« octobre 2010 | Accueil | décembre 2010 »

Connaissez-vous Frédéric Baud from Banlieue de Paris ? La finance et le paiement à l'orée du 2.0 ?

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Frédéric Baud de Financial Breakthrough nous présente dans ce e-billautshow la soirée du 16 décembre prochain à la Cantine à Paris, à partir de 18:30 (je vais être le président de séance)...

Capture d’écran 2010-11-30 à 11.14.26

Réunion consacrée aux évolutions financières en général, aux évolutions dans les méthodes de paiements en particulier, etc...Interviendront : Jean Pierre Buthion du Gie Cartes Bancaies, Thierry Chopard de Paypal, un représentant d'un opérateur de téléphonie mobile, un représentant de Lemonway,...

Le secteur de la finance bouge pas mal en ce moment avec le "move your money" d'Eric Cantona (mais où mettre ses sous ?), avec les opérateurs de téléphone qui veulent eux aussi se lancer dans le paiement (MNOP : une spin off de nos opérateurs de téléphone), avec Paypal (qui à terme serait plus important que eBay...) ,avec Zong (paiement par téléphone), avec d'autres nouveaux entrants qui arrivent (Apple ? des gestionnaires de coupons ? etc..). Sans oublier les monnaies alternatives, etc...

Capture d’écran 2010-11-30 à 11.20.14

 

Des changements majeurs sont semble-t-il à l'oeuvre... L'occasion de faire le point et de discuter avec les présents à la Cantine le 16 décembre, mais aussi avec tous ceux qui seront on line, car la réunion va être streamée... Tout un chacun pourra poser ses questions, et le hashtag sera #paythru

Pour vous insrire (il reste quelques place en présentiel) et en virtuel : http://paythru-01-2010.eventbrite.com/

Pour contacter Frédéric Baud : fbaud(arobase)finthru.com

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub

 


Web et nouveaux médias : une conférence de trés haut niveau à Lorient..

Mercredi dernier 24 novembre 2010, s'est tenue au Palais des Congrés de Lorient une conférence sur le thème de "Web et nouveaux médias" : les entreprises françaises face au 2.0.

Les organisateurs, à savoir : Lorient Technopole Innovations, Meito et le Pôle Images et Réseaux, m'avaient demandé d'en assurer la Présidence et l'animation. Vu mon handicap, j'ai hésité à y aller. Et puis je me suis dit qu'il fallait mieux y aller, plutôt que de rester chez moi dans mon fauteuil à roulettes... Et j'ai bien fait. Quelques problèmes certes (pas facile pour un handicapé de prendre de l'essence sur une station d'autoroute.).. Mais j'ai réussi à y aller (et à revenir) avec ma billautmobile et mon fauteuil à roulettes que Madame Billaut m'a mis dans le coffre, au cas où ... Et puis je pense avoir bien fait ce que l'on me demandait de faire...En tout cas des Bretonnes me l'ont dit (pour ceux qui ne le savent pas Lorient est en pays Breton).

Capture d’écran 2010-11-26 à 08.15.43

Je suis parti la veille. Je suis arrivé vers 15:00 à l'hôtel que l'on m'avait réservé (trés bien avec du wifi gratuit, chambre pour handicapé, patron sympa). Christelle Marécaille, la "femme pivot" de l'opération est venue me chercher. On a visité en voiture la base désaffectée des sous-marins (impressionnants ces immenses murs de béton d'un gris sale). Maintenant c'est plutôt le repaire des coureurs des mers à la voile, des fabricants de mâts en carbone... Puis à 18:00, ouverture de l'Open Coffe Club au restaurant la Base, justement situé au milieu de la base de sous-marins. Je me serai cru dans un restaurant bostonien : lumière faible et douce, parquet en bois, pas de plafond (on y voyait des gros tuyaux qui courraient deçi-delà...). Et présentation de 3 startups bretonnes : du gros calibre...

1/ Michel Grihangne a présenté revisezsavoiture.com. (bientôt sur le e-billautshow)

2/ Olivier David a présenté Miwim. (déjà passé au billautshow ici)

3/ et le plus étonnant, Sébastien Le Corfec (un Breton de Brest) a présenté startup-club.fr. Il fallait y penser. Puisque les VC et autres business angels "estrangers" (c'est-à-dire non bretons) sont un peu dur à la détente, Sébastien propose tout simplement à la diaspora bretonne du Monde (environ 5 millions de personnes) de participer au financemant des startups bretonnes. D'ici à ce que les disaporas basque, béarnaisse s'y mettent... Sébastien est déjà passé au e-billautshow ici et y reviendra avec startup-club.

Dîner trés sympa... et dodo...

Le lendemain matin : au boulot... 180 personnes inscrites, 167 dans la salle, et 60 en ligne "venant" d'un peu partout dans le monde, car toute la journée a été streamée... (Bravo à la technique - mais comme il n'y avait pas trop de débit, c'était ou le stream ou le wifi à disposition dans la salle - Christelle a choisi le stream). Sabrina qui travaille avec Christelle, m'a prêté son iPad 3G, et nous avons trouvé une app de timer à gros chiffre, ce qui m'a permis de contenir trés facilement les orateurs, qui comme chacun sait en France débordent généralement de leur temps de parole (à moins que les Bretons soient plus disciplinés ?). . Je dois dire d'ailleurs que c'est probablement la première conférence que je préside où les orateurs ont respecté le délai imparti...

Capture d’écran 2010-11-29 à 08.34.30

9 orateurs de trés bons niveaux. 2 professeurs d'Université (dont un est aussi patron d'une société de consulting). 3 chefs d'entreprises : Frédéric Lippi de Lippi Industries (grillage et portail), Yoann Le Berrigaud de Mathon (e-commerce dans la casserole), et Loic Lemeur de Seesmic en visio de San Fransisco (on ne le présente plus)... Et 4 responsables de Web Agencies : Aymeric Poulain Maubant de Nereÿs, Cédric Deniaud de Persuaders, Christophe Rozuel de Synodiance, Grégory Pouy de Nurun (en visio, mais débit pas terrible : son haché...)

Capture d’écran 2010-11-28 à 12.21.16

Que peut-on en conclure.. ??

1/ La première chose qui me frappe, c'est qu'en Province c'est aussi bien, voir mieux qu'à Paris. En plus, les Provinciaux, peut-être plus qu'à Paris, streament leurs conférences...Les Lozériens de Mende par exemple streament aussi leurs ateliers (c'est comme cela que j'ai découvert que le super U de Mende faisait des tas de choses intéressantes)... Le stream live commence à rentrer dans nos moeurs...

2/ Chistelle et son équipe ont bâti un programme remarquable... Je n'y ai pas participé (à part pour Frédéric Lippi et pour Loic pour convaincre ce dernier de se lever de bonne heure à San Francisco...)

3/ Les entreprises françaises et leur management, aprés avoir superbement ignoré le phénoméne 2.0, sont désormais obilgés de se rendre compte qu'il y a là quelque chose d'important pour leurs activités. Mais comment prendre le problème ? Là est la question : ils sont au pied du mur... Un orateur nous a ainsi affirmé que tel grand dirigeant français se faisait former par ... son petit-fils. Frédéric Lippi et Yoann Le Berrigaud nous on fait un point sur la façon dont ils ont pris le problème dans leurs entreprises respectives. Lippi est probablement en France la première entreprise industrielle "full 2.0" (aprés la webschool, la warroom, création d'une web agency interne composé de 4 collaborateurs qui avaient auparavant des fonctions traditionnelles dans l'entreprise. Et Lippi veut aussi de la fibre dans son village de Mouthiers sur Boëme : pas triste...). Yoann nous a démontré comment les réseaux sociaux, les livres de cuisine, favorisent les ventes de casserole. Trés intéressant. Loïc nous a fait aussi fait un point, en plus de nous décrire les grandes tendances dans la Valley, sur la façon dont les entreprises américaines traditionnelles prenaient le problème. "Pour l'instant, elles cherchent à savoir ce que l'on dit sur elles sur les réseaux sociaux"...

Rémy Rieffel, socilogue des médias et professeur à L'université Paris II, nous a fait un bel exposé pour démarrer la journée (j'ai trouvé) avec une photographie à l'instant présent de l'état des médias traditionnels, des journalistes traditionnels, et de la recherche d'informations par les internautes sur le Web. Dommage qu'il n'ait pas fait de slides, et qu'il n'ait pas publié son texte, car il gagne à être connu..... Peut-être travaille-t-on encore en 1.0 dans l'Université Française ?

4/ Nos agences et consultants par contre sont au top de leur art. Face à cela en effet, 5 responsables d'agences ou consultants sont venus apportés leurs témoignages... Excellents topos de chacun. Michel Germain (professeur et dirigeant d'Actus) a mis en paralléle l'internet et l'intranet à la sauce 2.0. Y a-t-il, ou va-t-il y a avoir la possibilité d'un Web 2.0 en entreprise ? Et il nous a présenté Beehive l'intranet 2.0 d'IBM. Aymeric Poulan Maubant de Nereÿs (Brest) : le Web évolue, et nous ? D'une façon générale les gens ont peur de ce 2.0... Cela étant il y a quand même 23 millions de Français sur Facebook (et seulement 200 à 300.000 sur Twitter : curieux non ? il y a plus de Français qui utilisent le Minitel que Twitter ). Aymeric a évoqué les coupons électronique du Franprix de Nice, les objets communicants socialisables en Israël, ce que prépare le pôle Images et Réseaux avec son ImaginLab, etc.. Cédric Deniaud de l'agence The Persuaders nous a fait un topo sur comment tirer partie des réseaux sociaux (car la majorité des actions sont à aujourd'hui des échecs). En fait nous dit-il, les entreprises et surtout les grandes n'ont nul envie de prendre en compte les attentes des internautes. Et 40% des responsables de marques comptent sur leurs enfants ou leurs conjoints pour se former... 81% des entreprises n'ont pas de stratégie claire sur le social media (source BSI étude dans 12 pays européens). 86% des entreprises ne savent pas traiter les échos négatifs à leur encontre sur la toile... etc... Christophe Rozuel, de l'agence Synodiance, nous a fait lui aussi un excellent exposé : "dans Facebook l'internaute est l'égal d'une marque traditionnelle".. Christophe nous décrit la mécanique 2.0 de Béneteau, et nous donne 3 conseils simples : élargir l'exposition de la marque, intégrer le communautaire, travailler l'image de la marque (audit de e-réputation, community management)... Je ne sais plus qui a dit qu'il n'est pas sérieux de confier le "community management" de sa marque à un jeune stagiaire... C'est au dir com de s'y coller... Enfin Grégory Pouy de Nunrun nous a fait un topo en visiophonie de son université où il donnait un cours... mais malheureusement le débit n'était pas au rendez-vous : son haché, image évanescente, etc... On a essayé de discuter pendant 10 minutes, et puis on a dû couper...(nos excuses Grégory... mais chez nous, on avait du débit)...

Si la visio avec Paris était mauvaise, par contre la visio avec Loïc à San Francisco était excellente...  Loïc nous a fait un excellent topo. Dans la salle les Bretons (et surtout les Bretonnes) étaient tout ouï. Loïc nous explique comment sa dentiste utilise Facebook (où elle a proposé une promotion pour détartrage - gros succés : elle a du boulot pour des mois...). Tout devient social, même les call centers. Et Loïc de fustiger les entreprises qui utilisent encore Lotus Notes... "Maintenant les entreprises qui s'y mettent utilisent Chatter de SalesForce ou Yammer...  Il nous fait un point rapide sur Seesmic son entreprise, ainsi que le prochain LeWeb10 à Paris les 8 et 9 décembre. Il attend entre 2.300 et 2.500 personnes venant de 60 pays. Et sur la scéne du trés beau monde... Le keynote speaker sera Carlos Ghosn qui parlera de la voiture comme plateforme 2.0, Marissa Meyer le deuxième "homme" de Google, etc...

Vous retrouverez les tweets publiés au cours de la conférence #webnewsmedia (cela a pas mal twitté - taper ce hashtag dans twitter).

Les slides utilisés par nos orateurs (pour ceux qui sont sont Slideshare)

Les slides d'Aymeric Poulain Maubant, dirigeant de Nereÿs ici

Les slides de Yoann Le Berrigaud : ici

Les slides de Cédric Deniaud : ici

Les slides de Michel Germain : ici

Si d'autres ortateurs uploadent leurs slides sur slideshare, je vais les intégrer dans ce post...

Voilà un bref résumé de cette journée fortement enrichissante. Et j'ai proposer aux organisateurs de faire au printemps prochain une conférence sur le FTTH rural...

Je remercie encore nos amis de Lorient Technopole Innovations de m'avoir demander d'assurer l'animation de cette journée...


Connaissez-vous Christophe Tesseraud from Lyon ? Les pneus roulent au 2.0

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

L'autre jour, je suis allé à mon garage Peugeot local pour une bricole. J'ai dû d'abord prendre rendez-vous (le chef d'atelier n'était pas là, jai dû rappeler une deuxième fois). Il m'a fait remarquer que mes pneus n'étaient plus de premières jeunesse et m'a proposé 4 pneux Goodyear en promotion (!) pour 600 €.. J'ai trouvé cela un peu cher... Quelques jours plus tard, j'ai interviewé Christophe de Popgom... Je pense que je vais acheter chez lui un jeu de pneus type Uniroyal, qui va me coûter de l'ordre de 400 € et même moins avec les promotions proposées. Ces pneus seront livrés dans un point de vente prés de chez moi (je choisis dans une liste sur le site de Popgom)...

Capture d’écran 2010-11-27 à 20.06.22

Dés qu'ils seront arrivés, je vais être prévenu... Ma visite va être planifiée. Je m'y rends, on me monte les 4 pneus.. Et je ne paye rien, vu que c'est payé avec le paiement des pneus... Pas mal non ? Gain d'argent, de temps, pas de stress... Un "one stop shopping".. Pas d'em....

Capture d’écran 2010-11-27 à 20.02.01

Alors donc comment cela marche dans la pratique ? Popgom est disponibles sur presque toute l'Europe... Pneus de marques : 15.000 articles en stocks (1 million de pneumatiques en stock). Où se trouve ce stock ? Qui sont les points de vente ? (650 en France, etc...). Comment s'effectue le paiement ?

Capture d’écran 2010-11-27 à 20.04.27

Combien de pneus vendus ? Combien de clients ? Combien de pneus par commande ? Pourquoi les points de vente traditionnels acceptent de rentrer dans la mécanique de Popgom ? (car ils perdent semble-t-il une marge importante au premier abord..)

Quel est le business model ? Quid de la concurrence ? Nouvelles fonctionnalités ? Nouveaux pays ? Comment se passe la vente de pneux aux USA ?

Désolé Business angels et autres VC : Christophe ne cherchent pas de sous... Popgom se fera-t-il racheter par Michelin ? Norauto ? (et pas Décathlon comme je le dis dans l'interview...)

Pour contacter Chritophe Tesseraud : christophe.tesseraud(arobase)tyredating.fr

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub


Connaissez-vous Eduardo Larrain from Paris ? Kelquartier : le premier utilisateur d'open data ?

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Eduardo vient de lancer une plateforme des plus intéressantes, dénommée Kelquartier.com. Où habiter en France en connaissance de cause ? Quel est le quartier le plus sympa pour vous ?

Capture d’écran 2010-11-25 à 18.59.41

Aujourd'hui on dispose d'éléments qualitatifs épars dans la presse spécialisée notamment. Mais rien de quantitatif. Kelquartier.com est probablement le premier surensemble d'open data avec 400 sources de l'administration publique ... La France a été divisée en 42.000 quartiers (y compris les villages de la France d'en bas, comme dirait..). Quels sont les critères disponibles qui caractérisent un quartier ? Les fichiers tenus par notre aimable administration sont-ils gratuits ou payants ? Combien de visiteurs/jour ? Les habitants d'un quartier peuvent publier un avis ?

Capture d’écran 2010-11-26 à 06.35.09

Quel est le business model de kelquartier ? Nouvelles fonctionnalités ? (distance emploi-logement, etc..). Concurrence ? Partenariat avec meilleursagents.com ? Visées internationales ?

Désolé amis VC et business angels, Kelquartier ne cherche pas de sous.. pour l'instant.

Commentaires. On peut saluer l'action d'Eduardo... Car notre aimable administration n'est pas très "open data", à la différence des administrations des Etats anglo-saxons, qui le sont davantage. A ma connaissance Kelquartier.com est la première "moulinette" basée sur l'open data dans ce pays. Signalons aussi les efforts de "Regards Citoyens" qui publie des données publiques

Pour contacter Eduardo Larrain : kelquartier@gmail.com

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub


Connaissez-vous Raphael Choserot from Toulouse ? La conciergerie d'entreprise bascule dans le 2.0

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Raphaël Choserot a lancé une startup : serviceinabox. A savoir une concergerie d'entreprise, qui fait l'interface entres les salariés d'une entreprise et différents prestataires externes. En gros, cela fonctionne comme la conciergerie d'un hôtel... On s'adresse au concierge de l'hôtel pour n'importe quel type de problèmes.
Une conciergerie d'entreprises vise à améliorer les conditions de travail des salariés d'une entreprise...

Capture d’écran 2010-11-22 à 18.27.01

Serviceinabox opére sur le région toulousaine, avec pour l'instant un seul client : EDF. Raphaël nous explique la mécanique. Combien de prestataires sont actuellement recensés par Serviceinabox ? Que demande les salariés d'EDF (une direction commerciale)... Savez-vous que 40% des prestations de la conciergerie sont pour l'automobile? Raphaël nous explique le pourquoi.

Le salarié doit-il avoir la permission de son entreprise pour utiliser la conciergerie ? Comment prend-t-il contact avec la conciergerie ? Comment se fait ensuite le lien avec le prestataire ? Serviceinbox va s'adresser à quel type d'entreprises ? Pourquoi Serviceinabox ne veut pas s'intéresser à la conciergerie pour les particuliers ? La conciergerie améliore-t-elle les conditions de travail ? Pourquoi faut-il beaucoup de pédagogie pour faire accepter le concept ?

La conciergerie d'entreprises est plus développé dans le monde anglo-saxon (35% des entreprises y ont une concergierie) que le monde français (10%).

Quel est le business model de Serviceinabox ? Pourquoi n'y a-t-il pas de commissionnement ? Concurrence ? Les "gros" de la restauration, de l'hôtellerie arrivent en se diversifiant... Commercialisation ? Serviceinabox veut franchiser sa platforme... Si vous êtes intéressés... Visées européennes ? Oui mais plutôt au Sud. Pourquoi ?

Pour contacter Raphael Choserot : info@serviceinbox.com

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub


Connaissez-vous Jean Luc Besset from Toulon ? Live2times : un "continent historique"

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Live2times : ouverture ce jour. De quoi sagit-il ? C'est une plateforme qui a pour vocation de "recréer le passé"... Si, si...

Capture d’écran 2010-11-22 à 08.45.55

Site d'histoire du passé récent (on commence à partir de la fin de la 2ème guerre mondiale) de tous les événements de la Grande et Petite histoire des internautes... Site communautaire modéré, où l'on écrit au présent. Jean Luc nous détaille la mécanique de cette immersion temporelle. Live2times est un "continent historique" avec ses boutiques.. Comment les marques seront-elles intégrées dans Live2times?

Recréer tout ce que l'on a encore aujourd'hui en tête..

Capture d’écran 2010-11-22 à 08.53.25

Quel est le business model ? Concurrence ? Nouvelles fonctionnalités ? (thésaurus histoire... partenariats divers, ...). Visées européennes ?

Comment Jean Luc juge l'Internet en France (et à Toulon)... Le TGV est-il un concurrent de la fibre optique ?

Commentaires. 3 remarques. On étudie généralement l'Histoire "en silos"... Par exemple Louis XIV en France... Mais qui était roi à l'époque en Angleterre ?... Ou encore par "matière" : la politique, la musique, etc... Comment mélanger tout cela et observer l'Histoire non plus en silo, mais "en tranches"... Autre remarque... L'Histoire est généralement l'oeuvre d'historiens patentés... Mais les gens ont eux aussi une vision de leur histoire dans la Grande Histoire... D'où Live2times. Dernier point : les plateformes de "timeline 3D" ne vont pas tarder à arriver... Par exemple une startup de Seattle propose un logiciel de ce type pour le Mac.

Capture d’écran 2010-11-22 à 09.07.23

Elle doit ouvir d'ici la fin de cette année une plateforme en mode Saas de Timeline 3D. On pourra ainsi, en se baladant dans la timeline avoir une idée des "tranches" d'histoire. Par exemple en telle année que se passait-il en politique, en musique, au Japon, dans le marketing, chez Coca-Cola, Renault, etc...

Pour contacter Jean Luc Besset : jeanluc.besset(arobase)live2times.com

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub


On n'est pas couché à Villiers le Mahieu !

On n'est pas couché à Villiers le Mahieu Lundi prochain 29 novembre... Jugez en : réunion à la Mairie sur le thème, vous l'auriez deviné de ... la fibre à Villiers, à 15:00. Réunion qui sera suivi d'un "atelier" pour les Mahieutins à 18:00.
Capture d’écran 2010-11-22 à 16.36.02 Projet d'agenda de la réunion de 15:00

1/ Introduction par Frédéric Faré, Maire de Villiers le Mahieu
2/ Point sur le schéma d'aménagement numérique du département par Laurent Braconnier (CG78)
3/ Présentation par Jérôme Nicolle (de Lille) :  Définition d'un opérateur local de services et d'infrastructure, les évolutions réglementaires, comment favoriser l'implantation des opérateurs de toutes tailles (comment utiliser les fourreaux de France Telecom ? Qui paye quoi ?)
4/ Présentation de Wibox par Jérôme Gassiloud (de Lyon). Wibox est un opérateur FTTH rural (Wibox a installé le village de Thil, prés de Lyon : 300 foyers, 200 abonnés fibre).
5/ Etude du microtranchage à Villiers : Jean Louis Souche de Marais.
5/ Présentation par Mathieu Rochat d'une plateforme visiophonique collaborative : WebOconference (télétravail)
6/ Présentation par Michel Schaller VP du Gixel : la télésanté en France (ouverture prochaine de la plateforme de télésanté française)

Atelier de 18:00

Un "atelier" ouvert aux Mahieutins aura lieu a 18 heures (?) dans la salle du conseil... Monsieur le Maire y présentera le projet, Mathieu Rochat et Michel Schaller feront un topo sur le télétravail et la télésanté... Si vous habitez les villages d'à côté vous êtes naturellement les bienvenus.( j'ai reçu cet aprés-midi 4 personnes de Pontchartrin qui eux aussi voudraient du trés haut débit - ils viendront à l'atelier)...


Connaissez-vous Alexis Le Portz from Rueil Malamaison ? Club Deal, le "Groupon français"

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Il était courant dans les temps anciens que les jeunes créateurs de startups démarraient leurs activités dans le garage familial. Alexis lui, pour monter et gérer sa startup dénommée Club Deal, a préféré la cuisine de ses parents.. C'est mieux. C'est chauffé et le frigo n'est pas loin...

Mais trêve de plaisanteries... Alexis, avec 2 autres compères a lancé l'an dernier une plateforme sur le modéle de l'américain Groupon : Club Deal (Groupon aux USA est une "success story" incroyable : valorisation à 3 milliards de $ en 1,5 an...).

Capture d’écran 2010-11-22 à 10.45.35

Sans nul doute, le e-commerce traditionnel évolue vers le "social commerce". Le e-commerce traditionnel raméne sur l'Internet le concept de magasin... Club Deal fait l'inverse. C'est en fait de l'achat groupé pour ramener des internautes dans les magasins. On peut acheter moins cher en achetant à plusieurs. La chose n'est pas nouvelle (on se souvient de Clust) Le modèle de Club Deals : tout les jours, une offre par ville. Comment cela fonctionne-t-il dans le détail ? Combien de personnes au minimum faut-il pour une offre ? De combien est la réduction ? (55% en moyenne). Comment prévenir ses amis qu'il y a telle offre dans la ville ? (intégration des réseaux sociaux ?). Comment fonctionne le paiement ?

Capture d’écran 2010-11-22 à 10.50.06

Quelles sont les offres proposées en local ? Combien de villes sont-elles intégrées ?

Business model ? Concurrence ? Nouvelles fonctionnalités qui seront intégrées ? Visées internationales ? (30 villes en Europe). Et Club Deal aux USA ? Doit-on avoir "peur" de Groupon en France ?

Club Deal cherche 1 million d'€. Comment Alexis juge la situation de l'Internet en France ? "il y a une grande envie d'entreprendre dans notre génération, mais...". Il semble qu'il y ait toujours un mais dans notre pays...

Pour contacter Alexis Le Portz : alexis.leportz(arobase)clubdeal.com

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub


Connaissez-vous Vanina Berger et Alexis Fruhinsholz from Vallauris ? Socialcompare : le wikipedia du comparatif

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Vanina est à gauche et Alexis à droite. Mais vous l'auriez deviné. Nos deux amis ont lancé une plateforme communautaire de comparatifs de produits/services, etc... Les comparatifs traditionnels ne sont pas souvent à jour, pas d'interaction possible, etc...

Capture d’écran 2010-11-21 à 11.18.28

Comment la plateforme Socialcompare (c'est son nom) fonctionne-t-elle en pratique ? Qui décide de proposer un produit à comparer ? Y a-t-il un "bac à sable" ?

Le site vient juste d'ouvrir (il était en bêta jusqu'à présent)

Capture d’écran 2010-11-21 à 11.23.35

Quel est le business model ? Concurrence ? Comment se fait la mise à jour ? Comment faire connaître Socialcompare ? Socialcompare en mobilité ?

Y a-t-il des startups dans la région ?

Pour contacter Vanina Berger/Alexis Fruhinsholz : contact(arobase)socialcompare.com

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub


Connaissez-vous Stephen Belfond from Paris ? Le livre numérique augmenté ..

Untitled from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Qu'est ce que l'édition numérique "augmentée" ? Différences avec le livre numérique "homothétique" ? Stephen, qui a créé i-gutenberg, nous l'explique en détail.

Capture d’écran 2010-11-19 à 11.59.14""Récits venimeux" est le premier livre numérique augmentée publié par i-gutenberg (on le trouve sur l'appstore d'apple).

i-gutenberg a signé un contrat important avec les Réunion des Musées Nationaux qui prévoit de réaliser des guides culturels augmentés... Tout cela sur la base d'un moteur qui évitera de tout re-développer à chaque fois. 2 premiers guides viennent d'être publiés sur Monet dans l'appstore : commentaires audio, zoom, etc... La collection devrait compter plus d'une centaine de titres..

Que peut-on faire avec ce concept de livre numérique augmentée ? "Beaucoup choses dans tout domaine" (car le texte seul reste abstrait pour beaucoup de gens).. Y aura-t-il de l'interactivité dans ces livres numériques augmentés ? En fait on irait vers une plateforme de type réseau social avec API qui permettrait de publier des livres numériques augmentés, chacun pouvant y ajouter des modules grâce à l'API.

Pourquoi assiste-t-on à une explosion du piratage de livres traditionnels en format numérique ?

"L'édition française est très embêtée"... (sic). "Le chiffre d'affaires de l'édition française est inférieure à celui du cognac !" L'écosytème de l'édition française est très fragile. Pourquoi ? Quid des circuits de distribution ? Avec le livre homothétique l'éditeur n'a plus de valeur ajoutée... Il lui faut donc faire des livres augmentés... Mais un éditeur 1.0 sera-t-il capable de faire de l'augmenté ?

Capture d’écran 2010-11-20 à 17.08.55

Vous voulez réaliser un livre augmenté .. comment faire ?

Pour contacter Stephen Belfond : sbelfond(arobase)i-gutenberg.fr

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us - the e-billautshow : the french worldwide hub