Nuenen n°1
Les blogueurs baladeurs

Nuenen n° 2

Les Français parlent aux Français - Retour au bercail...

Sont fous ces zollandais !

La Hollande "d'en bas" prend son destin télécom en main grâce à une coopérative à Nuenen... 7.500 membres, 15.000 en fin d'année. Fibre à domicile : 100 mégas symétriques. Gestion de la coopérative par "Closethegap" une société privée. Abonnement gratuit pendant la première année, et "moins cher que moins cher" les années suivantes. Mise en place du L2L.
Création envisagée d'une association européenne de coopératives de télécommunications (avec la NTCA américaine ?), et peut-être aussi d'une banque coopérative spécialisée (comme pour la NTCA).
Philips (et Rabobank ?) vont utiliser Nuenen pour test de terminaux de loisirs, de e-santé, d'agence visiophonique, de "chaînes de vidéoIP corporate, etc...
Après la Hollande, la Finlande, la Suéde, la Pologne, bientôt une coopé en France ? Cela serait bien... Je propose le canton de Montfort l'Amaury , et pourquoi pas toutes les Yvelines... A moins que vous ayez d'autres idées ?
Au fait, Emtelle et CloseTheGap vont proposer à notre Président de la République de fibrer gratuitement l'Elysée... (mais notre Président a probablement des choses plus urgentes en tête...)

De retour chez les Gaulois... Et mille excuses pour ne pas avoir poster le compte-rendu de mon escapade à Nuenen rapidement (voir post précédent).

D'abord, un mot sur "celui par qui tout arrive" : Kees Rovers (Kees : diminutif de Cornelius, se prononce : caisse).Kees_rovers_1 La soixantaine alerte, ancien cadre de banque, importateur du Minitel dans son pays, instigateur d'une association de "smart communities", Kees a créé une société privée : "Close the gap'' qui a proposé aux habitants de Nuenen, là où il habite, de créer une coopérative de télécommunications. Nuenen est une petite ville charmante à l'est d'Eindhoven. Des retraités alertes, une population bien éduquée et "computer litterated", bons revenus... Les habitants ont dits OK surtout qu'ils n'ont rien a eu à débourser. Comment cela se fait-il, quand l'entrée dans la coopé est de 800 € ? Simple...
Le gouvernement hollandais a mis sur pied une opération pilote dénommée Kenniswijk (qui veut dire "collectivités intelligentes". Mais ôtez-moi d'un doute, y aurait-il des communautés idiotes ?). Beaucoup d'argent sur Eindhoven et sa région pour créer une "smart community". A ce que j'ai compris, l'opération a un peu raté, et Kees a récupéré une partie de la somme allouée au départ pour sa coopé. Soit 6 millions d' €. Ce qui couvre l'entrée dans la coopé des 7.500 foyers de Nuenen qui se sont inscrits donc gratuitement.
A partir de là, Kees a recherché une société pour mettre en oeuvre le réseau optique. Il n'a pas eu loin à aller, car son ami Paul Napstaad, responsable européen de Emtelle habite à Maastricht à côté (sur la photo, Paul nous fait une démonstration live de son système de soufflage de fibre "fiberflow" dans une rue de la ville où il faut raccorder l'agence de la Rabobank à un node optique).
Paul Emtelle est une société anglaise appartenant à une riche famille de l'Inde, qui a mis au point un systéme trés astucieux de fabrication de fibres optiques de seulement 3 mm de diamétre, fibre que l'on souffle ensuite dans des gaines pré-installées (voir le site de Emtelle : c'est bien expliqué). Ce qui permet trés facilement de raccorder plus tard l'habitation devant laquelle passe le backbone locale, que cela soit en souterrain ou en aérien. Tout est en souterrain à Nuenen, avec une petite centaine de nodes optiques de dérivation enterrés sous les trottoirs, nodes raccordés au point d'accés local (le POP), constitué d'un gros routeur Cisco et de "DSLAM optiques" de PacketFront. Ce point d'accés relie l'intranet de la ville au Gix de l'Université d'Eindhoven (1 giga de débit). "Cela suffit pour l'instant, remarque Kees". La photo suivante : Kees devant l'entrée du point d'accés de la coopé... (comme on le voit , il reste de la place dans les racks :  la coopérative peut  engranger de nouveaux membres...Keespop

Budget total de l'opération : 14 millions d'€.
Ce qui comprend : réseau, matériels actifs, marketing, et une année gratuite pour ceux qui prennent l'abonnement dés le démarrage. Hors marketing et année gratuite, l'investissement en matériel actif est largement dimensionné pour gérer quelques dizaines de milliers d'abonnés avec les 15 salariés de Close The Gap, qui outre la gestion du réseau pour le compte de la coopé, s'occupe aussi activement d'acheter de nouveaux services en gros pour les proposer ensuite aux membres. A noter, si vous ne le saviez pas, qu'une coopérative est une organisation non profitable. A noter aussi, que si la coopé n'est pas contente des services de Close the Gap elle peut changer d'opérateur...
14 - 6 millions. Reste 8 millions. ABN Amro a accordé un prêt sur 5 ans de ce montant. La moitié de ce prêt est, à ce que j'ai compris, garanti par des personnes privés (Kees a été peu dissert sur ce point).
Les abonnés sont libres de résilier leur contrats quand ils le veulent. Il n'y a pas d'obligation de durée. Mais on imagine mal qu'un abonné, utilisant un accès 100 mégas symétriques à des prix défiants toute concurrence, puisse prendre un autre abonnement ailleurs (en revenant au cuivre ?), ou encore de résilier son contrat parce qu'il ne veut plus utiliser le réseau des réseau et les services qu'il offre. Il y a cependant un risque que Kees considère comme minime.

Moins cher que moins cher
L'accès Internet est disponible. Les autres composants du triple play ( téléphone, TV/vidéo) vont être disponibles sous peu. Je me suis connecté chez Kees et j'ai regardé la vidéo HD de présentation de la ville de Pau (vidéo stockée sur le serveur de Pau - en qualité ADSL...). Et bé... On voit la différence avec de l'Adsl ou du réseau câblé (à noter qu'UPC en Hollande n'est pas très bien vu par la population..). Bizarrerie à noter : la coopé qui comprend à Nuenen quasiment tous les foyers qui constitutent donc la collectivité locale, paye un droit d'utilisation du sous-sol à la dite collectivité pour le passage du réseau. Soit un montant de l'ordre de 200.000 €.
A partir de la 2ème année, l'abonnement sera égal à celui constaté sur le marché hollandais pour l'abonnement au téléphone + celui de l'accés Internet + celui au réseau câblé de télévision MOINS 20%.

L2L marketing pour "Ons-Net"
Aprés le B2B, le B2C, ... voilà le L2L. A savoir le local to local marketing... Comment inciter toute une population à s'impliquer dans ce projet hors du commun ? Certes c'est gratuit la 1ere année, mais ce n'est pas pour autant que la chose va de soi. Les méthodes utilisées sont simples et me rappellent celles du farming des agents immobiliers américains. FarmingCommunication uniquement locale, distribution aux abonnés d'une petite pancarte qu'ils mettent devant chez eux (le voisin s'il n' a pas cette pancarte se sent montré du doigt..). Bref, toute la population est fière de son réseau Ons-net (qui veut dire "notre réseau"). Le curé, Nuenen est catholique, va être fibré, et va retransmettre en vidéo son homélie dominicale sur le réseau. Le club de foot lui va retransmettre les matches des juniors pour commencer. Les grand-parents pourront ainsi voir leurs petits rejetons sur le terrain... Etc... L'imagination locale émerge... Quant aux professionnels ils sont eux aussi sur les dents. L'agence de la Rabobank locale a mis a disposition gratuitement une salle pour s'initier. Ceux qui savent, viennent former ceux qui ne savent pas. Kees m'a laissé entendre que l'agence visiophonique de la banque était "on the road", ainsi qu'une "chaîne" de TV/IP bancaire. Philips, qui a conservé à Eindhoven un laboratoire de recherche, n'est pas en reste. Il va installer dans la salle de la Rabobank un terminal pour 4ème âge, du home entertainment, etc... Le tout intégré. Pour test des réactions...
A noter que depuis l'ouverture du réseau il y quelques semaines, les 3 computershops du coin ont vendu 400 hotspots Wifi...

Les Turcs d'Eindhoven s'y mettent aussi.
Il y a une grosse communauté de Turcs à Eindhoven. Ces derniers n'avaient pas confiance dans la proposition de Ons-Net. Kees est allé les voir dans leur bistro habituel... Il leur a expliqué. Emballés, ces derniers lui ont demandé de venir à la mosquée locale pour expliquer à tout le monde (Kees a du enlever ses chaussures)... Comme quoi on peut aussi prêcher pour le TRES haut débit...

Une association européenne ?
Kees est allé voir la NTCA (the voice of rural télécommunications) à Washington aux USA. On le sait pas, mais il y aux USA 560 coopératives locales de télécommunications. Et cela, depuis quelques dizaines d'années. Collectivités locales qui n'intéressent guère les majors privés des téélcommunications...  Car pas de profit : marchés trop petits.
La NTCA apporte aide, lobby, financement par la banque RTFC (Rural Telephone Finance Cooperative) qui dispose d'un beau matelas pour ses interventions...  Kees envisage sérieusement de créer en Europe la même chose, AVEC l'aide des Américains (NTCA a déjà aidé des Polonais à créer leur coopérative de télécommunications... et la Pologne est en Europe à ce qu'il me semble). Il y a déjà quelques coopératives en Finlande (du côté de Vaasa dans le golfe de Botnie), en Suéde... Avec maintenant Nuenen : le mouvement prend une certaine ampleur et descend vers le Sud.

Quelques élucubrations personnelles...
Les Hollandais nous montrent que le TRES haut débit : c'est jouable. Nos politiques gaulois ne sont guère passionnés par cette affaire qui, à mon sens, est aussi importante que de voter oui à la constitution européenne. Je connais même un politique à Pau, qui se répand partout en disant que le TRES haut débit "cela ne marche pas..."... Il devrait aller Nuenen voir les gens, qui je le rappelle sont aussi des électeurs...
Nos hauts fonctionnaires sont emberlificotés dans des réglementations bizantines. Le problème me paraît simple. France Telecom a beaucoup de dettes (et emploie 150.000 fonctionnaires). FT ne peut se risquer seul à une stratégie FTTH. Donc il se répand partout en disant, comme l'élu de Pau, que la chose se sert à rien, et que l'ADSL est bien suffisant pour Me Michu. Par ailleurs le Gouvernement, qui tient à la paix sociale, ne va pas se risquer à entreprendre quoi que ce soit.
C'est ce que l'on appelle une situation bloquée. Alors que l'Asie met de la fibre partout, et que les USA démarrent. L'Europe est à la traîne (mon blabla habituel que je ne vais pas pour ressasser)...
C'est au peuple à s'y mettre... "Vox populi, vox Dei".
Je pense que les Français sont comme les Hollandais...
Si vous voulez monter une coopé dans votre coin...
Et pour finir la photo souvenir...  Kees devant la grande pancarte à l'entrée de la ville...Keespancarte

Commentaires

Guillaume

"FT ne peut se risquer seul à une stratégie FTTH."

D'autres s'en chargent pour eux : http://www.01net.com/editorial/273726/operateur/la-fibre-optique-se-faufile-dans-les-foyers-parisiens/>la FTTH sera bientôt disponible à Paris. Même si l'on peut regretter que l'offre ne soit limitée qu'à la capitale, il s'agit d'une bonne nouvelle. Les prix (150€ d'installation + 70€/mois d'abonnement) sont ceux de l'ADSL à ses débuts.

La révolution sourd, rien ne peut plus maintenant l'arrêter. L'avenir rattrappe le présent et les visionnaires d'aujourd'hui seront les géants de demain.

Il ne fait aucun doute que les FAI "classiques" surveillent cette avancée et qu'il investiront massivement dans le secteur dès qu'il leur deviendra évident que "ça marche" et que de ne pas "en être" mènera à leur mort à moyent terme.

Espérons que cette transformation soit rapide et que la couverture fibre optique soit plus étendue que celle de son rival obsolète.

Ronin67

Enthousiasmant cette expérience !!!!!!

Quand je pense qu'en Alsace, nous sommes toujours à vouloir mettre en place un projet au débit régional à 2 méga... (financé par nos deniers)

Ce qui me plait dans le projet est l'aspect local qui permet un vrai marketing local (ce que vous appelez le L2L). J'y vois des millions d'applications : publicité locale pour les commerçants locaux, TV locale d'information, commerce en ligne local, des millions d'applications pour créer une communauté non seulement virtuelle mais aussi réelle.

Bon qu'en est ce que l'on monte ca en France ?

(Je reviens à l'idée d'une association de lobbying ne serait ce pas une des actions que pourrait faire cette association : benchmarking & lobbying)...

FP

Il y a une structure coopérative approchante en France : http://www.gitoyen.net

Pierre Albertin

Ratios NGN et STIC.

14 millions d'euros pour 7500 accés, soit moins de 30 000 habitants, c'est de l'ordre de 500 euros par habitants et prés de 2000 € par accés: ce qui me parait normal pour un réseau en étoile et centralisé selon la vieille architecture des télécommunications historiques.
En phase industrielle pour ces réseaux métropolitains (MAN) ce sera de deux fois (< 200 euros / habitants) à trois fois moins cher, plus performants et plus fiable (réduction des coûts d'exploitation/ obsollescence/ renouveau), selon les architectures NGN permises par les STIC, comme je l'ai déjà commenté ici..... ou ailleurs sur le blog “collectivités locales” de l'ART.....
Donc dans la perspective de réduire ces coûts d'opérations il convient bien, à budget égal, d'abandonner le business model fondé sur la gestion de la pénurie due à l'architecture des "V.T.T"(Vieilles Technologies de Télecommunications), pour industrialiser dès maintenant les MAN à architecture NGN/STIC.

Pierre Albertin

P.S.:
Quelques références et précisions utiles pour les MAN/ NGN selon les STIC:

-1- Pour une spécification fonctionnelle des MAN NGN/STIC, voir David ISENBERG
http://www.rageboy.com/stupidnet.html [et aussi http://netparadox.com/ ].

-2- Pour une description (procédé) technique et un exemple(dsipositif) de réalisation, voir le brevet FR2674650
http://v3.espacenet.com/textdoc?DB=EPODOC&IDX=FR2674650&F=0

-3- Pour l'économie et l'abondance/capacité de commutation, voir le brevet JP20022117923
http://v3.espacenet.com/textdoc?DB=EPODOC&IDX=JP2002217923&F=0

-4- Pour un Business Model, si vous êtes capital risqueur, business angel ou collectivité locale
....m'écrire.....

Nicolas Simon

Est ce que vous pensez qu'une mobilisation des citoyens (une pétition par exemple) au près de la collectivité locale en faveur d'un projet FFTH peut faire bouger la collectivité en montrant que ses administrés sont intéréssés ?
(en parlant des yvelines :D)


leblase

J'en bave!
Et ta "vieille rengaine" est aussi la mienne, pour m'être opposé directement au très fringant (enfin moins maintenant) conseiller Internet du PM français, au patron et n°2 des NTIC à la Caisse des Dépôts qui me répondirent exacdtement celà: "ça n'intéresse pas la ménagère", ou à Mr.Bon quand il était patron de FT: "ceux qui ont choisi de vivre à la campagne préfèrent écouter les petits oiseaux qu'avoir le haut débit".
Breton lui succédant a effectivement tout fait pour préserver l'entreprise la plus endettée du monde sous prétexte de sauvegarder des employés compétents mais trop lourds à gérer aujourd'hui, en post-monopole.
Il faut donc se passer de ces gens-là.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)