« décembre 2008 | Accueil | février 2009 »

Connaissez-vous Jean Penicaut ? Je me demande bien ce que va faire la grande élite française de l'Art 2.0 : un "Malraux numérique ? ".

Jamais 2 sans 3, dites-vous ?
Il y a quelques jours Google annonçait la mise en ligne d'une quinzaine de toiles du Prado - le célèbre musée espagnol - dans Google Earth. Toiles visibles en haute résolution... Coup d'essai, qui laisse penser que Google ne va s'arrêter là...
J'ai la nette impression que l'on va revivre un épisode très gaulois, comme on l'a déjà vécu avec l'IGN (les cartes) et la numérisation des livres par Google. Sur ce dernier épisode, un très haut fonctionnaire de notre aimable République (Mr Jeanneney) avait été se plaindre auprès de Mr Chirac, à l'époque Président de la République... "Regardez ces méchants cow-boys qui numérisent nos livres..." Résultat : Chirac avait lancé Quaero, avec le succès que l'on sait (mais qui continue)...
Va-t-on revivre le même scénario avec Google Art ?... Et pourtant...

Et pourtant, on a tout ce qu'il faut pour mettre en oeuvre "notre" musée virtuel en très très haute résolution... Très nettement mieux que l'essai Prado de Google... Mais faudrait pas trop traîner...

Jean nous présente dans ce billautshow la solution de Lumière Technology. Lumière Technology a mis au point une caméra multispectrale, équipée d'un capteur satellite et d'un panier de 13 filtres, permettant de numériser une toile sous différentes lumières (UV, infra-rouge, lumière rasante, de 380 à 1.050 nanomètres....) dans le visible et l’invisible. Avec une résolution de 240 millions de pixels, bientôt 1,8 milliard...

A quoi cela sert-il ? Jean nous fait une présentation complète avec un tableau représentant un apache. Numérisation, mise en ligne... Ce qui rend l'oeuvre disponible pour tout un chacun par l'Internet. L'affichage se fait avec Zoomorama qui a déjà présenté sur le billautshow ici. Jean nous montre ensuite ce que l'on peut tirer de ce tableau - découvert dans un grenier - avec sa technologie... Notamment on s'aperçoit que notre apache n'est pas seul sur sa toile... Il y en a un autre sous lui, que l'on ne voit pas naturellement de prime abord. Un expert traditionnel ne le voit naturellement pas non plus... Qui plus est, on repère la signature du peintre malgré l'usure du tableau. On peut ensuite faire des comparaisons avec les oeuvres certifiées du dit peintre (en l'ocurrence l'un des premiers peintres américains). Lumière Technology est donc un élément certifiant du "fine art", de découverte en quelque sorte de l'ADN du tableau... Ce qui naturellement dérange un peu ce marché, organisé de façon très académique.

Le marché du "fine art" est un marché de l'ordre de 9 milliards d'euros. Ce qui n'est pas rien. Marché organisé de façon quasi-moyenne-âgeuse : avec des experts "qui ont l'oeil", des ayant-droits méticuleux et sur leur garde, et quelques personnes qui font la pluie et le beau temps. Bref on ne peut pas dire que la chose soit très 2.0 comme on dit aujourd'hui.Penicaut

Quel est le business model de Lumière Technology, face à ce monde très académique ? Que pourrait être un "Malraux numérique" ? Que pourrait apporter ce Malraux 2.0 ? Lumière Technology se fera-t-il racheté par Google ? Corbis ?

Pour contacter Jean Penicaut : jean((point))penicaut(aRobase)noos(point)fr

Le (magnifique) site de Lumière Technology : ici

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -


Workit : attention changement de date...

WORKIT, le comparateur de prix révolutionnaire
qui rend le pouvoir au consommateur !

  Vous êtes invités à découvrir en avant-première, le premier comparateur de prix de nouvelle génération

  Jeudi 19 Mars de 19h00 à 21h00

  Galerie Art Émoi, 64 rue des Tournelles - 75003 ParisImage 2

  Simplicité : un widget qui  interagit directement avec les sites de vente en ligne et qui accompagne le consommateur en permanence chez tous les cyber-marchands, sans l’obliger à aller sur un site de comparaison. Le widget workIT affiche les résultats de recherche  avant les liens sponsorisés de google ! Une vraie révolution !

Objectivité : un outil de veille qui collecte chaque jour, de manière non intrusive et indépendante pour les cybermarchands, une information précise sur plus d’1 million de produits de High-tech et d’électroménager

Transparence : Des prix exprimés « tous frais compris », la liste des services, la note du vendeur... WorkIT ne monétise pas le référencement des sites dans son panel, et vit de l’affiliation.

A propos de WorkIT : Créée fin 2005, par Bernard Euverte, Gorka Catania, Denis Rivas et Richard Legendre, WorkIT s’est d’abord consacrée pendant plus de deux ans à la recherche et développement, avant de proposer aux professionnels de l’internet (web-marchands et fabricants) un service de veille concurrentielle et du conseil en intelligence économique. Par un abonnement mensuel, les clients peuvent accéder à la base de données WorkIT et aux outils d’analyse sur plus d’un million de produits collectés sur une centaine de sites dans les univers de l’électronique grand public, de la téléphonie, de l’électroménager et de l’informatique. Aujourd’hui, WorkIT met gratuitement à la disposition des consommateurs un widget leur permettant de comparer facilement et objectivement les offres et les prix des sites marchands.

 

Merci de confirmer votre présence : Marie Regnault, mregnault(arobase))workit(poin)fr

 

Voir ici aussi... (Adam Smith l'a rêvé, Workit l'a fait...)


En direct de la "war-room" de chez Lippi...

Peut-être vous souvenez-vous de ma virée en Poitou Charentes en octobre dernier ?
J'avais eu l'occasion de venir chez Lippi, une entreprise industrielle qui fabrique du grillage, des clôtures, au sud d'Angouléme... qui lançait à l'époque et à l'instigation de notre ami Francis Senceber, une "webschool" intégrée...
Je suis revenu histoire de voir ce que cela donnait... Hé bien je dois dire que Lippi se met au 2.0... et forme ses collaborateurs (y compris les soudeurs) qui le désirent, aux joies ineffables de l'Internet et de ce 2.0... J'en suis tout esbaudi...
En ce moment, je suis dans la "war-room" - une salle dédiée équipée à demeure avec 6 ou 7 ordinateurs connectés sur l'Internet - où je participe, avec 5 jolies dames, à la recherche des mot-clefs les plus utilisés sur Google par les internautes du monde entier sur les thèmes des clôtures, des portails, du grillage... Mots en français, anglais, russe, polonais, italien, espagnol, portugais, etc...
Ces mots sont-ils déjà déposés en nom de domaine ? Si non, que vont faire nos dames ? DSC02659

Je vous laisse deviner...

Une autre dame devant moi, qui habituellement établit des devis, a recherché et trouvé les coordonnées des acheteurs de toutes les gares SNCF de France... Car ces braves gens achètent de temps à autres du grillage... Hier, une autre équipe a recherché dans une base de donnée européenne qui recense tous les appels d'offres publics, quels étaient les installateurs de clôture qui en remportaient le plus... Et leurs coordonnées sont entrées en direct dans le CRM maison (géré en "on demand")... Et j'ai aussi assisté avec 4 autres collaborateurs de Lippi à un cours sur le statut d'auto-entrepreneur fait par Francis. Très très intéressant (il est probable que certains collaborateurs de Lippi prendront le statut d'auto-entrepreneur, en plus de leur statut de salarié - l'auto-entreprenariat est une statut manifestement très libéral et de plus, au niveau des impôts et taxes, l'Etat y gagne...par contre certains corps institutionnels sont un peu pris à contre-pied).

Je vous laisse deviner pourquoi faire...

Cet après-midi, cours de prise en main de Yahoo Pipes qui commencent à être utilisé en interne pour la veille généralisée de l'entreprise (veille effectuée d'ailleurs par tout un chacun...)... Et Frédéric et Julien Lippi recevront une 10aine de chefs d'entreprises locaux qui, intrigués, viendront voir ce qui se passe chez eux (et la semaine prochaine une 20aine d'autres viendront.. et je pense que cela va continuer...).

D'ailleurs, le Conseil Régional du Poitou Charentes devrait faire quelques annonces sous peu... Le Président de ce Conseil basculera-t-il en 2.0 le tissu économique du Poitou Charentes ? (il faudrait aussi penser à installer du TRES haut débit quand même... Car Lippi ouvrira bientôt sa téléLippi (mais je ne vous ai rien dit)... Et ce n'est avec le maigre ADSL disponible ici à Mouthiers sur Boëme que l'on va pouvoir ...).

Quand ils en ont la vision, les Français de la France d'en bas (et leurs chefs d'entreprises) sont capables de faire de grandes choses... Obama dit-on, a remporté les élections américaines en utilisant les outils que Lippi est en train, lui aussi, d'appréhender et d'intégrer au niveau de son entreprise... avec presque tout son personnel... Et peut-être que grâce à cela, l'entreprise Lippi passera "au mieux" la crise...

Si cela vous intéresse, Frédéric Lippi clôturera la journée "relation client 2.0" de l'AFRC le 10 février prochain...

Le monde change, même dans le Poitou Charentes. Et il serait temps que nos chefs d'entreprises de tout poil se bougent le popotin... Et que notre Président Sarkozy annonce une stratégie fibre pour le pays... Si tant est que l'on veuille avoir un avenir...


Connaissez-vous Frédéric Sigal ? Flux RSS multimédia généralisé disponible sur mobile et...



Flux RSS multimédia généralisé disponible sur mobile (et naturellement sur ordinateur)... De quoi s'agit-il ?
Frédéric (qui a passé plusieurs années aux USA et qui revient en France, c'est à noter..) nous l'explique dans le détail. Et nous fait une démonstration sur iPhone. 7.500 médias référencés aujourd'hui par Nuage Production (sa société), disponibles en mobilité, dans la même application. Médias papier (journaux, revues), médias audiovisuels (radios, télévision, ...). Le tout donc en mobilité, après avoir téléchargé au préalable un player dédié. Avec téléchargement possible des contenus choisis (ce qui permet de les lire/écouter/regarder sans disponibilité d'un réseau comme en avion, dans les transports, etc...).Nuage
4 brevets ont été déposés : un brevet concernant le "miroir" (les contenus référencés restent sur le site de l'éditeur), un brevet audimat réel (et non pas estimé comme par exemple dans la télévision hertzienne), un brevet géolocalisation (grâce soit au gps, soit en triangulation, soit par l'adresse IP, ce qui permet de proposer du contenu en fonction de l'endroit où l'on se trouve.... et par la même occasion de diffuser de la publicité géolocalisée. Et enfin un brevet de "publicité active"....

Nuage peut-il gérer les droits des ayant-droits en fonction de l'endroit dans le monde où se trouve l'utilisateur ? Quel est le business model de Nuage (Nuage qui en américain se prononce "new age") : 4 sources de revenus... Par ailleurs Frédéric annonce qu'il va nouer un partenariat avec un grand média français qui va lui apporter plusieurs millions d'utilisateurs...

Quelles seront les nouvelles fonctionnalités ? Les médias traditionnels français sont-ils "2.0 minded ?"


Pour contacter Frédéric Sigal : Fred((point))sigal(arobase)nuageproduction(point)com
Le site Web de Nuage Production ici

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -


Connaissez-vous Gaël Pollès ? Il vient de la vidéo "préhistorique" et veut créer la mémoire du génie humain sur l'Internet (en vidéo)...


Pratiks est le nom de la plateforme que Gaël (qui vient, comme il dit de la vidéo "préhistorique") a lancé il y a un mois.
Pratiks se veut être la première encyclopédie du pratique, des gestes quotidiens... en vidéo. Bref simplifier la vie des gens, en transmettant un savoir en vidéo. Image 3 Tout est gratuit... "mais, dit Gaël, on n'est à l'abri de gagner de l'argent"...
Démo. Format des fichiers ? Censure ? Faut-il un player maison à télécharger ? (oui, mais il permet le ralenti et le zoom - et le zoom dans le ralenti : cela peut servir..).
D'où viennent ces vidéos (plusieurs sources..) ? Les collectivités locales, les marques peuvent-elle créer leurs vidéos ? Leurs chaînes de télé IP ? (Madame Billaut aimerait bien une chaîne IKEA pour montrer comment monter des Billy... et moi, comment changer une chaîne d'une tronçonneuse Stihl... à chacun ses trucs...)...Image 5
Concurrence ? Business model ? Qu'entend Gaël par "l'hypervidéo" ? Les convertisseurs ? Comment buzzer une vidéo sur Facebook ?
Visée de Pratiks à l'international ? (Gaël recherche 700.000 euros). Quel avenir pour la télé de papa ? ("vaut mieux être actionnaire de Google que de TF1" - dixit Gaël...)
Et pour terminer Gaël nous fait une présentation de la "flip video camera" : on dirait une petite lampe de poche... avec disque dur, clé USB intégré, fonctionnant sur 2 piles..). Il m'a d'ailleurs interviewé avec... Mais la "flip" n'est pas disponible en France....

Pour contacter Gaël Pollès : gael(point)polles(at)pratiks(point)com

Le site de Pratiks ici

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -


Connaissez-vous Gilles Poupardin ? Sencities : un moteur de recherches "émotionnel"...


On connaissait les moteurs de recherche de type Google, les moteurs de recherche furtif (Workit)... Voilà maintenant le moteur de recherche "émotionnel" : choisir un lieu de sortie (restaurant, bar, discothèque...) en fonction de votre humeur du moment. Image 2
Gilles nous fait une présentation de sa plateforme Sencities, qui vient d'ouvrir. Comment le moteur peut-il appréhender vos émotions du moment ? (grâce à des formes et à des matières). Comment faire l'adéquation entre votre état émotionnel et l'ambiance d'un lieu ?
Sencities pour l'instant se cantonne à Paris (1.000 lieux environ aujourd'hui).
Quel est le business model ? Peut-on créer son propre guide ? Une école, une entreprise peut-elle créer son guide à l'intention de ses ouailles ? Sencities fonctionne aussi sur mobile avec géolocalisation...
Quid des fonctionnalités sociales ? (connecteur avec Facebook, etc...). Extension à toute la France ? Quid de l'Europe ?

Pour contacter Gilles Poupardin : gilles(point)poupardin(at)sencities(point)com
Le Site de Sencities ici

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -


Connaissez-vous Brigitte Beulaygue ? Centre d'appel visiophonique avec télé-acteurs délocalisés (mais pas au Maghreb)... Y aura-t-il encore besoin de maisons de retraite ?


Le moins que l'on puisse dire, c'est que Brigitte a une pêche d'enfer... Ancienne pharmacienne, elle va ouvrir en avril prochain Vivacoeur : une plateforme de relation sociale et de services à la personnes sur l'Internet.
Nos sociétés cultivent dirait-on l'isolement, et la solitude surtout pour les seniors, les personnes âgées, les veufs ou veuves, etc... Vivacoeur est fait pour eux.Vivzcoeur

Brigitte nous explique par le menu le fonctionnement. Pas besoin forcément d'un ordinateur à la maison, une télévision, que tout le monde sait faire fonctionner, suffit. Il faut simplement l'équiper d'un petit boîtier qui gère l'accès et la visiophonie - car tout est basée sur la visiophonie :  "Pour créer du lien social, il faut se voir"...(Désolé, mais Brigitte n'a pas été très diserte sur le boîtier)...

Vivacoeur propose 6 grands groupes de services : du coaching (un téléacteur spécialisé), un carnet d'adresse "intelligent", des widgets de services de proximité regroupés sous le thème "ma ville", des "docs" sur la santé, le voyage, le sport..., un service "mes loisirs". Et enfin des jeux pour éviter que les neurones se rouillent...

Quel est le business model ? Qui paye quoi ? Qu'est ce qui incite un senior à prendre un coach ? Brigitte va créer un centre de formation de coaching .. Le coach est-il rémunéré ? Comment les coachs travailleront-ils (en télétravail et en 3 huit..), etc...

Quid pour les campagnes ? Notre Gouvernement est-il intéressé ?

Commentaire personnel

Magnifique projet... Je reste convaincu que la visiophonie est un élément crucial dans l'organisation future de nos sociétés. Je reste convaincu que plus les consommateurs réclameront de la visiophonie dans le relation client en général, moins il y aura de délocalisation offshore de nos centres d'appels... De plus, on pourra faire travailler, en mode télétravail, des tas de gens sur tout le territoire y compris en Lozère. A condition d'avoir du TRES bon débit... Si vous voyez ce que je veux dire... Par ailleurs on pourra greffer sur des plateformes de ce type, des centres de soins à distance dont j'ai déjà parlé sur ce blog. Pour cela il faut une visiophonie entre la personne et le toubib à l'autre bout de très bonne qualité... Désolé de répéter qu'il nous faudrait du TRES haut débit...

Pour contacter Brigitte : brigittebeulaygue(at)free(point)fr

Le site Web présentant Vivacoeur n'est pas encore ouvert.

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -


Quelle sera la relation client dans le monde du 2.0 et de la génération Internet ?

L'Association Française de la Relation Client (AFRC) m'a demandé de les aider à mettre sur pied une journée de conférence sur le thème de la "relation client 2.0"...

Pourquoi ?

Contre toute attente, Barack Obama a remporté les élections présidentielles américaines en s'appuyant notamment sur la "génération internet" du pays (70 millions de personnes), et en utilisant les outils de communication que cette génération à l'habitude d'utiliser tous les jours sur l'Internet. A savoir ce que l'on commence à appeler " les outils du 2.0"
Les entreprises, les administrations, les collectivités locales, etc... à l'exemple d'Obama vont, elles aussi, se mettre à cette relation client d'un genre nouveau. En France, la génération Internet, qui naturellement va grossir avec le temps, représente dés aujourd'hui 10 à12 millions de personnes qui entrent maintenant dans la vie active. Ce sont nos futurs clients, nos futurs collaborateurs, les futurs citoyens.
Il  est donc temps de s'y mettre...

Quand

Le mardi 10 février 2009 -

Programme :

10:00 à 11:00 Présentation de la plateforme EOS de Cisco... Cisco vient d'annoncer au CES de Las Vegas sa plateforme collaborative pour entreprises. Pourquoi un fabricant de matériel propose-t-il des services 2.0 aux entreprises ???
Présentation par Jean Christophe Dessange - Cisco (à confirmer)

11:00 à 12:00 Présentation de Viadéo, le réseau social français. A quoi sert un réseau social pour une entreprise ?
Présentation par Olivier Fecherolle Directeur Général

12:00 à 13:30 Lunch chez Orange

13:30 à 14:30 La plateforme collaborative de Feedback 2.0.
Présentation par Eric dos Santos Directeur Général accompagné par un établissement financier qui utilise la plateforme de Feedback et qui apportera son témoignage.

14:30 à 15:30 Air France et son réseau social Bluenity. Pourquoi Air France a-t-il créer son propre réseau social ?
Présentation par Frédéric Babu - Responsable Marketing

15:30 à 16:30. Apec : pourquoi un accord avec le réseau social américain LinkedIn ?
Présentation par Jean Pascal Szelerski, responsable Internet de l'Apec

16:30 à 17:30 Pourquoi Lippi entreprise industrielle fabricant du grillage a-t-il intégré une "webschool" pour former tous ses collaborateurs (y compris les soudeurs) aux outils du 2.0 ?
Présentation par Frédéric Lippi, Directeur Général de Lippi...

Cette journée d'études est réservée aux adhérents de l'AFRC (son Président, Eric Dadian, a proposé à d'autres assoications s'intéressant aux problématiques de l'Internet de s'y associer ... )
Et vous, si vous désirez y participer...

Inscription ici pour les non-adhérents de l'Afrc..

Et retenez la date du 31 mars 2009. Un "autre relation client 2.0" probablement sur le thème de la relation client et la transparence des marchés...


Acsel, Obama, 2 start-ups... et une coupe de champagne...

Hé bien, quelle journée que celle d'hier...
Matinée de travail à l'Acsel (l'association de l'économique numérique)... Sur le thème du e-commerce européen. Beaucoup de monde, les organisateurs ont été un peu dépassé (alors qu'il fallait je pense s'inscrire en ligne ?)...

Image 1
Un Espagnol, un Italien, un Anglais, un Danois, un Slovaque, la France et l'Allemagne étant présentés par Jean Christophe Defline (qui pour une fois avait mis des chaussettes)... Chacun présentant au mieux son e-commerce.
Intéressante cette matinée. Je pense que l'Acsel en fera un large compte-rendu sur son site... Ce que j'ai retenu :

1/ Excellent topo d'Ian Jindal (UK - Président d'Internet Retailing). Les Anglais sont les plus avancés en Europe. Leur e-commerce représente 8% du commerce anglais (consommation des ménages ? chiffre d'affaires global du retail.. ?)... Contre 5% environ en France (et 1% en Italie où le chose démarre)... Ian a aussi beaucoup insisté sur le "social commerce"... Décidément les réseaux sociaux se mettent à toute les sauce... "Mais nous a dit Ian, le retail traditionnel anglais n'a que faire du "social networking". Il veut du "profit, profit, more profit"... Si les retailers s'y mettent aussi, la crise financière est loin d'être terminée... Curieux quand même la cupidité de certains...
Il a aussi insisté sur le fait que les grands sites de e-commerce vont devoir affronter la concurrence des individus et des toutes petites organisations qui vendent en ligne. Le succès du statut d'auto-entrepreneur en France le prouverait (20.000 auto-entrepreneurs en France depuis le 1er Janvier dont probabablement la moitié en e-commerçant..). Excellent topo donc. Du coup j'ai demandé Ian comme "friend" sur LinkedIn (il a plus de 500 friends lui-même..)
2/ On s'est aussi beaucoup interrogé à cette réunion pour savoir si le e-commere était arrivé à maturité. Est-ce qu'il va rester quelque chose, somme toute, d'assez marginal ?  Ou alors va-t-il continuer à prospérer (personnellement je pense la tendance est à la progression et que la crise va accélérer la chose).
3/ Impacts justement de la crise sur cette évolution ? Mon ami Yolin a posé cette question en y apportant à son habitude une réponse : la crise va être saignante. Le pouvoir d'achat va se réduire de 30%. Donc commerce électronique ou pas...
4/ Le Président Kosciusko-Morizet, pour présenter ses voeux en fin de matinée, a été beaucoup plus optimiste (ouf !...). Néanmoins il faut s'attendre à une concentration du secteur. Les marges y sont faibles, la concurrence fait rage (et les participants à cette conférence ne le savent pas encore, mais des systèmes de transparence des prix généralisés et en temps réel arrivent... ce qui va probablement encore peser sur les dites marges...).

Matinée bien remplie donc. Et on ne peut que se féliciter qu'une telle initiative européenne ait pu avoir lieue... Merci donc à l'Acsel de m'avoir invité...

Je n'ai pas pu suivre en direct le discours d'investiture d'Obama. J'en ai revu des bribes le soir. 2 choses m'ont principalement marquées... Le chapitre sur la cupidité et l'avidité de certains homo sapiens à l'OS buggé (n'y revenons pas)... Et la petite phrase sur ce que je pourrais appeler le "social politic". En fait Obama (son site "change.org" est devenu "change.gov" dés la cérémonie du serment) Image 2 va continuer son action avec la génération internet américaine. Et même.. un blog "Maison Blanche" vient d'ouvrir (à quand un blog élyséen ?), et Obama va reprendre une application CRM de salesforce "myideas" (déjà utilisée chez Dell, etc...)

Image 3

Il va mettre en place je pense, une stratégie de tenaille... Faire jouer la génération Internet auprès de leurs élus locaux (qui sont de la génération précédente généralement), pour prendre en tenaille le Congrès et le Sénat et faire voter aux mieux les mesures de son programme. Je ne sais pas trop si Madame Ségolène (on dit qu'Obama a copié sa "démocratie représentative" ??? ...) fera la même chose aux élections présidentielles françaises de 2.012..Mais cela promet du sport 2.0 chez nous... Et c'est peut-être notre génération Internet qui va arbitrer. Ou alors aurons-nous un Obama gaulois ?

Je n'ai pas pu suivre ces cérémonies en direct, car je recevais dans le même temps pour un billautshow 2 startups françaises qui n'ont pas l'intention de se barrer en Silicon Valley (ouf !). L'une ouvre une plateforme de flux rss généralisée et multimédia pour mobiles (mais aussi ordinateur). Très impressionant. L'autre : une StarAcademie tout azimut en mode 2.0 (avec une trouvaille remarquable). Bientôt sur le billautshow...

Et puis fin de soirée avec Madame Billaut en regardant le couple présidentiel américain descendre benoîtement Pennsylvania Avenue, en sirotant une coupe de champagne pour fêter l'événement... Aprés tout, si mon ami Yolin a raison, c'est peut-être la dernière fois que l'on sable ce noble breuvage chez les Billaut ?


Connaissez-vous Pascal Coolen ? Dans la tripaille de nos réseaux...


Pascal travaille dans une société lusembourgeoise : P&T Consulting (et non pas PTT Consulting comme je le dit par erreur au début de ce billautshow)...
Pas simple de gérer les réseaux d'un territoire donné : réseaux d'eau, de gaz, d'électricité, des eaux usées, de télécommunications...
"Avons-nous une bonne connaissance en France de nos réseaux ?". Réponse de Pascal : "c'est assez disparate"...
Le département de Pascal chez P&T Consulting s'occupe de la commercialisation de 3 types de logiciels destinés à gérer les réseaux de télécommunications de bout en bout pour des opérateurs, des entreprises, des collectivités locales : TAKM, DICT, MHFS.
Le premier est un ensemble d'outils pour connaître, gérer et protéger des réseaux de télécommunication (Pascal nous en fait une démo), le 2ème gère les Déclarations d'Intention de Commencement de Travaux, et le 3ème permet de relever des informations de terrain (inspection de chambres, de fourreaux, etc..).
Quid de la concurrence ? Nouvelles fonctionnalités ? Pourquoi ne pas proposer la chose en "on demand" ? Busines model ? (vente de logiciels et de services associés)...

PS.. Je cherche une bouquin, une étude sur l'histoire de nos infrastructures en France (réseaux routiers, ferroviaires, et ceux étudiés par P&T consulting...). J'ai l'impression que cela n'existe pas. Mais si quelqu'un a des infos là-dessus...

Pour contacter Pascal Coolen : pascal(point)coolen(at)pt(tiret)consulting(point)lu
Le site de P&T Consulting ici

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -