Bonne continuation

Laurent

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.