« avril 2009 | Accueil | juillet 2009 »

Punaise, qu'est ce que cela va être bien quand on aura la fibre....

et le TRES haut débit chez soi...
Je vous engage très vivement à regarder cette vidéo de Cisco...

Image 1

Un opéra (traité sur un mode humoristique) où les différents acteurs sont... à des endroits différents... (en bas à droite l'orchestre et la salle de concert où l'on se trouve "physiquement", et sur les 3 écrans au-dessus de l'orchestre : les chanteurs qui sont on ne sait pas où).

Voir ici.

Dans les conférences que je donne, j'évoque naturellement le TRES haut débit et ce que cela pourrait permettre de faire. La plupart des gens me rétorquent alors que jamais, au grand jamais, l'Etre Humain pourra remplacer le "présenciel physique", la réunion en face à face... Et que le "virtuel" va tuer les relations sociales et blablabla...
Personnellement je pense que c'est plutôt l'inverse qui va se passer... Ce genre de chose va justement donner un coup de boost aux relations sociales, économiques... Et que l'on pourra consacrer plus de temps (vu qu'on le dépensera moins dans les transports) à justement discuter, travailler, créer, se délasser... à distance...

Quand j'étais en pleine activité, j'avais 2 heures de déplacement/jour domicile-bureau (quand tout se passait bien). 2 heures sur 8 heures de boulot "officiel" (en fait je travaillais un nombre d'heures un plus important - merci de ne rien dire à Martine Aubry et autres Jospin), cela fait 25% de temps en plus...Ce qui est colossal...

Toutes choses égales par ailleurs, avec 25% de temps en plus vous pouvez doubler le chiffre d'affaire par tête dans votre entreprise, ce que vous ne pouvez pas faire dans le monde traditionnel avec déplacement physique. Dixit John Chambers, le sémillant CEO de Cisco, qui a fait réduire les dépenses de transports/collaborateur de plus de moitié, incitant les dits collaborateurs à utiliser les outils "à distance" de Cisco : webex, télépresence, et bientôt "telepresence magic", et "telepresence home". Il voit loin le père Chambers...

Tout cela va remettre en cause les fondamentaux de nos systèmes économiques. Car cela va impacter la santé, l'éducation, le commerce, l'organisation du travail et des territoires. Des secteurs entiers (hôtellerie, immobilier, villes, congrès et conférences, etc..) vont devoir se reconfigurer.... Vous ajoutez à tout cela une bonne couche de 3D comme vous verrez bientôt sur le billautshow (avec l'interview de Bennet Holme d'Actiplay)... Impact aussi sur les fondamentaux, mais aussi sur l'environnement.

Certes, la vie en TRES haut débit va nécessiter la production de plus en plus d'électricité... Mais le bilan énergétique (transports physiques versus vie on line) est certainement à l'avantage du deuxième (si quelqu'un connaît une étude là-dessus je suis preneur).

Certes, on va avoir des voitures électriques (il faudra là aussi beaucoup d'électricité). Mais cela ne va pas réduire pour autant les temps de transports...

C'est quand même impressionnant que nos braves élus et notre élite, qui ne sont pas des perdreaux de l'année (entendez par là qu'ils ne sont pas de la génération Internet, mais de la télé de papy et de mamy) ne comprennent pas où va le monde (ou font semblant de ne pas comprendre ?). Pourquoi donc Sarkozy a-t-il mis tous les oeufs du Plan de Relance dans les infrastructures terrestres ? Et rien, ou quasiment rien, dans un Plan de Relance Numérique ? A quand un plan fibre français, mieux européen ? A quand un plan en "open acces" (voir billautshow de Philippe Le Grand).. On va attendre que toute l'Asie soit fibrée ? On va attendre qu'Obama décide de fibrer le territoire américain comme il l'a déjà évoqué ? Dans ce cas, l'Europe est cuite. Nous serons un aimable continent touristique..

En 2012 il y aura une grande élection gauloise. Notre génération Internet (probablement 12 millions de personnes aujourd'hui) sera arrivée à l'âge adulte. Si j'étais Sarkozy, et que l'envie me prenait de me représenter, je me poserais des questions... Déjà qu'Hadopi est restée en travers de la gorge de cette génération...

Fibre et startups : c'est l'avenir du pays. Comme disait l'autre, ce sont les 2 mamelles de la France...


Vous connaissez certainement Philippe Le Grand de Manche Numérique. Hé bien, il quitte Manche Numérique...

Tout le monde, dans le petit cercle des Français qui s'intéressent à l'économie numérique et au TRES haut débit, tout le monde donc connaît Philippe Le Grand. Toujours d'humeur égale et joyeuse, beaucoup d'idées et une vue claire de notre futur qui sera numérique (n'en déplaise à certains), il fait ce qu'il dit.
Et Philippe quitte Manche Numérique pour partir dans le privé... Et quand un fonctionnaire territorial de cet acabit part dans le privé, ce n'est pas pour pantoufler...
Avant d'expliquer ce qu'il va faire, Philippe nous dresse un état des lieux numériques dans son département de la Manche. Image 6

Qu'on se le dise : les Manchois sont loin d'être des e-manchots. Que cela soit sur le nombre de connectés à l'Internet, que cela soit sur les usages et sur la disponilité du TRES haut débit (15% de la population est aujourd'hui "fibrable" : 26.000 prises optiques raccordables dés maintenant, et plusieurs milliers de plus dans les prochains mois). Un foyer manchois sur trois sera raccordable à au moins 100 mégas/bits symétriques - ce qui est loin d'être le cas dans les Yvelines... ).
De plus, le mois prochain, un partenariat stratégique sera signé avec la Corée du Sud. Le maire de Séoul sera en effet à Saint Lo pour finaliser la chose. Et ce partenariat fera rentrer la Manche dans le cercle trés fermé des 100 villes/collectivités locales les plus développées sur le plan numérique au monde. D'ici à ce qu'un opérateur de télécoms coréen s'installe dans la Manche... Ce qui je pense serait de nature à bousculer le e-landernau des opérateurs gaulois...

Donc Philippe quitte sa Manche Numérique (qui naturellement va continuer son action avec la mise en route d'un second cycle de développement que Philippe détaille). Et il rejoint "le côté obscur de la Force"...

1/ La semaine, il va travailler chez  Nomotech dont il devient l'un des dirigeants. Il explique ce que fait cette entreprise. 

Image 5


2/ Le samedi avec notre compère Stéphane Lelux (lui aussi très connu dans le milieu...) il va créer une entreprise de conseils stratégiques sur le développement territorial des économies numériques (il cherche un nom pour sa société : si vous avez des idées...). Philippe en a en tout cas la légitimité puisqu'il l'a déjà fait dans la Manche.
3/ Et le dimanche matin (avant la messe)... Il va créer un opérateur FTTH (fiber to the home). Avec 3 axes de développement :

A/ fournir de l'accès sur des réseaux déjà activités (comme à Pau par exemple) selon un modéle "d'open acces" à la suédoise, et non pas un modèle de box à la gauloise. On rend la liberté aux gens. Si vous ne voulez que de la téléphonie IP, vous n'aurez que de la téléphonie IP et donc pas de TV IP, pas d'accès au Web. Alors qu'avec la box et son bundle de services vous êtes obligés de tout prendre (l'un de mes amis avocat parle de vente forcée...). Prix objectif de base visé : 10 euros/mois. Il y a un peu plus d'un an j'avais accompagné Philippe à Lund en Suède visiter Labs2 société créée par Jonas Birgersson (Jonas avait créé en son temps le premier fournisseur d'accès TRES haut débit au monde...). Vous trouverez un compte-rendu de cette visite bien arrosée en vin chaud à la canelle ici. Y aura-t-il aussi après les Coréens un accord avec Labs 2 ?

B/ Activer les réseaux publics encore passifs toujours selon le modèle open access qui entraînera certainement la création d'une panoplie de nouveaux services (santé, commerce, éducation, smart grid, domotique, télétravail...etc..), services accessibles à la carte.

C/ Et pourquoi pas construire des réseaux là où il n'y en a pas (par exemple dans les Yvelines du Sud... C'est une idée que j'ai soumise à Philippe...)

Après avoir donné un coup de chapeau à notre Secrétaire d'Etat à l'Economie Numérique : Nathalie Kosciusko-Morizet (il est vrai que Nathalie dans sa prime jeunesse passait ses vacances sur les plages de la Manche...), Philippe peste contre nos élus nés avant 1980, qui sont encore trés "analogiques".

Hadopi et autres bidules du même acabit : "Nous sommes un peuple préhistorique" (sic). Le lobby de ceux qui vivent de la rareté du bien avec un système de distribution très verticalisé, prévaut sur l'intérêt collectif général. Le numérique n'est pas encore le problème de nos élus. Rien ou presque dans le Plan de relance : tout sur les insfrastructures terrestres. Et il n'est pas normal que nos startups qui ont le même potentiel que des startups californiennes, ne percent pas autant. Etc...

Peut-être qu'un jour Philippe se lancera dans la e-politique et arrivera à donner le pouvoir à la génération Internet Européenne...  Qui sait ? Il y a quelques années un petit groupe de personnes avait essayé de lancer un e-parti. C'était probablement un peu trop tôt (d'autant plus que l'un des instigateurs s'étaient fait remonter les bretelles par l'occupant de Matignon de l'époque). Mais maintenant ? La génération Internet européenne prendra-t-elle conscience de sa force ?

PS. Hier aprés-midi un "simili-barcamp" sur le télétravail avait lieu dans les locaux du Secrétariat d'Etat à l'Economie Numérique. J'y étais avec Philippe. NKM, qui porte bien sa maternité, est venue saluer la vingtaine de participants. Thème : comment gagner un million d'heures/jour perdues dans les trajets domicile lieu de travail. Il y a quelque chose que je ne comprends pas très bien dans notre beau Royaume de France. Si l'on préconise le télétravail, cela entraînera une désaffection relative des infrastructures traditionnelles de transport physique des personnes. Pourquoi dans ce cas mettre tous les oeufs du Plan de Relance dans les infrastructures de déplacement physique ? Et rien dans les réseaux de télécommuncations à TRES haut débit qui seront nécessaires pour le télétravail et autres bidules... Pas logique non ? Mais comme je n'ai pas fait les GEG (Grandes Ecoles Gauloises) au grand dame de ma mère, je ne dois pas être très capable de tout comprendre...

Pour contacter Philippe Le Grand : plegrand(arobase)nomotech.com

Le site de Manche Numérique : ici

Le site de Nomotech : ici

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -


Connaissez-vous Renaud de Lacotte ? Vers une nouvelle intermédiation : l'économie 2.0 se met en place...


Il n'y a pas à dire, le Web 2.0 évolue vers des plateformes d'intermédiation, visant à mettre DIRECTEMENT en relation une offre et une demande, en bypassant de ce fait les circuits d'intermédiaires traditionnels (qui peut être un jour réclameront eux aussi un Hadopi spécifique ? Pas de mauvais esprit Billaut, s'il vous plaît ...)... Et cette évolution annonce probablement ce que l'on commence à appeler "le web temps réel"...

Investigo est de cette veine : mettre en relation directe investisseurs (Business Angels, les bénéficiaires de la loi TEPA...),et créateurs d'entreprises de type startups hitech, greentech, services à la personne (mais Investigo peut s'appliquer à tout type d'entreprises).
Renaud rappelle qu'en France il y a un sérieux problèmes de financement des startups. Notre pays ne compterait que 5 à 7.000 business angels (contre 40 à 50.000 en Allemagne ou en Angleterre). Pourquoi cette déficience ? Peut-être sommes nous moins riches que nos amis allemands ?
Renaud nous démontre sa plateforme (image ci-dessous : le tableau de bord de la levée de fonds d'une startup sur Investigo)

Image 4 D'un côté donc les investisseurs, de l'autre les créateurs. 

Qui peut s'inscrire comme investisseurs ? (tout le monde mais en France il y a les règles plutôt drastiques de l'AMF 1.0 que Renaud rappelle). Actuellement un peu plus de 1.500 investisseurs sont inscrits sur Investigo.
Côté startup comment s'inscrire ? De quoi se compose la fiche d'inscription ? Investigo juge-t-il de la pertinence du business model de l'entreprise ?
Qui peut regarder la fiche de l'entreprise ? Combien de temps la demande de fonds reste sur la plateforme ? Comment cette demande passe-t-elle dans l'espace financement ?

Et une fois l'adéquation faite, comment s'organise le processus automatique de rédaction des documents officiels ? (pacte d'actionnaires, AG, etc..). Vous ne savez pas trop ce qu'est une "valo pre-money" ? Qu'à cela ne tienne... Investigo ouvrira bientôt un centre de e-learning financier...
Pourquoi Investigo utilise-t-il Twitter ? (je rassure mon ami Chappaz : ici Twitter sert à quelque chose). Quel est le business model d'Investigo ?
Quels sont les autres projets d'Investigo  ? (une plateforme de type "marché secondaire" si l'AMF 2.0  est ok ? On pourrait ainsi se revendre les parts que l'on a dans telle ou telle société...
Hors caméra, Renaud m'a montré d'autres bricoles dans le domaine des plateformes... Très impressionnant (et bientôt peut-être sur le billautshow).

Personnellement je pense que le Web 2.0 n'est pas mort comme le pensent certains, et qu'il n'est pas non plus un bidule marketing pour amuser la galerie des consultants et marketeux de tout bord. Non. Un autre système économique est en train de naître sous nos yeux, où les intermédiaires traditionnels n'auront plus qu'une portion congrue. Investigo, Friendsclear, eToro sont ces Paas (platform as a service) visant à mettre directement en adéquation l'offre et la demance ... (plusieurs dizaines dans le monde selon Forrester)...Et la crise économique du monde 1.0 va accélérer certainement le processus...

L'économie 2.0 est en marche... Mais la 1.0 est loin d'être morte. Elle va se défendre, mettez-vous à sa place, à coup d'Hadopi et autres Allopsi... La démocratie y reconnaîtra peut-etre les siens...

Pour contacter Renaud de Lacotte : rlacotte(arobase)investigo(point)fr
Le site d'Investigo ici

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -





Connaissez-vous Yves Asseline ? Pas question de se faire siphonner par les startups...


Voilà quelqu'un qui a compris ce à quoi pouvait servir les outils du 2.0..
Yves est la patron de la Foire de Rouen, et par ailleurs éminent membre du Conseil d'Administration de la Fédération des Foires, Congrès et Salons (plusieurs centaines de membres).
Je suis "coach" de cette Fédération. J'ai expliqué le premier jour où je suis intervenu (avec un bazooka et 2 grenades dégoupillées, au cas où), j'ai expliqué donc au groupe de travail comment utiliser dans leurs métiers les outils du Web 2.0. Et leur ai présenté les premières plateformes américaines de "live tradeshows". En leur disant que s'ils ne faisaient rien... Couic ! Je me suis fait un peu remonter les bretelles à la fin de la première journée (Homo Sapiens a besoin de contacts physiques, pas de virtuel, Homo Sapiens aura toujours besoin de contacts physiques, blablabla... Bref, les trucs habituels).
Et les séances suivantes, j'ai remis cela, et j'ai demandé à quelques startups étant déjà passées au billautshow de venir témoigner.
Et bien cela a fonctionné. Au lieu de se braquer, les membres du groupe de travail ont compris.
C'est ce qu'explique Yves dans ce bref billautshow destiné à inciter l'ensemble des adhérents de cette Fédération de venir assister au Congrès annuel à Saint Malo début juillet. Ce congrès sera en grande partie focalisé sur le 2.0.
Donc si vous aussi vous êtes responsables d'une Fédération Professionnelle, n'hésitez pas à me contacter... Comme je suis atteint par la maladie nationale que l'on appelle la retraite, je vais avoir du temps...
Y'a du boulot : il faut que l'économie française plonge dans le 2.0 rapidement. Sinon : couic !

Pour contacter Yves Asseline : yves(point)asseline(arobase)rouen(tiret)expo(point)com

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -


Connaissez-vous Jean François Susbielle ? Une Europe "2.0" est-elle possible ?


C'est toujours un grand moment de pouvoir discuter Jean François. Il est déjà passé sur le billautshow pour ces précédents bouquins.
Sa dernière livraison traite de l'avenir de l'Europe dans la géopolitique 1.0 (je ne savais pas qu'il y avait un empire européen...)
Quel avenir pour la "civilisation" européenne qui a quand même tenu le haut du pavé depuis la Renaissance... Jean François est très dubitatif sur cet avenir, rappelant que l'Europe est de facto occupée. Il évoque à grands traits l'histoire de notre continent depuis Jean Monnet. Les Etats Européens devraient-ils s'effacer pour permettre une organisation du type "Saint Empire Romain Germanique" ? Organisation basée sur les Régions et les diverses communautés qui vivent sur notre continent ? Les structures administratives des Etats accepteront-elles ?

Internet et les outils du 2.0, la crise économique, Obama (dont les principaux conseillers viennent de Wall Streeet...) ? Les monnaies virtuelles dont on commence à parler... Quels impacts sur l'avenir des Européens, alors que l'on se préoccupent peu des prochaines élections européennes ? A lire.

Petite remarque... Je me demande bien à quoi sert l'Europe dans le cadre d'Hadopi par exemple. Le Parlement européen est contre la mise en place d'une telle mécanique, alors que le Parlement Français est pour. C'est quoi ce bazar ?

PS. J'espère avoir convaincu notre ami Susbielle de faire son blog. Il pourrait ainsi nous commenter l'actualité de son point de vue...

Pour contacter Jea-François Susbielle : ici

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -


Connaissez-vous Olivier Martineau ? Mais c'est bien sûr : pourquoi n'y a-t-on pas pensé avant ?


Associer un blog avec un site de commerce électronique : pourquoi ?
Olivier nous présente sa plateforme de blogboutiques avec une petite démo. Comment se fait l'intégration des 2 fonctions ? Image 1 Peut-on publier un billet dans le blog, associé à un produit ? Quels types de produits peut-on vendre sur 42stores ? (on y vend même des e-books, des cours d'oenologie, sans compter une foultitude de produits physiques...) Quid du paiement ? Quel est le business model de 42stores ?
Plus de 5.000 inscrits à aujourd'hui. De plus la plateforme propose des modèles tout fait (modèles dont on peut modifier le code), un programme de e-learning pour débutants dans le e-commerce (qui va jusqu'à l'apprentissage de l'art et la manière pour réaliser de belles photos des produits à vendre...), l'intégration de twitter, etc...

Et pour courronner le tout, Olivier organise le barcamp du commerce électronique en juin prochain à Paris (il attend plus de 200 personnes). Image 3

Prochaines fonctionnalités ? Une plateforme en marque blanche à destination des webagencies, des Chambres de Commerce...

Et une prochaine levée de fonds en préparation..

Pour contacter Olivier Martineau : olivier(arobase)42stores(point)com

Le site web de 42stores : ici

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -


La relation client face à la transparence des marchés... Une journée d'études de l'AFRC

4 juin 2009 - Paris


Jusqu'à présent, la transparence des marchés pour le consommateur lambda n'a jamais existé. Ce sont les marques et les fabricants qui "ont le pouvoir" puisque le consommateur ne sait pas grand chose sur l'offre globale de produits/services qui est proposée dans sa zone de chalandise ou sur Internet... A moins d'avoir beaucoup de temps pour faire des recherches, comparer, trouver le meilleur rapport qualité/prix.

 

*    Que se passe-t-il si le consommateur à tout instant et quasiment en temps réel, peut savoir où trouver le produit présentant le meilleur rapport qualité/prix (que cela soit sur les sites marchands ou dans les magasins) ?

*    Et si, à tout instant, il peut obtenir un meilleur service pour moins cher que celui qu'il a déjà ?

*    Comment peuvent réagir les distributeurs, les marques ?

*    Comment les marques peuvent-elles  appréhender leur e-réputation ?

 

L'AFRC vous propose une journée riche en informations et en débats le 4 juin prochain, journée organisée et animée par Jean Michel Billaut, conseiller scientifique de l'AFRC.


*  9h30 – 10h00 : Accueil

*  10h00 - 11h00 : Présentation de « latransparencedesprix.com », nouveau service proposé par Workit.

Présentation par Bernard EuverteDirecteur Général Workit

*  11h00 – 12h00 : Présentation de « jechange.fr », site permettant de changer de fournisseurs de services (téléphone, assurances, crédit, énergie..).

Présentation par Gael DuvalDirecteur Général jechange.fr

---

*  12h00 - 13h30 : Cocktail déjeunatoire (avec une surprise....)

---

*  13h30 - 14h30 : Présentation de Compario. Cette société a mis en oeuvre une batterie d'outils permettant à un web marchand de vendre plus et mieux. Une réponse à la transparence des marchés ?

Présentation par Pascal PodvinDirecteur Général Compario

*  14h30 – 15h30 : Présentation de Bolero, agence de « web intelligence »... Comment une marque, un distributeur peuvent-ils faire face à la transparence des marchés et appréhender leur e-réputation ?

Présentation par Caroline Faillez DiazPrésident Directeur Général Boléro

*   15h30 – 16h30 : Les « coups de cœur » du Père Billaut – Présentation de startups prometteuses dans différents domaines.

Pour vous inscrire : merci de contacter Annick Davignon à l'AFRC tel : 03 22 82 84 67 mail : adavignon(arobase)afrc(point)org. (le site web de l'Afrc est en réfection. Pas de possibilité de vous inscrire en ligne) 

Votre contact : Annick Davignon




L'un de mes amis recherche.... grosse pointure 2.0...

Descriptif du poste recherché...

Assister la direction dans l’amélioration constante de sites Internet à très forte audience en recherchant et intégrant de nouvelles fonctionnalités innovantes

Participer à l’expansion internationale en adaptant le site principal aux particularités de chaque pays

Profil souhaité :

-       Anglais courant

-       Expérience internationale

-       Bonne connaissance des technologies web

-       Grand curiosité pour les innovations

-       Capacité à réfléchir à des business models

-       Aisance à bâtir des partenariats

-       Capacité à diriger des équipes de développeurs, des sous-traitants et des partenaires

Si cela vous intéresse... me contacter : jmbillaut(arobase)yahoo(point)fr avec CV en piece jointe (ou URL adhoc dans linkedin ou autre)...


Connaissez-vous Michel Gelobter ? Quelle est l'empreinte carbone de votre foyer ?


Green is money !
Au salon Finovate où j'étais la semaine dernière à San Francisco (voir précédents posts), j'ai rencontré Michel qui présentait sa startup "Cooler" : comment calculer votre empreinte carbone avec les données de votre compte bancaire ?  Voilà qui est intéressant !
Michel nous explique (en français) et nous fait une petite démo de la chose qui est encore en bêta. Je dois dire que j'ai été très impressionné. Par ailleurs, cooler vous prodigue des conseils pour acheter des produits ayant une moindre empreinte carbone...

Image 2

D'ici, ensuite, qu'un réseau social se mette en place pour comparer, ...
Michel cherche à lancer son affaire en Europe... Si cela vous dit...
Citant Churchill, il nous rappelle que les Américains commencent généralement par faire ce qu'il ne faut pas. Mais quand ils en ont pris conscience... il font ce qu'il faut... D'autant plus que pour eux maintenant "green is money". Les Européens selon lui, vont être pris de court...

Pour contacter Michel Gelobter :
Le site de cooler ici

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -