Connaissez-vous Stéphane Gaultier ? Kidnet : un Second Life ludo-éducatif pour gamins...
Connaissez-vous François Goube ? Microformats : des offres d'emplois (Jobijoba) aux bouteilles de Bordeaux ?

Commentaires

Nicolas Cynober

Jean Michel, je trouve dommage que tu continues à explorer la voie des microformats plutôt que celle du "semantic web" du W3C.
Je m'étais déjà exprimé sur ta première interview ici:
http://billaut.typepad.com/jm/2007/10/connaissez-vo-8.html

Ma position s'est même renforcée ces dernières semaines avec la standardisation de RDFa:
http://nicolas.cynober.fr/blog/?p=13

billaut

@Nicolas..
Salut.. effectivement j'avais lu ton comment... loin de moi l'idée de soutenir quoique ce soit... d'aucuns me parlent de microformats, d'autres de choses différentes...
on se fait un billautshow la dessus quand tu veux...

Guillaume

C'est passionnant, mais cette nouvelle tentative d'organisation du web ne me semble finalement pas plus répondre aux questions précédentes que l'actuelle méthode de classification / cataloguage du web(référencement, links, etc..):
* comment empêcher les "tricheurs de contenus", qui pourrissent la recherche ? Qui va controler la véracité et le bien fondé des microformats?
* A quoi sert un immense cataloguage du web, si notre cerveau reste perdu devant l'immensité des "tags" ou formats existant? Pour l'instant le nombre de mciro-formats est réduit, mais leur succès grandissant, on suppose facilement qu'ensuite leur nombre ne cessera de s'étendre. Et on reviendra alors à la situation actuelle ou le nombre d'"objet" (ou "tags" ou "format" ou "item" "oucequevosuvoudrez"...)sera très nettement supérieur à ce que le cerveau humain peut appréhender. Bref la pagaille engendrée par la profusion...

Pourquoi ne pas tacher d'organiser la recherche sur des critères plus proches des méthodes cognitives humaines: l'analogie, et al comparaison. Cela existe déjà (par exemple: "si vous avez aimé (X), vous aimerez alors aussi (Y), etc..).

J'avoue que j'aimerai bien comprendre pourquoi on privilégie toujours la technique au lieu du côté humain.. alors même que les neurosciences vont des progrès fantastiques?

Nicolas Cynober

Le web sémantique c'est justement cela. Faire des analogies et de l'inférence à partir de données structurées et semantisées. Cette sémantique suit des ontologies définies séparément du nom des balises. Ce qui permet une bien meilleur évolutivité que les microformats dont le sens et les données sont mélangés dans la page.

Le web sémantique va permettre aux machines d'effectuer du "reasoning". C'est le web intelligent.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.