« décembre 2010 | Accueil | février 2011 »

Connaissez-vous Jean Christophe Baillie from Paris ? Après Nao, voilà Jazz !

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

J'ai posté sur ce blog il y a quelques jours, une interview de Bruno Maisonnier d'Aldebaran. Société qui commercialise Nao (voir ici)... Voilà maitenant Gostai, société aussi française, qui démarre la commercialisation de son Jazz, un robot de téléprésence. Jean Christophe, fondateur de Gostai est d'ailleurs déjà passé sur le e-billautshow (ici). Il nous avait expliqué pourquoi il avait mis en open source son operating system Urbi, sa plateforme de développement de robots.

Capture d’écran 2011-01-31 à 18.02.27

Maintenant il aborde le marché du hardware : des robots de services... (mais il ne rachète pas Renault, en tout cas pas pour l'instant)...

Capture d’écran 2011-01-31 à 17.58.29 Pourquoi donc de lancer dans la fabrication de robots ? Pour quels usages : la téléprésence mobile. De quoi s'agit-il ? Exemple qui n'est peut-etre pas farfelu (en tout cas pour moi, qui suis handicapé) : vous voulez assister au Consumer Electronic Show de Las Vegas, sans bouger de chez vous ? Vous allez pouvoir piloter votre Jazz dans les allées grâce une interface web, regarder les stands et discuter avec la personne qui tient le stand... 

Autres applications ?

Quelles sont les caractéristiques de Jazz ? Peut-on l'acheter dés aujourd'hui ? Quel est le prix ? Commercialisation ? Le trouvera-t-on chez Darty ? Quelles sont les différentes déclinaisons de Jazz ? Pourra-t-on le louer ? Que fait Jazz sécurité ?

Comment Jean Christophe voit l'évolution de la robotique de type humanoïde ? Comment voit-il la chose en France ? "Il y a déjà beaucoup d'acteurs"... Avec un syndicat : Syrobo... Le grand congrés mondial en mars prochain à Lyon : Inno-robo .. Etc...

"La France n'est pas à la traîne dans ce secteur .." Qu'on se le dise !

PS. Jean Christophe le cite rapidement dans ce e-billautshow ... iRobot la célébre société américaine qui fabrique et commercialise le Romba (le robot aspirateur) démarre la commercialisation d'AVA son robot de téléprésence. Preuve que d'aucuns croient à ce marché...

Pour contacter Jean Christophe Baillie : contact(arobase)gostai.com

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub


Connaissez-vous Laurence Bois from Paris ? Scopalto : le kiosque numérique des revues culturelles

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Madame et Monsieur Bois ont écrit un livre sur Wordpress (voir ici)... Monsieur a son entreprise de développement logiciel (Kernix), et Madame sa startup : buzzdistrict.

Capture d’écran 2011-01-31 à 14.35.33 Bref un couple 2.0.

Laurence Bois donc nous présente et détaille  sa plateforme culturelle  : scopalto.com. Qui est un site qui est dédié aux revues culturelles francophones.

Capture d’écran 2011-01-31 à 09.20.02

Revues 1.0 sur support papier disponibles en kiosque, en librairie, dans des circuits parallèles, etc ... Et il y en a beaucoup.  330 revues sont référencées aujourd'hui sur Scopalto, y compris tous les numéros déjà édités, et généralement introuvables sur support papier. Et même sont disponibles pour l'internaute les revues disparues ! Comment sont-elles choisies ? Sur quels thèmes ? Combien y a-t-il de revues culturelles dans la Francophonie ?

Capture d’écran 2011-01-31 à 09.19.00 Comment trouver toutes ses revues ? Comment cela se passe avec les éditeurs ? Comment se fait la numérisation des revues ? Les articles de ces revues sont-ils indexés ? Peut-on faire une recherche sur un thème dans toutes les revues ? Peut-on rechercher les articles de tel auteur dans toutes les revues ? De tel illustrateur ? Quel est le prix d'une revue numérisée ?

Quid de la disponilité de Scopalto sur l'iPad ? " c'est dans le pipe..."

Nouvelles fonctionnalités en cours de déveleppement ? Scopalto se lancera-t-il aussi dans le recensement de sites Web de type culturel même s'ils ont disparus ?

Quel est le business model de Scopalto ? Concurrence ? Le Ministère de la Culture Français se sent-il concerné ? Quid des revues culturelles dans d'autres langues ? (car il y en a, il n'y a pas qu'en France qu'on donne dans la culture...). "On va y aller..."

Capture d’écran 2011-01-31 à 14.29.56

Quel est l'avis de Laurence sur l'Internet en Fance ? Va-t-elle écrire avec Monsieur son mari, un autre livre ?

Hors enregistrement, Laurence m'a dit qu'à ce jour, et depuis un mois, une nouvelle revue par jour est indexée sur scopalto.

Sur les 330 revues référencées, 1/4 propose le pdf (chiffre qui va vraiment croissant depuis 1 mois également).
Parmi tous les pdf disponibles 50% sont gratuits et 50% payants.

Enfin, il y a plus de 5.000 inscrits sur la plateforme.

Pour contacter Laurence Bois : bois(arobase)buzzdistrict.com

Le twitt de scopalto : http://twitter.com/scopalto (pour être renu au courant des nouveautés..)

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub


Connaissez-vous Pierre ? Vers un premier réseau FTTH d'une région rurale (de la vallée de l'Hérault)

Vers une reprise de Service Public par le Public ? Voilà une idées qu'elle est bonne !

J'ai reçu de Pierre ce document que j'ai trouvé intéressant. Je le publie avec son accord car je pense que cela peut en intéresser plus d'un... Quand les Français de base prennent leur destin en main... Sans attendre de l'Etat et d'autres collectivités locales leur bonheur sur cette Terre... Il me semble que certains ruraux vont ressortir leurs fourches... Une e-jacquerie à l'horizon ? Je laisse la parole (pardon le clavier) à Pierre...

Voici ci-dessous un résumé de la démarche que nous avons entamé fin 2010 dans une zone rurale de la vallée de l'Hérault avec comme objectif de construire un premier réseau FttH « coopératif » d'ici 2012.

Capture d’écran 2011-01-30 à 10.06.00

Objectifs :

Sortir du paradigme actuel du Très Haut-débit français, opposant investissements privés et publics, perdant des années en consultations publiques, études, rapports & co... pour au final arriver à un quasi immobilisme, un plan THD au rabais, non financé sur le long terme, des jolis projets pilotes histoire de faire patienter mais aucun déploiement massif (si l'on oublie quelques exceptions comme THD92 ou le SIEA), des PPP ou des DSP qui servent plus les intérêts de leurs concessionnaires que ceux du public, etc...

Assez ! Nous voulons reprendre en main un service pour et par le public (Pas le service public mais bien les habitants, les entreprises, ceux qui vivent dans nos bouts de campagnes et qui ne verront pas le THD de leur vivant). Bref, en lieu et place des « Délégations de Service Public », nous voulons instaurer une sorte de « Reprise de Service par le Public »

Puisque ni les opérateurs ni les collectivités ne veulent ou ne peuvent nous fournir ce réseau THD, nous allons le construire, le gérer et le maintenir nous-mêmes. Nous y ferons venir des opérateurs qui nous vendront leurs services sur notre infrastructure (ouverte et neutre). Que Orange, Free ou SFR ne viennent pas car nous ne jouons pas avec leurs règles sera leur problème, il y aura bien des OVH, Wibox, E-Tera, Alsatis ou d'autres pour émerger et venir développer leur business là où les "gros" ne veulent pas.

 Comment :

  • Construction de réseaux de dessertes FttH ruraux par les habitants/utilisateurs

  • Auto-financement

  • Ouverture sans discrimination aux opérateurs

  • Implication a minima des collectivités, elles doivent être des « facilitateurs » plus que des « financeurs » et encore moins des maitres d'œuvre. Lorsque la population suivra et s'impliquera dans le projet les collectivités suivront (ou essayeront de comprendre)

  • Commencer « petit » par un hameau en zone blanche puis s'étaler telle une tache d'encre par proximité

 

Déroulement :

  1. Repérage / connaissance du contexte « haut-débit » local et régional : acteurs privés et publics, RIP, DSP, PPP en place ou en projet, technos utilisées, réseaux fibre installés (fait)

  2. Choix d'une zone de démarrage (fait) selon les critères :

    - Zone blanche ADSL (lignes de 10 km de long !!!)

    - Couverture « palliative » existante (Wifi 5.4 Ghz de la DSP locale) mais décevante

    - Proximité de points de sortie (4 à 6, 8, 11 et 13 km) de fibres RIP (DSP CG34 / A75 Networks / NRA FT dégroupés)

    - Hameau (60 foyers) d'une commune rurale très étendue

    - Absence de services publics sur le hameau

     

  3. Création d'un « noyau dur » d'habitants prêts à s'investir pour changer les choses (en cours)

  4. « Évangélisation » de la population aux bénéfices qu'ils pourraient tirer du THD (économiques, e-santé, usages, nouveaux services « solidaires », développement de leur hameau). L'objectif est de convaincre 80% de la population de s'engager sur le projet (garantissant ainsi sa viabilité)

  5. Constitution par la population d'une structure (association, coopérative ?) qui construira, gérera et sera propriétaire du réseau de desserte FttH.

  6. Conception du réseau. Négociation avec les différents RIP pour les points d'interconnexion. Choix des technos et méthodes de déploiement suivant les critères suivants :

    - Possibilité pour une population de non-techniciens de faire elle-même le déploiement (la plus grande partie possible)

    - Prévoir de ne pas utiliser le génie civil FT (sauf impossibilité)

    - Éviter autant que possible le domaine public pour favoriser la déploiement de fibre à travers les domaines privés (fonds de jardins, façades, chemins dans les vignes...).

    Note : d'où l'importance d'avoir obtenu l'adhésion d'un maximum de la population

    - Préférer les solutions qui minimisent l'OPEX même si c'est au détriment du CAPEX.
  7. Financer la construction du réseau : on doit aller vers le maximum d'auto-financement, même si la possibilité de chercher du financement public ne doit être exclue. Dans ce cas, cela ne doit ni imposer trop de contraintes techniques et financières sur le projet. L'auto-financement fera appel à deux volets :

    - Un financement récurent par les utilisateurs du réseau (la population). Celui-ci peut prendre la forme d'une cotisation annuelle à l'association, d'un « loyer » pour utilisation de la ligne THD, voire d'une souscription récurrente au capital (voir le modèle proposé en Angleterre sur http://broadbandcumbria.com/2011/01/18/part-iii-the-funding-and-service-model-for-eden-valley-fttp/), mais l'important est que l'habitant/utilisateur paye ce financement au réseau communautaire (dont il est propriétaire) et non aux opérateurs apportant leurs services sur le réseau (comme c'est le cas dans l'ADSL dégroupé)

    - Une grande partie du financement par les utilisateurs sert à rembourser part la plus importante du financement contractée par emprunt long (le Crédit Coopératif semblant le plus à même d'y pourvoir), le reste étant affecté à l'OPEX.
  8. Construire le réseau lui-même et l'interconnecter à un ou deux RIP. On reprendra ici le principe de « barn raising » proposé par Marc Duchesne associant les utilisateurs/habitants dans une construction collective d'une infrastructure qui leur appartient.

  9. Faire venir les opérateurs sur le réseau pour qu'ils proposent leurs services. Cela commencera par les services « classiques » du 3P et l'on essayera d'avoir des opérateurs proposant des services pas forcément « bundlés 3P » (en permettant par exemple à un opérateur de venir proposer uniquement un service de VoIP ou d'internet seul) de manière à pouvoir proposer à nos utilisateurs une sorte de kiosque dans lequel ils choisissent le web chez A, la VoIP chez B, etc... Il est clair qu'avec la taille du réseau et son nombre de clients réduit nous n'attireront pas les FAI « classiques », ce sera là une chance pour des opérateurs aujourd'hui « en devenir » de faire leur trou. D'autant que l'idée, derrière notre volonté de ne pas faire payer les utilisateurs pour la construction via les opérateurs, est de pouvoir proposer à ces derniers de venir opérer sur le réseau sans couts d'entrées supplémentaire (à eux seulement de régler leur collecte jusqu'au réseau via le ou les RIP le desservant, RIP chez lesquels ils sont souvent déjà clients).

  10. Inventer de nouveaux services/usages à l'intérieur du réseau d'habitants/utilisateurs (co-shopping, formation...

  11. Commentaires au débotté .. C'est effectivement ce qu'il faut faire.. Mais le plus compliqué est d'impliquer les habitants... Je n'y suis pas encore arrivé à Villiers le Mahieu (faut dire qu'avec ma jambe de bois -fut-elle électronique-, il m'est difficile d'aller frapper aux portes pour faire l'article)... Sinon à Poleymieux prés de Lyon (1000 habitants) mon compère Christian Salles qui y habite à inciter à la création d'une webschool rurale... Le Maire de cette noble localité en a fait l'ouverture hier samedi 29/01/2011.. On s'est fait une visio pour l'inauguration... Je mets en ligne ce jour ou demain. Une webschool est un élément important me semble-t-il pour évangéliser les populations... Je n'y suis pas encore arrivé à Villiers le Mahieu (pas bon le billaut, pas bon du tout...)


Connaissez-vous Olivier de la Bastide from Boston et Laurent Nicolas from Paris ? Télémédecine : les grandes manoeuvres commencent...

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Boston LifeLabs TeleHealth est une société américaine basée à Boston. Olivier de la Bastide (un Français) en est le CTO (Chief Technology Officer) et Laurent Nicolas (un autre Français) le responsable des ventes en France.

Nos deux amis pour ce e-billauthsow, étaient à Paris... Qu'est ce que la télésanté pour Boston Life Labs ? Simple : suivre les paramètres vitaux d'un patient chez lui... Pourquoi cela ? Et comment faire ? Boston Life Labs a mis au point un hub (qui ressemble à un disque), hub bourré de technologies, et d'une carte SIM. C'est donc comme un téléphone mobile. Il est accompagné de différents matériels (des "devices") : un thermomètre sans fil, un tensiomètre sans fil, un pèse-personne médical sans fil, un oxymètre sans fil, un glucomètre sans fil... Nos amis nous présente les différents matériels devant leur webcam... A terme, Boston Life Labs commercialisera une douzaine de matériel qui pourrons mesurer 15 signes vitaux...

Capture d’écran 2011-01-28 à 17.04.57

Comment cela s'articule-t-il ? Simple : les "devices" font les mesures qui sont envoyées sur le hub en mode bluetooth (donc pas de fil). Pourquoi avoir choisi ce protocole de communication radio et non pas le Wifi ? Le hub les enregistre, puis les transfert en mode sécurisé sur la plateforme sécurisée de télésanté de Boston Life Labs dénommée HealthTunes (petit clin d'oeil au iTunes d'Apple). En mode GSM (une communication téléphonique donc). Tout est totalement "plug and play". A partir de là, vous pouvez accéder à vos propres données sur HealthTunes, toujours en mode sécurisée avec votre ordinateur, votre iPhone... Et si vous voulez donner accès à vos données à votre médecin (ou à quelqu'un d'autres) : libre à vous ...

Capture d’écran 2011-01-28 à 17.07.58

Qui recommande l'utilisation de ces matériels ? Est-ce le médecin qui prend la décision d'équiper son patient ? Ou est-ce le patient qui peut les acheter de son propre chef ? Quel en est le coût ? Et donc, quel est le business model de Boston LIfe Labs ? Comment est commercialisé le pack de base de Boston Life Life ? Que se passe-t-il si un nouveau device arrive ? Qui seront les distributeurs ? Allons-nous trouver le pack chez Darty ? (Darty dans la santé : voilà une idée qu'elle est bonne...).

Capture d’écran 2011-01-29 à 12.19.50

Quel est l'accueil aux USA ? "le marché est mûr" (commercialisation par des réseaux d'infirmières, de structures de soins privées, etc..). Différences entre les USA et la France en matière de télésanté ? Les professionnels de santé français sont-ils partants ? (" heu...")...

Quels seront les prochains devices de Boston ? L'électro-cardiogramme, le pédomètre, des capteurs divers, etc...

Y aura-t-il un standard de communication entre les différents devices que d'autres fabricants commercialisent ? Comme ceux de Withings en France (qui dispose aussi de sa propre plateforme d'enregistrement de flux de data de santé). Comment nos amis du Boston jugent-ils l'arrivée de Google, Microsoft et probablement Apple dans la e-santé ? Quid des réseaux sociaux dans ce domaine ? Les patients vont-ils se regrouper par pathologie ? Qu'est-ce qu'un patient référent ?

 

Capture d’écran 2011-01-29 à 12.26.44 Commentaires au débotté .. Télésanté, télémédecine est-ce la même chose ?

1/ Le Gouvernement Français, aprés avoir pris son temps (puisque cela date de Douste-Blazy), a mis sur pied le concept de DMP (Dossier Médical Personnalisé)... Le médecin et son patient, chacun avec sa carte Vitale, décident de créer le dossier électronique qui va contenir les données du patient, données récoltées par le ou les dits médecins. Le tout sur une plateforme gérée par notre aimable Administration... Je me demande si ce DMP va être compatible avec le flux de données remontées sur le HealthTunes de Boston Life Labs... Y aura-t-il une connexion entre les 2 ?

2/ Si j'ai tout compris, la e-santé va être l'affaire des internautes (alors que la télé-médecine serait plutôt l'affaire du corps médical ?). Google Health, Microsoft Vault Health, Patientlikeme, Doctissimo, etc... Comment tout cela va s'articuler avec le DMP Gouvernemental ?

3/ Il y a déjà une bonne dizaine de startups aux USA qui démarrent la commercialisation de devices sans fil de e-santé... Mais en Wifi, et non pas en Bluetooth. Pour utiliser le Wifi, il faut une connexion Internet. Il n'y a que 70% des Français qui ont une connexion IP. Ces foyers disposent donc probablement de Wifi avec leur box dans leur logis. Les 30% restants sont probablement des gens les plus âgés, donc les plus malades (?). Et eux n'ont que la technologie téléphone. D'ou le Bluetooth de Boston.. Mais à terme comment cela va évoluer entre le Bluetooth et le Wifi ?

4/ Dans le cas de Boston Life Labs, c'est le patient qui décide de s'équiper et qui donne l'accord à son médecin pour consulter son flux de données de santé... Ou alors c'est le médecin qui incite le patient à s'équiper chez lui... Mais là aussi comment cela va s'articuler avec HealthTunes ?  Le médecin acceptera-t-il que le son patient loge ses données de santé chez HealthTunes ? Voilà qui ne va pas plaire à l'intelligentsia médicale de notre pays ?

5/ Les matériels de Boston ou autres seront-ils remboursés par notre Sécurité Sociale ? Sinon ne va-t-on pas vers une médecine de prévention à 2 vitesses ?

6/ Nos amis de Boston Life Labs précisent que leur plateforme est pour les patients. Donc pour des gens déjà malades... Mais ne pourrait-on pas aussi utiliser tout cela pour les biens portants ? Un système non intrusif qui enregsitre automatiquement au jour le jour les data correspondantes au signaux de santé des gens ? Si oui, ce type de prévention serait-il de nature à réduire les coûts de la santé en France ?

7/ J'adore le lapin de notre ami Rafi... et autres trucs m2m... Mais ne serait-il pas plus utile pour l'ensemble des Français, de créer une industrie du m2m de santé ? Xavier Niel ne pourrait-il pas intégrer la tripaille du hub de Boston Life Labs dans sa box Revolution 2.0 ? Notre population vieillit... Il n'y aura pas à terme assez de Français valides pour s'occuper des 3ème et 4ème âges... Il serait peut-être judicieux de créer des m2m de santé 2.0 ? Que font nos dinosaures Thalès, Dassault, et autres Safran ? Car le marché est Kolossal...

8/ Sarkozy a réformé notre système de retraite en quelques mois... Je le mets au défi de réformer notre système de santé dans le même temps... Car si j'en crois quelques observateurs dignes de foi (les professeurs Even, Debré dont j'ai lu les livres un peu explosifs...), notre bazar de santé, aurait bien besoin d'un bon coup de peinture. Et d'un bon ravalement en profondeur. De plus, avec mon amputation, j'ai pu observer de près le dit bazar. Des médicaments qui ne servent à rien, voir qui font mourir, des professionnels qui travaillent en silo et refont plusieurs fois les mêmes analyses, des bigs pharma qui offrent des cadeaux aux médecins pour les inciter à recommander tels tels mixtures, des officines de pharmacie, pas en reste, qui camouflent une partie de leur chiffre d'affaires grâce à des logiciels dits permissifs, des Commissions diverses et variées dans tous les coins, des économistes de santé qui rabâchent les mêmes choses depuis..., des Hautes Autorités exotiques dont les éminents membres n'ont jamais vu le moignon d'un amputé fémoral, un Conseil National de l'Ethique qui interdit aux Français de faire l'analyse de leur génome, blablabla...

9/ Il y aurait encore beaucoup de choses à dire... A force de dire que nous avons le meilleur système de santé du Monde, la meilleure Administration du Monde, les meilleurs chercheurs, ...on ne voit pas pourquoi on améliorerait ces choses, vu qu'on est les meilleurs : au top..

Un système de santé 2.0 en France ? Je n'y crois pas beaucoup, sauf si les internautes prennent leur destin en main... Mais dans ce cas, le risque d'un Hadopi de Santé ne serait pas à exclure...

Pour contacter nos amis : sales(arobase)bostonlifelabs

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub


Connaissez-vous Christophe Cremer from Paris ? Prestashop : le e-commerce en Open Source

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Christophe (un serial entrepreneur avec meilleurtaux.com, etc..) nous présente Prestashop : une plateforme open source permettant de créer gatuitement son site de e-commerce... Prestashop couvre l'ensemble des fonctionnalités nécessaires pour créer une boutique de e-commerce... Et Dieu sait s'il y en a !

Il nous en explique la mécanique... Plus de 50.000 sites de e-commerce dans le monde utilisent Prestashop.. En France, 10 à 15% des sites commerciaux sont "en Prestashop"...

Capture d’écran 2011-01-28 à 10.51.02

Il y a un App Store Prestashop dénomé Prestashop Add-on avec plus de 500 modules, 500 thèmes...

Comment en est-on arrivé à ces chiffres imposants ? La communauté mondiale de Prestashop comprend plus de 160.000 personnes, 50.000 développeurs...

Quel est le business model de Prestashop ? Peut-on utiliser Prestashop pour autre chose que du e-commerce ? Nouvelles fonctionnalités ? "Cela ne s'arrête jamais..." Quid des réseaux sociaux et du e-commerce ?

Concurrence ? Prestashop est n°1 en France et en Europe dans son domaine, n°2 dans le Monde (après Magento).. Et vient d'ouvrir une filiale aux USA (à Miami..). Et la Chine ?

Capture d’écran 2011-01-28 à 10.53.32

Comment Christophe juge l'Internet en France ? "il faut arrêter de se flageller.., mais il y a encore du boulot..." S'il y avait du Très Haut débit à base de fibre optique, que ferait Prestashop ?

Pour contacter Christophe Cremer : christophe.cremer(arobase)prestashop.com

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub


Connaissez-vous Bruno Maisonnier from Paris ? Aldebaran vend des robots humanoïdes au Japonais ...Incroyable !

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Bruno a créé Aldebaran. Sa société à mis au point Nao, le petit robot... Nao fonctionne, et on peut commencer à développer des applications diverses dessus... Combien de temps cela a pris à Aldebaran pour mettre au point ce petit robot humanoïde ?

Capture d’écran 2011-01-27 à 16.10.49

Pourquoi Bruno s'est-il intéressé aux robots ? Pourquoi un cadre dans une grande banque française quitte-t-il son emploi pour créer une startup dans ce domaine encore assez inconnu de l'opinion française ?... (et de notre grande élite)... "Un jour je serai l'IBM de la robotique..." Ou l'art et la manière de se fixer une utopie directrice...

La chose n'est pas courante... Aldebaran Robotics - société française- vend ses Naos aux Japonais lesquels sont par ailleurs les plus avancés dans ce secteur encore naissant...  De plus, il n'y a pas qu'aux Japonais qu'Aldebaran vend ses enfants, mais aussi aux Américains, aux Anglais, aux Coréens (du sud), etc... Aldebaran a 5 ans et emploie plus de 100 personnes aujourd'hui avec des filiales un peu partout dans le Monde...

Bruno pense que notre pays a des atouts particuliers en robotique... Lesquels ? Qu'entend-t-il par le design d'interaction avec les Homo Sapiens biologiques ? Quel est l'operating system utilisé pour Nao ? Est-ce que celui de Gostai, autre société française dans ce domaine (qui d'ailleurs sort Jazz, un robot de téléprésence - bientôt sur le e-billautshow), est ce qu'il peut être utilisé sur la plateforme Nao ?... Qu'est-ce que Naoshi ? (qui se prononce Naoqui). Comment développer des applications ?

Que va-t-on faire de Nao ?

Bruno donne quelques exemples (pour aider des enfants autistes par exemple.., ou un Nao de réception dans le hall d'acceuil d'une entreprise...). Toutes les grandes compagnies d'assurances françaises s'intéressent à Nao... Pourquoi ?

Par ailleurs Nao, pourra gérer toute l'électronique de la maison qui, avec de plus en plus de matériels, devient d'un compliqué à utiliser...

Peut-on acheter un Nao aujourd'hui ? Où ? (chez Darty ?) A quel prix ? Nao dispose d'un appstore à la Apple. Et il peut aller télécharger tout seul comme un grand, telle ou telle application, en fonction de ce que vous lui avez demander de faire..... Combien d'applicatons sont-elles actuellement disponibles ?

Capture d’écran 2011-01-27 à 18.37.30

Comment Bruno juge les élites françaises par rapport à tout cela ? "Pas bien, pas bien du tout..". "Toujours le même scénario... On préfére aider les gros machins genre Thalés, Safran, Dassault... (les copains des copains ??..) et autres,  plutôt que des startups prometteuses qui créent de l'emploi par ailleurs"... Aldebaran restera-t-il en France ? Se fera-t-il racheter par Apple ? Google ? Sony ? etc...

Bruno recommande une fusion France-Allemagne : un seul pays avec un seul Président ... "Là nous serions champions de pleins de choses et pas seulement en robotique.. Si on ne fait pas cela... Couic : l'Europe sera la variable d'adjustement entre la Chine et les USA".

Qui seront les frères de Nao ? Le grand frère va s'appeller Roméo (1,35 m). Quelles seront les caractérisques de Roméo ? Roméo n'existe pas encore, et pourtant des tas de gens veulent l'acheter... Pourquoi ? Comparaison entre Roméo et Asimo de Honda ? Nao et Roméo seront compatibles.. Quel est l'intérêt ? Y aura-t-il une déclinaison des robots bipèdes d'Aldebaran dans des "walking devices" comme le fait déjà Honda au Japon avec son Asimo (pour aider les "biologiques" à marcher s'ils sont handicapés, les seniors .). Il existe désormais en France un cluster robotique, et en mars prochain à Lyon notre ami Bruno Bonnell lance la première grande manifestation robot : Inno-Robot.. Le Monde entier y sera... (et problement aussi vote serviteur...).

Y aura-t-il un jour des Robots Sapiens ? Prendront-ils tout ou partie des emplois d'Homo Sapiens ? Hors enregistrement, Bruno m'a dit qu'il y aurait en France 400 clubs de robotique, avec au total 15 à 20.000 Français qui bricolent des robots dans leur garage ou leur salon...

Commentaires au débotté. Bruno pense que des millions d'emplois vont être créés dans ce secteur naissant... Le Président de Honda pense que dans quelques années il vendra plus de robots que de voitures... Ce qui n'a pas l'air d'interpeller nos constructeurs d'automobiles gaulois. "On a raté en son temps le Plan Calcul, allons-nous louper la robotique humanoïde ?"... Si j'étais Sarkozy je demanderai aux organisateurs d'Inno-Robot d'en faire l'ouverture, au même titre que Chirac faisait celle du Salon de l'Agriculture dans les temps anciens ... Cela serait un signe fort... Si vous connaissez Sarko, dites le lui...

Pour contacter Bruno Maisonnier : bmaisonnier(arobase)aldebaran-robotics.com

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub


Connaissez-vous Guillaume Decugis ? Scoop.it : l'art de la curation...

Scoop.it from Jean Michel Billaut on Vimeo.

(vers la 10ème minute de ce e-billautshow l'image s'est figée pendant quelques instants. Donc ne vous inquiètez pas... c'est tout a fait écoutable - c'est dû probablement à des problèmes de débit...)

Avec les plateformes de blog, tout un chacun peut devenir, sinon journaliste, en tout cas créateur de contenus... Avec les plateformes dites de curation, tout un chacun peut désormais dévenir "rédacteur en chef"...

Capture d’écran 2011-01-27 à 11.36.18

C'est ce que nous explique Guillaume avec l'ouverture de sa plateforme : scoop.it (encore en bêta)... De quoi s'agit-il exactement ? Comment devenir "redac chef" ? J'ai pris l'exemple d'un sujet : le labrador (le chien)..  Editer un blog sur le labrador prend du temps à écrire les contenus, etc.. Par contre créer une "revue" sur le labrador en faisant un choix, un tri sur les informations déjà existantes dans ce domaine sur l'Internet, de les mettre en forme, ... est un travail éditorial... de rédacteur en chef...

Sur scoop.it vous trouverez des idées (un topic)... Des suggestions grâce à un moteur qui va rechercher et vous proposer des contenus, vous faites une sélection et vous les mettez à votre sauce... Vous pouvez naturellement y créer votre contenu.. Le moteur remonte du contenu de où ? Est-ce que la curation va réduire l'infobésité ? Ci-après une capture d'écran montrant un "topic" d'un curator - Bill Wren-  sur les films classiques... (intéressant au demeurant)

Capture d’écran 2011-01-27 à 11.44.26

Quel est le business model de Scoop.it ? (vers un modèle freemium avec un modèle pro, de la pub, )... Différence avec Paper.li ? Avec Montage de Microsoft ? Posterous ? Tumblr, PearlTrees, etc... Google associe des audiences à des mots-clefs. Comment positionner Scoop.it par rapport à cela ?

Scoop.it aux USA ? ("oui naturellement" , le premier salarié - qui est une Française - vient d'être embauché). Axes de développement et nouvelles fonctionnalités ?

Financements recherchés ? (pas pour le moment)... Comment Guillaume juge-t-il l'Internet en France ? "La France a un gros avantage par rapport à la Silicon Valley..." Lequel ?

Attention En temps que lecteur de mon blog, vous pouvez demander un accés à la bêta de Scoop.it...  Mais Guillaume ne retiendra que les 50 premiers... pour vous inscrire http://www.scoop.it/subscribe?token=JMB

Et j'ai ouvert mon scoopit... devinez sur quoi ? mais pas encore grand chose dessus (non, pas le labrador, encore que Moniseur Hutsch m'a dit que cela l'intéresserait...).

Pour contacter Guillaume Decugis : gdecugis(arobase)scoop.it

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub

 

 


Connaissez-vous Ludovic Esteves from Paris ? Brandsonair ou comment acheter la veste d'Harry Roselmack ?

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Figurez-vous que les marques deviennent comme dans un studio de télé : elles sont "on air".. Ludovic nous explique comme fonctionne la plateforme qu'il a mis en oeuvre et ouvert il y a quelques jours : brandsonair, qui vous permet d'acheter par exemple les chaussures de telle actrice/acteur que vous avez vues dans une série de télévision...

Capture d’écran 2011-01-26 à 10.43.27

Comment reprérer les produits dans un film ? un clip ? une série ? etc...  Différences entre les produits "placés", les produits "vus"...  Madame voudrait acheter la paire de chaussures de l'actrice, Monsieur voudrait acheter la veste d'Harry Roselmach : comment faire ? Qu'est qu'un produit en mode contextuel ? Y a-t-il beaucoup de Français qui achète des produits vus dans les séries ? (oui...)... Quel est l'impact d'un produit vu sur les intentions d'achat ? Si vous achetez la veste de notre présentateur de télé : est-ce que ce dernier est rémunéré ? Que se passe-t-il si le produit n'est plus disponible (vous avez regardé une vieille série par exemple)...

Capture d’écran 2011-01-26 à 10.34.48

Quel est le business model de Brandsonair ? (l'affiliation)... Avec ouverture dans les jours à venir d'un axe "ventes privées"... Concurrence en Europe ?

Combien de produits sont actuellement référencés ? (+ 100/semaine). Qu'est ce que le mainstream ? Mais un produit placé ou vu dans une série américaine est-il disponible en France ? Aux USA, le marché du produit "on air" est important et trés structuré. En Europe, on n'y est pas encore. Le potentiel est donc important...

Nouvelles fonctionnalités qui seront bientôt disponibles ? Brandsonair sur mobile ? (les Européens n'y sont pas encore...). Visées européennes ? ("oui, naturellement")...

Appréciation de Ludovic sur l'Internet en France... ???

Pour contacter Ludovic Esteves : ludovic.esteves@brandsonair.com

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub


Connaissez-vous Mathieu Chiavassa et Romain Davignon from Maugio ? 100pour100-madeinfrance.fr

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

(pour ceux qui ne le savent pas, Maugio se trouve un peu à l'est de Montpellier)

Nos amis nous expliquent pourquoi ils ont ouvert la plateforme http://www.100pour100-madeinfrance.fr/ en fin d'année dernière. Les Français sont-ils intéressés par acheter des produits 100 % made in France ?..." Ils critiquent la délocalisation, mais ils s'habillent en Chinois de la tête aux pieds..."

Capture d’écran 2011-01-24 à 14.48.39

Comment cela fonctionne-t-il  ? Comment une entreprise française peut faire partie de l'annuaire de 100pour100-madeinfrance.fr ? Est-ce gratuit pour elle ?

Quel est le business model de 100pour100-madeinfrance.fr ? Pourquoi des accords avec les collectivités locales ? Les Chambres de Commerce vont-elles être intéressées ? Comment l'offre est-elle commercialisée ?

Combien d'entreprises sont actuellement référencées ? Combien d'entreprises pourraient être référencées d'ici la fin de l'année ? Quel est le marché potentiel de 100pour100-madeinfrance.fr ?

Capture d’écran 2011-01-25 à 10.47.17

Un internaute peut-il acheter directement un produit d'une entreprise française répertoriée sur 100pour100-madeinfrance.fr ? La boutique 100pour100-madeinfrance.fr ouvre en ce moment... Fee : entre 10 et 20 %..

Autres fonctionnalités qui seront intégrées ? Interviews de chefs d'entreprise française (y compris en visiophonie)... Un Salon du MadeinFrance... (un salon physique et peut-être virtuel ?)

Quid de l'aide à l'exportation pour les entreprises du madeinfrance ? Quel concours nos amis ont gagné ?

Et pour nos VC "madeinfrance" : nos amis cherchent des sous...

Commentaires au débotté... Je ne sais pas si vous pensez comme moi, mais il me semble qu'il a depuis un an environ, un vaste mouvement de e-renouveau dans ce pays... Mouvement certes encore un peu "underground"... Mais tout de même... Nos jeunes (et moins jeunes) s'y mettent, un peu partout sur le territoire... Indépendemment d'ailleurs de nos aimables Institutions, et de notre grande intelligenstia parisienne...

Pour contacter nos amis : mathieu(arobase)made-france.fr

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub


Connaissez-vous Michael Amar from Palo Alto ? Ifeelgoods : le cadeau Bonux 2.0

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Michael vit à Palo Alto... Mais il était à Paris lors de ce e-billautshow. Il a créé Ifeelgoods : à savoir une plateforme de promotion virtuelle...  Il remplace les cadeaux promotionnels habituels par des "virtual goods"... "Achetez à la Redoute et gagnez 50 Facebook Credits .." A quoi vont servir ces 50 FB credits ?

Capture d’écran 2011-01-23 à 18.23.54

Qu'est ce que le Facebook Credits ? "c'est la seule monnaie virtuelle créée et acceptée sur Facebook... "

Facebook aujourd'hui compte 600 millions d'utilisateurs. Et il y aurait de part le Monde 350 millions de "social gamers"... qui achètent des biens virtuels... Qu'est-ce qu'un bien bien virtuel ?  Mais que vient faire la Redoute là-dedans ? Vous allez être surpris : l'archétype du social gamer n'est pas un jeune geek, mais la ménagère de 43 ans avec 2 enfants...

Capture d’écran 2011-01-23 à 18.32.05

Comment cela fonctionne en pratique ? Quel est l'intérêt de la Redoute et des autres marchands ou marques dans cette affaire ?

Quel est le business model d'Ifeelgoods ? Qui est "Ifeelgoodisé" aux USA ? Il semble que les internautes préférent le Facebook credits au cadeau Bonux 1.0, et même aux réduction de prix... Y a-t-il d'autres créneaux que les enseignes commerciales qui peuvent proposer le Facebook Credit ?... Y a-t-il d'autres types de monnaies virtuelles ? ("oui, mais Facebook, c'est Facebook...")

Et quel est le business model de Facebook dans la monnaie ? Qui paye quoi ? Y aura-t-il une convertabilité des Facebook Credits en $ ou € ?... Les Etats et les banques traditionnels vont-ils laisser faire.. ??

Facebook créera-t-il une banque ? Les Chinois sont aussi trés "virtual goods"... Comment cela va-t-il s'articuler entre l'Occident et l'Asie ?

Qui va suivre en France après la Redoute ? Est-ce qu'une banque française traditionnelles fera la même chose que la Redoute ? (par exemple 100 Facebook Credits pour une ouverture de compte) Les gens intéressés par ce e-billautshow pourront-ils me créditer de quelques Facebook crédits ? 

Commentaires au débotté... Les grandes manoeuvres entre le 1.0 et le 2.0 vont s'accélérer... Maintenant on en arrive au nerf de la guerre... Il va être trés interessant de suivre ce que va faire Facebook dans les prochains mois, mais aussi Banksimple qui devrait ouvrir bientôt, et tout ce qui se trame dans la finance 2.0... D'ailleurs, aura lieu à Londres le 1er février prochain le 1er Finovate Européen... Friendsclear, notre organisme de credit en P2P, avec notre excellent ami Jean Christophe Capelli, y fera une présentation... (ainsi que Cortal qui vient du monde 1.0, et Linxo - aggrégation de vos comptes tenus dans différentes banques 1.0 et gestion de votre budget)... A ma connaissance, ce Finovate ne sera pas streamé. Mais il sera certainement possible d'ne suivre le hashtag sur Twitter...

Pour contacter Michael Amar : michael(arobase)ifeelgoods.com

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub