Osaka n°5
Osaka n° 7

Osaka n°6

Les Français parlent aux Français (et aussi aux habitants de Barcelone...) - Ici Osaka - Jeudi 10 mars 2005 - 6:00 heures du matin...

Je m'intéresse aux robots de 2ème génération depuis un an environ. En Europe pas grand chose... Aux USA des bricoles (le romba par exemple qui est un aspirateur robot)... Tout se passe au Japon. Les Japonais sont en avance dans ce domaine...
En fait, ils sont beaucoup plus en avance que je ne croyais...

Nous avons passé nore journée d'hier au "Robot Laboratory" de la ville d'Osaka (laboratoire financé par la ville). Je dois dire que j'ai été trés impressionné... Exposé le matin du professeur Shû Ishiguro, et présentation l'après-midi des trucs de 5 sociétés...
Si je devais résumer...

1/ la robotique de 2ème génération (celle concernant la vie de tous les jours) semble être une "ardente obligation" pour le pays. Un espèce de "new deal" (les Japonais ont déjà 66% du marché mondial de la robotique industrielle estimé à 700 milliards de yens). Nous avons essayé de connaître le montant des investissements consentis par le secteur public et le secteur privé. Pas de réponse précise du professeur. Il semble toutefois que le Meti a financé l'amorçage de ce secteur depuis au moins une dizaine d'années. Ishiguro nous a dit que pour la première fois l'investissement public annuel avait diminué - relayé par l'investissement privé (le bougre doit donc connaître quelques chiffres). Honda par exemple avec son robot Asimo a dû investir 1 milliard de Yens/an pendant 10 ans (dixit le professeur). Toyota, NTT et les autres (de nombreuses start-ups) ne sont pas en reste. Honda voudrait fabriquer des véhicules qui passent partout (par exemple monter des escaliers), Toyota va se lancer dans la fabrication de maisons-robots (voir plus loin), de services de soins, de surveillance d'immeubles. Et NTT réfléchirait à la gestion d'un parc de robots divers à l'aide d'un simple téléphone portable... Effectivement, si vous avez plusieurs bidules-robots chez vous cela ne va être simple à gérer...

2/ Tout est robot. Quand en France on parle de robot on pense tout de suite robot humanoïde. A la rigueur un animal (le clebbard de Sony - environ 300.000 exemplaires vendus-, le petit dinosaure que nous avons fait fonctionner au labo..). En photo, Caroline et son dino-robo..

Caro_dinoCertes l'humanoïde est trés présent dans l'effervescence japonaise, mais ce n'est pas de loin le segment le plus  important. Car tout est destiné à devenir robot. Non seulement des choses existantes de tous les jours que l'on va robotiser (le romba US par exemple), mais aussi de nouveaux bidules (un nettoyeur d'aquarium). Nous avons vu des videos ou des bidules en vrai impressionnants. Par exemple une "Claire Chazal robot" : une présentatrice de télévision donc. Je préfére encore notre Claire Chazal, la robotte que nous avons vue ayant encore des mimiques saccadées... Mais je suis sût qu'ils vont faire mieux... (Et cela coûtera peut-être moins cher à Lelay d'utiliser une robotte ?...). Le fauteuil masseur de Sanyo dont j'ai déjà parlé. Une maison robot (sic). Elle vous prévient (la maison) que vous partez en oubliant votre téléphone portable (entre autres choses). On nous montré une vidéo de maison-robot (probablement un truc de Toyota). Je dois dire que cela ne m'a pas convaincu... Mais... Les Américains parlent de digital home. Les Japonais parlent de robot home. La nuance est importante. Une jambe robot (voir plus loin). Un humanoïde nouveau encore en laboratoire, dénommé Morph (du nom d'un personnage de dessins animés - forte référence aux personnages phare de dessins animés). Vu Morph en vidéo. Etonnant dans la fluidité des mouvements. En plus il monte les escaliers. Mais la robotique commerciale, comme dit Ishigiro, va surtout avoir un impact sur le marché des services (donc les économies où ces marchés sont fortement développés comme les USA, vont être fortement impactées)... Avec le "remplacement" (homo par robot) dans le secteur du pressing, du lavage d'habits, du massage, de la sécurité, etc...

3/ Le marché de la robotique de 2ème génération est le fait des grandes entreprises, des Universités (4.000 chercheurs environ)... Mais aussi de start-ups qui se créent comme celle qui a créé le joueur de foot Vision qui a gagné la Robocup 2004 à Lisbonne. Mais aussi, ce qui m'a surpris, de consortiums. On se met à plusieurs pour fabriquer et mettre sur le marché des robots bidules. Les 5 systèmes qui nous ont été présentés l'aprés-midi sont tous initiés par un consortium comprenant au minimum 4 à 5 sociétés. Il faut dire que pour obtenir l'aide du Laboratoire d'Osaka, il faut un projet présenté par un consortium. Mais de toute façon, fabriquer un robot de 2ème génération nécessite de mettre en semble une foule de technologies et de compétences trés disparates...

4/ La ville d'Oaska profite de l'émergence de ce marché pour se positionner au niveau mondial comme la capitale de la chose robot avec sa "dreamteam Osaka" (c'est pour cela que l'on réaménage le quatier de la gare d'Osaka - voir post précédent). La ville éduque ses citoyens (création d'un atelier de démonstration), elle favorise la création de consortiums, elle initie la création de savoirs nouveaux, et encourage la compétitvité entre groupes/sociétés. Par ailleurs la Robocup se tiendra en juillet à Osaka... Le robot Vision s'y représentera. Il sera relooké et parlera... avec un autre Vision. Car cette année, il y aura une compétition de footballl : 2 contre 2. Je rappelle que les Japonais ont comme objectif de battre avec une équipe de robosapiens, la meilleurs équipe d'homosapiens en 2.050.. (Zizou on compte sur toi...).

L'après-midi a été consacré à la présentation de plusieurs bidules...

L'un des créateurs de Vision Mr Tomotaka Takahashi - qui a créé sa société Robo Garage - est venu présenter son bestiau...
Photo_joujouUn autre est venu nous présenter un projet que j'ai trouvé, sinon fumeux, en tout cas pas très compréhensible (prenez un magasin, mettez des capteurs dans tous les murs et suivez ce que font les gens... on appelle cela des espaces robotiques créatifs - il semblerait que les Galeries Lafayette seraient intéressaient - sous toute réserve).
Puis un jeune chercheur est venu nous présenter un concept de "smart furniture", à savoir des meubles robot qui font des choses pour vous... La chose nous a été détaillée  pour un environnement de bureau : vous entrez dans la piéce et grâce à une carte que l'on vous préalablement délivrée (liaison radio entre la carte dans votre poche et le ou les meubles), les trucs dans la piéce se réglent automatiquement à votre environnement de travail. On réfléchit à des cuisine-robots, etc... Puis le robot pêcheur. Trés bien cette chose qui porte mal son nom. En fait, c'est un robot nettoyeur d'aquarium commandé par l'aquarium Kaiyukan d'Osaka (que Caroline et moi avons visité il y a quelques jours). De plus, ce robot dispose d'une caméra embarquée qui va permettre aux visiteurs de cet aquarium d'être "comme dans l'eau avec les poissons". L'image vidéo incrustera en plus sur le poisson qui est devant vous, le nom du dit poisson, et un capteur permettra de suivre votre regard. Si vous regardez vers le haut la caméra du robot va se positionner vers le haut.. Cet aquarium emploie 4 plongueurs homo sapiens. Avec ce truc, il n'y en aura plus que 2 (économies de 1 million de yens/mois. Merci de ne rien dire à nos syndicats...). Ah, dernier point, vous pourrez si vous avez quelques bons débits chez vous en France, faire la même chose... Donc pas besoin d'aller à Boulogne ou à Brest...
La dernier bidule robot qui nous a été montré est une jambe "comme une vraie" qui permet aux apprentis kinesithérapeutes de se former avec du vrai matériel (si je puis dire). La population vieillit : il va falloir former plus rapidement et mieux les jeunes... (en attendant de faire un robokiné ?)

Journée "lourde" donc. Une remarque. Aucun de nos conférenciers n'a fait son topo en anglais. De plus - les organisateurs l'ont reconnu - la traduction simultanée était - comment dire - cahotante... Un temps de latence important (les neurones d'homo sapiens sapiens : cela ne va trés vite - à moins d'avoir fait l'X ? )
Cela étant nos amis avaient traduit leur slides en français...
Une japonaise a rejoint notre groupe le matin. C'est l'une des responables de France Telecom Japon. Elle parle un français étincelant (elle a fait une thèse à Lyon sur Pierre Loti et le Japon). De plus elle dispose chez elle d'une liaison à 100 megabits/s "best effort" pour l'équivalent de 12 €/mois... Je lui ai demandé s'il avait fait part de cette importante information à M'sieur Didier Lombard...

Allez à demain peut-être pour de nouvelles aventures...

PS J'ai pris pas mal de vidéo... vivement les logiciels de vidéoblogs sur réseau à TRES haut débit

Commentaires

Benoît Granger

Impressionnant !

Bravo et merci pour ces chroniques !

irondelle

Bonjour monsieur,

ces reportages au japon sont passionnants.

Bravo encore

Question : les jeunes ingénieurs français ou européen seraient-ils capables de rattraper leur retard sur ces robots 2 ème génération ?

A bientôt

Boris Perchat

J'aime beaucoup lire vos posts sur le Japon. C'est même la première chose que je lis actuellement dans la journée.
Corrigez moi si je me trompe, mais les japonais semblent très déterminés dans leurs projets de robotique. Quand ils définissent une direction ils ne font pas semblant. Bien sûr nous ne sommes pas organisés comme eux, nous avons notre histoire et notre culture et elle est bien différente de celle du Japon, mais je suis "bluffé" de voir une ville (Osaka) avoir son propre laboratoire de recherche et y investir de façon conséquente. Avons nous une direction claire en matière de nouvelles technologies en France ? C'est une question "tarte à la crême" mais quand même...
Autre point qui retient mon attention : les japonais sont très "robot". Quand j'étais mome il y avait de nombreux dessins animés aujourd'hui cultes pour ma génération à base de robots (Goldorak en tête). Il serait intéressant de découvrir les points d'ancrage historiques et culturels qui sont à l'origine de cet engouement pour le robot humanoïde au Japon. Avez vous Monsieur Billaut une idée sur cette question ? Auriez-vous la possibilité d'interroger un chercheur japonais sur cette question? Une piste possible peut-être à laquelle je me hasarde : les samouraïs.
De notre côté, en France, il est à mon sens impossible que l'on s'investisse dans ce créneau avec la même approche (des robots humanoïdes). Ce n'est pas à déplorer ; c'est culturellement infaisable. Notre place dans la construction d'un marché de la robotique de 2ème génération et plus globalement dans la civilisation de l'information et de la connaissance est ailleurs... Où justement ?
Allez ... à demain pour un nouveau post délicieusement japonisé Monsieur Billaut.

Hector

>>J'ai pris pas mal de vidéo...
Pour le video tu peux faire un upload a Archives.org, il te faut une petite application, le ccPublisher, et hop, dans 24h tu peux publier le link, dans ton blog. Voila pour le videoblogging! et merci, depuis Barcelone.

http://www.archive.org/movies/movies-contribute.php?stage=upload_info&PHPSESSID=875f7280269f86b1f29e92e2fb25967e

jcmoriaud

Article intéressant pris chez BoingBoing (http://boingboing.net/) ce vendredi à propos des "fembots" qui acceuilleront les visiteurs à la "Japan World Expo" fin mars. L'article original est là: http://www.we-make-money-not-art.com/archives/004834.php et le site du consortium ici: http://www.nedo.go.jp/english/expo2005/robot-01.html.
Plus que bluffant, mais je ne suis pas sûr de comprendre la valeur ajoutée d'un robot dans ce cas ci... Question de culture probablement?

Sylvain Rolland

Salut à vous, vénérable blogger.
Vivement la retraite, certes !
Mais quelle santé pour un blog pareil... Chapeau, c'est très bien ainsi. Gambate Kudasai !

Je suis à Osaka depuis 2 mois et vais y résider encore un peu.
2 questions à vous poser,SVP :
1- Y'a-t-il une section grand public du Robotic Laboratory de Osaka ? Cela m'étonnerait mais sait-on jamais...
2- Je m'intéresse fortement au recyclage et à ses applications en France. Avez-vous entendu parler du Eco Center of Osaka ?
Et de l'usine Maishima d'ininération ?
Si oui, pouvez-vous me dire ce qu'il en est ?

En vous remerciant d'avance, longue et bonne continuation.
Le style est super-agréable pour des articles sur le Hi-Tech. Bravo

billaut

Merci beaucoup pour ces appréciations qui me font rougir...
Pour le Robotic Laboratory : je ne crois pas ... par contre la municipalité d'osaka organise des ateliers de démonstrations ouverts au grand public... (mais je ne sais pas ou trouver l'information la dessus)
Non je n'ai pas entendu parler du ecocenter d'osaka ni de l'usine ... mais cela m'intéresse .. si vous avez de l'info la dessus...
vous revenez en France ou vous restez avec les geishas ?

Sébastien Malbranche

Bonjour,

J'ai travaillé en 2004 dans la société qui fabrique Vision, en tant qu'ingénieur. Je suis ravi de constater l'intérêt de mes compatriotes pour le travail de mes amis japonais. Bien que le blog date de 3 ans, si je puis vous être utile, ce serait avec plaisir (j'étais au Robot Lab la semaine dernière). Quant aux incinérateurs, je viens de rencontrer une personne du Japan Environment Association qui m'a affirmé les gérer. Ce sont des constructions impressionnantes par leur taille, au design rappelant Gaudi. Si billaut est toujours intéressé, il devrait les contacter.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)