Workit : attention changement de date...
Connaissez-vous Catherine Coolen ? Les DSI traditionnels n'aiment pas trop ces trucs 2.0...

Connaissez-vous Jean Penicaut ? Je me demande bien ce que va faire la grande élite française de l'Art 2.0 : un "Malraux numérique ? ".

Jamais 2 sans 3, dites-vous ?
Il y a quelques jours Google annonçait la mise en ligne d'une quinzaine de toiles du Prado - le célèbre musée espagnol - dans Google Earth. Toiles visibles en haute résolution... Coup d'essai, qui laisse penser que Google ne va s'arrêter là...
J'ai la nette impression que l'on va revivre un épisode très gaulois, comme on l'a déjà vécu avec l'IGN (les cartes) et la numérisation des livres par Google. Sur ce dernier épisode, un très haut fonctionnaire de notre aimable République (Mr Jeanneney) avait été se plaindre auprès de Mr Chirac, à l'époque Président de la République... "Regardez ces méchants cow-boys qui numérisent nos livres..." Résultat : Chirac avait lancé Quaero, avec le succès que l'on sait (mais qui continue)...
Va-t-on revivre le même scénario avec Google Art ?... Et pourtant...

Et pourtant, on a tout ce qu'il faut pour mettre en oeuvre "notre" musée virtuel en très très haute résolution... Très nettement mieux que l'essai Prado de Google... Mais faudrait pas trop traîner...

Jean nous présente dans ce billautshow la solution de Lumière Technology. Lumière Technology a mis au point une caméra multispectrale, équipée d'un capteur satellite et d'un panier de 13 filtres, permettant de numériser une toile sous différentes lumières (UV, infra-rouge, lumière rasante, de 380 à 1.050 nanomètres....) dans le visible et l’invisible. Avec une résolution de 240 millions de pixels, bientôt 1,8 milliard...

A quoi cela sert-il ? Jean nous fait une présentation complète avec un tableau représentant un apache. Numérisation, mise en ligne... Ce qui rend l'oeuvre disponible pour tout un chacun par l'Internet. L'affichage se fait avec Zoomorama qui a déjà présenté sur le billautshow ici. Jean nous montre ensuite ce que l'on peut tirer de ce tableau - découvert dans un grenier - avec sa technologie... Notamment on s'aperçoit que notre apache n'est pas seul sur sa toile... Il y en a un autre sous lui, que l'on ne voit pas naturellement de prime abord. Un expert traditionnel ne le voit naturellement pas non plus... Qui plus est, on repère la signature du peintre malgré l'usure du tableau. On peut ensuite faire des comparaisons avec les oeuvres certifiées du dit peintre (en l'ocurrence l'un des premiers peintres américains). Lumière Technology est donc un élément certifiant du "fine art", de découverte en quelque sorte de l'ADN du tableau... Ce qui naturellement dérange un peu ce marché, organisé de façon très académique.

Le marché du "fine art" est un marché de l'ordre de 9 milliards d'euros. Ce qui n'est pas rien. Marché organisé de façon quasi-moyenne-âgeuse : avec des experts "qui ont l'oeil", des ayant-droits méticuleux et sur leur garde, et quelques personnes qui font la pluie et le beau temps. Bref on ne peut pas dire que la chose soit très 2.0 comme on dit aujourd'hui.Penicaut

Quel est le business model de Lumière Technology, face à ce monde très académique ? Que pourrait être un "Malraux numérique" ? Que pourrait apporter ce Malraux 2.0 ? Lumière Technology se fera-t-il racheté par Google ? Corbis ?

Pour contacter Jean Penicaut : jean((point))penicaut(aRobase)noos(point)fr

Le (magnifique) site de Lumière Technology : ici

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -

Commentaires

Barthélemy  François

Pardonnez-moi de le dire, j'en reste sur le c...
Il y a là de quoi rêver tous ceux qui cherchent à développer en réalité virtuelle.
Merci de partager ceci aussi généreusement.

Jean Penicaut

A lire, mieux, à entendre dans son intégralité, le discours du President de la Republique du 2 fevrier 2009 Cf:www.elysee.fr pour l'installation du Conseil de la Creation Artistique, on peut esperer voir " bouger" les choses dans le bons sens pour créer l'équivalent d'un Google Art.
Lumiere Technology repond en de nombreux points aux preoccupations et la volonté de Nicolas Sarkosy et de la Ministre de la Culture, et pourrait être un des premiers chantiers rapidement opérationnel de ce nouveau Conseil animé par Marin Karmitz. Ce n'est qu'une question d'adhesion de toute une technostructure museale et scientifique qui donnerait à la France dans une cooperation Public/Privé exemplaire un leadership mondial, dés lors que chacun accepterait d'ouvrir ses prérogatives pour innover.
Merci Jean Michel de l'avoir compris ainsi et de nous avoir permis de l'exprimer. Ecoutez ce discours, c'est étonnant. Je ne peux que y adherer. Sera t il suivi d'effet ?
On peut l'esperer.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)