« septembre 2006 | Accueil | novembre 2006 »

Madagascar n°5

Je vais commencer à publier quelques vidéos faites lors de notre périple malgache... (voir les posts précédents dans la catégorie "les Français parlent aux Français").

Connaissez-vous Narcisse ? Narcisse fait de la marqueterie malgache à Ambositra (on prononce Ambroutche ou quelque chose comme cela).. Ambositra, petite ville située sur les Hautes Terres entre Tana et Fianarantsoa, est un peu la capitale de la marqueterrie malgache... et le centre du pays de l'ethnie Zafimaniry.
Narcisse donc travaille chez Monsieur Victor, lequel tient un magasin d'art malgache en face du Grand Hôtel... Narcisse nous explique qu'il est très possible de faire de la marqueterrie avec un pneu, un matelas... et de la boue... Et naturellement du bois... Sans électricité... Ses collègues eux font de la sculpture avec du bois de rose, en utilisant très habillement... leurs pieds...
Je ne sais pas trop pourquoi, nos amis malgaches représensent très souvent dans leurs oeuvres de maqueterrie Tintin... (ils ne payent pas de droit à la maison Hergé semble-t-il)... Mais cela étant, dans la salle de restaurant du Grand Hôtel nous y avons vu un magnifique tableau en maqueterie représentant des ballons... Jean Hugues et moi avons voulu l'acheter, mais l'aubergiste n'a pas voulu, nous disant que c'était un cadeau auquel il tenait beaucoup... Nous avons appris que l'auteur habitait et travaillait son art dans l'hôtel... C'est à lui que Jean Hugues a fait un court d'économie politique... Car normalement le "marquetteur" (je ne sais pas trop ci cela se dit...) doit nous refaire le même... Je pense que si nos amis adoptait une vision artistique européenne de leur affaire : ils auraient un beau déboucher... Par vrai Jean Huges ?

Une prochaine fois, nous irons dans les villages de montagne Zafimaniry... qui travaillent aussi le bois... 1 heure de 4/4 et 5 heures de marche "où cela monte et cela descend très fort"... Ces villages ne connaissent pas la monnaie... Leur petite société fonctionne au troc...

Le fichier vidéo ici (la bande son n'a pas beaucoup d'intérêt je pense... vu qu'il faut voir la chose)

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -


Connaissez-vous Cedric Maloux et Matthew Gertner ?

Ces messieurs sont les fondateurs d'Allpeers...

Allpeers est une extension de Firefox 2.0... Elle permet de partager tout type de fichiers, y compris de très gros fichiers, en mode privé, et sécurisé... Des photos, de la musique, de la vidéo, etc... Le tout en mode "drag and share"...
Comment cela marche-t-il ?
Matthew nous fait une démonstration... La chose est lancée en bêta depuis peu... Déjà 130.000 utilisateurs... Doit-on avoir son PC en ligne pour recevoir un fichier ? Allpeers pourrait-il avoir des problèmes avec qui vous savez ? Allpeers gagnera-t-il des sous ? Et vous, avec Allpeers, pourrez-vous gagner quelque argent ? Y a-t-il des concurrents ? Qui a investi dans Allpeers ?

Pour contacter Cedric ici
Le site d'Allpeers ici
Le fichier vidéo ici
Le fichier mp3 ici

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -


Madagascar n° 4

Paris, Lundi 30 octobre 2006...
Voilà. Bien rentré (merci à ceux qui se sont inquiétés de mon silence blog depuis quelques jours ...)
En fait, nous sommes rentrés Jeudi dernier vers les 22 heures... Je dois dire, pour ce qui me concerne, que j'étais sur les rotules... Car suivre Jean Hugues Lauret n'est pas une mince affaire (voir post précédents sur Madagascar)... Il est vrai qu'il est plus jeune que moi... En tout cas, il est revenu frais comme un gardon... ou presque.
Par ailleurs, la misère que j'ai vue là-bas (Madagascar est le 2ème ou 3ème pays le plus pauvre de la cette Terre), ne m'a pas laissé indifférent... Jamais vu cela même en Chine ou en Inde. Pauvreté et son lot de calamités : dénument complet pour une partie de la population qui vit dehors et se débarbouille dans les flaques d'eau, alimentation succinte, éducation au ras des paquerettes (on nous a réclamé beaucoup de crayons et de cahiers), corruption à tous les étages (on s'est fait arrêté plusieurs fois sur la route avec des papiers en règle... on ne comprenait pas pourquoi le gendarme nous les rendait comme à contre-coeur. On l'a appris en rendant le 4/4 : il fallait graisser la patte...). Vendeurs à la sauvette très accrocheurs. C'est bien simple : sur les "Champs Elysées" de Tana on se serait crû dans un magasin Casto... Avec plein de vendeurs qui veulent vous vendre qui des perceuses électriques, qui des déboucheurs en caoutchouc d'évier, des lampes de poche, des petits vidéo-projecteurs, etc... Comme la ciculation est loin d'être fluide, cela leur donne le temps de vous faire l'article...
Retour en plus avec quelques ennuis comment dire... gastriques... Bref, je refais surface...  Et je compte sur quelques jours de repos autour du 1er novembre, pour me retaper complétement...
Je voulais hier Dimanche poster quelques vidéos faites là-bas... Et bien figurez-vous que l'accès Internet dans ma campagne là où j'habite, était out... (comme à Madagascar en fait)... Le NRA local et ses racks ADSL devait avoir quelques problèmes... J'espère que cela va être prochainement réparé. Je vais vous poster cela d'ici le milieu de semaine...
Christian Salles, qui nous a accompagné les premiers jours, est remonté Lundi dernier de Fianarantsoa à Tana en .... taxi-brousse... Il nous fera part je pense de son aventure qui a été assez croquignolesque... (en ce moment il doit être en Thaïlande - Hé, oui j'ai des relations qui voyagent pas mal...).

Voilà .. Sinon d'autres voyages en perspectives pour ma pomme (mais sans Jean Hugues)... Berlin (un congrés sur l'éducation) et Stockholm (invitation par Cisco et la ville de Stockholm à la remise des prix Nobel). On en recausera...


Madagascar n° 3

Tananarive - mercredi 25 octobre vers les 18:00 du soir...

Merci de ne pas prévenir les Autorités Françaises... Nous sommes toujours en vie... Comme je vous l'avais dit samedi dernier, nous sommes descendus dans le sud... Et là, pas d'accés Internet, pas toujours de courant électrique (l'EDF local serait en faillite) ... Donc difficile de faire un post quotidien... Mais on est toujours sur cette Terre.. Et je rassure Madame Lauret... Jean Hugues va bien... (à part son oreille..). Christian Salles lui, est descendu avec nous et est remonté Lundi matin sur Tana en taxi brousse... Mais pas de nouvelles : on ne sait pas trop où il se trouve...  il a peut être trouvé une jolie malgache... (on m'a aussi proposé une à Ambrosita - on dit Ambrouche - merci de ne rien dire à Madame Billaut... mais j'ai encore un certain charme, surtout avec quelques billets...).

Sinon, depuis samedi on a vécu en dehors du temps dans des paysages magnifiques notamment dans les Hautes Terres au pays Betsileo... Avec des aventures qui ne peuvent qu'arriver qu'à nous... Tonton Billaut et cousin Lauret au pays des zébus... sous-titre : voir Manakara (on dit manaquar) et mourir... Beaucoup de belles photos, de reportages... (Lauret est venu avec une caméra HD - j'ai crû comprendre qu'il allait lancer un serveur HD sur les réseaux à TRES haut débit qui vont commencer à fleurir en France)...

Lauret (qui comme le souligne Madame Lauret dans son commentaire sur Madagascar n°2 est un personnage qu'il est difficile de suivre...) a étudié en détail la chaîne de valeur de la marquetterie malgache (pas que celle là d'ailleurs, y'en a eu beaucoup d'autres... - il appelle cela faire du tourisme actif...)... Il a même fait un cours d'économie politique à un artisan malgache travaillant dans le pays betsileo... J'ai pas filmé pour ne pas l'embêter, mais c'était assez croquignolet... Deux civilisations qui se rencontrent : la civilisation Lauret et celle millénaire des peuples betsileo (qui venaient d'Asie)...  J'ai filmé néanmoins un atelier de marquetterie... Bluffant... Vous savez ce qu'ils utilisent pour faire la scie filaire ? Je vous le donne en mille... Les fils métalliques qui sont dans les pneus... Et pour le retour de scie ? Un ressort de matelas... 

A force d'étudier la chaîne de valeur de la marquetterie malgache, on n'a plus un rond malgache : on a tout dépensé en achetant quelques beaux bouts de bois (Lauret a quelques idées pour le marché mondial)... Et je ne sais pas comment on va payer l'hôtel demain matin (mais Lauret est un homme de ressource...)...

Sinon la descente en train (le seul de l'île) entre Fianarantsoa et Manakara a été un expérience humaine impressionnante... 10 heures pour faire 180 kilomètres (et même chose pour revenir le lendemain)... Mais Jean Hugues voulait le faire... Départ en seconde dans un train qui a fait plusieurs guerres mondiales et malgaches. J'ai fait le voyage sous un longeron de porc qu'une vieile dame a accroché au-dessus de ma tête (non emballé le longeron) ... Avec au pied une batterie de voiture, un panier d'épinards locaux, un sac de riz, de bananes... etc... Un capharnaum indescriptible.  Et une population très pauvre, sympa au demeurant, mais d'un autre âge... 17 gares dans les montagnes... avec fêtes à toutes les gares. Enfin fête : tout le village était là en essayant de nous vendre qui des bananes, des poulets, des boules de riz, des saucisses, etc... Et les gosses qui nous appellaient vazaha (un vazaha est un homo sapiens blanc de peau - donc craint pas les gamins " si tu désobéis, le vahaza va venir te chercher" disent les mères, pour certaines à peine plus âgées d'une douzaine d'année).

Et quelques jolies dames avec leur rejeton qu'elles nourrisaient en sortant un joli téton... On a dormi à Manakara... Cette petite ville côtiere, m'a fait pensé au village du film "le salaire de la peur"... Mais en plus cool... Ah oui ! Grosse émeute à notre arrivée à la gare de Manakara... Nous avons mis en ébullition le marché du posy-posy... (les pousse-pousses - il y a beaucoup dans le sud). Tout le monde se proposait de nous pousse-pousser à un hôtel (naturellement ici pas de réservation pour l'hôtel...)... Et cela a commencé à chauffer... "je les ai vu le premier", "oui, mais c'est à moi qu'ils ont dit OK"... et les autres de crier au sabotage (sic)... Bref on s'en est difficillement sorti.. pour aboutir à l'hôtel Recif. Bon.. propre, mais sans plus...

Le lendemain, retour par le même train mais en première... Pas mal... Mais plusieurs arrêts intempestifs... Et un Français qui voyageait avec nous et qui connaît, nous a raconté quelques déraillements sublimes de cette ligne, avec tous les boulons des rails qui sautent les uns aprés les autres sur plusieurs kilomètres... Et d'autres histoires dignes des contes du Chat Perché... Comme les turpitudes du zaza club de Tulear, ou comment couper le cou à un pouler avec un couteau qui ne coupe pas... etc...

Ah oui... Je viens de voir un mail de l'un d'entre vous qui me demande ce que Jean Hugues Lauret a pommé, égaré depuis samedi ... Alors dans l'ordre :
1/ son billet d'avion pour le retour... Il a déclaré le vol ce matin au commissariat de Tana ... Il m'a raconté comment cela c'était passé... Un grand moment... Et il a dû racheter un billet...

2/ 2 pulls qu'il avait oublié chez Yvette (la ferme d'Antsibare)... Nous sommes repassé voir Yvette au retour... Qu'il les lui a remis (il ne savait pas qu'il les avait oubliés)...

3/ une paire de godasse à l'hôtel de Fianarantsoa (il s'en est aperçu et est retourné les chercher avant de prendre le train)...

4/ son écharpe saharienne (mais il l'a retrouvé quelques heures plus tard...)

5/ et d'autres trucs ... (Madame Lauret est probablement une sainte femme)...

Sinon notre 4/4 a bien fonctionné... Sauf au retour à partir de Fianarantsoa... Il n'a pas voulu démarrer... On a dû pousser.. mais tout le monde - les gens qui passaient par là - s'y est mis...

Voilà pour le principal... Au retour je donnerais mes impressions sur ce pays attachant et étrange... Sauf naturellement si on ne trouve pas de sous pour payer l'hôtel, auquel cas ce sont les geôles malagaches (le Français du train - il est de temps à autre antiquaire à Cluny en France - nous a raconté aussi de bien bonnes sur les prisons malgaches, la justice de ce pays, etc...). Je râle de temps à autres sur la France, mais je dois dire que tout bien réfléchi...


Madagascar n°2

Antsibaré - le samedi 21 octobre 2006 vers les 7 heures du matin heure locale...

Voilà nous sommes à environ 200 kms au Sud de Tana... dans une ferme malgache très sympa.... Mon post ne sera pas trés long, car la connexion Internet : so-so.. D'ailleurs on n'a pas d'électricité, mais le propriétaire nous a mis en route son groupe électrogène... Faire arriver une ligne électrique ici coûte 60.000 € !

Donc hier... On a commencé la journée avec un gros affolement... Car Christian n'avait plus à sa disposition le 4/4 avec chauffeur... Nous avons dû nous mettre en chasse pour trouver une voiture à louer à Tana... En France, cela prend 1 heure à une demi-journée... Ici c'est un peu différent...  Cela peut prendre 3 à 4 jours... Mais nous avons eu beaucoup de chance après avoir contacté plusieurs loueurs... Nous avons en effet trouvé un Pajero un peu vieux, mais qui fait l'affaire... Et nous voilà partis vers le Sud vers les midi... (Lauret a eu quelques réunions de travail le matin, ce qui fait que nous sommes partis un peu tard...)

Arrêt au Relais des Pêcheurs à Ambatoulanpy (60 kms de Tana)... Patron français d'origine albanaise... Bonne cuisine... Il nous a raconté beaucoup de choses, dont notamment le rachat de la ligne de chemin de fer Sud au départ de Tana par le groupe Bolloré... J'ai interviewé le monsieur...  Du coup il nous a offet un petit verre de marc de derrière les fagots... et quelques cartes postales.

Et pluie toute l'aprés midi pour arriver à Antsibaré... Christian au volant, moi comme navigateur (boulot simple : il n'y a qu'une route), Jean Hugues à l'arrière (lecture et sieste - puis sieste et lecture : j'ai quelques photos compromettantes)... Paysages magnifiques - terres rouges - rizières dans le fond des vallées, lumière diaphane... Sous les Tropiques le soir tombe vite... A 18 heures il fait noir. Faut donc savoir où l'on va... Ce qui n'était pas exactement le cas pour nous... Philippe Gudicelli nous avait conseillé un gîte à la ferme... Après avoir un peu tatonné, on a trouvé la piste pour se rendre à l'entrée de la ville de Antsibaré... 6 kms de pistes pour arriver à la ferme d'Andranobe.  Faut faire trés attention aux pierres qui peuvent vous éventrer le carter de la voiture rapidement... Et au planches manquantes sur les petits ponts au-dessus des ruisseaux.... Bon je passe quelques autres épisodes intéressants... 

Nous avons été magnifiquement reçu. Chambres confortables...Et visite de la ferme ce matin... Une trentaine d'hectaures, production biologique, vaches néo-zélandaises. Une vingtaine de personnes travaillent à la ferme (masse salariale mensuelle : l'équivalent d'un gros SMIC en France). La patronne envisage de confectionner du ... camembert..  Sinon Lauret n'a rien perdu hier... Ah si... ce matin il cherchait son câble USB pour transférer ses photos sur son PC... (je pense qu'il l'a retrouvé)...

Bon je vous laisse, car le patron va arrêter son groupe électrogène... On part tout à l'heure toujours vers le Sud...

A demain peut-être...


Madagascar n°1

Tananarive - vendredi 20 octobre 2006 vers les 8:00 du matin, heure locale...

Voilà, bien arrivé hier matin par le vol de nuit en provenance de Paris... Grand soleil ici... Quand nous sommes descendus sur le tarmac de l'aéroport : boum! La chaleur vous tombe dessus, malgré l'heure matinale... Car ici, c'est le printemps austral.

Procédures de sorties longues ( achat de visa, etc...). Les fonctionnaires locaux sont d'un calme olympien... trés gentils, mais pas très rapides... Vous me direz que c'est un peu partout pareil... Et un monsieur à la sortie de l'aéroport est venu me saluer... Il vit à la Réunion et avait participé à une conférence que j'avais faite là-bas à Cilaos il y a quelques mois.

Je voyage avec Jean Hugues Lauret (je porte les bagages du jeune homme, je fais attention à ses affaires, car il perd pas mal de choses, y compris de temps à autres aussi les miennes.. il perd son stylo, je lui prête le mien, il le perd. Bref on s'amuse bien....). Un autre copain, Christian Salles (ex banquier - a priori il ne perd rien), nous attendait à la sortie de l'aéroport avec voiture et chauffeur... Hé ! on a des relations ou on n'en a pas... Donc séance tenante, en avant pour de nouvelles aventures...

Visite des échoppes sur la Digue avant l'entrée en ville (très bel artisanat - j'ai acheté quelques bricoles en corne de zébu pour Madame Billaut : je pense que cela va lui plaire ). Visite à la BMOI (banque du groupe BNP Paribas) pour échanger de l'argent... Les Gab ne courant pas les rues, j'ai changé au comptoir 200 €... On m'a refilé une brouette de billets en monnaie locale (genre inflation brésilienne ou allemande de 1923/1924)... J'arrivais à peine à mettre tout cet argent dans ma poche (et ici il faut faire attention aux pickpockets...)... Trés peu de GAB en effet. Probablement une vingtaine sur la Grande Ile.. Et curiosité locale, le billet de 10.000 ariary (nom de la monnaie) porte le logo du parti présidentiel au pouvoir. Imaginez la chose chez nous... Un billet de 10 € avec le logo de l'UMP... Faut changer toute la billeterie si un autre parti gagne les élections... Pour info 1 € = 2.500 ariary.

La vie n'est pas chère ici... Par exemple, mon petit déjeuner à l'hôtel ce matin m'a coûté 3 € (2 oeufs, un tiers de bagette, confitures, café à volonté, etc...)... Et grande pauvreté... Beaucoup marchent pied nus, on fait sa lessive dans les rivières, on fabrique des briques en foulant aux pieds l'argile, etc... Quelques mendiants, de vendeurs à la sauvette... Trés accrocheurs... 2CV et 4L sont reconvertis en taxis, vieilles camionnettes Renault brimqueballantes, camions Berliet antedéluviens.. Ici, comme en Inde et en Chine : on ne jette rien... Tout sert, tout est recyclé...

Malgré cela, le Prozac dont rafolent paraît-il les Français, semble inconnu ici même en générique : les gens sont de grande politesse et toujours souriants... Déjeuner à notre hôtel : le Sakamanga tenu par un autre ami que je n'avais pas vu depuis des années et qui s'est "expatrié" ici : Philippe Gudicelli qui avait monté en France Presse Image (groupe de presse bien revendu). Philippe s'est mariée avec une malgache... De plus, son frère Godefroy vient de le rejoindre, mais lui va s'installer dans le Nord à Diego Suarez (18 heures par la route/piste pour y aller en partant de Tana, hors saison des pluies)... Il s'est lui aussi marié à une malgache... Je me demande bien ce qu'ont ces dames. Faudra que j'en parle à Madame Billaut...

Aprés-midi visite de la société Ibonia. Son patron, le jeune Iharizaka Rahaigoson donne dans le développement de sites web offshore, la saisie off shore, etc... (ici, un développeur est payé l'équivalent de 100 €/mois).. Puis, visite éclair au salon de l'habitat local (pour voir s'il y avait du solaire - il n'y en avait pas...). Et grande virée dans la ville.. Ce qui m'a surpris c'est qu'il y a des rizières dans la ville... Ville grouillante (moins qu'en Inde cependant)... 18 ethnies sur tout le territoire (l'île compte 17 milllions d'habitants, sur une surface un peu plus grande que la France).. D'un côté les côtiers (plutôt descendants d'Africains, vivant donc sur les côtes), de l'autre les plateaux (plutôt descendants d'Asiates, vivant donc sur les Hauts Plateaux, au milieu des terres). Au milieu les "karane" (indo-pakistanais trés doués pour LA commerce...). A priori, tout cela a l'air de vivre en assez bonne entente... Beaucoup d'échoppes sur le bord des rues, viande et légumes exposés en plein soleil (cela ne plaierait pas à Madame Billaut, qui est très bio)... Petites maisons recouvertes pour beaucoup de tôles plus ou moins rouillées...

Tana, comme on appelle familièrement la capitale, est une ville construite de bric et de broc entre 12 collines (probablement plus)... Faut aimer... Circuler en voiture à Paris c'est de la rigolade comparer à ici... Rues étroites, mal fagotées, pas toujours trés bien entretenues, ...

Le soir, dîner avec les Gudicelli qui nous ont beaucoup appris sur l'île, ses us et coutumes, la personnalité du malgache... Et j'avais invité Céline qui m'avait envoyé avant mon départ un grand mail avec des tas d'infos sur Tana... Céline est française, mariée à un prof français d'histoire/géo. Cela fait 3 ans qu'elle est dans l'île.. (il y aurait 25.000 français ici)...

L'hôtel met à disposition 4 PC connectés à faible débit (donc pas de vidéo, ni de photos...). Faut dire qu'ici l'Internet n'est pas trés répandu. Pourtant les besoins sont énormes... La BMOI par exemple n'a que 128 kilos, et cela lui coûte une fortune... On parle de l'arrivée prochaine d'un câble optique sous-marin à Tulear dans le Sud.. Mais on ne sait pas trop quand... Les élections présidentielles sont le 3 décembre prochain, avec une quinzaine de candidats : personne ne parle de l'Internet. Vous me direz que c'est comme chez nous...

J'ai interviewé Godefroy Gudicelli, Iharizaka (avec visite de ses locaux...). Je poste au retour...

Voilà pour notre première journée... Ce matin, Lauret et moi avons une réunion de travail avec des locaux... Et ensuite, on part dans le grand sud si tout va bien. Direction Antsirabe, et Fianarantsoa. Par la RN 7 qui paraît-il est maintenant bien goudronnée...  On n'est pas sûr de retrouver une connexion Internet...

A demain peut-être... (je vous laisse, Lauret a égaré ses clefs de chambre... on va chercher aprés...)


Connaissez-vous Jérôme Barrier ?

Théme : commerce électronique, salle des ventes virtuelles...

Aprés avoir voulu à toutes fins changer le prénom de Jérôme, ce dernier nous explique comment il marche sur les traces d'eBay...  avec un concept intéressant de salle de ventes où un vendeur peut discuter avec ses prospects/acheteurs, réserver x emplacements de vente pendant y jours... etc...

Comment çà marche ? Combien cela coût-t-il ? Et quid pour le paiement ? Jérôme nous explique tout cela...

Pour contacter Jérôme Barrier ici
Le site Place des ventes ici 
Le fichier vidéo ici
Le fichier mp3 ici

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -


Connaissez-vous Benjamin Gauthey ?

Thème : faire du 3D avec de simples photos..

Benjamin est "enthusiast evangelist" (sic) chez Microsoft... En première, il nous montre ce que va être un nouveau service que Microsoft va ouvrir en beta d'ici la fin de l'année... Cela s'appelle Photosynth... C'est plutôt bluffant... A voir pour le croire... Probablement de multiples applications possibles...

Sinon je me suis essayer au 16/9ème pour filmer Benjamin... Bon je ne sais pas encore très bien m'y prendre, car la vidéo ci-dessus est en 4/3. Ce qui fait que Benjamin est un peu compressé dans le sens de la largeur .. Mes excuses Benjamin...

Pour contacter Benjamin ici
Le fichier vidéo ici
Le fichier mp3 ici

© Une production du Billautshow - the video for the rest of us -