Dieu le père en pétard ? (bis..)

Certains de mes posts sont repris sur Agoravox... et sont de temps à autre commentés sur ce blog des blogs...
Ci-après, le commentaire de "Bergamotte" sur mon précédent post sur la "biologie synthétique"... J'ai trouvé ce commentaire intéressant. A vous de voir...
Effectivement, si Homo Sapiens Sapiens avec ses 80 millions de neurones (à la louche...), ses 100 milliards d'interconnexions entre neurones, le tout dans un volume de 1400 cm3... n'était qu'une étape dans l'évolution ?
Question incidente : à votre avis que se passerait-il si nous avions le double de neurones et d'interconnexions ? Serions-nous 2 fois plus intelligents ? (doté de cette capacité j'aurais probablement pu faire l'ENA, l'X dans la foulée, avec quelques MBA américains, ...)
En tout cas, ces idées vont avoir du mal à passer dans le "corps social" je pense... Galilée en son temps, avec son copain Copernic, a démontré que la Terre n'était pas le centre du monde, mais un grain de boue perdu dans l'immensité cosmique (Galilée, pour cela, a failli être trucidé). Darwin, plus proche de nous, a jeté les bases de l'évolutionnisme, démontrant que la Genèse n'était pas forcément à prendre au pied de la lettre..
Décidément notre ego d'Homo Sapiens Sapiens en prend un coup...
Bonne lecture du comment de Bergamotte...
______________________________________________________________________________


 

                

J’ai entendu il y a quelques temps Daniel Mange directeur du laboratoire des systèmes logiques à l’EPFL (CH) et auteur de "Informatique et biologie. Une nouvelle épopée", aux Ed. Favre.

Ses recherches vont dans une autre direction. Il parlait lui d’une biologisation de la technologie qui consiste à faire "pousser" des produits artificiels comme la vie procède, des produits capables d’apprendre, de s’auto-réparer, de s’auto-reproduire, d’évoluer. Il parlait de formes de vie commençant à apparaître dans le minéral.

Et il demandait : que se passera-t-il lorsque, dans 10-30 ans, prendra forme un réseau de neurones artificiels aux mêmes dimensions et capacités que le cerveau : 100 milliards de neurones capables de 10 000 connexions avec ses voisins immédiats ? Doté de censeurs et d’actuateurs capables de sentir le monde et d’y réagir ? L’émergence d’une conscience artificielle ? La grande difficulté consistera alors à couper le courant de son ordinateur implorant la vie !

Remarques perso :

Homo sapiens sapiens est-il le but, l’aboutissement, l’accomplissement de l’évolution ? Prétentieux de le croire ! Ce que nous observons c’est une formidable poussée de l’intelligence et de la conscience, poussée qui va s’accélérant de manière vertigineuse. Sapiens sapiens n’est peut-être qu’une étape vers quelque chose qui nous dépasse et que nous ne pouvons imaginer.

Sapiens sapiens va-t-il se bricoler lui-même... ou bricoler son successeur ? Le travail a commencé avant lui et sans lui, il se pourrait bien qu’il ne soit qu’un instrument, artisan sans le savoir d’une oeuvre qui le dépasse et qu’il ne peut concevoir.

C’est là que Dieu le Père - pourquoi pas le nommer ainsi - retrouve toute sa place ;-)


Dieu le père en pétard ?

Y'a de quoi... Figurez-vous que les Homo Sapiens Sapiens commencent à fabriquer de la matière vivante "from scratch"... Et oui, vous avez bien lu !... C'est de la "biologie synthétique"... Un nouveau domaine d'activité promis probablement à un brillant avenir... (Gates s'y intéresse...).
On comprend que Dieu le père voit cela d'un très mauvais oeil, lui qui est le seul habilité à créer de la matière vivante dans notre civilisation judéo-chrétienne...
Cela étant, la chose nous a quand même pris quelques dizaines de milliers d'années pour en arriver à ce point... Le moins que l'on puisse dire, c'est que nous ne sommes pas des rapides... Alors que si l'on en croit la Génèse, il aurait suffit de quelques heures à Dieu le Père pour le faire... (il a du faire Polytechnique, c'est pas possible autrement...)
La semaine dernière a eu lieu à San Fransisco la 1ere conférence dans ce domaine : The Life Engineering Symposium.  Rien n'a filtré sur le web à aujourd'hui, à part le programme...
Sa lecture en dit long. Notamment le "injecting life with computers" laisse perplexe.

En quoi consiste la biologie synthétique ? Et bien, c'est très simple.. On joue au Lego avec des bouts d'ADN... Vous savez ? le truc qui stocke les informations nécessaires à la matière vivante pour se reproduire (un machin, que dans un instant d'égarement, Dieu le père a fabriqué sur son établi...)
Pourquoi faire ce lego ? Des tas de choses : des ordinateurs biologiques (déjà presque au point en Israël), des nouveaux types de médicaments (ou de virus), et d'autres bricoles beaucoup plus complexes que la matière vivante d'aujourd'hui... En ce sens, c'est très différent du clônage où l'on ne fait que copier un modèle existant en reproduisant artificiellement le processus de création... L'idée de base ici, est de décomposer une ou plusieurs cellules en ses composants unitaires, et de les recombiner autrement...
Craig Venter, qui a participé à la définition du génome humain, a ainsi l'intention de créer un nouvel organisme vivant qui fabriquerait de l'énergie à base d'hydrogène ou d'éthanol... (si en plus ce nouvel organisme prenait la forme d'un chien : cela serait super on pourrait l'emmener en voiture et le raccorder directement au réservoir...)
Les chercheurs de l'Université de Berkeley en Californie viennent d'obtenir, quant à eux, 43 millions de $ de la fondation Bill et Melinda Gates pour fabriquer un médicament contre la malaria, en tripotant le matériel génétique du E. coli bacterium et en le recombinant avec des bouts d'ADN d'un vers que l'on trouve dans les arbres, le tout saupoudré d'une pincée de levure ! (mais où vont-ils chercher tout cela ?)
"We are building parts, that can be assembled into devices, that can be turned into systems". Qu'on se le dise !
On peut être chercheur américain, on n'en est pas moins entrepreneur...Et quelques start-ups se sont créées avec pas mal de sous en capital risque...
Ainsi Codon Devices (13 millions de $ : pour fabriquer de nouveaux types de microbes qui eux-mêmes fabriqueront de nouveaux médicaments). Synthetic Genomics, etc...
Cela laisse perplexe, n'est-ce pas ?

L'Homo Sapiens Sapiens qui se croit aujourd'hui le nec plus ultra de la Création (surtout s'il a fait l'ENA), ne l'est peut-être pas...De quoi nous rabattre le caquet...
Darwin (un pote à Dieu le Père ?) avait perçu les mécanismes de l'évolution de la matière vivante qui a dû s'adapter dans le temps en fonction d'accidents climatologiques, cosmiques, telluriques, etc... La famille des Hominidés ne date que de 7 millions d'années sur cette Terre... L'Homo Erectus (grand'père) que de 2,5 millions d'années... Et son petit-fil, à savoir nous (Homo Sapiens Sapiens) que de 100.000 ans environ... La Nature nous a bricolé. Maintenant c'est l'Homo Sapiens Sapiens qui va se bricoler lui-même...
Cela risque de ne pas être triste. Je pense que Dieu le Père va regarder tout cela sur son Home Cinéma avec un certain intérêt... Du grand spectacle...


Google Talk ouvert...

Google vient d'ouvrir ce matin   en version beta Google Talk.. J'ai téléchargé le bidule... cela a l'air plus fruste que Skype me semble-t-il...Client
Ci-contre l'image de l'interface utilisateur...  Sont des petits malins les gars de Google. Car ils utilisent Gmail (le système de mail de Google avec 2 Gigas gratuits) pour vous proposer d'inviter sur Google Talk des gens qui portent le même nom que vous... (Google m'a proposé d''inviter ma fille Caroline qui a un email sur Gmail...)

Skype a probablement quelques soucis à se faire... de même je pense que tout ceux qui font de la téléphonie "normale"... (suivez mon regard....)

Bon vous pourrez me Googler sous "jmbillaut"... mais attendez un peu, faut que j'achète un casque/microphone... Because Madame Billaut m'a barboté le mien... et naturellement ne veut pas me rendre...

Vous me conseillez un casque USB ou le truc traditionnel sur la carte son ? Quel est le meilleur truc pour tenir à plusieurs une discussion ? (plusieurs dans la même pièce qui parlent et écoutent ce que dit le correspondant à distance...)

Si vous aussi vous avez commencé à tester Google Talk n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez...

Google avance vite... trés vite... Il va probablement devenir pour chacun de nous sa plate-forme généralisée de recherche d'information, de communication et bientôt d'entertainment avec la vidéo...  Je connais quelques gaulois qui vont encore râler et se plaindre au Président de la République...
Pensent autrement que les autres les galopins de Google... Nous entrons dans la civilisation Google...

Attendons maintenant le système de paiement...


GoogleNet ?

Notre confrère Business 2.0 publie une excellente analyse sur la stratégie de Google, analyse reprise par silicon.fr en France... (merci à Laurent Cagna de m'avoir signalé la chose)...
Google créera-t-il son propre réseau d'accés Internet notamment en Wifi pour commencer ?
Personnellement je pense que oui.
Un certain nombre de faits semble le montrer. Par exemple : Google a publié une annonce il y a 3 mois environ recherchant des ingénieurs télécoms avec une spécialité dans l'optique. Autre fait : il achète à tour de bras de la bande passante (avec une prédilection notamment pour les fibres installées, mais non allumées). Diverses rumeurs ensuite : on dit que Google ferait l'installation d'une salle blanche/mois d'une surface de terrain de foot aux US et ailleurs, etc... Bref, tout cela mis ensemble laisse à penser que le moteur de recherche va se lancer dans la fourniture d'accés Internet...

Business 2.0 pense que Google va offrir gratuitement (vous avez bien lu) la connexion wifi sur tout le territoire US. En tout cas dans les grandes villes. Google a d'ailleurs un test en ce moment à Union Square à San Fransisco (le quartier du shopping à SF)... avec une start-up dénomée Feeva. Le CEO de Feeva confirme d'ailleurs qu'il travaille avec Google sur d'autres villes...
GoogleNet paraît tout a fait raisonnable quand on réfléchit aux différents projets déjà annoncés par Google comme par exemple dans le domaine de la cartographie et des pages jaunes...
Google maîtriserait ainsi toute la chaîne, ce qui lui permettrait d'accaparer une part encore plus grande du marché publicitaire, notamment de proximité... en apportant un service de search encore plus performant à son utilisateur... Où puis-je trouver, à l'endroit où je me trouve, tel ou tel produits/services ? Est-ce que mon ami se trouve pas loin de l'endroit où je suis ? (rachat de DodgeBall il y a quelques semaines dans le domaine du mobile social networking...).
Je pense que Google va le faire... et ne va pas s'arréter là... Au contraire ce n'est que le début de l'intégration et d'une nouvelle intermédiation globale qui est en train d'apparaître... Personne n'a rien vu, mais le search, en croissance exponentielle (même en France !), est la clef de la nouvelle intermédiation.
La prochaine étape sera je pense les systèmes de paiement (annonce de Google en avril dernier probablement dans une forme tronquée au départ dans le style Paypal)... Visa et les banques ont peut-être aussi du soucis à se faire...
Aprés les majors dans la musique et la vidéo, les agents de voyage, les opérateurs de téléphones, etc... c'est au tour des FAI ou de certains en tout cas... La nouvelle économie se met en route.. et s'accélère...
On croyait que le grand méchant loup était Monsieur Gates ... Que nenni. Mr Gates est un saint par rapport à ce qui se prépare...
Le petit père électronique du monde, sera le patron de Google... mais il n'est pas encore très connu. Cela va venir... Car avec l'Internet, le problème n'est plus l'operating system... c'est le search. Google saura ainsi qui s'intéresse à quoi ? Où ? et Quand...  Bill, qui essaye de suivre le rythme, n'en est je pense pas encore là dans ses réflexions...
Notre Mr Jeanneney national, qui se félicite par ailleurs de l'arrêt (très provisoire à mon sens) du projet Print de Google (numérisation intégrale de plusieurs millions de livres), ne sait pas encore dans quel traquenard il va se retrouver... Il va encore rouspéter... et avec son copain patron de FT ils vont, n'en doutons pas, aller se plaindre à M'sieur Chirac... Comme d'habitude..."M'sieur : il m'a tapé !"...
Bon, tout cela n'est peut-être que de la science fiction... mais qui sait... En tout cas l'avenir appartient à ceux qui pensent autrement que les autres et non plus seulement à ceux qui ont pris l'habitude fâcheuse de se lever de bonne heure pour aller au boulot dans la vieille économie...
Et si j'étais un élu du peuple gaulois, maire d'une ville un peu conséquente... je prendrais un billet d'avion pour aller rendre mes civilités aux gars de Google là où vous savez... et je leurs dirais : "venez donc installer le wifi dans ma ville (gratuitement), vous aurez en contre partie tout ce qui est décrit ci-dessus... et bien d'autres choses... Je vous propose de venir "dématérisaliser" toute ma ville"... (voir mon précédent post sur le financement du wifi par le parking payant)...


Mais est ce bien légal ?

On parle beaucoup dans nos médias du "piratage" de la musique... Les majors sont blêmes et tentent d'enrayer par des actions en justice le mouvement initié par le P2P : Naspter, puis Kazaa, eMule, et autres Torrents...
Mais personne ne parlent du copiage des stations de radio sur Internet...
Je connaissais la chose, mais je n'avais pas percuté... Il me semble qu'avec l'augmentation des débits que l'on constate un peu partout, cette possibilité d'enregister est aussi dangereuse à terme pour nos éditeurs, que le P2P...
C'est la visite à un ami (j'en profite pendant les vacances) qui m'a fait tilté... Celui-ci a une bibliothèque de musique classique et de folk - c'est son dada - absolument époustoufflante... Tout cela en enregistrant de multiples stations de radio sur le Net, comme on faisait dans le temps avec un enregistreur à cassette sur son transistor.
La chose a évoluée : l'ami en question utilise le logiciel StationRipper. J'ai essayé de retour chez moi ce logiciel (il y a une version gratuite qui permet d'enregistrer 2 flux en même temps - la version payante à 14 $ permet d'enregistrer semble-t-il 300 flux - donc 300 stations simultanément...)
Je me suis connecté sur shoutcast.com qui distribue de multiples radios musicales (pas de blablas, ni de pubs...) et j'ai choisi des serveurs proposant des débits de 128 kilobits/s à 320 kilobits/s... (il suffit de cliquer sur "tune in" et la copie démarre... Et vous pouvez écouter en même temps - mais cela ne marche pas trop quand vous voulez écouter l'autre flux dans la version gratuite : un bug peut-être ?...
Le résultat dans l'ensemble est bon et même trés bon. Peu de buffering avec ma connection (et je pense que les serveurs utilisés sont largement dimensionnés - ce n'est pas le cas pour tous)... De plus, StationRipper récupére les tags des morceaux diffusés en mp3 (le titre du morceau, le nom de l'artiste, etc...) et vous remet tout cela en forme sur votre disque dur. En une heure j'ai ainsi récupéré un peu moins de 200 mégas de musique... Avec la version payante vous pouvez récupérer 40 heures de musique en ... 1 heure !
Et le logiciel n'enregistre pas ce qui l'a dejà été... Avec la version payante : vous enregistrez en même temps toutes les stations qui diffusent de la musique classique... A la fin de la journée, vous avez votre discothéque qui vous aurait coûté beaucoup d'argent par les moyens traditionnels (il est vrai que pour les puristes, le mp3 n'a pas la qualité du CD audio... mais pour un mélomane moyen avec une oreille moyenne pas trop encrassée,  je pense que cela suffit)...
Bref : une petite merveille... Naturellement on ne sait pas a priori quel morceau va passer. Mais si l'on se connecte par exemple sur le homihomi cafe (un site asiatique), on sait que l'on va récupèrer du new age... etc... Ensuite, on fait le tri... Cela plaît : on garde, cela ne plaît pas : poubelle...
On peut en plus enregistrer des radios qui n'utilisent pas le procédé de shoucast (par exemple l'excellente SR Klassikt suédoise qui pourtant streame à un peu moins de 100 kilos).
C'est tellement simple, la qualité des morceaux enregistrés est on ne peut plus correcte.... que je me demande :
1/ est ce qu'il y a beaucoup d'internautes qui utilisent ce type de logiciels ? (il y en a d'autres de logiciels - vous utilisez lequel ?...)
2/ et surtout je me demande si c'est légal.. Car après tout, si nous sommes de plus en plus nombreux à utiliser ce type de logiciels, et que cela est légal : que va devenir l'industrie traditionnelle de l'édition musicale ? Et si ce n'est pas légal : comment donc nos aimables gendarmes vont-ils savoir que je copie les morceaux de musique sur telle station de radio IP ?
Si vous avez une opinion là-dessus...
J'ai fait une recherche sur le Net... L'excellent site ratatium.com annonce que c'est légal (au même titre que la cassette audio dans les temps anciens). Ce site publie aussi un dossier sur le "piratage" par les forums Usenet. Là aussi, on en parle très très peu... C'est certes un peu plus compliqué et ce n'est pas pour Madame Michu... Mais j'ai un autre ami qui par ce moyen a récupéré tout Brassens (et autres...)...  Je suppose que là, ce n'est pas légal (c'est comparable à mon sens au P2P), mais comment le gendarme va-t-il  pouvoir le savoir ? Car les morceaux de musique sont tronçonnés en petits bouts, avec reconstitution à l'arrivée sur l'ordinateur de l'utilisateur... Bref, là aussi, si vous avez quelques éclairages...

Pour résumé... Dans un cas (le P2P) quelqu'un met à ma disposition un morceau de musique que je peux copier gratuitement. On me dit que c'est illégal... Dans l'autre cas, un serveur/station de radio (qui je pense doit payer des droits pour diffuser sa musique ?) me permet grâce à un logiciel de copier ce "qui passe à l'antenne"... On me dit que c'est a priori légal... Cherchez la femme... Y'a quelque chose que je ne pige pas... Il me semble qu'on s'emberlificote les pinceaux dans nos sociétés avancées d'Homo Sapiens Sapiens...

Décidément l'Internet et la "vieille économie" ce n'est pas trop fait pour s'entendre...


Google se lance à l'assaut de Visa ?

Notre confrère, le Wall Street Journal US, fait état dans son édition du 20 juin 2005, du projet de Google de se lancer dans le paiement on-line "de type Paypal"... Le lancement, aux dires de certains, serait imminent, et une société a été créée : la Google Payment Corp... (merci à François Druel de m'avoir informé).
Je rappelle que Paypal a été racheté au prix fort par e-bay il y a quelques mois (1,4 milliard $ si je me souviens bien). Google arrive avec son wallet : confrontation avec e-bay, mais peut-être aussi avec d'autres...
Personnellement, je pensais bien que Google se lancerait dans le paiement un de ces jours, mais je pensais qu'il s'attaquerait d'abord à la téléphonie IP, avant le paiement. Cela me paraissait plus logique : le paiement est -comment dire - un plus gros morceau que la téléphonie.
Comme quoi, on peut se tromper...
On ne sait pas trés bien aujourd'hui si le wallet de Google sera plus évolué que celui de Paypal...  Paypal est un système qui s'appuie sur l'empire des émetteurs de cartes... Mais on peut se demander si Google n'ira pas plus loin. Et pourquoi pas : créer sa banque ...
Je ne le pense pas, en tout cas, pas dans un premier temps... Certes Google a un capital de confiance/sympathie plutôt fort auprès de tous les internautes du monde. Et peut-être plus fort, toutes choses égales par ailleurs, que les internautes auprès de leur banque traditionelle... Google sait par ailleurs manier des masses énormes d'informations dans tous les sens, à des prix trés bas je pense...
Mais je ne sais pas trop si vous accepteriez de faire virer votre salaire chez eux.. (beau sondage à faire ?)...

Microsoft avait déjà essayé de se frotter au système bancaire américain il y a une petite dizaine d'année, avec le rachat projeté de la société Intuit pour 2,4 milliards de $ (Intuit avait un logiciel de gestion de finance personnelle dénommé Quicken, très utilisé par les Américains, et qui faisait de l'ombre à Money). Gates qui voulait par là fédérer les banques et qui se répandait à l'époque avec sa célèbre formule "the world need banking, but no bankers" a du plier les gaules. Les lobbies ont fonctionné à fond, et le gouvernement américain (Clinton) lui a interdit de réaliser cette opération... "en tout cas pas mainentant" lui aurait-on dit... (faudra que je vous raconte un jour dans un conte de l'internet mon entrevue avec Gates à ce sujet...)...
Bref, Google continue sa stratégie de rouleau compresseur (il n'y a pas que Mr Jeanneney qui va râler...)...
Google s'attaque maintenant au nerf de la guerre, donc aux choses sérieuses.... La numérisation des livres à la Google ou à la Jeanneney n'est qu'une petite escarmouche de banlieue...

Faisons un peu de science fiction (il paraît que l'on aime bien cela dans le monde financier...)
Supposons que Google lance une banque aux normes américaines, européennes, et tout et tout... Bref en toute légalité.  En cassant les prix (effectivement si tout est on line...). Supposons que les internautes y adhèrent en masse... Que se passe-t-il ?

Comment vont réagir les banquiers traditionnels ? les gouvernements pris à revers par leurs citoyens ?
Il y a de quoi mon cher Jean François Susbielle d'écrire un beau roman de e-politique fiction comme vous savez les faire (j'espère que vous avez tous lu "la morsure du dragon" de JF Susbielle... ou pourquoi la Chine interdit Windows sur son territoire....)
Mon Dieu, qu'est ce que l'on était tranquille avec notre Minitel...


Encore Google ! Maintenant c'est Baudis qui va râler ?

Décidément ils font forts ces Américains... L'élite gauloise va encore rouspéter...
Après l'annonce de la numérisation de millions de bouquins par Google - ainsi que par  Amazon, faut pas l'oublier - , (ce qui fait râler notre Président de la Bibliothèque de France), aprés la mise à disposition de la dernière version de World Wind de la Nasa (ce qui va faire râler probablement les gens de l'IGN...voir aussi Keyhole d'encore ces coquins de Google), voilà t'y pas que les fondateurs galopins de Google remettent cela... Larry Page, l'un de ces fondateurs, a en effet annoncé Lundi dernier à San Fransisco, lors de la conférence de la Cable and Telecommunications Association, que Google "wants your video" (copiant ainsi une banque française qui, il y a quelques années, avait lancé "votre argent m'intéresse"). En gros Google se lance dans le vidéo-blogging... et autres bidules à base de vidéo...
Beaucoup de gens font de la vidéo. Et aujourd'hui ce n'est pas très facile de mettre cela on line. Pour le texte et les photos pas de problèmes... Mais pour la vidéo c'est un plus compliqué...
Mais demain matin avec ce que nous prépare Google...
La bande passante augmente et continuera d'augmenter (d'ailleurs Google a recruté il y a quelques mois des ingénieurs en télécoms optiques :  d'ici à ce que Google lance son propre Akamaï pour ses propres besoins..).
De même, les caméras de vidéo numérique ont fait d'énormes progrès. J'attends par exemple la Xacti C5 de Sanyo pour test. Un petit bijou semble-t-il (je l'avais vue à Osaka lors de mon périple japonais). Mpeg4, 5 millions de pixels (à la fois appareil photo et caméra), enregistrement sur SD carte de 1 à 2 gigas, livrée avec un logiciel de montage vidéo (Ulead), disponible en France vers le milieu de ce mois d'avril pour moins de 700 € (non compris la SD carte). C'est tout petit : cela tient dans la poche ... Donc toujours prêt à fonctionner sur le vif...
Enfin, les capacités de stockage pour les hébergeurs et le simple particulier vont elles aussi continuer d'augmenter dans des proportions "dramatiques" comme disent les Américains. Hitachi par exemple, vient d'annoncer une technologie d'enregistrement perpendiculaire. En 2.007 nos disques durs de quelques gigas d'aujourd'hui vont passer à quelques teras... pour un prix à peu près comparable...
Bref, tout est en place pour une révolution dans le secteur de l'audiovisuel...
Et notre Paf dans tout cela, allez-vous me dire ? (Paf : paysage audiovisuel français) Va-t-il en pâtir ? ... Monsieur Dominique Baudis patron de notre CSA bien aimé,  va-t-il lui aussi aller se plaindre auprés de notre Président de la République ? "Regardez M'sieur, ce que ces méchants américains vont faire à notre culture...!".
Certes, allez-vous me dire ce n'est pas parce que les gens disposent de la technologie qu'ils feront des choses intéressantes. C'est vrai... Mais néanmoins : on risque de voir se produire dans le domaine de l'audiovisuel ce qui s'est passé dans le domaine du texte avec les blogs. Et aussi dans domaine de la radio avec le podcasting qui démarre (on fait tout seul sa radio comme un grand). Sur ce dernier point toutefois il est à remarquer que Google n'a rien fait dans le podcasting, préférant passer du texte/photos directement à la vidéo...
Google va vite. Très vite. Et il a raison. Car les autres vont suivre... Et ce n'est pas parce qu'il a plutôt bien réussi son entrée en Bourse qu'il est sorti d'affaires, et qu'il doit se reposer sur ses lauriers... Sa stratégie de fuite en avant, convenablement réfléchie en fonction de l'évolution technologique, sera probablement payante à terme...
Mais revenons à notre PAF. La plupart des membres éminents de ce PAF vous diront qu'il n'y a rien à craindre... Et pourtant. Déjà aujourd'hui le temps passé devant les écrans de télévision traditionnels diminue au profit du temps passé sur l'écran du micro-ordinateur connecté à l'Internet.
Par ailleurs, le vidéoblogging va intéresser non seulement tout un chacun, mais aussi de nouveaux segments de marché. Par exemple le corporate vidéo. Une banque qui fait sa "chaîne de télé" pour ses colloborateurs internes... ou pour ses clients/propects. Un vendeur de meubles ou d'appareils électro-ménager pour proposer un mode d'emploi. Une jardinerie pour présenter les tondeuses à gazon ou comment cultiver les tomates. Monsieur Sarkozy qui pourrait céer "télésarko"... Bre, la démocratisation de la chose en bonne qualité (à condition que les débits continuent d'augmenter) va probablement entraîner une pléthore de choses, ce qui nous incitera à passer encore moins de temps devant notre bonne vieille TV (même si elle s'est rhabillée en TNT)...
On pourrait même imaginer par exemple que quelques afficionados retransmettent les matches de foot ou autres... des conférences, des homélies religieuses, ou ce qui se passe à Rome en ce moment...etc...
Vous me direz que les papies du Paf pourraient eux aussi s'y mettre... Personnellement je n'y crois guère ... Quand on gagne des sous dans une structure/technologie données on ne change pas son fusil d'épaule... Regardez ce qui est arrivé à l'industrie musicale, ce qui est en train d'arriver à la téléphonie de papa, etc... C'est pour la même raison que des civilisations d'effondrent...

Bref Google va peut-être organiser l'évasion publicitaire mondiale à son profit... Et le fin du fin... Comme Google disposera de foultitude de vidéos... il lui sera très facile de vous proposer un Télérama rien que pour vous... Vous voulez voir le prochain interview de Gates ? une présentation du nouveau Aïbo de Sony quand il sera sur le marché ? etc... Il suffira de l'indiquer dans un petit formulaire googlien...
La glogalisation googlienne se met en place...


World Wind : l'élite gauloise va encore rouspéter !

On n'a pas de pétrole, mais on n'a pas d'idées non plus...

En Janvier dernier, le patron de la TRES Grande Bibliothèque de France, Mr Jeanneney partait en guerre contre le projet de Google : Google Print qui vise à numériser en mode texte quelques millions de livres anglo-saxons. Projet de 200 millions de dollars.
Cela va être maintenant au tour de Mr Bertrand Levy de vitupérer... Qui est ce Monsieur ? C'est le patron de notre IGN: l'Institut Géographique National. Et pourquoi ce Monsieur va-t-il lui aussi invectiver les cow-boys du continent américain ? A cause de World Wind de la Nasa...

Ce truc gratuit en version 1.3 est absolument fabuleux (à condition d'avoir une bonne connexion Internet, et un PC dernier modèle). Je ne m'en lasse pas. Vous avez la Terre à votre botte. Pas moins. World Wind est un logiciel distribué en Open Source qui permet de visiter la Terre à partir d'images satellites qui sont dans le domaine public. Avec une finesse et une qualité remarquable. Vous êtes à quelques centaines de kilomètres ? Vous faites tourner notre globe comme vous l'entendez... Vous pouvez y "alunir" à un endroit donné jusqu'à quelques centaines de mètres de hauteur (mais ma carte graphique un peu vieillote peine un peu - je vais la changer). Vous affichez les frontières des pays, les villes, les monuments qui sont positionnés sur notre mappemonde. Vous cliquez sur l'icône d'un monument, un lien vous emmène sur Wikipedia, la "libre" encyclopédie, et vous renseigne sur le dit monument...
Naturellement le territoire français est inclus dans la chose (aux dernières nouvelles on fait toujours partie de la Terre). C'est pour cela que notre élite va encore certainement râler, car elle se trouve prise à contre pied par ces méchéants américains. Comme avec Google.
On parvient en effet à repérer la Tour Eiffel, on se balade dans les Pyrénées, car, idée géniale, World Wind remonte si je puis dire en 3D le paysage.
World Vind est basée sur le Blue Marble Viewer et autres logiciels 3D (Direct 3D qui donne une excellente fluidité, STRM, etc...). On reste confondu, en réfléchissant un peu, sur ce que la Nasa va pouvoir faire avec cette ossature de logiciel qui pèse quand même 170 mégas (vous remarquerez que vous pouvez le télécharger en P2P avec BitTorrent). Vous pourrez préparer votre prochaine randonnée par exempe de façon virtuelle. Vous repérez les choses à voir, les auberges, etc.. Avec World Wind vous pouvez aussi apprendre à vos enfants la géographie, suivre la météo, ou l'évolution des catastrophes naturelles, etc... C'est d'ailleurs l'entité Nasa Learning Technologies qui a mis la chose au point.
Bref, les Américains de la Nasa, au même titre que ceux de Google, ont tout a fait compris ce qu'était la philosophie de l'Internet, et les nouveaux business models que cela induit. Avec des débits de plus en plus importants, on monte en gamme dans les services, et on prend à contre-pied des cultures qui ne suivent pas.

Je doute en effet que notre élite ait compris ce qui se passe.  Et que l'on ne me dise pas que cela nécessite des investissements astronomiques. Le sénateur Trégouet, qui à preuve du contraire est un homme raisonnable, faisait  remarquer, dans une de ses dernières lettres, que l'investissement de Google Print ne représentait seulement que quelques pouillièmes du budget de l'Europe.
Alors pourquoi ne le fait-on pas ?
Pourquoi ce sont toujours les Américains qui ont les idées et pas nous ? Je croyais que puisque nous n'avions pas de pétrole, nous nous devions d'avoir des idées...
Une autre explication qui m'a été soumise par l'un d'entre vous : notre élite, comme toute élite veut garder le pouvoir. La nôtre doit se dire, que moins on en donne au peuple, et mieux cela vaut.
En tout cas, j'attends avec beaucoup d'impatience Google Print. Rechercher en texte intégral dans des millions de bouquins, j'attends cela depuis que je suis né... Et je pense que cela va accélèrer dans des proportions gigantesques le savoir des Homo Sapiens Sapiens..

Google Print, World Wind... les choses ne vont pas en rester là...
Skipe in arrive (là ce sont de méchants suédois qui vont prendre à revers les opérateurs historiques de téléphone). Et après à qui le tour ?


Pas bête....

Je suis allé faire un tour au congrés du e-learning qui avait lieu cette semaine au Palais des Congrés à Paris. Je n'ai pas trouvé la chose transcendante, mais cela m'a fait une petite sortie... Cela étant, j'ai entendu sur un stand une chose amusante... Un type de la faculté de droit d'Assas posait quelques questions sur "le comment faire du e-learning" au commercial qui tenait le stand... "Vous comprenez, dit-il, faut qu'on s'y mette, car les étudiants filment les cours des professeurs en amphi, et vont les mettre sur un site web. Nos amphis sont grands et les caméras vidéo d'aujourd'hui sont petites: on n'arrive pas à les repèrer. Les étudiants n'ont donc plus besoin de venir... sans compter les problèmes de copyright"...
Aprés les éditeurs de musique, c'est maintenant le tour des professeurs de faculté ? ... Le mammouth va-t-il se bouger ?
Mais dans quel Monde vivon-nous ? Ah ma p'ôve dame, les temps ont bien changés...