Ma Photo

Abonnez vous à mon blog (email ou RSS)

Liens

Blog powered by Typepad

« Une nouvelle naissance chez les Honda... | Accueil | L'Elysee streame ? »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83451bebc69e200d8345abbce69e2

Voici les sites qui parlent de Dadvsi : l'Empire contre-attaque... :

» La DADVSI, c'est ce soir ! de le blog de groupe Reflect
Repoussé à 21h, l'examen du projet de loi sur la DADVSI se déroule comme prévu dans une ambiance très chaude. On a beaucoup parlé du traitement de ce texte au pas de charge, cela n'a pas empêché une mobilisation tous... [Lire la suite]

» La DADVSI, c'est ce soir ! de le blog de groupe Reflect
Repoussé à 21h, l'examen du projet de loi sur la DADVSI se déroule comme prévu dans une ambiance très chaude. On a beaucoup parlé du traitement de ce texte au pas de charge, cela n'a pas empêché une mobilisation tous... [Lire la suite]

» #151 "Lettre ouverte" en podcast pour Renaud Donnedieu de Vabres (enfin presque !) de Loic Le Meur blog [FR]
Loi DADVSI et Renaud Donnedieu de Vabres: petit tour de ce que les blogs en disent. Un enseignement: ils veulent etre entendus et porter haut et fort la voix des Internautes pour que l'avis du lobby des majors et [Lire la suite]

» Une vision simple et définitive sur les droits d'auteur de Le blog de Thierry Klein
Démagogiques: Il est sidérant de voir les consommateurs chercher à régir la façon dont les auteurs veulent gérer les droits de leur propre création (et les arguments employés sont consternants). Imagine-t-on le consommateur fixer le prix de... [Lire la suite]

Commentaires

Sébastien

Absolument d'accord. A mon sens, le papier Selling wine without bottle constitue une référence sur le sujet. Il différentie bien sur, tout contenu de son support physique, mais surtout l'auteur avance différentes propositions selon que le contenu est une idée, un logiciel, une "oeuvre artistique"... Le débat est ouvert!

Ralala

Ma première impression était de m'être réveillé dans une ancienne "démocratie" bolchevique...Ensuite,les mots qui me sont venus étaient "pitoyable" et "pathétique".
Oui,les empires tremblent ... et risquent bien de s'effondrer s'ils restent sur ces positions:
-reportage de Noël sur France2,à la Fnac (merci la pub :)= :quel est "LE" cadeau aïeu(le prix!)-tech de cette année?Le baladeur MP3! :D
-les quelques procès (centaines)ont-elles fait DISPARAITRE (et non baisser temporairement) les téléchargements illégaux (dizaines de millions) via P2P?Du tout.
- est-ce que le fait qu'un vendeur tout ce qu'il y a d'établi (Virgin) se comporte comme un vulgaire "pirate" ne signifie pas qu'il y a comme un problème dans la logique ou la raison d'être,ou au moins dans l'exploitation
des droits de propriété intellectuelle?

D'un autre côté,on peut laisser courir sa paranoïa,et envisager que ce grand battage soit organisé pour détourner l'attention,et faire passer quelquechose de "moins" pire...mais de nauséabond quand même...y a quoi d'autre de programmé à l'Assemblée (ou ailleurs...) ?

Enfin ... "du passé faisons table rase"...Laissons les empires mourir (ou évoluer),et parlons un peu du futur:apparemment,toutes les productions intellectuelles sont concernées?Logiciel,médias (musique,vidéo,mais bien sûr images et textes (livres))...Détaillons-un peu.
-le logiciel:SCO a déjà essayé de faire valoir ses droits sur les Unix libres,on connaît le résultat;avec le nombre d'installations et la pierre d'angle que représentent Linux et tous ses petits cousins libres pour l'économie actuelle...et pour les gens,je doute qu'une poignée de députés puisse changer beaucoup de choses...même avec Archimède et un levier pour les aider.
-la musique:tiens,laissons-nous aller à divaguer:imaginons que la durée totale des morceaux de musique en "libre" circulation puisse suffire à remplir plusieurs vies humaines,tout en offrant une diversité largement représentative...Quel argument "de force" (seule loi valable dans la jungle...) reste-t-il aux vendeurs propriétaires de contenu?Aucun. (Ce qui ne résoud pas le problème de la rétribution des créateurs ...)
-enfin,le texte;le symbole multi-séculaire de la connaissance,avec un confort de lecture encore quasiment inégalé...Finalement,c'est peut-être lui qui s'en sortira le mieux (temporairement:on trouve déjà des bibliiothèques entières sur le net...)!En effet,il est BEAUCOUP plus facile de copier un CD que de scanner un livre...mais cela sera-t-il toujours vrai?Et n'y a-t-il pas pour les éditeurs de nouvelles opportunités à saisir avec les versions électroniques,de nouveaux business models à créer?"Payez tel forfait pour obtenir tant de e-livres (lisibles à volonté:ils sont A VOUS!(=>problème du DRM hardware/software)),payez tel forfait pour faire des recherches dans TOUTES nos collections"
La Babel universelle,et qui garantirait des revenus réguliers aux éditeurs...Un rêve?
Enfin...de belles choses en perspective...Et surtout,de franches parties de rigolades!
"Panem",peut-être pas pour tous,mais "circenses",sûrement!! :)))

Sinon:
"(j'ai des histoires pendables là-dessus que j'ai personnellement vécues..)"
A ce propos,vous n'avez pas un petit recueil de souvenirs à nous sortir de dessous les fagots... un de ces quatre? ;)

Francois Druel

Totalement d'accord avec votre analyse. Où on la signe cette pétition ?

F

billaut
Francois Druel

Merci !

Olivier_L

M. Billaut,
Bravo pour tout le buzz que vous faites autour de cette affaire. J'ai l'impression que les internautes restent dangereusement passifs, et qu'on va se réveiller après les fêtes avec une sacrée gueule de bois après ce que nous auront fait boire nos chers législateurs !
A ce propos, peut-on trouver un CR de ce qui s'est dit lors de la table ronde du 15/12 à laquelle vous faisiez allusion dans votre article du 8 décembre ?
Merci.

billaut

desole mais je n'ai pu y participer... je vois si Eric Montagne l'organisteur a fait un compte rendu... et si oui, s'il accepte de le publier...*

Alexis

Je ne suis pas un fan du logiciel libre mais je signe cette pétition
Pourquoi les majors du divertissement se bloquent sur l'idée de la licence globale ?
En dehors du DRM point de salut?

billaut

Pourquoi ? Because un empire qui gagne des sous ne veut rien changer à son affaire (son business plan diraient les puristes)... Un empire qui a un manque à gagner important à cause de l'irruption d'une nouvelle technologie, va pleurer chez les chefs pour remettre de l'ordre et revenir comme avant...

Christian Jegourel

La technologie évolue, les industries s’adaptent trop lentement

Il s'agit simplement de l'évolution d'un marché face à de nouvelles technologies qui lui ont permis de se développer considérablement pendant un siècle. Aujourd'hui cette industrie vilipende les technologies. C'est cocasse. C'est quand même grâce au CD puis au DVD que l'essor des majors a été le plus grand. Remarquons que les majors ne plaignent pas du téléchargement sur mobiles.

Il faut accepter qu'une fenêtre de business se soit ouverte et maintenant se referme un peu. Toutes les industries sont confrontées aux évolutions: croissance, décroissance, modification des business models, etc... Pourquoi pas celle -ci ? Demandez aux agriculteurs européens se qu’ils pensent de la suppression de la PAC à l’exportation en 2013, aux industriels de la photo argentique du développement du numérique.

Il serait temps que l’industrie de l’entertainment prenne conscience que ses modèles volent en éclat et qu’il faut qu’elle se réinvente comme d’autres industries l’ont déjà fait. Posez la question aux éditeurs de journaux qui voient leurs parts de marchés se réduire et celle d’Internet se développer. Doit-on interdire l’information sur internet pour protéger les journaux ou les pousser à se développer sur ce nouveau média ? Devait-on interdire le numérique pour protéger l’argentique ?

Il est toujours tentant de protéger son activité en freinant le développement. Nous avons la mémoire courte mais les canuts de Lyon n’ont pas non plus appréciés l’arrivé du métier à tisser ni les éleveurs de chevaux l’invention de l’automobile. Pourtant les évolutions technologiques ont été un moteur de développement industriel et économique considérable.

L’industrie du disque a vécu pendant un siècle sur un modèle sans le faire évoluer : produire un support avec de 10 à 15 morceaux de musique. C’est quand même paradoxal que la limitation physique d’enregistrement du disque vinil ait servie de base à celle du CD où l’on peut mettre plus de morceaux. Et bien non, le CD s’est affiché au même prix que le vinil avec le même nombre de morceaux. Idem pour la vieille K7 qui a inauguré la taxe sur les médias vierges. A sa sortie toute l’industrie du disque criait au loup. C’est vrai qu’il y a eu beaucoup de copies entre particulier mais l’industrie du disque n’a pas disparu.

Puis est arrivé le CD. Là les majors ont applaudi : enfin un support non copiable à ce niveau de qualité. Les revenus entre 1980 et 1990 ont explosés. Ensuite sont arrivé les graveurs de CD. Là de nouveau on crie au feu.

Je sais qu’avec ce type de propos je ne vais pas me faire que des amis mais même si une industrie, ou plutôt une partie de cette industrie, car les intérêts des majors ne sont pas les mêmes que ceux des artistes, interprètes et ayants droits, est menacée de baisse de ses revenus, je pense que l’on ne peut pas tout brider pour un seul acteur. Dans le cas contraire c’est toute notre économie qu’il faut figer.
Une évolution irréversible : la modification de la chaîne de valeur de l’industrie de l’entertainement.

Il faut totalement repenser cette industrie depuis la création des œuvres jusqu’au consommateur. Tous les acteurs vont devoir s’adapter depuis les artistes/interprètes, les maisons de productions, les distributeurs/diffuseurs etc… Il s’agit d’une réflexion en profondeur à faire rapidement car la technologie ne s’arrête pas et de nouveaux barbares (Google) sont en train de développer des empires (voir mes autres articles) sans se préoccuper de la segmentation actuelle de cette industrie.

Le consommateur entre au centre de la chaîne de valeur. Les technologies vont lui permettre de créer sa propre radio, sa propre chaîne au même titre que les blogs permettent de devenir son propre « éditeur ». Avec l’arrivée des vidéo blogs c’est encore une nouvelle étape.

Il est fondamental que nos industries et nos hommes politiques intègrent de manière permanente l’évolution des technologies dans leur réflexion afin de ne pas se murer dans des attitudes défensives, perdues d’avance. Je crois que nous sommes en pleine discussion de loi DADVSI ?

Lorsque le vent se lève il y a deux attitudes : élever des paravents ou des moulins à vent. Dans le premier cas on bloque l’évolution jusqu’à ce que les barrières cèdent, dans le second on en profite pour créer des nouvelles richesses.

le post complet sur mon blog www.edgeminded.org

Joseph

C'est deux visions différentes, le paiement à l'acte et le forfait à la création, qui s'opposent. Qu'on ne se trompe pas de débat, il ne s'agit pas de préserver les droits des auteurs mais de savoir si l'on veut une société figée qui s'inscrit dans la reproduction du passé et de la cotisation pour des oeuvres anciennes des générations passées sur lesquelles on prélève une dime et on contrôle les usages. Ou si au contraire on veut une société créatrice et innovante qui transforme les oeuvres passées et présentes et qui soutient la création. A mon sens la technologie des DRM est adaptée dans certains cas particuliers (les oeuvres industrielles dont l'évolution est TOP DOWN qui permet de faire évoluer les oeuvres grace aux techniques marketing évoluée de fliquage des usages) mais pour l'essentiel, les licences ouvertes protègent mieux la co-création et la liberté d'innover.
On peut laisser les majors protéger leur forteresse mais il ne faut pas leur laisser piller le patrimoine populaire.

kael

En l'état du droit positif, la propriété intellectuelle n'est que de la gestion d'actifs sur créances délictuelles futures.

A quand une disposition législative restreignant les droits des majors, et notamment leur droit d'agir en justice ou encore le droit de devenir cessionnaire d'une oeuvre de l'esprit?

Nous sommes conscients que les auteurs et créateurs doivent être rémunérés. Finalement, le problème économique sous-jacent est l'intermédiation des majors.

Pour vous rafraîchir l'esprit, voici un peu de musique mise à la disposition des internautes par Epitaph Records.

Ralala

"Les jeux sont faits:rien n'va plus!"
http://www.01net.com/editorial/298911/loi/les-deputes-votent-pour-la-legalisation-des-echanges-p2p/

Ooooh,ben ça alors:
http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39297202,00.htm

Ah bah oui,si les FAI ont leur petit intérêt dans l'histoire...forcément. :'-/
Et là,je sors ma boule de cristal et je lance la prédiction du jour:il va y avoir gros temps sur le p2p et les téléchargeurs (filtrage de ports chez les FAI,chasse aux sorcier(e)s,etc...)...quoiqu'avec les espaces de stockage en ligne un peu partout et bien sûr le TRES haut débit ;),ils vont avoir du travail...

3 ou 4 euros pour un film,CHEZ SOI,et surtout en version "vision limitée" (qques jours => cf offre de Canal +) ?!!
A comparer avec 6-7 euros en cinéma.
Les squales ont toujours aussi faim...

gerard menu

Voici un support musical type vendu comme support de musique :
http://infofaq.bw.qc.ca/images/cd_bleuNeon.jpg

Voici un lecteur de musique type moderne :
http://www.vegea.com/cle-mp3.jpg

Il ne vous aura pas échappé que le support musical ne trouve manifestement pas sa place dans le lecteur... de là a s'étonner de ventes difficiles de ce type de support ;-)


Protéger un CD par des systèmes contrant la copie revient donc a m'interdir de l'utiliser dans les lecteurs du marché, les classant donc de fait dans la catégories des outils support d'infraction (au même titre que les détecteurs de radars...). Lorsque j'achete un disque, je suis donc le seul pénalisé, puisque cette loi fait de moi un hors la loi lorsque je contourne cette protection afin de pouvoir simplement écouter ce que j'ai dûment payé.

Qu'a cela ne tienne, moderne et internaute, je décide d'acheter on-line, sur un des nombreux sites partenaires de votre reflexion.
Voyons.. iTunes... dommage, réservé aux iPod Apple.. pas de chance ce n'est pas le type de mon baladeur...
Restons zen, passons voir Virgin.. ha.. désolé, ce site ne fonctionne pas pour les Clients sous Mac OS (et certainement jamais sous des environnement de type linux ou autres...)
Comment faire ? jeter tout mon équipement, pour acheter tout chez Microsoft ou chez Apple ?
Je ne peux même pas envisager d'aller m'offrir les morceaux depuis mon bureau ou la configuration semble compatible, puisque je ne pourrai pas les transférer chez moi sans rompre cette chaine du DRM, et donc encore hors la loi...

Aimeriez-vous etre contraint de mettre uniquement de l'essence Total dans votre véhicule parce que l'essence BP n'est pas compatible avec le moteur de votre constructeur qui a placé un additif "DRM" (imaginez un instant votre reaction en panne d'essence devant la mauvaise marque...) ?

Quelle est donc une logique visant a rendre incompatibles les formats des media, alors que dans le même temps l'Union Européenne essaie de contraindre Microsoft a rendre ses systèmes ouverts et interopérables ?

Prions que ce Ministre ne défende pas cette culture du DRM a outrance contraire a l'interopérabilité et qui ne pénalisera que le consommateur deja assez frustré de la complexité de l'univers technologique actuel.

Parlons de l'artiste... quelle est donc sa rémunération ?
Entre 0,5 et 1 Euro par CD Audio... Le reste du prix de vente au client final est constitué de l'accumulation de pourcentages empilés sur la production d'un support devenant obsolete...

La défense que prend ce projet n'est donc pas celle des artistes, mais celle de la partie purement industrielle et non artistique d'un secteur survivant sur un espace economique en profonde mutation et qui refuse le virage économique et la remise en question qui lui pemettrait d'aboutir au bon résultat, celui réglé par le consommateur...
Laissons un peu les lois de la nature et de l'économie faire avancer les choses, alors que la protection a outrance que proposée a cette industrie vieillissante ferait survivre un dinosaure au 21e siècle et produisant des services inadaptés..


Une démarche me semblerait plutot devoir etre d'éviter (voir banir) ces systèmes inutiles de DRM, afin de permettre une vente en ligne plus aisée et moins couteuse (les frais des DRM dans toute la chaine ne sont d'ailleurs pas négligeable, et surement pas au bénéfice des artistes...).
Si le prix est plus faible, car n'ayant plus besoin de supporter la charge de production de gestion et de commercialisation des supports physiques, et que l'acte d'achat de fasse très simplement, sans aucun problème d'usage par la suite, il est évident que la majorité des acheteurs ne se posera pas le pb du P2P... bien moins aisé. Les gens qui achètent n'ont pas vraiment le temps de "s'emmerder" avec des usines logicielles pour récupérer telle ou telle oeuvre piratée... pour peu que l'alternative officielle soit au juste prix, et vraiment simplissime d'usage.

Qu'un titre soit proposé en ligne aujourd'hui a 1 Euro est d'ailleurs encore élévé, alors que cela représente déjà plus que la rémunération des artistes pour un album entier, encore une fois, ce n'est pas l'artiste qui est le plus défendu dans cette affaire... mais gageons que ceci s'ajustera une fois supprimés les vrais obstacles du bon interfonctionnement des contenus et des lecteurs.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Pub

Googlez-moi:


Stats