Start-ups : vous êtes les bienvenus à "Campagnes 2.0"
Connaissez-vous Yves Nouailhetas ? Le CPL continue d'évoluer...

Didier Lombard râle...

Le big boss de France Telecom rouspète...
Jeudi dernier à la conférence de l'Idate à Montpellier, le Père Didier est parti en guerre avec son six-coups, contre "ces méchants cow-boys américains" qui ont pour nom Google, eBay, Yahoo, Amazon et consors...
Motif : ces outlaws tirent de trés gros revenus des services qu'ils proposent sur les réseaux qui ont été mis en oeuvre par les opérateurs, sans participer au financement des dits réseaux...
Bref, cela ressemble à un western traditionnel. D'un côté les méchants, de l'autre John Wayne... Pardon, Didier Lombard.
Si j'étais l'un de ces méchants cow-boys, je ne vois pas pourquoi je mettrais un kopeck dans l'affaire, vu que ces braves opérateurs sont aussi des concurrents sur les services... Enfin, ils essayent, mettez-vous à leur place, leur business model ayant changé du fait du changement de technologie, qu'ils n'ont pas vu venir..
D'ailleurs, on m'a rapporté que ces méchants cow-boys avaient déjà eu des conversations secrétes (il paraît que cela c'est passé à OK Corral) pour mettre en place leur propre réseau de bout en bout, au moins sur le territoire américain (réseau filaire et sans fil)...
Tous ces braves gens, Lombard en tête, ne pensent en effet qu'à une chose : être propriétaire du réseau ET écouler dessus leurs propres services en essayant, autant que faire ce peut, que les services/contenus proposés par d'autres, passent par eux... De façon à mettre en oeuvre un péage... à la Canal+.
Naturellement, avec une telle stratégie, leur action en Bourse serait de nature à bien se porter...

Il serait temps, que nos Braves Elus du Peuple se remuent un peu les méninges pour organiser notre futur... Il est vrai qu'en Gaule, ils ont pas mal de choses au feu actuellement pour essayer d'aménager notre passé (avec les avantages acquis...). On est toujours un peu à la bourre dans ce pays...
Mais quant ils en auront terminé (si tant est que cette gauloiserie puisse un jour se terminer), ils seraient peut-être intéressant qu'ils réfléchissent au point suivant : dans une démocratie qui se respecte, une infrastructure utilisable par tout un chacun, devrait être la propriété du public et non du privé...
Je campe donc sur mes positions : il eût fallu couper en 2 France Télecom lors de la démonopolisation... d'un côté le réseau (public), de l'autre les service (privé)... D'ailleurs le protocole TCP/IP se prête admirablement à la chose...

Nos chers Elus du Peuple devraient peut-être étudier plus en détail le modèle de Pau que feu André Labarrère avait mis sur pied (le pôvre : il doit se retourner dans sa tombe, avec ce que ses amis socialistes bricolent actuellement)... A savoir un partenariat modèle entre le public et le privé... Certes Pau a essuyé les plâtres, et cela ne c'est pas fait sans peine... Mais maintenant, cela marche... La preuve : Neuf arrive, et il n'est pas propriétaire du réseau...
Il est vrai qu'Andé Labarrère a eu à l'époque de gros problèmes avec France Telecom... André m'avait ainsi raconté une entrevue avec le prédécesseur de John Lombard (un monsieur mal poli qui plus est, le prédécesseur...). "Vous savez, Monsieur le Ministre - Labarrère avait été Ministre sous le roi Miterrand - vous, les collectivités locales, vous êtes comme mes enfants... Quand ils font une bêtise, je dois réparer..." (j'ai d'autres histoires là-dessus du même tonneau, que je vais peut-être raconter un jour...).

Allez je vous laisse... Xavier Niel, le boss de Free, vient de m'apprendre que mon bled dans les Yvelines du Sud va être dégroupé sous peu... (dire que si je n'avais pas râlé auprès du prédécesseur du prédécesseur - un monsieur très poli par contre -, mon bled n'aurait été adsélisé qu'en... 2.007 - Madame Billaut n'aurait eu qu'un modem à 56 kilos pour skyper avec ses enfant, qui sont en principe aussi les miens...)

Commentaires

olivier2

Que du bon sens comme d'habitude dans ce propos.
Mais nos "chers élus du peuple" savent tout ça par coeur. Dans le transport ferroviaire par exemple, ils ont su dissocier de réseau ( RFF ) de l'exploitation ( SNCF ). Pour quelle raison ? en 2012 n'importe qui pourra prétendre à assurer l'exploitation. ( si on n'est pas d'accord, il ne fallait pas voter OUI en 1992....à une ou deux décimales le NON n'était d'ailleurs pas loin ).
Donc on sait prévoir sur de l'éxistant.Mais dès qu'il s'agit de s'adapter à du nouveau, les "chers élus du peuple" sont tétanisés, ou peut-être incompétents...
Il est vrai que ces sujets paraissent bien obscurs et lointains quand la préoccupation de certains est de préserver les avantages acquis...Quand la Chine aura bouffé l'Europe il n'y aura plus rien à préserver.

sarkazm

A propos de Pau, il parait qu'un certain François Bayrou se présente à la mairie...

Mathieu Bernier

N'oublions pas que peut-être notre chère Europe nous aidera à remettre les choses en place comme elles auraient du l'être dès le départ, à savoir : Un FT Services et un FT Network. Prions pour que le lobbying habituel n'entrave pas la mise en place d'une telle proposition formulée il y a une ou deux semaines par une commissaire européenne.

Pour ma part, je viens de découvrir que mon département avec fondé un établissement public pour gérer un projet de DSP pour la Seine-Saint Denis (http://debitex-epcid.org/default.aspx).
J'en suis très heureux : réseau public, ouvert à tous, neutre. Tout ce qui me plait.

Mathieu Bernier

En ce qui concerne les tuyaux, l'internet fixe n'est rien par rapport à ce qui attend Orange avec le Data Mobile. Il aura de quoi se plaindre Mr Lombard avec l'arrivée de GPhone, par exemple, embarquant Android et la tripotée de services Google qui va avec, pré-intégrés et le flux de publicité par dessus. Mr Lombard vera passer tout ça chez lui sans l'ombre d'un kopek qui tombera dans sa poche.

Pierre Col - UbicMedia

La séparation "fonctionnelle" entre l'infrastructure télécom et les services à valeur ajoutée, c'est très exactement ce que veut mettre en place Viviane Reding, la commissaire européenne, dans son "paquet telecom 2010" :
http://www.neteco.com/85624-bruxelles-paquet-telecoms-2010.html

Ceci, avec en plus la mise en place d'un "vrai régulateur européen", suscite le tollé général des opérateurs, des régulateurs nationaux et des Etats membres de l'UE.

En France, il eût fallu le faire, comme pour RFF et la SNCF, un peu AVANT la privatisation de France Telecom.

Parce que si on le fait des années APRES cette privatisation, il va évidemment falloir estimer la valeur de l'infrastructure pour la racheter aux actionaires de FT obligés de s'en séparer... Là je vous laisse imaginer les arguments d'experts et la foire d'empoigne entre de marchand de tapis, le tout "arbitré" par les politiques...

leon

> Motif : ces outlaws tirent de trés gros
> revenus des services qu'ils proposent sur les
> réseaux qui ont été mis en oeuvre par les
> opérateurs, sans participer au financement
> des dits réseaux...

Les autres opérateurs pensent la même chose qu'Orange, et je pense qu'ils ont raison. Exemple de Free:
http://www.mail-archive.com/frnog@frnog.org/msg00944.html
Le problème n'a donc pas sa solution dans une simple séparation service vs infrastructures, Free utilisant des infrastructures dont il n'est pas propriétaire. Bien que free voie également d'un mauvais oeil l'utilisation de son réseau de manière gratuite, il demande quand même à Orange la séparation infrastructure - services. On a donc bien là 2 problèmes différents.

Je ne pense pas que créer un unique opérateur pour tous les réseaux de télécoms en France, et ne laisser aux FAI que les services soit une solution. C'était la situation d'avant l'apparition du dégroupage... Et c'est également apparemment la situation à Pau: impossibilité aux FAI/opérateurs d'accéder aux infrastructures seules (fibre noire) dans des conditions économiques acceptables.

Un réseau "neutre" public doit se limiter aux infrastructures.

Leon.

Mathieu Bernier

Et pourquoi pas obliger tous les FAI à adopter un fonctionnement de type GIX mais pour le réseau ?
Infrastructures communes, maintenance assurée par un services commun, participation au financement proportionnelle au nombre d'abonnés etc ... Serait-ce une utopie ? (Bon ok il faudrait déjà qu'on fasse un énorme effort pour mieux définir et déployer la cartographie des GIX au niveau national ...)

olivier2

Le problème des projets de Mme Reding n'est-il pas une fois encore de tout mélanger, l'essentiel et l'accessoire ? Avant toutes choses, on pense à créer un "couche" de fonctionnaires en plus sans se préoccuper de ce qu'on va leur faire faire.Sans être particulièrement compétent, j'ai jugé les propos récemment tenus sur les régulateurs locaux comme "limite insultants" ! A ma connaissance, l'ARCEP n'est pas à la botte des opérateurs, et pour suivre régulièrement ses actions il me semble que cette organistaion fait plutôt correctement son boulot. Quand à confier un nouveau chantier aux eurocrates, il suffit de voir comment ils traitent le dossier Galiléo pour préférer encourager les initiatives et investissements nationaux.
Non ?

PPG

Billaud Président, Billaud Président !!!

Marc Duchesne

A propos de Mr Lombard (qui apparement n'est pas celui de la rue pour touristes à San Francisco ;-) : l'a beau jeu de crier haro sur les Vilains qui veulent profiter d'infrastructures qu'ils n'ont pas financées (mes excuses pour l'éventuelle fote d'aurtografe, à force d'écrire en anglais on perd son latin). Oserais-je rappeler que quelques-unes des plus belles startups du temps de la 1ère Bulle Mondiale (on est à l'aube de la 2ème) furent issues du giron du CNET, labo R&D bien connu d'une certaine France Telecom, et que, à ma connaissance mais je me peux me gourrer, ces fameuses startups se sont bâties sur des idées développées grâce à l'argent du Con-Tribuable ? Hum ? Les Algety Telecom (ah la belle aventure, mine de rien, et quelle superbe technologie hélas mise sous l'éteignoir à cause du crash), les Highvave (ah la belle foirade, méritaient de prendre une déculottée - l'ont prise, d'ailleurs ;-)... Z'ont fait des bonds à la Bourse (un peu -beaucoup ?) grâce à nos impôts, mine de rien.
Alors, qu'un Google vienne faire joujou dans les fibres posées par Mr Lombard et ses prédecesseurs ainsi que ses chers concurrents pendant la Bulle, quelque part, c'est un juste retour des choses.
Et si ça participe de nous simplifier la vie numérique, réjouissons-nous.

Marc Duchesne

correction : lire "HighWave", pas "Highvave".
Sorry, _Marc.

Marc Duchesne

A propos des propos de Ms Reding : prenons un peu de recul, de la hauteur, sans nous casser la martagoule bien évidemment, et considérons cette idée d'un réseau pan-européen pour ce qu'elle est AUSSI : un véritable grand projet capable de mobiliser l'ensemble des pays membres sur la construction du Futur de la Communauté.
Sauf erreur, et en considérant simplement le moyen choisi et pas l'objectif véritable, l'Empire Romain s'était bâti le long des voies romaines, et l'Allemagne de 1933 avait construit son hégémonie à coup d'autobahn.
Au XXIème Siècle, alors que l'Ennemi à combattre est le Réchauffement Climatique (en combattant celui-ci, on limitera la domination annoncée de nos amis Chinois), peut-être le temps est-il venu de construire enfin les véritables Autoroutes de l'Information : celles qui amènent la fibre jusque dans les foyers, de Brest à Kiev.

arena

Mauvaise idée à donner à Mr Lombard :

Comme pour la SNCF/RFF, Il créée deux entités une service et une infrastructure.
Ensuite il plombe les comptes de l'entité infrastructure et demande à l'état de remettre au pot.
Et l'état comme tout le monde ne pouvant se passer de téléphone, nationalise la filiale dans le rouge.

et comme on dit dans la Silicon Valley : 'Et voilà!' .

billaut

@Mathieu Bernier...
c'est semble-t-il le modèle adopté par le departement de la Manche (voir le dernier billautshow de Philippe Le Grand)...

billaut

@arena...
Lombard n'aurait pas à s'occuper de quoi que ce soit... ce sont les collectivités locales qui s'en occupent... 70 sant dans ce cas en France et 50 seraient en phase de mise en route de Délégation de Service Public (là c'est Lombard et alii..)

billaut

@Marc Duchesne...
Il faut effectivement à mon sens un "european new deal"...
Fibrer toute l'Europe...comme l'avait fait Roosevelt en 33 aux US avec le Tennesse Valley Authority...
Voilà un projet qui serait de nature à "faire" l'europe... et à donner du coeur aux ventres aux jeunes européens... sans compter que cela serait de nature à diminuer les trajets et donc limiter le CO2...

olivier2

De nombeux exemples issus de la vielle économie pourrait servir de base à l'action : Comment fait Poweo pour distribuer de l'électricité ? Qui est propriétaire des canalisatons d'eau, de gaz...

billaut

@PPG... Billaut Président ? n'exagérons pas... je n'ai pas envie que Madame Billaut me quitte...

Dia

Le bon sens "démocratique" serait que les municipalités puissent devenir opérateurs et pour l'instant celles qui souhaitent proposer un service de fourniture d’accès à
Internet en WiFi en extérieur (parcs et jardins par exemple sont soumises au respect des
dispositions de l’article L. 1425-1 du code général des collectivités territoriales. Ce texte prévoyant que :
- les collectivités peuvent « établir et exploiter sur leur territoire des
infrastructures et des réseaux de télécommunication » à condition d’en
garantir une utilisation partagée et de respecter le principe d’égalité et de
libre concurrence.
- Les collectivités « ne peuvent fournir des services de télécommunications
aux utilisateurs finals qu’après avoir constaté une insuffisance d’initiatives
privées propres à satisfaire les besoins des utilisateurs finals et en avoir
informé l’ARCEP ».

Bilan : les administrés (nous) financent les tuyaux pour permettre aux opérateurs de leur relouer lesdits tuyaux à des tarifs qui continuent à entretenir la "fracture numérique"...

André-Yves Portnoff

Jean-Michel, tu as parfaitement raison. FT qui a tant d'intelligences et à qui manque toujours l'intelligence de la situation n'a pas compris que lorsque le monde change il faut avoir le courage de se canibaliser au lieu de mener des batailles de retardement qui nous retardent tous. La retraite de Russie, comme on le voit avec Alcatel, ne mène qu'à Waterloo. Mais c'est nous qui allons payer l'aveuglement arrogant de nos élites jacobines.
André-Yves P

Alexis Mons

Je ne sais pas s'il faut en revenir au service public, mais le fait est que la dichotomie que vous appelez de vos voeux pointe en effet la source de bien des maux et autres freins dans le développement du réseau dans notre beau pays. Il est troublant de voir que l'énergie comme les réseaux ferrés ont fait l'objet de cette séparation des genres et je me demande si la faute n'en revient quand même pas à l'Europe de n'avoir pas exigé cela aussi dans les télécoms. Cela dit, vous savez comme moi combien ce secteur a complètement changé et si la question ne se posait pas à l'époque du RTC, elle se pose en effet très sérieusement aujourd'hui.
Cela étant dit, vous faites plaisir à un projet qui m'est cher, à savoir Dorsal, en Limousin, dont la couverture est actuellement en finalisation et qui, cela va vous faire plaisir, étudie très fortement une seconde phase de couverture de masse en FTTH à l'échelle régionale, outre un schéma de développement territorial usages et services déjà lancé et dont ceux qui suivent les politiques numériques mesureront la rareté.
En Limousin, et de haute-lutte je dois le dire, l'ensemble des collectivités locales ont repensé et créé un quasi-service-public régional de l'internet, basé sur la mise en oeuvre d'un réseau comme terreau de développement, avec comme positionnement celui d'opérateur d'opérateur, lui évitant d'entrer en conflit d'intérêt avec les opérateurs qui adressent le public et encore plus les opérateurs de services.
Je dois dire que cela se démontre très pertinent, même si, du point de vue du public et compte tenu des attentes que vous imaginez, le fait que le délégataire ne distribue pas lui-même et s'efface derrière une kyrielle d'opérateurs (y compris locaux !) n'est pas évident à comprendre et soulève des enjeux de communication et d'évangélisation insoupçonnés. Mais c'est un autre sujet.

Mathieu Bernier

Dernière petite remarque sur ce sujet:
Je n'ai que 27 ans et cela me fait toujours rire aujourd'hui de voir de grands patrons, d'anciennes entreprises nationalisées se plaindre que "leur" outil est utilisé par d'autres ou par les "usagers" (même si je déteste ce mot) eux-mêmes sans contribution financière.
En effet, je suis peut-être trop jeune pour en parler mais il me semble qu'étant nationalisées, ces entreprises publiques type FT on bâti leur résau grâce à l'argent de l'état, l'ont entretenu grâce à l'argent de l'état; et l'argent de l'état, pour une grande partie (TVA + import revenu on va dire) c'est l'argent des français. Donc globalement, Mr Lombard devrait fermer un peu sa bouche et se contenter d'apprécier le fait que ce réseau n'ait pas été laissé à la charge de l'état ou du moins céder au collectivités lors de la privatisation de FT.

Laurent

Pour rebondir sur les propos de Mathieu, il me semble en effet que la société privée dont Mr Lombard assure la présidence est bâtie en grande partie sur un héritage étatique. Et qu'aujourd'hui encore par la participation aux frais du service universel, tout le monde cotise pour l'entretien de ce réseau. Je trouve donc son mécontentement pour le moins surprenant. C'est une entreprise < 1.0 qui n'a pas vu venir le 2.0 et qui se sent dépassé ? Tiens, pourquoi ceci ne m'émeut pas ?

Patrick

Très belle analyse Mr Billaut. Mr Lombart a le discours de la DGT (avant FT)des années 1970 (sans la concurrence).
Comment nous faire croire que l'infrastructure n'a pas été payée par le contribuable ? Ceci dit Mr Messier avait eu plus récemment une politique identique avec le contenant et le contenu. Avec le résultat que chacun sait ...

Dominique Filatre

Bonjour,

Vu de ma fenêtre de modeste directeur des services municipaux d'une commune de 5 000 habitants, j'avoue que je n'ai jamais compris comment on a pu imaginer cette incroyable histoire de privatisation d'un réseau public suivi d'un dégroupage. Le modèle EDF/RTE ou SNCF/RFF, séparant l'exploitation de l'infrastructure de transport est une évidence. Il faut vraiment, mais vraiment, beaucoup d'imagination et un art consommé de faire du bruit et de la poussière pour dissimuler une chose pareille. Une sorte de danse vaudou. Hypnotiseurs en chef : Bon, Breton, et maintenant Lombard. Pour mémoire,je rappelle l'anecdote : n'a-t-on pas lancé tout ça avec des danseuses au moment du lancement de la cotation à Wall street ? (ça ne s'invente pas !).

Concrètement, dans nos communes, rappelons un peu comment ça se passe. Premièrement, les services techniques sont inquiets : on voit partout les réseaux de FT mal entretenus et se détériorer. Mes collègues techniciens et ingénieurs territoriaux, pessimistes en diable, me disent : quand ils seront complètement pourris, ils nous les refileront !

Deuxièmement, pour l'instant, le réseau FT est un monopole de fait : quand on a besoin de déplacer une ligne qui appartient à FT, on paie 100% et on donne à FT. Mieux que cela, comme on donne à FT, cela nous coûte 15,48% de plus que si on faisait pour nous parce qu'on ne bénéficie pas de la compensation de TVA comme pour nos propres travaux. Cela vous en bouche un coin, non ? C'est comme ça, vous pouvez vérifier !

Troisièmement, si on parlait vraiment et concrètement d'intérêt public, on s'arrêterait de nous faire des plans avec l'ART, l'ARCEP et tout ce bazar. La réalité de base, c'est que l'intérêt public suppose que l'on gère la "viabilisation" des terrains pour la construction. Pour viabiliser un terrain ou une zone à construire : il faut de l'eau potable, de l'assainissement (eaux usées et pluviales), de l'électricité, de la voirie, et de la communication. Et la difficulté, c'est que nous n'avons pas deux de ces réseaux avec des échelons territoriaux d'administration identiques. Chacun vient nous imposer ses règles et ça finit évidement par être un peu compliqué et coûteux.

Il serait vraiment souhaitable que la décentralisation ait quelques rapports avec l'organisation des réseaux publics et y remettre un peu d'ordre. J'ai parlé de viabilisation pour des constructions neuves, mais au niveau de la réhabilitation ou dans les zones urbanisées, les problèmes d'aménagement ne sont pas fondamentalement différents. N'est-il pas totalement absurde que les communes ne puissent pas prendre la moindre initiative pour faire un bout de réseau sans passer par une règlementation nationale absconse, une DSP et je ne sais quel délire ? Une compétence régionale, départementale, d'agglo, ce qu'on veut et qu'on nous permette de travailler, et qu'on fiche la paix à ceux qui font et qui veulent faire ! On pourrait même nous aider un peu, non ?

billaut

@André Yves... Et oui... nos élites nous ont déjà emmené dans des tas de trucs incroyables (le plan calcul, le lyonnais, vivendi, et autres billevesées..)
Et pourtant je me suis laissé dire qu'à FT il y avait 850 X-telecom... Bon ce ne sont pas des X-Mines mais quand même...
Je pense que nous n'avons pas l'élite qu'il nous faut pour nous conduire sans trop de problèmes dans le futur... Nous avons probablement une élite pour nous empêcher d'aimer le futur... nous vautrer dans notre passé avec nos avantages acquis, notre principe de précaution et notre Prozac...

billaut

@Laurent, Patrick...
Un jour, un ponte de FT m' démontré que cela était faux... ce ne sont pas nos impôts qui ont payé le réseau de FT... bref que le réseau leur appartenait y compris les fourreaux payés par les collectivités locales...

billaut

@Dominique Filatre
merci pour votre commentaire du terrain...
je pense que dans ce pays pour faire bouger les choses, faut gueuler... et défiler dans les rues de Paris ou ailleurs...
donc si on veut des réseaux à tres haut débit partout sur le territoire faut faire comme les cheminots et autres populations à régimes plus ou moins spéciaux...
si vous organisez une manif, j'ai déjà une pancarte de prête...

leon

Je continue à penser que vous confondez 2 problèmes différents qui se situent à 2 niveaux différents:
* d'un côté l'utilisation par des fournisseurs de service (youtube, google) des RESEAUX (et non pas des infrastructures seules) des FAI;
* et de l'autre côté le fait qu'Orange possède, pas forcément légitimement, des INFRASTRUCTURES PASSIVES (et non un réseau entier et managé) qu'il serait logique d'ouvrir totalement à la concurrence.

La différence, c'est qu'entre les 2 aspects, on touche à 2 définitions du mot "réseau": les infrastructures passives seules d'un côté (fourreaux, poteaux, câbles, répartiteurs), et les réseaux managés de l'autre avec tous leurs équipements "actifs" (routeurs, centraux téléphoniques, DSLAM), et qui sont managés par des bonhommes, etc... C'est bien à ce niveau que commence la différenciation entre opérateurs: chacun ses solutions, sa politique pour agencer son réseau et offrir, construire ses services grâce à son réseau. Et il faut impérativement maintenir cette différenciation pour laisser la porte ouverte aux services innovants.

Mon avis:
* Oui, les FAI (tous les FAI le disent) ont raison de se battre face aux fournisseurs de services, car ils essayent d'offrir des services (VOD) de qualité en upgradant leur réseau régulièrement, alors que des fournisseurs de service (non FAI) profitent de ces beaux réseau "next generation" sans rien reverser aux FAI. C'est bien ce qu'a voulu dire M Lombard ici, rien d'autre.

* Oui, il serait très utile de séparer la partie "infrastructure" de l'ex France Telecom. Par infrastructure, on entend tout le génie civil: fourreaux, poteaux, batiments hébergeant les centraux téléphoniques, mais aussi tous les câbles (cuivre ou fibre). Ainsi, tous les opérateurs pourraient avoir accès à ces infrastructures réaliser leurs réseaux dans des conditions équitables.

Leon.

Pierre Col - UbicMedia

100% d'accord avec Leon :

1. Les fournisseurs de services doivent payer le juste prix des infrastructures IP qu'ils utilisent, et notamment des infrastructures de tous les FAI qui ont amené sur Internet les abonnés auxquels les Google, iTunes etc s'adressent. Ce n'est pas le cas aujourd'hui, et les 30 euros payés par abonné ADSL suffisaient tant que cet abonné faisait du web ou du mail, maintenant qu'il fait du Youtube/Dailymotion et de la VOD ça ne couvre plus les coûts, car il faut investir lourdement dans les réseaux, non seulement sur le dernier kilomètre côté abonné mais surtout sur les backbones d'opérateurs. Le modèle de peering actuel ne fonctionne plus, et fonctionnera d'autant moins que le volume des contenus véhiculés sur Internet va exploser dans un proche avenir (films en HD...)

2. La scission entre "gestion et maintenance d'infrastructures passives" et "fourniture de services à valeur ajoutée" de l'opérateur historique était à faire, mais avant sa privatisation. La faire aujourd'hui, si c'est possible, va être très très compliqué... et conflictueux.

Mathieu Bernier

Admettons, il faut investir, patati, patata. Il est clair que certains services fournis sur le Net devraient participer à un investissement dans les réseaux.

Mais arrêtons de nous cacher derrière l'investissement. On investit aujourd'hui parce que le réseau que nous avons utilisé jusqu'à aujourd'hui est obsolète et que nous l'avons poussé (et donc repoussé son remplacement) dans ses derniers retranchements.
Quand il y aura de la fibre partout, la largeur des tuyaux et des échangeurs ne sera qu'un "petit" problème. Aujourd'hui on installe de la fibre, je dirai à 1% de sa capacité, tout comme les équipements actifs qui vont avec donc une fois le déploiement "achevé" il n'y aura plus ce type de problèmes.
C'est parce que nous avons trop reculé à changer notre réseau que les acteurs d'aujourd'hui doivent investir massivement, et donc se plaignent (c'est un art en Gaulle).
Pourquoi Lombard se plaind ? Est-ce que Free se plaind de Youtube avec un ARPU de 20 euros sur un abonnement de 29,99 Euros ? Je ne les entends pas à vrai dire. Eux au moins cherchent des solutions, proposent leur propre services concurrent.
Je n'entends guère FT sur ces sujets (à part les plaintes, bien sur ...). Ah si, il parait qu'ils ont une R&D qui travaille sur de nouveaux projets, avec des trucs et qui sortiront un de ces jours ...

billaut

@tous...
Es-ce que Renault paye un impôt spécifique pour entretenir les routes sur lesquelles roulent ses voitures ?
Non... YouTube doit-il payer pour entretenir l'infrastructure ? Non. D'ailleurs, je ne vois pas comment on pourrait faire payer YouTube, qui est une société basé sur un autre continent... Youtube paierait un impôt pour tous les gens dans le monde qui utiliserait les réseaux des uns et des autres pour voir une vidéo ? A qui ? Cela ne tient pas la route (si je puis dire, sans jeu de mots)..

Le modèle de Pau me paraît, sous réserve d'inventaire, le modéle idoine qui garantit à tous un accés ouvert... La collectivité a financé un réseau passif (fourreaux, fibre noire..), comme elle a financé ses routes, son réseau d'eau... Elle a ensuite contracté une DSP avec un "privé" en partenariat, privé qui a financé les actifs (routeurs, et autres bidules)... Ce dernier ne fait que gérer le réseau (opérateur neutre) en vendant l'accés, non pas en direct à Madame Michu, mais à d'autres sociétés privées (comme Neuf ou des locaux) qui elles, vendront à l'utilisateur final avec plus ou moins de services... Résultat à Pau : tout un chacun peut venir proposer de l'accés ou autres services sur le réseau...
Qui plus est, un habitant de Pau peut avoir plusieurs boxes s'il le désire sur le même réseau qui est en P2P (et non en Pon)... la box de Free ET la box de Neuf... et naturellement changer quand il le désire sans remettre en cause cablage, etc.. (le modéle économique est expliqué par Jean Pierre Jambes dans un billautshow - on devrait lui remettre une médaille à ce monsieur).

J'appelle cela de la démocratie "pure et parfaite"...

Le modèle de la Manche lui est un peu différent... Le département dit aux opérateurs... "vous allez mettre chacun un peu de sous au pot si vous voulez opérer dans le département. Avec ces sous je vais faire l'infrastructure dont je reste propriétaire... (ce qui veut dire que ceux qui n'ont pas mis d'argent au pot, ne peuvent opérer...)
Philippe Le Grand explique cela dans un billautshow..

Toute chose égale par ailleurs, la beauté de TCP/IP permet à toute collectivité grande ou petite de faire son propre réseau et de l'interconnecter ensuite avec les autres... Chacun paye ses routes et son interconnexion (un rond point numérique en quelque sorte), chaque abonné paye les services qu'il consomme.

Autres réflexions : on pourrait naturellement concevoir que la collectivité soit aussi l'opérateur neutre, au même titre que certaines collectivités gèrent elles-mêmes leur réseau d'eau par exemple...

Pour en revenir à ce qu'écrivait André Yves Portnoff... Je pense que l'élite au temps t est fonction de l'état des technologies... Si les technologies changent : on change d'élite...

En tout cas ravi que ces thèmes vous intéressent... Il y a un an mon post n'aurait suscité que quelques comments (surtout un week end..) plutôt négatifs... Les temps changent...


leon

> Es-ce que Renault paye un impôt spécifique pour
> entretenir les routes sur lesquelles roulent ses
> voitures ?
> Non... YouTube doit-il payer pour entretenir
> l'infrastructure ? Non. D'ailleurs, je ne vois pas
> comment on pourrait faire payer YouTube, qui
> est une société basé sur un autre continent...
> Youtube paierait un impôt pour tous les gens
> dans le monde qui utiliserait les réseaux
> des uns et des autres pour voir une vidéo ? A
> qui ? Cela ne tient pas la route (si je puis dire,
> sans jeu de mots)..

M Billaut, relisez bien nos propos à Pierre Col et à moi même: nous n'avons jamais dit que les fournisseurs de service (youtube & co) devaient financer par impot les INFRASTRUCTURE (passives on entend).
C'est encore la différence réseau-infrastructure qui a du mal à passer. Cette différence est pourtant essentielle, et je pensais l'avoir bien fait remarquer, mais pas assez clairement visiblement.

Par contre, il serait logique que les fournisseurs de service contribuent au financement des RESEAUX complets des FAI, exactement commme pour la téléphonie, où un opérateur facture les "appels entrants" aux autres opérateurs, et où l'on facture également le roaming (national ou international) pour les portables. N'y voyez rien d'autre que ça! Nous n'avons jamais parlé d'impot, mais de financement de prestations entre sociétés privées.

Aujourd'hui, les opérateurs-FAI investissent des sommes considérables dans le MATERIEL ACTIF (et non dans les INFRASTRUCTURES passives) pour augmenter la capacité de leur coeur de réseau (le backbone), tout ça pour absorber les flux de la vidéo à la demande et autres services gourmands. Si vous connaissez le prix d'un routeur de coeur acceptant des centaines de GB/s, et le prix de tous les équipements optique de grosse capacité, vous comprendrez de quoi je veux parler. C'est bien ce qui coùte le plus cher, aujourd'hui, dans le coeur de réseau. Les fourreaux et fibres longue distance (=INFRASTRUCTURES passives), eux, sont disponnibles en capacité excédentaires et ne posent pas de problème.

Et le problème ne va faire que s'amplifier, avec la HD et le très haut débit: les coeurs de réseau vont énormément souffrir, et je vois difficilement comment maintenir un tarif de 30€/mois à l'abonné.

Pour Mathieu Bernier, vous semblez assez loin de tous ces problèmes. Free a été un des premiers (si, si, relisez mon premier post où je donnais un lien) à dénoncer la voracité des youtube and co, et il recherche actuellement les moyen de faire payer d'une manière ou d'une autre les fournisseurs de service. De plus, ce n'est pas en investissant dans la fibre sur le dernier kilomètre que les choses vont s'arranger, bien au contraire, ça ne fera qu'amplifier le phénomène. Le problème se situe déjà aujourd'hui au coeur du réseau.

marc duchesne

@Tous : un grand coup de chapeau & sincère pour cette discussion véritablement constructive.
Mon Dieu, Faites que M'sieur Sarkozy lise un jour prochain ce blog...

lynx

France telecom est un dinosaure impotent. des décisionaires incapables d'utiliser leur situation de quasi monopole pour proposer de vraies innovations.
il y a vraiment des tetes a couper dans les elites en france.

olivier2

Question naïve : y a t'il un Monsieur ( ou une Madame..) Nouvelles Techno dans le gouvernement ou dans la floppée de conseillers du Président Sarko ?

Mathieu Bernier

@Léon
Effectivement peut-être suis-je trop jeune ;) ou n'ai-je pas assez lu sur Internet (malheureusement je n'ai pas assez de temps pour cela), donc mea-culpa au sujet de Free.
Ceci dit je maintiens la comparaison que fait Jean-Michel Billaut avec les autoroutes : est-ce que ASF fait payer une taxe supplémentaire autre que le péage ou l'abonnement T aux compagnies de transport routier parce qu'elles engorgent les autoroutes ? Non. Allons plus loin en parlant des routiers étrangers desquels se rapprochent le plus les Youtubes & Co ? Encore non.

Et pourtant ces compagnies opérent un réseau (les routes) et contruisent des infrastructures (les péages, les aires de repos). Et on ne va pas plaindre ses société, parce que, pour être honnête, elle gagnent bien leur vie.

Alors pourquoi des sociétés qui opérent un réseau, qui posent et financent des infrastructures, qui gagnent bien leur vie et qui ont réclamées (en tout cas les dirigeants et les futurs actionnaires) à corps et à cris la privatisation du marché viennent maintenant se plaindre qu'une économie annexes, tout comme le tranport routier, vienne utiliser les infrastructures qu'ils mettent à leur disposition ?

D'autre part, je ne suis pas sur qu'une société comme Youtube, rachetée par Googole ne participe pas non plus au financement d'infrastructure et de réseaux. Connaissant la voracité de Googole dans ce domaine j'irai même jusqu'à dire qu'elle y participe au moins autant mais certainement à une autre échelle que celle de la France.

stf

Il est vrai que FT a récupéré le réseaux de l'état mais ne trouvez vous pas bizare qu'une compagnie privé soit constitué de plus 200000 salarié actif et retraité fonctionnaire l'état aurais oublié quelle que chose surement pas. L'état na pas perdu aux change.

billaut

@stf...
Il y a pas mal de choses bizarre dans ce pays...

billaut

@OLivier2...
J'ai entendu dire qu'il y en avait un à l'Elysée, et une à Matignon...

billaut

@Mathieu Bernier
Vous m'otez les mots de la bouche, pardon les mots de mon clavier...

marc duchesne

A propos de Google : les ch'tis gars de Menlo Park se mettent même à fabriquer leurs propres équipements réseau - voir ici (en anglais, sorry) : http://www.lightreading.com/document.asp?doc_id=139396&f_src=lightreading_default

La Révolution est en marche, tremblez AlcaLu, Cisco et autres Huawei.

Mathieu Bernier

@Marc
Evidemment ! (Merci pour le lien) Google a tout pigé dès la départ. Même s'ils se sont vu offrir des serveurs au début, ils ont rapidement compris que maitriser eux-même toute la chaine (Infrastructure + Réseau) serait beaucoup plus bénéfique.
Alors ca commence par la construction de leur Datacenter avec des PC bon marché, le tout drivé par un OS customizé maison. Ca continue avec le rachat de fibre noir à tout bout de champs sur la planète et maintenant on passe aux infras réseau.
Que dire de plus que "tremblez", effectivement.

Guillaume Champeau

Faire payer les fournisseurs de service, quelle drôle d'idée. Qu'il s'agisse de financer les infrastructures ou le réseau, peu importe. C'est aux usagers de financer ces infrastructures, par leur abonnement à Internet.

Si l'on fait payer les fournisseurs de service, alors on va créer un mouvement de concentration et d'économie d'échelle, on va augmenter le prix du ticket d'entrée des nouveaux services, et créer une complexité tarifaire et juridique incroyable à l'échelle internationale. En France c'est tel prix auprès de tel opérateur, là tel autre prix pour tel autre opérateur... Au secours.

Je suis 100 % d'accord avec Jean-Michel sur la nécessité de faire des infrastructures et des réseaux un service public. Ou, s'il s'agit d'une délégation de service public, au moins qu'elle soit soumise à l'obligation de respecter la neutralité du réseau, ce qui passe par un traitement non différencié de tous les services.

Pierre Col - UbicMedia

Pour financer les infrastructures Internet par les seuls abonnés et au juste prix en fonction de l'usage, il faudrait faire des abonnements différents, à des prix gradués :
- 30 euros pour du web et du mail "comme hier"
- 70 euros si vous voulez en plus Youtube et Dailymotion etc en version basse qualité d'aujourd'hui
- 120 euros pour de l'accès à de la VOD en HD qui va arriver demain.

Pour la comparaison avec les routes : la limite de la pertinence de la comparaison est que l'Etat et les collectivités locales financent les routes par l'impôt, que l'impôt est partiellement alimenté par les usages des routes (TIPP sur les carburants) et que seuls qui ne sortent jamais de chez eux seraient fondés à se plaindre du système.

On pourrait aussi de façon similaire financer les infrastructures Internet par un impôt, pour un prix d'usage unique et modique pour les abonnés Internet, et aucune contribution des fournisseurs de service. Qui ira expliquer la création de ce nouvel impôt à la moitié des français qui n'utilise pas (encore) Internet ?

Relisez ce qu'écrivait fort bien il y a un an Rani Assaf, Directeur Technique de Free :
http://www.journaldufreenaute.fr/01/12/2006/scoop-la-vision-de-rani-assaf-free-sur-les-reseaux-ip-et-la-diffusion-de-contenus.html
Ca reste totalement d'actualité.

PS : aux USA, au coeur de l'industrie Internet, à San Francisco même, l'abonnement coûte 70$ par mois pour un pauvre débit de 2 Mb/s downstream et 256 kb/s upstream, moins que ce qu'a notre ami JMB au fin fond des Yvelines Méridionales et pour bien moins cher :-)

Marcel

http://billaut.typepad.com/jm/2007/11/didier-lombard.html

Vous écrivez : "dans une démocratie qui se respecte, une infrastructure utilisable par tout un chacun, devrait être la propriété du public et non du privé"

Très bien. Au regard de la Constitution de notre pays toutes les privatisations qui ont été effectuées sont illégales.

En préambule de celle-ci figure en effet celle de 1946 dont l'un des articles dit en substance :

"Tout bien, toute entreprise, dont l'exploitation a ou acquiert les caractères d'un service public national ou d'un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité."

Service public.

Exactement ce que les fascistes (certains disent "libéraux") détestent et s'emploient à détruire depuis la fin des années 50.

Qu'il s'agisse des transports en commun, des services de l'éducation, de la santé, du courrier, des télécommunications et tant d'autres parmi lesquels la distribution d'eau et d'énergie.

On commence par en saboter le fonctionnement en nommant à leur tête des crapules ou des imbéciles, puis on crée, en manipulant tant les faits que l'information, un effet de rejet de la part de ceux qui auraient pourtant intérêt à les défendre... et le tour est joué !

Ce n'est pas pour ce monde que nos parents ont été déportés, emprisonnés ou assassinés en défendant justement la notion de bien public contre les intérêts privés.

Ce n'est pas par hasard que cet article figure dans la Constitution héritée des mouvements de résistance au nazisme et à la collaboration.

Ce n'est pas, non plus, pour avoir un président dont les thèmes de campagne étaient Travail, Famille, Patrie.

Après avoir fait monter Le Pen comme une mayonnaise, en le sachant peu "présentable", les enculés du PS ont préparé l'avènement du fascisme propre sur lui, raciste et haineux, amateur de luxe et de privilèges.

Les peuples ont les régimes et les politiciens qu'ils méritent... dommage que ceux qui ne l'ont pas voulu les subissent malgré tout.

Daniel

un petit essai écrit sur le sujet:
L'erreur des FAI

@leon & Pier Col:
- Sans les services le réseau ne serait autant utilisé. Pourquoi les fournisseurs de services ne demanderaient pas une partie de l'abonnement ?
Votre argumentaire fonctionne aussi bien dans l'autre sens !

- Le modele intégré de la téléphonie qui préserve très bien les interets des fournisseurs de tuyaux en place n'est pas du tout favorable à l'innovation
Si les FAI avaient commencé à penser en systemes ouverts ils auraient peut etre pu garder des places méritées dans la cour des géant du service

Pierre Col - UbicMedia

Pour alimenter le débat, une bonne info trouvée par ZDNet :
http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39375714,00.htm

Réponse à Daniel : les FAI n'ont pas besoin de Youtube pour vivre, ils vivaient mieux il y a 5 ans en vendant essentiellement un accès web et mail pour le même prix d'abonnement qu'aujourd'hui avec un Youtube qui "pompe de la resource"s...

Hypothèse extrême : les 3 gros FAI français, à savoir Orange, Neuf et Free décident de limiter drastiquement le débit vers Youtube : qui en souffrira le plus, Youtube ou les FAI ? Donc qui a besoin de qui ? Et donc qui doit payer qui ?

Vous voyez, l'argumentaire ne marche que dans un sens...

Daniel

Pierre > Si un seul FAI français bloque l'accès Google je pense qu'il en souffira


Effectivement si tous les FAI font cause commune il vont gener les fournisseurs de service indépendants et favoriser leur propre offre mais c'est de la concurrence déloyale

Un peu comme si tous les moteurs de recherche et tous les sites de video se mettaient à blacklister les IP des internautes d'Orange...

Pierre Col - UbicMedia

Daniel, je ne parlais pas de bloquer tout Google, juste de limiter drastiquement le débit consommé par le streaming des vidéos de Youtube.

On a du mal à se passer de Google (encore que, il y a Exalead et d'autres moteurs bien efficaces...) mais si "Youtube rame", hein...

Et cet exemple extrême était juste là pour illustrer "brutalement" qui dépend de qui :-/

Au fait, vous avez lu cet article de ZDNet titré "Internet menacé d'engorgement d'ici 2010 ?" :
http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39375714,00.htm

Ca converge :-)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.