Connaissez-vous Jean Michel Flamant ? Le premier centre commercial virtuel en 3D va ouvrir...
Adam Smith : le grand retour grâce au Web 2.0...

Connaissez-vous Pierre-Henry Langlois ? Les mortars se rebiffent...

La distribution traditionnelle américaine est blême... En effet, au rythme du développement du commerce électronique dans ce pays, certains retailers se demandent si leurs magasins ne vont plus être que des show-rooms, où le consommateur-internaute viendra voir le produit, et s'en retournera ensuite chez lui pour l'acheter sur un site de commerce électronique...
Comment donc réagir ? Grâce à StoreXperience, une société américaine créée là-bas par des Français..

Pierre-Henry nous décrit la chose avec une petite démonstration.Storexperience
StoreXperience est pour le consommateur un assistant personnel de shopping grâce au téléphone mobile disposant d'un appareil photo intégré. Et pour l'enseigne, un accélérateur d'achat dans le magasin. Grâce à l'appareil photo du téléphone, le consommateur peut photographier le code (QR code ou autres) se trouvant sur l'emballage d'un produit (ou sur son étiquette). A partir de là, une connection est faite sur les serveurs de StoreXperience qui renvoient descriptif, publicité contextuelle, et proposition personnalisée : à savoir une réduction de prix en fonction du parcours du chaland dans le magasin, etc.. Cette réduction peut être proposée en mode automatique en fonction de régles définies au préalable par le magasin. Ou s'effectuer en mode "validation manuelle" par un responsable du magasin, qui "vous suit" sur son écran...
Si le consommateur décide d'acheter, le produit lui est réservé pendant un laps de temps donné. Un n° de réservation est délivré. Il lui suffira de le présenter au passage en caisse pour bénéficier de la réduction. La chose peut aussi fonctionner dans la rue (sur un placard publicitaire affichant les mêmes codes avec renvoi sur le magasin le plus proche)...

Quel est le coût pour le commerçant ? Quel est le business model de StoreXperience ? Comment réagit le retail américain ? français ? Y a-t-il des concurrents à StoreXperience ?
Ne peut-on pas craindre que les pure players du commerce électronique réagissent en proposant au consommateur dans le magasin, d'accéder à leur liste de prix toujours par le téléphone ?
Quid des centres commerciaux ? Peut on faire des offres de ventes croisées entre magasins d'un même centre ?
Pour Paul-Henry quel sera le paysage du commerce dans 10 ans ?

Pour contacter Pierre-Henry Langlois ici
Le site de StoreXperience ici

© A Billautshow production - the video for the rest of us

Commentaires

Marc Duchesne

Superbe idée. A tester en grandeur réelle lors de la prochaine campagne de soldes, histoire de voir comment réagissent clients et commerçants.

Pascal-f

Big brother est en route !
C'est assez terrifiant d'imaginer les dérives qui pourraient être faite avec ce type d'application. Et si Facebook rachetaient cette entreprise. Brrr !

Suevonne

Moi, je ne l’ai pas acheté mais juste feuilletté. Je dois dire que malheureusement j’ai été assez déçu, d’où mon non-achat. J’ai l’impression que l’ensemble est un peu survolé à cause de la forme du livre. En effet chaque double page traite d’un nouveau sujet. Donc on a deux pages seulement sur le magazine « Titans », avec une seule page de texte et quelques généralités sur le mag, puis pareil pour « Spidey », « Nova »…Alors c’est sympa de revoir des couv’ de magazines de notre enfance mais cela ne va pas vraiment au delà. Je pense que l’auteur a certainement dû être victime de l’éditeur lui imposant de multiplier les chapitres pour que ce soit très clair pour le lecteur. Mais pour les passionnés, c’est quand même assez frustrant.

Veanna

Moi, je ne l’ai pas acheté mais juste feuilletté. Je dois dire que malheureusement j’ai été assez déçu, d’où mon non-achat. J’ai l’impression que l’ensemble est un peu survolé à cause de la forme du livre. En effet chaque double page traite d’un nouveau sujet. Donc on a deux pages seulement sur le magazine « Titans », avec une seule page de texte et quelques généralités sur le mag, puis pareil pour « Spidey », « Nova »…Alors c’est sympa de revoir des couv’ de magazines de notre enfance mais cela ne va pas vraiment au delà. Je pense que l’auteur a certainement dû être victime de l’éditeur lui imposant de multiplier les chapitres pour que ce soit très clair pour le lecteur. Mais pour les passionnés, c’est quand même assez frustrant.

Kayleen

Moi, je ne l’ai pas acheté mais juste feuilletté. Je dois dire que malheureusement j’ai été assez déçu, d’où mon non-achat. J’ai l’impression que l’ensemble est un peu survolé à cause de la forme du livre. En effet chaque double page traite d’un nouveau sujet. Donc on a deux pages seulement sur le magazine « Titans », avec une seule page de texte et quelques généralités sur le mag, puis pareil pour « Spidey », « Nova »…Alors c’est sympa de revoir des couv’ de magazines de notre enfance mais cela ne va pas vraiment au delà. Je pense que l’auteur a certainement dû être victime de l’éditeur lui imposant de multiplier les chapitres pour que ce soit très clair pour le lecteur. Mais pour les passionnés, c’est quand même assez frustrant.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)