Ma Photo

Abonnez vous à mon blog (email ou RSS)

Liens

Blog powered by Typepad

« Bluffé.... | Accueil | Connaissez-vous Nicolas Guerin ? La billeterie se met au 2.0... »

Commentaires

arena

http://www.legrenelle-environnement.fr/grenelle-environnement/

le site est très vert ...

Marc Duchesne

Dans le même ordre d'idée, bien que inversant la proposition, le concept de supermarket drive-in offert par Leclerc est une autre piste à suivre.
Pour ceux & celles qui ne connaissent pas : on passe commande soit par internet soit directement à une borne à l'entrée du drive-in, et les marchandises sont directement livrées sur place. Une centaine d'hyper Leclerc vont bientôt proposer ce service.
Poussons le concept jusqu'au bout, dans l'optique du Développement Durable, et créons un nouveau service (i.e. une nouvelle activité, donc une nouvelle entreprise, donc de nouveaux emplois) : il suffit de grouper les commandes de particuliers résidant dans une même zone, d'aller prendre livraison de toutes les marchandises, et d'effectuer la distribution à domicile.
Très facile à organiser grâce au Web 2.0, et investissement matèriel réduit : un ordinateur (un Mac de préférence, pas se faire suer avec les virus ;-) et une camionnette (si possible neuve, et à faible émission de CO2).
Bénéfice pour la Planète : au lieu que 10 ou 15 particuliers se déplacent chacun au drive-in, un seul véhicule. Bénéfice pour le Pays : à 100 hypers, c'est au moins 100 emplois nouveaux créés, dans un 1er temps...

senceber

@Marc Duschene

C'est pas si simple, parce que c'est le prototype de la vrai/fausse bonne idée. J'en sais quelque chose, car c'est moi qui ai créé ce concept en 1996 avec l'Hyper U de Parthenay. Dans le cas du Drive-In (repris ensuite par Auchan)on n'économise ni pollution (chacun venant avec sa voiture et à la même heure, d'ou embouteillage)ni finances car la livraison groupée (on la faisait au sein des enreprises avec livraison sur le parking à 17h30) coûte très cher pour un Hyper. En effet, la loi oblige l'hyper à livrer dans un camion frigorifique (cher, gros consommateur d'énergie et pollueur à ses heures)et il faut plusieurs livreurs et camions car tout le monde veut être livré à 17h30 au bureau ou entre 19 et 20 heures à la maison. Pas avant, pas après.
Il faudrait pousser la réflexion plus loin et pouvoir avoir accès à des garages/consignes chez les particuliers permettant de livrer en tournée à n'importe quelle heure. (ca existe depuis longtemps au US - Un accès depuis l'intérieur, un accès depuis l'extérieur pour le livreur)Dans ce schéma là, on fait une double opération environnementale et fnancière.
Mais le commerce électronique n'est pas le seul secteur ou la mise en réseau à très aut débit aurait des incidences fortes sur l'environement :Quand pourra t'on suivre des cours d'universités ou de grandes écoles en ligne, quand pourra t'on faire enfin des réunions à distance, quand pourra t'on travailler depuis chez soi, quand pourra t'o suivre un spectacle parisie au fin fond de la campagne, etc, etc...

Vincent

Très interessant tout cela. Reste effectivement le problème de la chaîne du froid (très important) et de territoire : Si ce genre de système semble, à priori, "relativement" simple à mettre en place dans une grande agglomération, quid des rurbains, habitant une deuxième périphérie, un entre-deux. Foyers n'ayant pas les moyens d'habiter en ville et qui par conséquent sont de plus gros pollueurs (déplacement travail/domicile/Grandes Surfaces), foyers pauvres et/ou agés n'ayant pas de moyens de transport et d'internet (à très haut débit ou pas d'ailleurs), on voit qu'une autre fracture se met en place.

Et cela me fait penser à ma grand-mère (toujours penser à elle) et sa pratique finalement tres web 2.0 avant l'heure.

Habitant à la campagne (même si proche d'une ville), cette dernière voyait chaque semaine la visite du camion de l'épicier, du boucher/charcutier, le boulanger et le facteur/porteur de journal lui rendant visite tous les jours. Ces artisans consacraient au moins une journée par semaine à faire une tournée dans leur zone de chalandise. En cas d'absence, un appel de ma grand-mère leur évitait de faire le déplacement chez elle, en cas d'une commande spéciale d'un produit/aliment qu'ils ne transportaient pas habituellement, un autre appel leur permettait de prévoir le coup.

Les grandes surfaces françaises les ont tué. C'est fou quand on compare, notamment l'alimentaire, la situation entre la France et d'autres pays européens. Dans les villes moyennes, à part les boulangers/patissiers, on ne trouve pratiquement plus d'autres commerces alimentaires à demeure (hors marchés), obligeant de se déplacer dans les grandes surfaces en périphérie.

Et cela me fait penser à la Poste. Alors que cette dernière "rationalise" ses bureaux de poste en en supprimant pas mal, rationalise ses tournées (moins de personnels, moins de remplacement, … amère experience de client dans une ville moyenne) obligeant la population à se déplacer dans des Postes centrales, bondées, …), bref dans un effet de mimetisme à retardement avec les Grandes Surfaces, on s'aperçoit que ces dernières (et de nouveaux entrants) pratiquent le mouvement balancier inverse en imaginant qui de la livraison à domicile groupée (versus facteur), qui d'un lieu de dépot local (versus petit bureau de poste).
Dans notre société de l'information je trouve cela proprement fascinant tout en m'interrogeant sur les logiques de nos grands dirigeants, haut fonctionnaire ou pas.

Comment une société, référence quoique l'on en pense, dans le service de livraison à domicile ou de proximité pour le grand public, préfère, avec la fin de son monopole, rationaliser et réduire l'envergure de son outil plutôt que d'utiliser son expertise et son outil pour prospecter de nouveaux marchés, à savoir par exemple la livraison de courses, de médicaments (cet exemple est pris car j'ai souvenir d'affaires médiatiques où des facteurs ce sont fait taper sur les doigts par leur direction pour avoir apporté les médicaments de personnes âgées ne pouvant pas se déplacer à la pharmacie située à des kilomètres de chez eux), …

Au lieu de fermer les bureaux de postes locaux en transférant une toute petite partie de leur activité auprès du buraliste, transformons ces bureaux et ces facteurs, en locaux de livraison et en livreurs multi-services. Le tout avec une gestion via le net, le téléphone, SMS, ou que sais-je encore.

Cela permettrait de conserver les petites postes, de maintenir des emplois (voir d'en créer) et surtout du lien social, si important.

PS: je viens d'apprendre que le deuxième forum du très haut débit, après Saint-Etienne, se déroulera dans ma bonne ville d'Angoulême (second trimestre 2008). Y serez-vous monsieur Billaut ?

arena

j'en reviens au site
http://www.legrenelle-environnement.fr/grenelle-environnement/

La consultation publique se fait du 28 septembre au 12 octobre.
Il serait interessant de savoir si il y a, a eu bcp de consultations ...
Personnellement, je pensais trouvé mon bonheur dans le Groupe 6 « Modes de développement écologique favorables à
l’emploi et la compétitivité ».
Je n'ai pas trouvé la case pour parler du THD (très haut débit).

Mon sentiment : il faudrait un Grenelle tous les ans avec comités de pilotage.

Si quelqu'un connait la manip pour parler et faire parler du THD, qu'il le poste dans les commentaires. Ensuite, à chacun de diffuser l'info (mailing, blogs (articles & commentaires), etc ...).

En quelques clics, on devrait pouvoir faire remonter le message que diable !

olivier2

Le concept du Drive in ne date pas de 96......mais était déjà en place ( pour l'Europe ) en suède et en Finlande quelques années auparavant...
Un peu de pub pour Télémarket n'est pas usurpée. Télémarket s'appellait à l'origine Caditel ( lancement en 1983 / 84 je crois ) et j'ai l'honneur de porter un N° de client inférieur à 50.
Il fallait pianoter sur son Minitel pour passer commande et le paiement par carte ne posait aucun problème....on peut vraiment parler de "défricheur" et il est heureux que cette société soit aujourd'hui honorée.
Télémarket a par ailleurs été souvent primé pour la qualité de son site dans tous ses aspects.

A-Y Portnoff

il est évident que le e-commerce change la donne et devrait avoir un impact positif, comme toutes les téléactivités. la difficulté pour évaluer l'impact vient de ce que les dépalcements personnels ne sont pas nécessairement réduits mais modifiés dans le temps et les buts. Si on étale les déplacements, on réduit bouchons et donc consommation. J'ai essayé d'avoir l'étude mais l'adresse agence@fhcom.net ne semble pas marcher, Jean-Michel , si tu peux m'aider, merci...
André-Yves Portnoff

Frédéric

Quand on sait que l'article préféré commandé sur Télémarket c'est les packs de boissons et notamment d'eau en bouteille (que l'on préfère se faire livrer pour ne pas monter les 3 étages de notre appart). Je propose de réduire encore plus les émissions de gaz à effet de serre en suggérant de boire de l'eau du robinet, livrée chez vous... sans carburant et donc sans passer par Telemarket !

loran

Pipo et orientée comme étude...
Et la reprendre pour défendre son biftek n'est pas fameux.

finizi

Une solution pour la chaine du froid : des petits conteneurs à la Zéolite.
La Zéolite? De mémoire, une sorte d'argile qu'il faut recharger en la séchant. Assez écolo. Il me semble que Intermarché utiliser de tels conteneurs...

billaut

@loran : pourquoi c'est "pipo" ? bifteck ? vous voulez dire que j'utilise cette étude pour défendre l'idée d'un réseau de télécom à TRES haut débit ?
vous devriez vous persuader que le monde est mal barré si on ne change pas nos habitudes...

billaut

@Frederic... excellent l'idée l'eau du robinet... j'ai essayé chez moi de faire adopter la chose, le maire de mon bled m'assurant que l'eau était tout a fait potable... rien à faire... comme quoi... de plus Madame Billaut ne veut boire que de "la mont roucous"... les autres eaux ne sont pas comme il faut semble-t-il.. allez donc savoir pourquoi... (un jour j'ai rempli une bouteille étiquetée Mont Roucous avec de l'eau du robinet... personne n'y a rien vu...)

billaut

@ceux qui ont commentés le grenelle de l'environnement...
je suis allé sure le site... je n'ai pas trouvé de forum (de vrai forum où tout un chacun peut s'exprimer) mais j'ai peut être mal cherché...
Par ailleurs j'ai lu (pour l'instant en diagonale) les projets de rapports... bon... il y a certes des idées... mais le fond des choses n'est pas abordé... comment change t on nos habitudes : dans le commerce (etude dont je parle dans mon post), dans les téléactivités, l'aménagement numérique du territoire, etc..
Par exemple l'arrivée du e-paper n'est pas abordée... (mais j'ai peut être mal lu..)
en tout cas si quelqu'un trouve comment participer au forum merci de nous dire...

Sylvie

Interressant ce post (et commentaires)!
Pour en revenir à l'eau du robinet, les filtres à eau (type Brita pour ne pas les nommer) permettent de boire une eau bien meilleure en évitant les montagnes de bouteilles en plastique à transporter et surtout à recycler..

senceber

je confirme : les stats au bout de trois ans de fonctionnement donnaient :

1) pack eau
2) pack lait
3) jus d'orange
4) lessive
5) papier toilette

sachant qu'en plus, sur les deux premires produits, les hyper ont quasimment pas de marge.

@loran: je vois pas ce qui vous fait dire étude pipo...

Il est évident qu'il faut faire rapidement changer les modes de consommation et de comportements au quotidiens et que le très haut débit est un des éléments incontournables de ces modifications.

Marc Duchesne

@Senceber : à propos du concept de Drive-In, on parle de la même chose : la livraison à domicile. L'idée évoquée dans mon 1er commentaire est d'organiser la réception des commandes de plusieurs particuliers avec un seul véhicule, qui servira ensuite à la distribution chez chacun d'eux. Donc, en l'occurence, il s'agit de profiter de cette initiative de Leclerc pour créer de nouveaux emplois autour des hypers en question : "livreur". Le business model peut être très simple : on se fait payer à la course (sans jeux de mots, quoique ;-), genre un abonnement annuel minime (pour "obliger" le client) plus une commission (re sans jeux de mots) à la livraison.
Pour respecter l'environnement, on choisira plutôt un véhicule électrique ou hybride (un Kangoo électrique, ça existe ?). Capacité de chargement : de quoi transporter sans problèmes l'équivalent de 10 caddies Carrouf (les XXL) pleins.
Investissement : réduit, car on peut se faire sponsoriser par les acteurs locaux et/ou institutionnels (qui ne tente rien n'a rien...).

Boris

Cette liste des produits courants les plus commandés à distance donnée par Senceber plus haut est intéressante.
Il y a d'autres produits comme la farine, le sucre, l'huile, les pates qui suivent surement derrière.

Je pense à une chose : la pluplart d'entre eux feraient bien de devenir des produits génériques fabriqués le plus possible localement et distribués collectivement par un réseau de transport ou par un réseau de dépot local (magasin du coin).

ça peut faire sourire comme idée mais côté dépense énergétique on peut surement y trouver son compte. Bon après toutes les villes peuvent ne pas avoir la capacité à faire leur sucre ou leur papier toilette... mais pour l'eau par exemple il est rare qu'une région n'est pas sa source.

Je pense qu'à terme un mixte produits génériques et produits marketing pourrait bien s'imposer.
A réfléchir...

senceber

@ Boris : On avait en effet eu la même réflexion que vous et on se préparait à livrer en tournée les éléments les plus courants et volumineux (en livraison bi-hebdomadaire à partir des moyennes de consommation). On avait même trouvé (pour des questions économiques et non écologiques , je l'avoue, mais on était en 1996-97)le transport idéal pour nos campagnes, à savoir les bus scolaires qui couvrent toute la campagne pour quelques élèves et qui ont des coffres bien dimensionnés.On ne l'a pas mis en place car le patron de l'Hyper à vendu et le nouveau n'avait pas les mêmes réflexions.
Mais en reprenant votre idée de génériques, je me rends compte qu'en effet à proximité on a une usine d'embouteillage d'eau (La fiée des lois) et qu'on a une laiterie tout les vingt kilometres. Je suis sur qu'en cherchant bien, on a pas mal d'autres possibilités à proximité.
C'est plus qu'à réfléchir, c'est à analyser.
Peut-être un nouveau filon de e-business de proximité.

A R

ca y est, les forums "Grenelle de l'environnement" sont ouverts.

A R

mon message ici

billaut

@ A R
on ne peut etre que d'accord...

Marc Tirel

Ce matin sur Europe N°1 Mr Jacques Atalli himself a fait référence à ce post dans sa chronique hebdomadaire...
De l'influence des bons blogs... bravo Jean-Michel !

billaut

@Marc Tirel... et bé... j'en suis tout estourbi...
Merci de l'info... Un ami vient par ailleurs de me laisser un message vocal pour me signaler la chose...
J'ai échangé par mails avec Jacques Attali que j'ai rencontré à plusieurs reprises... J'espere que dans le prochain rapport que le Président de la République lui a demandé, il mettra en avant "l'ardente obligation" de fibrer la France... certes son rapport concerne les freins à la croissance, mais rien n'interdit de parler d'accélérateurs de croissance...
Prions Sainte Fibre...

billaut

@tous
si cela vous intéresse vous pouvez lire ou écouter la chronique d'Attali ici : http://www.europe1.fr/informations/chronique/99/o%F9-va-le-monde-?---jacques-attali.html#

Fabrice Flipo

Hello

L'étude de Telemarket.fr est comme la publicité : elle n'est pas fausse, mais elle ment par omission.

Il existe bien des études scientifiques sur la question du ecommerce. Aucune ne donne l'avantage au ecommerce en termes d'émissions de gaz à effet de serre. Une étude montre qu'au bout d'une heure de lecture sur internet, vous avez consommé autant que si vous aviez acheté un journal.

Voici quelques unes des omissions de Telemarket.

On a l'impression que le vituel ne consomme rien. Gartner a affirmé que les TIC c'est 2% des émissions de GES mondiales. Ce n'est pas tout à fait rien.

Voir notre rapport ici :
www.int-edu.eu/etos/rapports

De plus le commerce à distance ne génère pas les mêmes liens sociaux que la place du marché. A méditer avant de prendre les vessies de Telemarket pour les lanternes idéales du monde de demain. La crise climatique ne se résoudra pas uniquement par des moyens techniques. Il est bien évident que de plus en plus de publicitaires vont tenter de surfer sur la crise climatique pour tirer leur épingle du jeu.

Enfin une étude de l'Ademe, déjà ancienne, montre que le petit commerce de produits locaux dégage moins de GES que le commerce en ligne... Le pire c'est l'hypermarché. Que ce soit l'hypermarché qui vienne chez nous via une camionnette commandée par Internet ne change pas fondamentalement le problème. Les bananes du Pérou viennent toujours du Pérou. Les tulipes turques viennent toujours de Turquie. etc.

L'argument de la viodéoconférence en B2B est plus sérieux. British Telecom l'a aussi expérimenté. Mais le succès repose sur le management. Tout comme le travail à distance, ça ne marche pas très bien dans les entreprises très hiérarchisées, qui ne font pas confiance aux salariés...

Bref avant de prôner des solutions aléatoires et peu fiables, mal maîtrisées, il conviendrait de se rendre compte qu'il existe toute une palette de solutions fiables pour réduire les GES... agriculture biologique, taxe énergie etc.

Fabrice Flipo

Hello

L'étude de Telemarket.fr est comme la publicité : elle n'est pas fausse, mais elle ment par omission.

Il existe bien des études scientifiques sur la question du ecommerce. Aucune ne donne l'avantage au ecommerce en termes d'émissions de gaz à effet de serre. Une étude montre qu'au bout d'une heure de lecture sur internet, vous avez consommé autant que si vous aviez acheté un journal.

Voici quelques unes des omissions de Telemarket.

On a l'impression que le vituel ne consomme rien. Gartner a affirmé que les TIC c'est 2% des émissions de GES mondiales. Ce n'est pas tout à fait rien.

Voir notre rapport ici :
www.int-edu.eu/etos/rapports

De plus le commerce à distance ne génère pas les mêmes liens sociaux que la place du marché. A méditer avant de prendre les vessies de Telemarket pour les lanternes idéales du monde de demain. La crise climatique ne se résoudra pas uniquement par des moyens techniques. Il est bien évident que de plus en plus de publicitaires vont tenter de surfer sur la crise climatique pour tirer leur épingle du jeu.

Enfin une étude de l'Ademe, déjà ancienne, montre que le petit commerce de produits locaux dégage moins de GES que le commerce en ligne... Le pire c'est l'hypermarché. Que ce soit l'hypermarché qui vienne chez nous via une camionnette commandée par Internet ne change pas fondamentalement le problème. Les bananes du Pérou viennent toujours du Pérou. Les tulipes turques viennent toujours de Turquie. etc.

L'argument de la viodéoconférence en B2B est plus sérieux. British Telecom l'a aussi expérimenté. Mais le succès repose sur le management. Tout comme le travail à distance, ça ne marche pas très bien dans les entreprises très hiérarchisées, qui ne font pas confiance aux salariés...

Bref avant de prôner des solutions aléatoires et peu fiables, mal maîtrisées, il conviendrait de se rendre compte qu'il existe toute une palette de solutions fiables pour réduire les GES... agriculture biologique, taxe énergie etc.

billaut

@Fabrice Flipo...
merci pour votre contribution intéressante...

Fabrice Flipo

nb : à lire : http://www.manicore.com/documentation/sobriete.html

où l'on voit que l'on savait dès le début que le télémarket ne serait pas nécessairement moins émetteur que le market tout court...

Plouviez Alain

bonjour,
un autre article sur les bienfaits de l'informatique (en l'occurrence le télétravail) sur l'environnement : http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39374243,00.htm?xtor=EPR-100
Mais surtout, l'étude qui a induit cet article : http://www.ce.org/Energy_and_Greenhouse_Gas_Emissions_Impact_CEA_July_2007.pdf
Je vous conseille, c'est à lire !
AP

Mike - Markéteux Durable et Ethique

merci JM pour cette édute, qui a le mérite de susciter un débat constructif.
Pour ma part, n'ayant pas (plus) le temps d'aller dans les magains pour acheter de quoi boire et manger "normalement", je commande sur le net. Socialement, il parait que c'est moins bien, ceci dit j'en appelle à tous ceux qui vont dans les grandes surfaces : combien tissent du lien social dans ces endroits ? :-)

billaut

@Mike..
combien tissent du lien social dans ces endroits ? a mon avis pas grand monde...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Pub

Googlez-moi:


Stats