« novembre 2005 | Accueil | janvier 2006 »

Les gens de Nuenen font leur TV IP

J'ai profité de la visite de Kess Rovers à Paris pour lui demander une p'tite interwiev... Bon le son n'est pas encore terrible (on apprend on apprend...), mais audible... Regardez donc ce que les gens de Nuenen vont en vidéo IP. Rodrigo devrait proposer sa plateforme aux z'hollandais... 2005 a été l'année du blog textuel... 2006 sera certainement l'année du blog vidéo... Et si vous voulez lire ce que j'ai écrit lors de ma visite à Nuenen il y a quelques mois, c'est ici...


Cité Fibre

Vous trouverez dans cette vidéo du Billaut.Show presque l'intégrale de la conférence de Cité Fibre - l'opérateur privé fibre optique, qui démarre ses activités par le 15éme arrondissement de Paris.
Cette conférence, qui s'est tenue mi-novembre 2005 à Paris, était réservée aux représentants de la finance française. Dominique Lancrenon, le DG m'a demandé de ne pas la publier tout de suite (problèmes légaux je crois quand on fait appel à l'épargne publique). Et de toute façon, je ne l'avais montée... C'est fait...
La qualité n'est pas "full TF1" je vous l'accorde... Mais ceux qui s'intéresse aux problèmes du TRES haut débit dans notre pays regarderont je pense de bout en bout...
A noter que Rodrigo qui assistait aussi à cette conférence (mais il n'avait qu'un appareil photo...) m'a relayé sur la prise de vue... avec la caméra disque dur de JVC...


4 gaulois au "portablemediaexpo"

Vous vous en souvenez peut-être, j'avais rendu compte de cette manifestation sous forme textuelle dans ce blog (voir ici). Voici aujourd'hui une vidéo du Billaut'Show que j'avais faite là-bas. Interwiev de 4 gaulois qui n'ont pas froid aux yeux et qui s'intéressent au podcasting/vidéoblog et autres médias portables.
Je vous laisse les découvrir...
Merci encore à Pascal Brunet qui m'a aidé à essayer de maîtriser Vegas 6.0, logiciel de montage semi-professionel que j'utilise... Pascal s'est "retiré" dans les Yvelines du Sud et démarre une activité locale de formation, dépannage micro-informatique, prise en main, etc... Son site ici... Je vous recommande le bonhomme... De plus, les lois Borloo font certainement l'aider (si j'ai bien compris, on va pouvoir défalquer de ses impôts, 50% de la facture de la personne qui fournit un service de proximité, comme le fait Pascal dans le domaine de la micro-informatique).
Et merci naturellement à JVC qui m'a prêté sa caméra disque dur GZ-MG30E (pour les puristes)...
Dernier point : j'ai eu des tas de problèmes chez moi ces derniers jours : trés peu de débit, pour des raisons que j'ignore... J'espère que FT va régler la chose rapidement : nous ne sommes pas dégruopés à Thoiry ...("ils" m'ont demandé de télécharger un logiciel de test de ma liaison ADSL... Ce que j'ai fait... Mais malheureusement le serveur qui gère la chose est ... en rideau... (les gars doivent préparer le réveillon...)
Je dois dire que ce n'est guère pratique dans ces conditions de faire un upload de cette vidéo sur la plateforme de Rodrigo (vidéo qui fait une bonne quarantaine de mégas) ...
Vivement la fibre... (télécharger 45 mégas sur une liaison qui a un upload de 100 mégas... cela ne fait pas beaucoup... ce qui me laisserait du temps pour faire la vaisselle de Madame Billaut...Enfin !)


Interview d'Emmanuel Guerriero


Chers e-téléspectateurs...
Mon premier interview dans le billaut show (avec l'aide de Pascal Brunet - un mien voisin qui lance sa petite entreprise informatique dans les Yvelines du Sud) ... Le tout avec le logiciel Vegas 6.0 (pas triste - mais en peut faire beaucoup de chose). Et naturellement la plateforme du sieur Rodrigo... Ela caméra disque dur de JVC (merci JVC...)
Le petit jeune que j'interviewe ira surement trés loin dans son garage... et moi il me faudrait beaucoup de débit en upload... Bon.. c'est une autre histoire...
Ce que vous allez voir a encore valeur de test... si vous avez des remarques je prends...


L'Elysee streame ?

On dit dans des milieux extremement autorisés, que notre Président de la République pourrait présenter ses voeux du 31 décembre 2005 sur l'Internet...En stream (et aussi sur la tele de papa naturellement).  Et oui, on n'arrête pas le progrés...
Même l'Elysée se met au vidéoblogging... Espérons que notre Président a une bonne connexion en upload... Et que Madame Chirac lui aura fait cadeau à Noel d'une fibre musclée à la maison... Pardon à l'Elysée...
Cela serait bien d'ailleurs que Monsieur Chirac chaque matin, nous fasse un petit stream de commentaires personnels sur l'actualité... le Dadvsi, le rapport Pebereau, la réforme de la Pac, la mauvaise foi des anglais, son analyse sur la dernière compétition de sumo,  etc...... Et autres bricoles qui vont nous tomber sur le coin de la figure...
Cela serait bien que Sarko s'y mette aussi .... AInsi que quelques crocodiles de l'autre bord...
Pourquoi toujours attendre que ces Messieurs/Dames passent à la télé de papa ?

Vous ne trouvez pas ?
Je vous fiche mon billet que pour l'élection présidentielle 2.007 va y avoir du vidéoblogging politique dans tous les recoins du cyberspace gaulois... Cela va peut-être hâter la mise en oeuvre d'un réseau fibre jusqu'à l'abonné ? (et faire les affaires de Rodrigo ?). Bon ce que j'en dit...


Dadvsi : l'Empire contre-attaque...

Dés le début de l'internet, j'ai pensé que cette e-chose serait loin d'être neutre... Et qu'à échéance plus ou moins brève cela poserait des problèmes de société.. Que dis-je : cela poserait UN problème de société... Qui n'est rien d'autre que le droit fondamental de la liberté, droit que les Homo Sapiens Sapiens ont mis quelques millénaires à mettre au point..
Car ce droit - qui en principe serait toujours le même quelque soit les technologies existantes à un instant donné - est souvent remis en question dans les périodes de transition comme celles que nous vivons à l'heure actuelle... La chose est simple à comprendre selon moi...

Avant l'Internet, d'anciennes technologies régnaient dans la société. On ne se posait pas les questions que l'on se posent aujourd'hui... Des entreprises qualifiées de "culturelles" (majors, éditeurs et broadcasteurs de tout poil) nous éditaient sur différents supports physiques une culture que nous - commun des mortels - achetions/consommions sans trop nous poser de questions... So what ?.. Pouvions-nous faire autrement ? Et même pouvions-nous penser un seul instant qu'il pouvait en être autrement ? Sur ce schéma, le droit et la jurisprudence ont bâti depuis Beaumarchais un ensemble de règles (propriété intellectuelle, etc)... Plutôt bien acceptées...  Et sur cette structure politico-socio-économique, de grands empires "culturels" ont émergés...
Mais manque de pot, la technologie a changé en l'espace de quelques années.. Les empires "anciens", égotiques à souhait comme tout empire qui se respecte, n'ont rien vu venir. Et quand, ils ont commencé à ouvrir les yeux, ils ont pensé que c'était là affaire d'étudiants boutonneux (j'ai des histoires pendables là-dessus que j'ai personnellement vécues..). De plus la bulle est arrivée : l'Empire a eu chaud, et a continué ses occupations comme si ce rien n'était...
Et puis le phénoméne Internet s'est amplifié... De souterrain, il est arrivé sur la place publique...
Ce qui a permis notamment aux logiciels libres d'accéder sur les micro-ordinateurs du monde entier... Ainsi que le "piratage", au sens du droit de la période d'avant.
Et tout un chacun d'éditer (comme votre serviteur sur ce blog), de publier, de copier légalement (et illégallement en regard de "l'ancien" droit). Le bas peuple comme dirait Raffarin adore... et en raffole si l'on en juge les statistiques d'utilisation. Même en France, c'est dire ! La France d'en bas si je puis dire, met ainsi son élite "culturelle" sur la sellette !
Du coup, les "anciens" empires sont à deux doigts d'exploser en plein vol.. Eux jusqu'ici pleins de morgue... Et, tels des Dark Vador, d'utiliser tous les moyens, même illégaux (l'affaire Madonna/France Telecom/Virgin où ce dernier a déplombé Hang-up pour le vendre directement alors qu'il n'en avait nul droit).. Et naturellement légaux en asticotant quelques députés à leur solde pour faire voter une loi en catimini dans la nuit de Noel (enfin presque..)..

On ne peut pas décemment interdire le logiciel libre... C'est comme si l'on avait interdit à Mère Térésa de soigner gratuitement ses malades, sous prétexte qu'il existe une médecine payante pilotée par l'empire de l'Ordre des Médecins... Comme on ne peut interdire la vente des marteaux, sous prétexte que de temps à autres, un Homo Sapiens un peu dérangé tape avec cet instrument sur la tête d'un de ses congénères...

Les sociétés occidentales sont désormais au pied du mur : je pense en effet qu'il y a une incompatibilté entre le droit de la propriété intellectuelle de Beaumarchais et le logiciel libre.. Et je n'ai naturellement aucune solution pour résoudre ce problème...

Mais j'ai signé la pétition anti-Dadvsi. Faites comme vous voulez, et que la Force soit avec vous...


Une nouvelle naissance chez les Honda...

Le célébre robot de la fabrique d'automobile vient d'accoucher (si vous me permettez cette expression) d'un nouvel humanoïde...  Asimo2Cette  V 2.0 a quelques nouveautés intéressantes : elle peut vivre en relation avec de "vieux" Homo Sapiens Sapiens V 1.0... Par exemple, Asimo peut se balader en vous tenant la main, transporter des choses sur une tablette roulante, vous servir à table, être réceptionniste, etc... etc...
Vous trouverez la press release de Honda ici avec beaucoup de photos et beaucoup de vidéos (en HDTV s'il vous plaît - enfin c'est ce qui est dit sur le site...)...

Les Japonais avancent manifestement à marche forcée dans ce domaine totalement ignoré en France et en Europe...
Cela étant nous nous y mettrons nous aussi. Non pas dans la fabrication (il sera trop tard ? ), mais dans l'utilisation de ces trucs... Je pense que dans une dizaine d'années, vers 2.015, vous en aurez au moins un chez vous. Il ne vous coûtera pas plus cher qu'une voiture (en plus avec un p'tit crédit Cetelem...) , sera beaucoup plus évolué que la version 2.0 d'aujourd'hui, et s'occupera de tout un tas de choses... que vous n'aimez pas faire... (la vaiselle, les courses, la lessive, promener le chien V1.0, balayer la neige l'hiver, etc...)

Ce qui me frappe quand même dans cette affaire, c'est le manque de réflexion chez nous. Peut-être dûe à notre civilisation judéo-chrétienne qui pense que l'Homo Sapiens Sapiens est le nec plus ultra de la Création... ? Et qui bloque de ce fait notre appréhension de ce futur ?
Nos contructeurs de bagnoles n'ont rien dans leur carton (mais c'est peut-être top secret.. ? qui sait..), nos politiques, les yeux toujours rivés sur la prochaine échéance électorale, ne sont pas trop au courant... Même notre José Bové national ne nous en a jamais parlé... Et encore moins le syndicat Sud qui fait une grève "disproportionnée" sur la ligne D du RER... Et pourtant, nos conducteurs de RER ont du souci à se faire pour leur emplois avec des Asimo aux commandes...
En 2.020 il y aura probablement quelques centaines de milliers d'humanoïdes dans notre beau pays...
Qu'est ce que cela va entraîner ? Il serait peut-être utile d'y réfléchir maintenant ...
Une question me turlupine tout à coup... L'Asimo V x.O fera-t-il l'Ena ?

Bon, je vais aller me prendre un café bien fort... (et réfléchir à une proposition d'un ami pour monter une conférence sur le thème Homo Sapiens Sapiens V 2.0...)


Un nouveau Pierre Bellemare : Rodrigo...

Rodrigo - qui prépare activement sa plateforme de videoblogging, - est un trés bon vendeur... Si, si... L'autre jour au bistro du soin il m'a fait l'article... (c'est moi qui tenait une autre caméra pour le filmer... voir ici ).
En me vantant les mérites de la caméra disque dur de JVC...
Bellemare n'a qu'à bien se tenir...  Vendeur hors pair ce Rodrigo... Je l'imagine assez bien avec notre ami Loic Lemeur (pas mal non plus lui aussi..) sur un marché, en bonnimentant pour vendre à Madame Billaut un bidule pour râper le fromage, ou un produit miracle pour récurer les casseroles...


Z'avez du Wifi chez vous ? Allez-vous être déclaré opérateur de télécoms ?

Le marché du Wifi encore émergeant sera-t-il stoppé net ?

Le 15 décembre prochain, Eric Montagne, du SmartWiFiClub organise une table ronde sur le projet de Loi Contre le Terrorisme qui sera débattu le même jour et le lendemain au Sénat.

Il est important que tous les acteurs - petits ou grands - du Wi-Fi en accès public fassent entendre leur voix auprès des sénateurs pour éviter que cette loi ne soit adoptée sans qu’il y ait eu de débat démocratique avec les principaux intéressés et sans que les sénateurs ne soient informés des conséquences concrète de son application.


Car cette disposition Internet est quasiment passée sous silence. Les médias ont surtout commenté les volets relatifs à la vidéosurveillance ou aux contrôles renforcés dans les trains mais rien – ou si peu – n’a été dit sur cette disposition qui attribue de fait le statut d’opérateur à de nouvelles et nombreuses entités qui n’étaient jusque là pas concernées par le dispositif légal.

De quoi s’agit-il ? Le projet de loi contre le terrorisme qui a été adopté en procédure d’urgence par les députés, le 29 octobre dernier, comporte deux chapitres obligeant désormais toute personne qui propose un accès Internet à conserver et à communiquer aux services de police les données de connexion.

Le texte du projet est explicite : l’article 6 assimile à des opérateurs de communications en ligne, les personnes physiques ou morales dont l’activité professionnelle directe ou indirecte est d’offrir une connexion Internet à destination du public par l’intermédiaire d’un accès au réseau, à titre gratuit ou payant, que cette activité soit menée à titre accessoire ou principal.

En somme, toutes ces « personnes » vont maintenant devoir identifier chaque utilisateur de leur réseau, enregistrer leurs données de connexion (les logs, c'est-à-dire les adresses IP des sites visités et les adresses e-mails des correspondants, ainsi que les dates et durées des communications, mais pas le contenu des visites et des courriers), conserver ces données au moins trois ans (on comprend les « réticences » de la CNIL eu égard à sa mission de préservation de la vie privée et des libertés individuelles !) et pouvoir les communiquer à tout moment sans réquisition ni contrôle du juge aux services de police et de gendarmerie spécialisés dans la prévention du terrorisme.

En clair sont concernés, non seulement les cybercafés voire les opérateurs virtuels qui se lancent dans la VoIP, mais aussi tous ceux qui proposent du Wi-Fi public : les hotspots (gares, hôtels, cafés, restaurants, aéroports…), ainsi que les collectivités territoriales et les mairies (un mauvais cadeau de noël pour l’aménagement numérique du territoire !), les universités, les bibliothèques… voire les entreprises privées qui permettent, par exemple, à leurs visiteurs d’accéder à Internet via une liaison sans fil (un arrêt de la Cour d’appel cette année n’a-t-il pas récemment assimilé la BNP à un FAI dans un litige).

Nul n’est censé ignorer la loi. Et dans l’état actuel de la technologie et des modèles économiques qui font la part belle au prépayé et au gratuit, l’application sensu stricto de ce projet de loi peut mettre à mal tous les marchés encore naissant de l’accès Internet sans fil. En Italie, où une loi similaire a été votée, le développement du Wi-Fi a été stoppé net, avant que les autorités ne décident de faire marche arrière, trois mois plus tard.

Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, il n’est pas possible d’identifier à coup sûr un utilisateur qui se connecte sur un accès Wi-Fi. C’est compréhensible pour le Wi-Fi en accès gratuit mais il en va de même pour le Wi-Fi payant. Même les opérateurs mobiles, pourtant techniquement armés dans ce domaine et habitués à répondre à des requêtes judiciaires sur le cellulaire, ne peuvent identifier qu’à peine une connexion sur deux sur leur réseau de hotspots.

La raison à cela ? Plus de la moitié des utilisateurs payent leur accès Wi-Fi avec une carte prépayée, un paiement par carte bancaire ou un paiement en ligne. Pour pouvoir identifier cet utilisateur, il faudrait que le marchand (ou le gestionnaire de hotspot) qui lui vend cette carte, lui demande son identité et puisse « tracer » ses connexions. Et pour autant que le gestionnaire et le client acceptent cette contrainte, il faudrait le faire à chaque transaction, contrairement aux cartes prépayées téléphoniques pour lesquelles une seule vérification d'identité à l'achat du terminal est suffisante.

Certes les nécessités de la lutte contre le terrorisme justifient la mise en œuvre de nouvelles dispositions mais le volet Internet du projet de loi impose des obligations dont on peut craindre qu’elles soient disproportionnées, techniquement irréalistes, économiquement inapplicables et, surtout, sans effet compte tenu de l’objectif poursuivi. Car sur Internet, et a fortiori via un accès Wi-Fi, les terroristes disposent d’un arsenal de parades pour utiliser le réseau en tout anonymat (par exemple, en trafiquant la MAC ADRESS de la carte Wi-Fi et en se connectant via n’importe quel Wi-Fi libre non sécurisé). En somme, ces obligations risquent surtout de pénaliser le plus grand nombre – fournisseurs d’accès, opérateurs et clients - et de rester sans effet sur la cible visée.

En outre, le projet de loi comporte bien des zones d’ombre. Quelles sont réellement les « personnes morales ou privées » concernées par ces obligations ? Comment obtenir, exploiter et rapprocher ces données ? Comment informer le public de la mise en place de ces dispositifs ? Quel dédommagement (le projet évoque une compensation financière) sera versé à ces « opérateurs » qui devront investir dans des outils de tracking (serveur proxy, disque dur, sauvegardes…) et de maintenance pour conserver une masse gigantesque de données ? Une telle masse d’information pourra-t-elle exploitée par les services concernés dans le cadre de leur mission de prévention terroriste ?

A l’extrême, quelle est la responsabilité du cafetier du coin ou d’un usager résidentiel du Wi-Fi dont la connexion peut être utilisée en libre accès par un voisin ou par un passant situé dans la zone de couverture. Faudra-t-il demain fermer la moitié des points d’accès Wi-Fi publics en France et tirer un trait sur ce marché ? Le développement du Wi-Fi comme technologie d’accès alternative dans les collectivités privées d’ADSL est-il menacé ?

Ces questions spécifiques méritent un débat lui aussi spécifique. C’est pourquoi nous lançons ce débat le 15 décembre au SmartWiFiClub.

Cette table ronde que j’animerai réunira les intervenants suivants :

- Mr Joël Gaget, Délégué général de la Wireless-Link, pour exposer la problématique des opérateurs et les différentes solutions technologiques en cours ou en développement pour l’identification des utilisateurs sur les hotspots
- Mr Philippe Le Grand, Directeur du Syndicat Mixte Manche Numérique, Conseil Général de la Manche, pour exprimer le point de vue d’une collectivité territoriale
- Mr Albin Périgault, fondateur et gérant de XS Arena, la chaîne de cybercafés leader à Paris, pour témoigner de
- Mr Etienne Wery, avocat spécialisé au barreau de Paris et de Bruxelles pour nous parler de la situation dans les autres pays européens et de l’arsenal législatif européen

Nous avons également invité Mr Jean-Patrick Courtois, sénateur-maire de Mâcon et rapporteur du projet de loi pour le Sénat qui n’a pas rejeté notre invitation mais ne nous a pas encore officiellement confirmé sa venue. A défaut, nous pourrions recevoir un de ses collaborateurs, étant entendu que la discussion du projet de loi au Sénat aura commencé le jour même et se poursuivra le lendemain, vendredi 16 décembre 2005. Nous nous inscrivons donc en plein débat parlementaire.


15/12/05 - 19:00 heures - Hotel Raphael Avenue Kleber Paris. Si vous désirez y participer : mail d'Eric ici