Billautshowlive n°3
Paperblog cherche un développeur...

Connaissez-vous Laurence Parisot ?

Figurez-vous que l'un de mes amis m'a invité Jeudi dernier 25 janvier 2007 à l'Assemblée Générale du Medef à Bercy... Je ne suis pas adhérent de cette noble institution, mais grâce à cet ami j'ai pu rentrer... Et comme j'ai du temps et que je suis un tantinet curieux sur ce que font les différentes espèces d'Homo Sapiens en ce bas monde...
Nous sommes arrivés en retard... Bercy était plein comme un oeuf (6.000 chefs d'entreprise présents)... Nous avons trouvé de la place sous les combles, tout en haut...
Quand nous sommes arrivés, Laurence Parisot, petite silhouette frêle dans le bas, comme intégrée dans les slides qu'elle présentait sur un écran gigantesque, faisait un exposé sur l'évolution économique depuis le début de l'Humanité (le premier slide que j'ai vu), et surtout comparait la situation de la France avec celle des grands pays de ce monde... Ni une, ni deux... J'ai sorti ma caméra qui est toujours avec moi (mais j'avais oublié le pied - je ne pensais pas filmer cette grand messe - désolé donc l'image "tremble" un peu de temps en temps -)...
Ce billautshow est intéressant a plus d'un titre (je mets son découpage à la fin de ce post).

1/ Laurence Parisot, devant cette énorme assemblée en majorité masculine, a tout a fait l'air d'être bien dans ses baskets... Le Medef a manifestement son homme fort... Elle sait ce qu'elle veut. Elle a fait travailler pendant 2 ans son organisation pour sortir le Livre Blanc du Medef "Besoin d'air".

2/ La France va mal... Tout le monde le sait ou fait semblant de ne ne pas le savoir, mais personne pour l'instant ne prend les mesures pour aller mieux... Les chefs d'entreprises manifestement en ont ras la casquette de ce foutoir administratif entre l'Etat, la Région, le Département, le pays de communes, la communauté d'agglomération, la commune ...L'un d'eux a demandé la suppression de l'échelon départemental - je n'ai pas grande compétence dans le domaine du coût global de notre administration, mais il me semble que la suppression de cet échelon nous permettrait de faire une substantielle économie... 
Ils en ont ras la casquette du poids de la gabelle... pardon des charges diverses (voir les slides de la Présidente)... Du manque de cohésion entre l'enseignement et le monde de l'entreprise, entre la recherche et l'entreprise, des mandarins qui dans les hôpitaux font ce qu'ils veulent, etc... Nos chefs d'entreprises ont besoin d'air...
Bref, un ras le bol généralisé... En fait notre Medef me semble-t-il tourne autour du pot sans le dire... L'extraordinaire endettement de notre aimable Etat n'est pas dû à des dépenses d'investissement pour préparer l'avenir, mais à des dépense courantes... Comme aurait dit la grand mère de Madame Billaut, une sainte femme au langage un peu vert : "La France p... plus haut qu'elle n'a le c.l" ... Ce n'est pas en effet avec notre taux de croissance observé au cours des dernières années que l'on peut faire vivre 23 ou 24 % de notre population active dans l'Administration sur des années...
3/Le Medef propose beaucoup de solutions... Vous en prendrez connaissance dans la 3ème partie de ce billautshow... Ou mieux ne lisant le livre "Besoin d'air" que j'ai commencé... et que je recommande même si je n'ai pas ma carte du Medef...
Un point que le Medef aurait pu soulever... Internet et la mise en place dans ce pays d'une infrastructure moderne de télécommunications à TRES haut débit : la fibre pour tout le monde... pour mettre en oeuvre des applications qui permettraient justement de fluidifier notre administration, et aux gens de vivre mieux... Bon, cela montre que les entreprises n'ont pas encore bien pris conscience de la chose...

Mon impression globale : les Gaulois se préparent des lendemains pas forcément roses (ne voyez dans l'emploi de cet adjectif aucune intention de ma part - surtout que le rose vire au blanc semble ces temps-çi)... Relisez le rapport Pébereau, regarder ou revoyez le billautshow de Bernard Spitz sur le papy-krach, tout cela dans un paysage de fin d'énergie fossile, de climat qui change... Faut être un peu maso pour se présenter aux élections présidentielles...

Découpage de ce billautshow :

1/ jusqu'à la 18:00ème minute - Laurence Parisot commente ses slides (j'ai trouvé cela trés intéressant).
2/ 18:00 à 22:00ème minute : une vidéo qui présente le livre "Besoin d'Air" (analogie avec l'impôt sur les fenêtres et les portes : vous vous souvenez ?)
3/ 22:00 à 25:00ème minute.. comment ce projet "Besoin d'air" s'est-il concrétisé ?
4/ 25:00 à la fin : 6 chefs d'entreprises témoignent... (à la 41:00ème 2 chefs d'entreprises se mettent à genoux...)

J'ai aussi filmé le discours de Laurence... Mais je pense qu'il sera plus utile de lire ce discours ici

Le fichier vidéo ici
Le fichier mp3 ici

© A Billautshow production - the video for the rest of us -

Commentaires

pinch

courbe à mettre en parallèle avec la courbe du film d'Al Gore : An Inconvenient Truth...
A méditer...

Alain

Maso les candidats ? Non, simplement "égotistes": chacun d'eux met son ego en avant par rapport à ses propres troupes (je suis le chef -ou le meilleur parce que je me suis auto désigné candidat !) tout en cherchant à plaire aux marges de la population des autres candidats.

Le fond du problème c'est que la France a atteint un tel niveau de juxtapositions d'égoismes catégoriels associés à une méconnaissance de la réalité économique chez le plus grand nombre que c' est effectivement désespérant !
Alors Madame Parisot, la dame de fer ? Mais elle n'est pas candidate!
Je n'ai pas encore lu le texte du discours mais parle t-il du fiasco total des budgets et de la gestion de la formation continue, exemple affreux de co-gestion syndicats patronaux et syndicats dits representatifs ? Quid des connivences historiques du CNPF (ancien nom du Meded pour les jeunots)avec les syndicats traditionnels ? De l'acceptation par les organisations patronales de la gestion "paritaire" des caisses de retraites qui fabrique des prébendes sans incitation à la baisse des frais de gestion ?
L'empilage des "ponctionnaires" est effectivement hallucinant, même si chacun d'entre eux a très certainement sa bonne conscience pour lui , parfois à juste titre.
Le drame, c'est qu'on ne voit pas de solution! Sauf à ce que le ou la candidat(e) élu(e) fasse le contraire de ce qu'il aura promis à chacun!! Alors on aura probablement 6 mois de grèves, de manifestations, de tous bords , mais tôt ou tard, il faudra bien en passer par là.Où bien il continue dans la tiède négociation et les commissions théodules ou bien il met chaque "catégorie" devant son histoire et son efficacité comparée. (le bon vieux bench marking)
Ne pas se méprendre sur mes propos: le problème n'est pas dans l'aide à apporter aux démunis ou à la protection des droits individuels, ni même celui des "travailleurs". Qu'il y ait un antagonisme "actionnaires" - " salariés" est à la fois normal et salutaire. Faut-il être nécessairement faux-cul, égoiste, agressif etinsensible pour être patron ou cadre,irresponsable, ignorant de l'économie, jaloux et rétrograde pour être syndicaliste ?
J'ose espérer que non mais les débats affligeants ne laissent rien augurer de bon. Le summum du gag , c'est quand même notre Ségolène qui attend de compiler toutes les demandes pour faire un programme attrape tout! Avec cette approche on va être servis! Le pessimisme de notre ami Jean Michel est tout à fait partagé.
Au fait Jean Michel, fait nous le coup: demande à tous les candidats de nommer un ministre de l'Internet et du Haut débit Si tu fait une pétition je signe! Fait gaffe quand même que cela ne se traduise pas par un nouveau monopole ou un piège à nouveaux impôts comme pour la musique ou les CD!!

Pappy Boyington

@ Jean-Michel : l'intégralité de la présentation de Laurence Parisot est disponible sur Dailymotion :
http://www.dailymotion.com/video/x12gam_pedagogie-economique-par-l-parisot

Le MEDEF a aussi ouvert un blog :
http://www.besoindair.fr

et propose des photos de son assemblée générale sur Flickr : http://www.flickr.com/photos/besoindair/

Fred Bird

Bonjour,

N'y a t-il pas une légère contradiction entre reprendre le refrain du medef du "trop d'impôts" et réclamer un gros investissement public tel que le "fibrage" du pays ?

Le medef est tout simplement hypocrite et pernicieux en réclamant sans cesse de nouvelles baisses de charges (car il en obtient sans cesse, de la droite comme de la gauche), oubliant qu'il bénéficie très largement des infrastructures et services publics... et du soutien de la demande intérieure que forme le revenu des fonctionnaires...

(Ceci dit je suis un de vos lecteurs réguliers - et je vous rejoins sur le sujet de la fibre, entre autres)

chmike

L'indice LPE intègre très certainement le taux de chômage. De plus il est supposé que le taux de chômage est un indice du taux d'emploi effectif.

Si la réalité et la gravité de la situation problématique en France est incontestable, ce genre "d'approximations tendancieuses" laisser planer un doute sur la validité du diagnostic et par conséquent la pertinence des propositions.

La majorité des français n'a pas conscience que nous allons droit dans le mur et que des réformes s'imposent. Il est urgent d'expliquer et démontrer au français que la France s'étouffe sous les charges et se meure. Les rats quittent le navire et il n'y a que les idiots et les naïfs qui ne s'en rendent pas compte.

testman

Vous voulez des vrais réformes : Suppression de TOUT cumul de mandat, Interdiction de faire plus de deux mandats successifs identiques, Limite de l'exercice d'un mandat à l'age de la retraite, Libéralisation de la création de syndicats, Suppression des départements, Réduction du sénat à 2 sénateur par régions ou territoires, Réduction du nombre de ministres, Décentralisation de toutes directions administratives en province ...

Et pour finir, faire passer un référendum d'orrientation ou l'on demande au Français leur choix. Un exemple : Préférez vous : "allongement de l'age de la retraite de 10ans" ou "diminution de 30% de vos pensions de retraites" ?

Bien sûr tout le monde voudrait que l'âge reste à 60ans, avec 100% du dernier salaire, etc, etc ... mais celà n'est PAS POSSIBLE alors seul une question du type "peste" ou "choléra" peut être posée et doit permettre de choisir la direction que les Français souhaitent ! Travailler plus longtemps et ganger plus, ou travailler moins longtemps mais gagner moins aussi ...

Oui, sauf que ... Qui aura le courrage de faire des vrais réformes, pour l'instant tout le monde pipote : le pen, sarko, royal, bayrou, devillier, ... Arretez le pipotage, on sait ce qu'il faut réformer. Arretez les bouc émissaire : émigrés, jeunes, riches, étrangers ...

C'est en réformant que l'on va pouvoir investir et par exemple aller vers la fibre pour tous.

Quand au médef, la libéralisation des syndicats (salarés et patrons) devrait permettre de sortir du duo des deux extremes : MEDEF & CGT ! Duo de jusqu'au boutistes et d'intégristes qui tue la France pour défendre leur "petites chappelles" et leur "grand interrets" !!!

olivier2

Il y a d'excellents éléments dans le "post-programme" de testman.
Si les chiffres qui circulent en ce moment sont justes, de quoi se plaint le Medef ? 68 milliards d'€ d'allégement de charges sociales intégralement transférés au budget de l'état j'appelle ça un sacré cadeau ! et en plus le Medef râle...
Les questions à poser au candidat Sarko sont nombreuses, mais en voici 3: Pourquoi, alors que l'UMP dispose d'un majorité absolue à l'Assemblée n'avez vous pas liquidé les 35H00, supprimé l'ISF et réalisé l'Audit annoncé sur l'efficacité des allégements de charges ? 68 milliards c'est 1 fois 1/2 le produit annuel de l'IRPP ou si on préfère 1 fois 1/2 le service de la dette !
Avec tout le respect que je dois à Madame Parisot, j'avais tendance à préférer son prédecesseur le Baron, qui ne s'embarrassait pas des sages de la noblesse pour dire les choses.

billaut

@testman : y'a pas à dire votre comment a du souffle... effectivement c'est ce qu'il faudrait faire... avec de plus l'impossibilité pour un enarque lorsqu'il est parti pantoufler dans le privé de revenir dans l'administration... surtout si dans le privé il a fait des bêtises (Crédit Lyonnais, Vivendi... et j'en passe)

Youpi

Mr Billaut, je suis déçu. Croire que la fibre pour tous et la baisse des charges est une solution pour la France est un gros raccourci dangeureux.
Les charges servent aux infrastructure publiques dont tout le monde a besoin, et surtout les entreprises. Que l'efficience du service public puisse être à améliorer, certes, mais comment la mesurer ? Qu'est-ce qu'un professeur efficace (rentable, productif, ...) ? Rappelez-vous qu'une bonne partie du budget de l'Etat revient à l'éducation et que sans éducation votre fibre optique pour tous ne servira pas à faire avancer notre pays.

Jean-François

billaut

@Youpi... 1/La France vit au dessus de ces moyens et ne pourra pas se payer pendant encore des lustres 23% de sa population active dans l'administration... 2/L'Education nationale fabrique 10 à 15% d'illetrés/an.. Et ce n'est pas en augmentant le nombre de prof que l'on va régler le probleme...
3/ ce pays doit se doter d'une infrastructure à tres haut débit pour tout le monde... pour tout un tas de raisons ... que j'ai déja expliqué dans ce blog... mais je vais refaire un post un de ces jours...
Il nous faut changer notre vision traditionnelle des choses sinon : couic ! et rapppelez vous le pétrole c'est bientot fini... je ne suis pas sur que l'on va trouver une energie propre de substitution au même coût... Dans ce cas comme allez vous faire le ramassage scolaire ?

chmike

@Youpi Créer le réseau haut débit c'est créer des routes et autoroutes, des voies de chemin de fer et le tgv, des aéroports, etc.

C'est créer un bras de levier pour le développement économique.

Internet c'est aussi un marché gigantesque. Les succès stories gagnent des milliards. Et c'est milliard c'est de l'argent qui entre en France et dynamise l'économie française.

Développer Internet en France c'est se doter d'un outil qui permettra de se placer en pôle position sur ce marché pour autant que la créativité et la pertinence économique des projet suive.

Le très haut débit ouvre l'accès à des nouvelles applications jusqu'ici inaccessibles, donner un tel outils aux français qui bouillonnent d'idées et de projet c'est se donner un avantage sur les autres pays.

Ce qui dit Mr Billaut à tout à fait du sens car pour se sortir de la situation difficile actuelle il faut agir de deux façon simultanément: réductions et développement. Réduction des dépenses et du gaspillage d'argent, et développement des outils et ouvrir l'accès à des opportunités permettant de faire à nouveau entrer l'argent en France.

Agir uniquement sur la réduction, c'est pousser au départ de la France. Creer en France des outils que la concurrence n'a pas encore, c'est créer une plus value pour venir s'installer en France.

Les pays concurrents vont très bientôt réaliser des réseaux très haut débit. Si on attend, on se privera de disposer d'une longueur d'avance pour explorer, inventer et développer les nouvelles applications qui exploiteront cette technologie.

Demander le haut débiit, c'est demander un outil qui _peu_ générer de la croissance. A nous de démontrer qu'on saura saisir cette opportunité et la convertir en enrichissement pour la France. Là il y a du travail à faire et Mr Billaut y contribue de façon remarquable et exemplaire.

billaut

@chmike... merci beaucoup pour ce comment... vous résumez trés bien ma pensée... (et merci aussi pour votre appréciation...)

Permafrost

J'ai quand même un peu de mal à suivre....

Pourquoi devrait on accorder le moindre crédit au rapport Péberau, rédigé par un énarque (beurk), inspecteur des finances (re beurk), parti pantoufler dans le privé (re re beurk de beurk).

Ca doit être mon (très) haut débit personnel qui n'est pas très haut point sans doute.

billaut

@permafrost... effectivement on peut se poser la question, si comme certains le pense ce serait l'énarchie qui nous aurait conduit dans le mur...

Youpi

Finalement, je vous reprochais de prendre des raccourcis, mais j'en ai pris aussi, des raccourcis (c'est l'inconvénient du blog).
Ayant bossé dans les infrastructures Internet, j'ai pu voir les applications qui l'utilisent et je conçois fort bien l'intérêt que peuvent apporter les fameuses autoroutes de l'information. Là dessus je vous rejoins. Seulement nos entreprises, haut débit ou pas, ont besoin de neurones qui fonctionnent aussi à haut débit, donc il faut des gens éduqués et en bonne santé. Il faut donc être très prudent lorsqu'on pointe du doigt le service public. Je suis également le premier à m'enthousiasmer quand je vois les procédures administratives se dématérialiser et se simplifier.
Mais je suis le premier à me fâcher lorsqu'on lapide le service publique à tort et à travers. Après tout, c'est à France Télécom qu'on doit une grande partie des infrastructures télécom actuelles. On peut aussi remercier EDF pour ses tarifs, il suffit de voir le tarif du secteur concurrentiel pour se dire que le service public a certains avantages pour tout le monde.
Voilà voilà. Sinon, j'aime bien ce que vous faites :) (si, si).

du tertre

OUI la TVA peut être utilisée comme un outil social, notamment pour la création d’emploi et la hausse du pouvoir d’achat !

Dans un produit fini, nous devons intégrer les coûts d’infrastructure, de conception, de fabrication, de marketing, de packaging et de distribution. Sur l’ensemble du prix d’un produit, l’incidence des coûts de matières premières reste faible dans la plupart des cas. Nous constatons que ce sont essentiellement les coûts humains qui influent. Ceci est vrai pour une salade « toute faite » dans un supermarché ou pour une voiture.
Nous devons admettre que le coût de main d’œuvre sur un produit, analysé sur une chaîne complète, de la matière première au produit fini en rayon, peut être de 50% du coût du produit, sur lequel sera appliqué une TVA.
Le coût social se répartit de la manière suivante :
Masse salariale = salaire net multiplié par 1,7. (45 % de part patronale, 25% de part salariale), ce qui a pour conséquence que lorsqu’un salarié reçoit 100, le coût pour l’entreprise est de 170 (hors poste de travail).

Baisser d’au moins 30% les cotisations sociales patronales et salariales. Cela permet de diminuer de 21 % la masse salariale, de 12 % les parts patronales, augmente le net au profit du salarié de : 7,5%.
Nous parlons donc d’une augmentation de pouvoir d’achat de 7,5%.
La répercussion sur le prix du produit fini en rayon, à condition qu’il soit fabriqué ou assemblé en France, devrait être de 50% de 21% soit 10,5% de diminution.
Les conséquences directes de la baisse des charges reviennent à une augmentation du pouvoir d’achat des ménages de 7,5%. L’autre conséquence est le développement des exportations de produits,
Les conséquences négatives sont le financement des caisses sociales et des fonds pour l’emploi, retraites etc.. Leurs recettes seront en diminution de 30%.

La TVA Sociale ou CSVA comme financement pour les caisses Sociales.
Pour financer un manque à gagner des caisses sociales, nous proposons une contribution sociale sur la valeur ajoutée (CSVA) qui fonctionne sur le système de la TVA et qui serait reversée automatiquement. Cette CSVA serait de l’ordre de 10,5 ou 11%.
Son impact sur le prix des produits fabriqués sur le territoire serait quasi nul (car appliquée sur des produits dont les coûts auront diminués de 10%), par contre il serait important sur les produits finis importés.

Il faut donc se poser la question de savoir si nous avons la volonté de créer des emplois ou de continuer à réaliser les bénéfices à l’extérieur de notre territoire. Aujourd’hui, nous avons encore la chance de posséder un tissus industriel et commercial local avec une main d’œuvre compétente. Ne pas l’occuper a pour conséquence de nous appauvrir (Pas de création de valeur). Dans le monde, la baisse de nos coûts sociaux sur des produits finis permettrait une augmentation des exportations.
Les produits finis importés subissent donc une augmentation de 5 à 10% dans les rayons. Sur les produits peu coûteux, la répercussion sur le panier de la ménagère est faible, car son pouvoir d’achat a augmenté de 7,5%.
Le produit de luxe n’en souffrirait pas ou peu, sachant que nous en fabriquons localement une grande partie.
La CSVA sur les produits finis importés permettrait de financer à la source nos caisses sociales, ce qui est juste. (En effet un produit importé pénalise l’emploi local, pourquoi ne pas le faire contribuer au financement social en contre partie).

Ainsi, nous donnons une dynamique de création d’emploi, retardons les volontés de délocaliser les coûts de main d’œuvre (Nous savons qu’une entreprise se pose cette question au delà de 30% d’économie). Il faut inverser la tendance à l’appauvrissement au profit d’une nouvelle période de croissance, de plein emploi et d’augmentation du pouvoir d’achat. Il faut revaloriser les emplois de main d’œuvre.

En complément de la CSVA, l’état ne doit pas pénaliser les entrepreneurs à fuir le pays pour cause d’impôts, de part l’ISF, ou des impôts sur la transmission du patrimoine. En facilitant l’enrichissement des entrepreneurs, nous pourrions construire un monde économique dynamique. Monsieur Guizot ne disait il pas aux français : « …enrichissez-vous!.. »

Certes les retraités, les fonctionnaires ne profiteraient pas d’une augmentation de pouvoir d’achat, mais une telle politique permettrait de rétablir un écart injustifié entre les traitements et indemnités pratiqués dans la fonction publique. Aujourd’hui le salarié du privé contribue non seulement à renflouer les déficits des caisses de retraites et sociales du secteur public, par solidarité.
Mais cela devient injuste, lorsqu’à qualification égale un salarié du privé perçoit une rémunération inférieure d’au moins 10% par rapport au secteur public nationalisé.

La CSVA pourrait être européenne, car elle permettrait de développer les infrastructures sociales comparables aux nôtres, notamment pour les pays de l’est européen.

De telles mesures ne sont pas inflationnistes, et contribuent à un meilleur équilibre économique dans un monde plus juste.

DEVAUX

IMPORTANT : il est à noter, que copie de la présente, ainsi que de votre éventuelle réponse, seront adressées aux médias, seront accessible au public à partir d’un blog… Bien entendu je solliciterai le quotidien le PARISIEN en premier, afin qu’il publie le contenu de cet écrit, mais il ne sera pas le seul… Il y a toutefois une forme de presse, celle qui encense le patronat, valorise la politique de la droite, mais ne permet pas aux légitimes contestations de s’exprimer, que je ne contacterai pas (voir documents en annexe)…

…… le 01/02/07

Jacky DEVAUX
GSM: 06 21 20 04 11
MAIL : jacky.devaux067@orange.fr

MEDEF
55 av Bosquet
75330 PARIS Cedex 07

A l’attention de Madame Laurence PARISOT
Présidente du MEDEF

Madame,

Dans le quotidien le PARISIEN du 22/01/07, suivant vos termes, vous entrez dans la mêlée de la présidentielle, ce qui de mon analyse, consiste à faire de la propagande pour le gentil patronat, pour la droite en général, et implicitement à appeler à voter pour son candidat…

Que vous fassiez « patte blanche » dans un grand quotidien populaire comme le PARISIEN est assurément habile pour servir le dessein que je vous prête (je ne suis pas le seul !!!). En lisant le résumé des commentaires des lecteurs qui vous ont « auditionné », on peut en déduire que vous les avez séduit, peut être serez vous intéressé par l’avis d’un citoyen lecteur supplémentaire…

Avant de répondre aux arguments que vous avancez en réponse aux questions des lecteurs, je vous prie de prendre connaissance des documents joints...En particulier de la lettre datée 05/12/2006, envoyée à Monsieur Martin BOUYGUES, qui démontre, que le patronat (certains patrons, heureusement pas tous !!!) que vous présentez, et représentez, n’est pas le même que celui que les salariés subissent…

Questions / commentaires de vos réponses :

Question :
De quel candidat vous sentez vous le plus proche ?

Mon commentaire à votre réponse :
Votre réponse manque de franchise, votre personnalité, vos déclarations antérieures, cadrent mal avec ces pseudos patrons de gauche (à gauche pour le social, à droite pour le portefeuille !!!), il est facile de deviner pour qui vous chassez, il y a d’ailleurs des indices significatifs dans votre livre blanc.


Question :
On ne parle que du duo Ségo-Sarko. Et les autres ?

Mon commentaire à votre réponse :
Je partage totalement votre avis, rien ne dit que le champion que je pense que vous soutenez sera au second tour…Je suis un exemple des déçus de la droite gouvernementale, j’ai toujours voté pour cette droite, ce ne sera pas le cas cette fois ci…Il m’a fallu longtemps pour le comprendre, mais avoir des convictions, est un luxe que l’on ne peut se payer quand on a rien dans son assiette, pas assez pour vivre, nécessité fait loi, ce n’est pas une question de préférence mais d’intérêt minimum…Quand on est socialement petit ou moyen, on a rien à espérer de cette droite, l’argument de poids pour ce camp, l’insécurité, a fait long feu, hormis quelques coups médiatiques, ce gouvernement n’a pas été capable plus que le précédent, d’imposer la loi à certains populations marginales…


Question :
Est on riche avec 4000 € ?

Mon commentaire à votre réponse :
Vous ne savez pas fixer la barre de la richesse, certains s’en chargent, votre place dans le gratin des fortunes professionnelles a été fixée dernièrement au 276 ème rang…Vous reconnaissez que le pouvoir d’achat n’a pas augmenté ces dernières années, et vous avez l’aplomb de vous absoudre de cette responsabilité…Tout le monde sait pourquoi il en est ainsi, parce que les gros employeurs, gardent tout pour leurs actionnaires, pour leurs dirigeants, exploitent de plus en plus les salariés des classes basses et moyennes…


Questions :
- En attendant, faut il, selon vous, réformer l’ISF, le supprimer ou le durcir ?
- Payez vous l’ISF ?

Mes commentaires à vos réponses :
Quand bon nombre de citoyens sont dans le dénuement, ont tout juste de quoi vivre ou survivre, faire une priorité d’une réforme de l’ISF, montre votre véritable nature…Vous qui déclarez ne payer qu’un petit ISF, bataillez ferme pour ne plus rien payer du tout, au motif que cet impôt fait fuir les investisseurs…Nous sommes quand même en droit de nous demander à quoi sert l’Europe, à part de servir de refuge à certains nantis de la République, pourquoi des pays comme la BELGIQUE par exemple, ont-ils une fiscalité différente de la notre? A l’occasion de cette campagne présidentielle on apprend des choses, que cet impôt qui vous insupporte tant, n’est pas si contraignant que cela, si on en juge par les sommes minimes payées à ce titre par les vedettes de cette campagne présidentielle…


Question :
Il y a eu des scandales sur la rémunération des grands patrons. Allez vous y mettre de l’ordre ?

Mon commentaire à votre réponse :
Cette paix sociale que vous mettez en avant, pour justifier qu’en matière de rémunération, les salariés ne sont pas si mal traités que cela, priez pour quelle dure…Votre comparaison entre les revenus des patrons et les multimillionnaires de certains sports, est intéressante…Ces privilégiés d’un point de vue financier, qui curieusement bénéficient des protections du Code du Travail, sont les seuls « travailleurs » à toucher intégralement leurs « salaires », qu’ils travaillent (jouent !!!) mal ou qu’ils ne travaillent pas du tout (sur le banc !!!)…Il y a bien entendu des patrons très performant, qui font prospérer leurs groupes, qui méritent des émoluments conséquents…Toutefois ceux qui partent avec des malles de dollars, après une gestion calamiteuse, qui entraîne des restructuration, laissant sans emploi des pères de famille, ne manquent pas non plus…Sauf erreur de ma part les résultats du groupe PSA ont été catastrophiques, des suppressions d’emplois sont à craindre…Un commercial qui enregistrerait un tel recul sur son Chiffre d’Affaires, serait immédiatement renvoyé pour incompétence…La direction de PSA a certes été remaniée, mais pas de critiques fermes de la gestion (pourquoi TOYOTA progresse t’il alors que PSA s’écroule, ce n’est pas seulement la conjoncture ?), je serais curieux de connaître les indemnités qu’a perçu le prédécesseur de Monsieur STREIFF…On ne prête qu’aux riches dit on, il faut croire que dans votre camp on ne donne également qu’aux riches…Vous guerroyez pour obtenir un ISF adoucit pour vos amis, Monsieur de VILLEPIN, d’après ce que j’ai relevé dans les médias, a comme projet immédiat, d’obtenir quelques douceurs aux sportifs en fin de carrière, pour faciliter leurs reconversions…Les pauvres, avec ce qu’ils perçoivent en club, ce qu’ils touchent quand ils sont en équipe de FRANCE (comme ce sont nos impôts qui règlent cette note, nous serions en droit d’obtenir des comptes, mais pour cela, comme pour les centaines de millions d’euros donnés chaque année par l’état à vos entreprises, les choses ne sont pas claires et honnêtes comme vous dites, on ne sait rien…), les contrats de publicités faramineux, les emplois de consultants, les produits dérivés, etc, ils ne peuvent pas s’en sortir, leurs cas précaires, motivent plus ce gouvernement, que celui des intermittents du spectacle smicards…


Question :
Et vous combien gagnez vous ?

Mon commentaire à votre réponse :
Certes, comme beaucoup, je me contenterais bien de 240 000 euros de salaire annuel…Toutefois, puisque vous aimez la précision, allant jusqu’à indiquer que votre salaire mensuel est à multiplier par 12 (ce pourrait être par 13, par 14…), je me permets de m’étonner… Il est surprenant, qu’une personnalité de votre stature, ne soit pas dans moult comités de direction, ne perçoive pas des « jetons » par çi et par là…De même, vous êtes semble t’il propriétaire de la société OPTIMUM SA, société fort bien gérée, en plein épanouissement d’après les médias, il est étonnant que cette dernière ne vous rapporte pas de revenus…Les gens comme vous, pour le moins aisés, volontairement, ou parce qu’ils ont tellement, que quelques dizaines de milliers d’euros en plus passent inaperçus, ont l’habitude de minimiser leurs confortables rentrées pécuniaires …A n’en pas douter, la lectrice du PARISIEN, à l’origine de cette question, voulait connaître la somme de tous vos revenus professionnels (le lecteur du PARISIEN qui perçoit le SMIC, ne perçoit que le SMIC lui…).Dans le même ordre d’idées, quand la question a été posée à Monsieur SARKOZY, sur TF1, je suppose que l’intéressé, voulait connaître tous les revenus du candidat SARKOZY, au lieu de faire pleurer dans les chaumières, en arguant que 11 000 euros mensuel ce n’était pas volé, il aurait dû nous dévoiler le traitement (lui aussi pas volé !!!) perçu en tant que Président du Conseil Général des Hauts de SEINE, d’autres revenus éventuels…


Question :
Les bénéfices des entreprises du CAC 40 explosent, et dans le même temps les salaires stagnent. Comment voulez vous que les français croient encore dans les vertus du travail ?

Mon commentaire à votre réponse :
A vous entendre seuls les groupes du CAC 40 vont bien, en se documentant sur votre compte sur Internet, on constate que votre société OPTIMUM SA, échappe apparemment au marasme que vous dépeignez…Vous n’avez probablement pas tort en affirmant que la fiscalité et les charges inhérentes aux salaires sont trop élevés…Toutefois, me basant sur une longue expérience professionnelle, de longues années à apprécier les méthodes des employeurs, je suis convaincu que même si demain il n’y avait plus de charge sur les salaires, ceux-ci n’augmenteraient pas de façon significative, à moins que vous n’y soyez contraint par la loi…Vous prétendez que les entreprises n’ont pas la trésorerie pour augmenter les salaires, les fonds ne manquent pourtant jamais, quand il s’agit de donner des montagnes d’argent, à des dirigeants en partance, qu’ils laissent derrière eux un bilan positif ou la ruine.


Question :
Pensez vous que les entreprises vont embaucher en 2007 ?

Mon commentaire à votre réponse :
On vous voit venir avec vos gros sabots, sans l’afficher clairement, vous faites campagne pour le camp libéral, qui si il est élu se souviendra de votre engagement, accédera à vos souhaits, vous fera des « cadeaux », et peut être, seulement peut être, après, bien après, il y aura une hypothétique embellie sur les embauches…


Question :
Cela suffira t’il pour redynamiser l’emploi ?

Mon commentaire à votre réponse :
Si vos chefs d’entreprises, qui trouvent incroyable, que les emplois qu’ils proposent n’aient pas de succès, rémunéraient de manière attractive, au minimum convenablement, il y à fort à parier qu’il y aurait des candidats…


Question :
Et les 35 heures, voulez vous leur mort ?

Mon commentaire à votre réponse :
On se demande bien pourquoi le patronat se plaint des effets pervers des 35 heures, alors qu’en fait c’est surtout aux employeurs que cette loi a profité…Ces dispositions ont permis aux employeurs de geler les revenus des salariés, dont les heures réelles de travail n’ont pas diminué pour atteindre 35 heures, les pressions dans ce but n’ont pas manqué, au final le travail a été réalisé sans personnel supplémentaire, à moindre coût…La encore votre position me semble de la plus grande hypocrisie, si la diminution du temps de travail n’a pas créé d’emplois, c’est parce que les patrons ont manœuvré pour détourner la loi (sauf à croire que les salariés font de bonne grâce des heures supplémentaires gratos !!!), si les personnels ne faisaient que le nombre d’heures payées, l’embauche serait mathématiquement nécessaire…


Question :
Et le contrat de travail faut il aussi le revoir ?

Mon commentaire à votre réponse :
Il faut distinguer le licenciement individuel, des licenciements de masse, qui relèvent le plus souvent des effets d’une mauvaise gestion, ou d’un « confort économique » qui vise à engraisser encore plus les actionnaires. En ce qui concerne les licenciements individuels, je suis bien placé pour savoir, c’est ce qui motive la véritable croisade dans laquelle je me suis engagé, qui me fait vous interpeller aujourd’hui, que les employeurs voyous, n’ont nul besoin de plus de souplesse pour licencier, le Code du Travail, ils s’en soucient comme d’une guigne…


Questions :
- Faut il supprimer la retraite à 60 ans et instaurer un système à la carte ?
- Est-ce que cela signifie que je vais être obligé de travailler jusqu’à 70 ans parce que j’ai fais des études ?

Mes commentaires à vos réponses :
Dans ce registre, vous dépassez me semble t’il vos prérogatives, pourquoi vous contenter de monter au créneau pour soutenir un candidat, vous auriez dû vous aussi y aller…C’est bien beau de vouloir que les gens travaillent au-delà de 60 ans, il ne suffit pas que vous affirmiez que désormais les entreprises ont des moyens pour maintenir les plus âgés au travail, la réalité est toute autre, en particulier pour les seniors qui sont sans travail…Aujourd’hui il n’y a pas d’offres d’emplois pour eux, pour décrocher un job, ces derniers doivent non seulement être d’une détermination extrême, mais en plus accepter des conditions financières de juniors…


Question :
Et les régimes spéciaux de retraite ?

Mon commentaire à votre réponse :
Bien entendu, comme la majorité des français qui n’en bénéficient pas, je trouve anormal que des gens qui ont déjà la garantie de l’emploi, partent à la retraite à 50 ans (plus ou moins), alors que l’on prépare les autres à travailler, jusqu’à 65, 70 ans, peut être jusqu’à ce que mort s’en suive…Monsieur SARKOZY, n’a évidemment pas tort, de mettre en avant, que le cheminot qui aujourd’hui conduit un TGV, n’exerce plus un travail aussi pénible, que son ancêtre qui chargeait de charbon la locomotive à vapeur, de sous entendre, que les avantages d’antan devraient être supprimés…Toutefois, Monsieur SARKOZY oublie en l’espèce quelque chose de fondamental, on ne peut pas demander aux gens ordinaires de renoncer à des avantages acquis, alors que les élites se « gavent » sur les deniers publics… La FRANCE en réalité n’est pas une démocratie, nous ne savons rien des innombrables prébendes, que les puissants, leurs amis, dont à n’en pas douter Madame PARISOT vous intégrez le cercle, profitent, le peu qui transpire est néanmoins suffisamment éloquent…Je ne suis pas cheminot, si tel était le cas, en entendant Monsieur SARKOZY, vouloir rogner mes avantages contractuels, je m’interrogerais sur la décence de cette intention…Où se trouve la légitimité d’un privilégié, qui poussé dans ses derniers retranchements, a reconnu avoir bénéficié d’un prêt important de 150 000 € sur les deniers publics à taux zéro , pour demander au nom de la solidarité nationale, que des citoyens ordinaires, renoncent à des avantages, qui somme toute, ne représentent qu’une goutte d’eau dans la mer de la gabegie…A la vérité, la FRANCE n’est pas une démocratie, plutôt une monarchie, ou une royauté…La preuve, au moment ou la candidate Ségolène ROYAL généreusement, propose que les jeunes à leur majorité disposent d’un capital de 10 000 €, qui serait garanti par l’état, un autre candidat confesse que quand on est député on a droit à un prêt d’un montant 15 fois supérieur sans intérêt, effectivement il y a deux poids deux mesures…

Conclusion :
Sans complexe, sans fierté, contre nature, certain en appelle à JAURES et à BLUM, vous patronne des patrons, délaissant vos supports préférés (le FIGARO, etc.) vous venez vous « encanailler » au contact des prolétaires, personne n’est dupe sur le but recherché, donner provisoirement au renard l’apparence de la poule (définition appropriée empruntée à Monsieur François BAYROU)…Votre livre blanc, dont le contenu n’a pas eu beaucoup d’écho, alors que de mon point de vue, cet ouvrage de propagande, est un condensé de contrevérités et d’hypocrisie, qui méritent d’être dénoncées, est le fruit de votre réflexion dites vous…Pour ma part, j’ambitionne d’écrire un livre noir de révélations, qui serait une autobiographie de plus de 25 ans de carrière dans les « marchés publics », au service de groupes, qui probablement sont des adhérents du MEDEF…Le titre pourrait être : « Ces patrons qui nous exploitent, pour le profit de qui nous enfreignons les lois, qui nous virent…». Je ne sais pas si certains ont des comptes au JAPON ou ailleurs, ce que je sais, c’est que la FRANCE est un pays où les magouilles, les cadeaux, la corruption ordinaire, dans les marchés d’état sont la règle…Si in fine, je me résous à prendre la plume en ce sens, je détiens à la disposition des bien-pensants, qui auraient au nom du respectable patronat l’intention de m’attaquer en diffamation, des preuves de cela …

Je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes sentiments distingués.


Jacky DEVAUX


PS: Cette correspondance vous est adressée en courrier distingo, ce qui en cas de besoin, permettra d’attester, que cette dernière vous a bien été distribuée…

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)