« octobre 2004 | Accueil | décembre 2004 »

LE PAF dans tous ses états ?

Dimanche 5 décembre 2004 - On fete la Saint Gérald...

La Netéconomie se met en place dans différents secteurs (voir dans la rubrique "réflexions dominicales")... Il va en être de même dans celui de l'édition vidéo entendue au sens large. Producteurs, diffuseurs, broadcast, salles de cinéma, et autres loueurs de DVD... Les choses ne font que commencer... à la française...
La France est en effet un pays d'exception. C'est bien connu. En télévision comme dans d'autres domaines. Les foyers français accédent majoritairement à la télévision par le hertzien (alors que dans d'autres pays c'est en majorité par le câble ou le satellite). Ces pays démarrent leur télévision à TRES haute définition... Nous, nous y réfléchissons depuis 4 ans pour mettre notre hertzien au numérique (si tout le monde avait une fibre, on n'en serait pas là... mais passons).

J'ai participé il y a un mois environ à une conférence au Sénat sur le thème de la TNT. Entendez par là "télévision numérique terrestre"... 150 personnes environ. Certes je ne connais pas trés bien ce milieu du PAF... mais ils étaient semble-t-il tous là... On y a joué à fleuret moucheté... (si j'avais eu une mini-caméra...)
Le thème principal de cette conférence était le Mpeg2 ou le Mpeg4 ? Vous allez me dire : mais c'est quoi le problème ? Un bête problème de technologie ? Détrompez-vous : c'est un gros problème de très gros sous (à ce que j'ai compris). Le hertzien a en effet cela de particulier qu'il n'y a pas beaucoup de fréquences disponibles. Donc, ceux qui en ont une aujourd'hui, ne tiennent pas à ce qu'il y en ait d'autres disponibles, pour éviter que le marché publicitaire qui n'est pas extensible se dilue à leur détriment. Donc les Empereurs du secteur ont fait la sourde oreille quand on a commencé à parler de TNT. Car avec le numérique en MPeg2 et a fortiori avec le Mpeg4 on peut sensiblement augmenter le nombre de canaux de diffusion. Donc fragmenter au profit des nouveaux entrants les recettes publicitaires. Au départ, TF1 était semble-t-il contre toute évolution. Cela se comprend. Et puis les choses avancant, il a bien fallu accepter. Mais Mpeg2 ou Mpeg4 ? Les nouveaux entrants - qui sont en fait des empereurs dans d'autres marchés comme le groupe Bolloré, NRJ, etc... veulent du Mpeg2. Pourquoi ? Simple. Les décodeurs sont prêts, ils ne coûtent pas trés chers... Les particuliers vont pouvoir s'équiper et nos nouveaux amis vont pouvoir démarrer de suite leurs programmes et donc récolter une partie de la manne publicitaire. Ils seront au breakeven rapidement. Du coup, les anciens (TF1 en l'occurence) préconise le Mpeg4. La raison semble simple : les décodeurs ne seront pas prêts tout de suite (un an au mieux). Ils coûteront chers. Donc les nouveaux ne pourront pas tout de suite accaparer le gâteau publicitaire...
Voilà ce que j'ai compris dans les couloirs du Sénat. Je dois dire que dans cette affaire, le brave peuple ben c'est pas le problème... Il prendra ce qu'on lui propose. Et le Ministre Devedjian de faire une déclaration péremptoire : cela sera du Mpeg4... Je pensais bêtement que c'était le premier Ministre qui devait annoncer la chose... Et ne semble-t-il pas choisir l'autre solution ? 
Bref, chipotteries de clans gaulois...

Mais je ne voudrais pas terminer cette petite réflexion dominicale à propos des vidéos blogs...
C'est manifestement pour trés bientôt. Et cela va se développer aussi rapidement que les blogs textuels... Pourquoi ?
D'abord la bande passante moyenne disponible sur l'Internet ne fait qu'augmenter... La qualité des flux vidéo va donc s'améliorer.
Deuxièmement, les logiciels de vidéoblogs font leur apparition ((allez voir ici... descendez au milieu de la page et cliquez sur l'imagette)... C'est pas encore d'une simplicité biblique pour l'intégration dans un logiciel de blog... mais il ne fait aucun doute que dans trés peu de temps, il sera possible de videobloguer avec sa webcam, voire de son téléphone portable... ou encore sa caméra numérique... Et c'est là le dernier point le plus intéressant à mon sens.
En effet, les premières caméras à enregistrement numérique directe, pas plus grosse que le poing, arrivent. En Mpeg2 s'il vous plaît. Pas de maniement divers pour compresser (comme à partir d'une cassette ou d'un miniDV), tout se fait par la prise USB. Everiomg_po200Par exemple la toute derniere de JVC avec un microdrive de 4 gigas - soit une heure de qualité DVD - pour des prix encore certes encore élevés - 1400 € - ... mais qui devraient dimuner dans les prochains mois avec l'arrivée d'autres matériels du même type... Samsung dit-on en a une de prête : la Miniket en Mpeg4 autour de 1.000 €.
... Ajoutez à cela les logiciels de montage dont certains sont trés simple d'emploi... (même moi, c'est dire..).

Bref, tous ceux qui se sentent des âmes de reporters (sportifs, documentaires, événementiels, formation, tourisme, etc, etc...)et qui ne peuvent pas passer sur les grands networks, vont pouvoir s'en donner à coeur joie...
Certes, comme pour les blogs écrits, il y aura du bon et du moins bon. Mais je pense que toute une industrie va se créer autour de cela. Et là aussi, ceux qui vont percer (en étant plébiscité par le commun des mortels - et non pas par un broadcaster) vont ébrécher la manne publicitaire... Votre serviteur créera peut-être un jour sa "chaîne de télé"... (si j'avais eu cette petite caméra au Sénat j'aurais pu faire un petit reportage en DVD d'une trentaine de minutes, avec interviews, etc...).

Pour terminer je vous suggére de lire l'un des derniers articles publiés par Wired: "The long tail"
Merci à Frédéric Pie de me l'avoir transmis. Je n'ai pas fini de le lire... "Forget squeezing millions from a few megahits at the top of the charts. The future of entertainment is in the millions of niche markets at the shallow end of the bitstream"...  Le mass-media a-t-il un avenir ?
Allez je vous laisse... Madame Billaut est partie voir une copine... Je vais aller me préparer un petit plateau repas... en regardant  la télé de papa... ?


Christian Blanc

Il va y avoir paraît-il quelques remaniements au Gouvernement, maintenant que M'sieur Sarko a été sacré empereur des UMPistes... On dit dans les milieux trés autorisiés que M'sieur Christian Blanc pourrait entrer au Gouvernement suite à son rapport demandé par M'sieur Raffarin (cela date d'avril dernier). On trouve le dit rapport facilement sur le Net...
Objectif : mettre en oeuvre le rapport. On aura peut-être un Stanford sur le plateur de Saclay ?
En tout cas il serait temps de se bouger...


Le "ET" et le "OU"

Dimanche 28 novembre 2004 - On fête Sainte Catherine Laboure...

Réflexions dominicales...

Cette "réflexion" fait suite aux précédentes que vous trouverez dans le chapitres "Réflexions Dominicales". La dernière : Des barbares qui deviennent empereurs"...

Il y a 7 à 8 ans pendant la pleine euphorie de la pré-Netéconomie, et juste avant la bulle, nous avions invité à L'Atelier Joël de Rosnay, que vous connaissez au moins de réputation. Il nous a fait une conférence intéressante et décalée sur le thème de ET ou du OU...
De quoi s'agit-il ?

A l'époque, les grands gourous américains (Marie Meeker par exemple - analyste trés en vue de la banque Morgan Stanley Dean Witter), n'hésitait pas à dire dans les conférences américaines, que la Netéconomie allait balayer dans les plus brefs délais la "vieille économie", ses magasins, ses agences de tout bord, ses médias traditionnels... Amazon versus Barnes and Nobles, Borders, etc... (il faut dire que la Morgan était plutôt impliquée dans le financement d'Amazon... ce qui explique peut-être ces affirmations péremptoires...). Voilà pour le OU... C'est l'un ou l'autre... Les Anciens contre les Modernes... Les Modernes gagnent. Voilà ce que nous disaient ces grands gourous.

Joël - il devait être à peu près le seul à l'époque - défendait le ET. A savoir que l'un et l'autre vivraient leur vie, les anciens s'adaptant au mieux s'il le pouvait... Bref, le discours de notre ami a beaucoup rassuré la salle (le Cetelem y avait invité de nombreux distributeurs traditionnels)... L'argumentation de Joël était simple : "Regardez : la télévision n'a pas tué le cinéma,le cinéma n'a pas tué le théâtre, la radio n'a pas tué le journal, etc... Chacun a trouvé sa place..."
Effectivement. Le tout est de savoir si aux yeux des consommateurs c'est la même chose. Personnellement, je pense que dans les structures technologiques d'avant l'Internet, ce n'est pas la même chose... Pour un consommateur normal un journal, ce n'est pas la radio... On ne voit donc pas pourquoi la radio tuerait l'édition journalistique.. Le ET paraît donc aller de soi.
Mais j'ai un bel exemple de OU.

Quand j'étais dans ma prime jeunesse, au pays des Atrébates,  il y avait à côté de chez moi un bourrelier. Si vous ne savez pas ce qu'était ce métier... cliquez ici
Ma mère m'interdisait d'y aller... Elle avait peur que je me blesse avec les alènes. Mais j'aimais ce vieux monsieur bourru, l'odeur du cuir, etc...
Sur la place du village, il y avait deux autres professionnels intéressants... le charron et le maréchal-ferrant. Chez l'un j'aimais voir le cerclage des roues en bois, et chez l'autre, la forge et son foyer ronflant...
Je suis repassé dans ce petit village il n'y a pas si longtemps. Il n'y a plus ni bourrelier (son échoppe est devenue le garage de la maison d'à côté), ni charron (c'est maintenant des Pompes funèbres - mais on n'y fabrique pas de cerceuils pour autant). Quand à la forge, elle est devenue une belle habitation.
Voilà du OU où je ne m'y  connais pas.
L'automobile a tué la traction à cheval, parce que la fonction était la même : se transporter d'un endroit à un autre.
Certes pendant une dizaine d'années on a vécu dans le ET, les 2 mondes cohabitant. Mais avec les gains de productivité réalisés dans la fabrication des automobiles, au début des années soixante et des Trente Glorieuses, c'est le OU qui a gagné. Les consommateurs, nos parents et nous, avons choisi l'un contre l'autre. Parce que c'etait mieux. Parce que nous y avions intérêt.
Je pense qu'il en sera de même avec l'Internet. Nous allons vivre dans le ET pendant un certain temps, et on passera dans le "OU" ensuite.
Les Français commencent à goûter à la chose, le commerce électronique s'envole (certes, il part de zéro), et surtout les technologies continuent de s'améliorer. Les micro-ordinateurs améliorent leurs performances (la loi de Moore continuera de s'appliquer), le débit moyen sur les réseaux IP va lui aussi continuer d'augmenter, les écrans vont faire eux aussi de trés grands progrés...

En 2010, je pense que 80 à 90 % des foyers français - contre presque 50% aujourd'hui - disposeront d'un ordinateur puissant (voir de 2 ordinateurs ou plus), d'une connexion qui sera au bas mots de 10 à 100 mégabits - contre moins de 1 méga en moyenne aujourd'hui - ... Et d'écrans probablement trés grands (cela sera possible avec les nanotechnologies). Ainsi que de lunettes de réalité virtuelle. Il s'agit naturellement de pronostics au doigt mouillé. Mais trés plausibles.
Et nous allons certainement passer graduellement vers le OU. Les services qui vont nous être proposées sur l'Internet (par les barbares ?) , services que l'on englobe sous le terme générique de Netéconomie, vont être d'une plus grande valeur pour nous consommateurs, que ceux rendus par la "vieille économie".
Et nous allons faire la même chose que nos parents qui ont plébiscité la voiture au détriment du cheval. ET puis OU...

Lors du congrés de la SCIN dont j'ai déjà parlé dans mon blog, nous avons eu l'occasion d'être immergé dans le CAVE Systems de Sara, le centre de supercalcul de l'université d'Amsterdam. Cave est un système de réalité virtuelle, un système immersif...Trés impressionnant... Voyage au centre du génome humain, d'une protéine, interactions diverses entre les 2, ballade touristique, étude de la formation d'une tornade vue à 300 kilomètres au-dessus de la Terre, etc... Le spécialiste qui nous a emmené dans ces "voyages" nous a précisé que son ordinateur avait la puissance de 20 à 30 microprocesseurs d'aujourd'hui, et que si ces applications étaient disponibles à distance, il faudrait un débit de l'ordre du Gigabits...

Pour conclure cette brève réflexion dominicale (Madame Billaut vient de m'appeler pour grignoter quelques restes du repas dominical de ce midi - les enfants sont venus ce midi, doit plus rester grand chose...) je citerai notre sénateur Tregouet, maintenant devenu honoraire, dans sa derniere publication.
"Quand on sait l’importance que vont prendre les très hauts débits symétriques sur nos réseaux pour relever tous ces défis excitants qui s’annoncent devant nous, très vite la France et l’ensemble de l’Europe du Sud devraient abandonner leur discours « marketing » sur l’ADSL pour aborder le vrai débat du très haut débit qui, en l’état actuel des connaissances de l’homme, ne peut être résolu que par le photon et la fibre optique". (édito du dernier numéro de sa lettre)
"Les mondes virtuels vont devenir la drogue du XXIème Siécle..."
Le problème naturellement c'est que certains (les empereurs ?) n'ont guère intérêt à ce que cela se passe...


Voyage au pays des Robosapiens

Le marché des robots dits humanoïdes décollent au Japon.
Si cela vous intéresse... La ville d'Osaka avec sa représentation à Paris organise un voyage d'études là bas (Osaka veut devenir la capitale mondiale de la chose - voir un précédent post de ma part). De l'ordre de 3 jours là bas.  Visites de laboratoires, de sociétés... Dates :  fin février ou début mars...
Si cela vous intéresse me contacter.


Louerez-vous vos fesses à Decaux ?

On n'arrête pas le progrés : c'est bien connu...
Imaginez que vous vous rendiez à un rendez-vous sur les Champs ELysées à Paris ou sur le Boulevard de Pyrénées à Pau (ou dans tout autres endroits d'ailleurs)... Et paf, tout à coup, devant vous, le derrière de la dame qui vous précéde sur le trottoir s'illumine.. De la couleur, des textes... Une pub Coca-Cola... Ou "arrêtez de me suivre"... ou tout autre type de message...
Celio, la marque bien connue de vêtements de mode teste la chose dans son magasin du Boulevard Sant Germain à Paris (n° 134 - Pau est prévu un peu plus tard). Cet écran réalisé par la RetD de France Telecom se met sur n'importe quel vêtement, grâce à un simple système velcro... C'est une LED d'une surface de 10 sur 7 cm, alimentée par une batterie intégrée dans le vêtement (batterie légère d'une autonomie de 8 heures...). Cet écran se met à jour simplement par téléphone portable disposant d'une connexion Bluetooth (le Wifi qui va être aussi intégré dans nos portables serait peut-être aussi utile ?)
Mis à part les fesses des dames, les applications de la chose sont nombreuses... La mode d'abord (la chose étend les capacités "d'expression sociale" du vêtement), le secteur de l'évenementiel, la publicité (si nous devenons tous des porteurs de publicité électronique, ce qui paiera nos vêtements, aurons-nous encore besoin des panneaux Decaux ?), la sécurité publique, etc...

Combien cela coûte-t-il ? Ben on ne sait pas encore trop... Mais chez Celio on pense que le prix objectif d'un vêtement/écran serait de 150 €... En tout le test au magasin du boulevard Saint Germain est encourageant..


Les gars de Joue les Tours ont des idées...

Au début du 3ème Art, il n'y avait pas de salles de cinéma comme aujourd'hui. Des ciné-colporteurs équipés d'écran et de projecteurs, allaient de village en village pour montrer les premiers films muets. On se réunissait dans une grange, la salle du bistro, voir sur la place sous un chapiteau...
Le Nautibus de Cefim Formation (société basée à Joué) est la même chose, relookée au goût du jour, avec les moyens d'aujourd'hui. Un gros camion équipée d'une connexion satellitaire (avec Wi-FI inside), une bonne  dizaine de micro-ordinateurs à l'intérieur... Et hop, vous avez une cyberbase comme on dit aujourd'hui à roulettes. Qui va de village en village pour initier les enfants des écoles, les seniors, etc...
J'ai visité le Nautibus alors qu'il était en exploitation sur la place de Mondoubleau (cette petite ville  existe vraiment, il n'y a pas que dans les histoires de Chevallier/Laspales.... Au fait pour les amateurs, vous avez à Mondoubleau un trés symapthique gîte rural : la patronne cuisine divinement, et si vous êtes bien avec le patron, il ira vous remonter de sa cave une bouteille de derrière les fagots - L'internet c'est bien, mais faut pas exagérer...).
Au fait, j'allais oublier. Le Nautibus a un petit frère : le Nemo... C'est une camionnette équipée d'une connexion satellitaire. A quoi sert-elle ? Simple.
Supposez que vous vouliez faire votre réunion annuelle de vendeurs à Mondoubleau (Pourquoi pas? En plus, c'est facile d'y aller avec le TGV). Vous louez la salle des Fêtes du pays (et je peux vous avoir des prix au gîte rural). Mais vous avez besoin pour votre réunion d'une connexion Internet, d'un ou plusieurs micro-ordinateurs, d'un vidéo-projecteur. Il n'y a pas cela dans la salle des Fêtes de Mondoubleau (commes dans les autres salles des Fêtes de dizaine de millers de communes en France)... Alors c'est simple. Vous appelez les gars de Joué.. Viennent avec leur Nemo. En 15 minutes cela tourne...
Allez voir leur site, il a été relooké...

La ville d'Atlanta (c'est aux US, et c'est plus grand que Mondoubleau -mais le pinard est moins bon) a elle aussi un énorme camion (en fait plusieurs qui ressemble à celui de la photo).Camion1
Je l'avais vu aussi (avec John qui est le chauffeur/formateur - 2eme photo..) La mairesse de la ville, une dame Franklin (une maîtresse femme) nous l'avait fait visité lors d'un congrés il y a un an environ (une association dépendante de l'ONU m'avait demandé de venir présenter le projet de Pau). Même principe que le camion français. La maire m'a d'ailleurs fait un cours personnel de développement d'economie locale. Atlanta avant la 2ème guerre mondiale était une petite ville du Sud des US. Savez-vous pourquoi elle est devenue ce qu'elle est aujourd'hui ? Coca Cola ? oui un peu... En fait, c'est son aéroport. "Nous avons fait en sorte qu'à partir d'Atlanta, il y ait le maximum de vols directs avec les principales villes du monde. Voilà pourquoi de très nombreuses entreprises se sont installées chez nous  !". On pourrait certainement faire un Busatlanta2parallele avec le TRES haut débit....


Chine : compléments

Manifestement, la Chine en intéresse plus d'un à en juger par les mails reçus suite à la publication du compte-rendu de mon dernier voyage dans l'Empire du Milieu...

Si cela vous intéresse, j'ai enfin posté mon album de photos faites au cours de ce voyage (photos commentées). Que vous trouverez en cliquant ici. J'ai aussi quelques séquences de vidéos intéressantes, mais ce n'est pas encore simple à poster dans Typepad (le logiciel de mon blog)... Et par ailleurs comme je filme en bonne qualité, ben, vous faut du trés bon débit... Cela viendra, rassurez-vous...

Merci à Mr. Page d'avoir retrouvée l'adresse de l'étude que je cite dans mon compte-rendu sur la comparaison entre entreprises américaines et entreprises chinoises. Etude que vous trouverez ici.

Enfin je vous joins les slides du responsable d'Euroscg Chine Download the_new_china_consumers.ppt . Vous verrez que les Chinois ne mégotent pas...


Municipalities prefer to roll out Fiber themselves

Comme je l'ai dit dans un précédent post (coopératives de télécommunications), il y a eu à Amsterdam la semaine derniere le congrés de SCIN (Smart Communities - et non pas Collectivities comme indiqué par erreur dans ce post - International Network).
Un journal hollandais qualifié de sérieux (et lu par les milieux d'affaires locaux) en a fait un compte rendu en hollandais. Vous trouverez ci-aprés la traduction en anglais faite par SCIN... (mille excuses mais il semble que le couper coller entre word et typepad ne soit pas encore complétement au point... changement de typographies notamment entre les deux...)

Het Financieele Dagblad


Friday, November 19, 2004

“Gemeente legt glasvezel liever zelf aan”

Municipalities prefer to roll out Fiber by themselves

Municipality plans to roll out fiber networks meet much resistance. Not rightfully so, they say. “Fast Internet is a Public Infrastructure.”

Bert van Dijk

Amsterdam – An important element in realizing the European ambition to become the most dynamic knowledge economy, is the rapid roll out of fast internet connections. It is to result in higher productivity, improvements in education and health care, whereas new services are to be translated in job growth.

However, as such networks are not being initiated by the private sector, many European cities find themselves forced to do it themselves, at the great displeasure of the market incumbents. How far do the municipalities ought to go?

This was one of the questions addressed at a conference in Amsterdam yesterday where a number of international fiber projects presented themselves. The event was organized by the Smart Community International Network, a exchange and cooperation network of Kenniswijk, the City of Stockholm, the American fiber project Utopia and the Multimedia Super Corridor in Malaysia.

‘The role of government is wholly legitimate,’ thinks Roger Black, Director of Utopia, one of the largest fiber projects in the United States. Utopia aims at connecting 140.000 households and companies in 14 cities in the American State of Utah to a fiber network. ‘Not a single larger infrastructure has ever been built without substantial involvement, whether it concerns roads, water distribution or electricity. The same should hold true for the roll out of a fiber network, because, just like roads, it concerns a public infrastructure,’ says Black.

According to him, there is no concern for ‘unfair competition’ as the to be created networks will be totally open. The incumbent private sector parties will be able to provide their services over the network as well. ‘Further, we are mainly concerned with recovering our own initial investment. We do not need to make a profit and can therefore operate with a longer return on investment scheme. The long term advantages for our communities outweigh the short term return on investment margins.’

Jean-Michel Billaut, advisor to a large fiber project in the French city of Pau, takes the argument even further. He calls for a ‘European New Deal.’ If Europe is serious about becoming the most dynamic knowledge economy by the year 2010, why not raise the ambition as for every European to have a connection to a high speed fiber network for 30 euros per month in that year, or so he asked. ‘If the public sector does not create such networks, there will be no further development. The private sector is incapable of doing so.’

In the Netherlands, too, this discussion has taken center-stage. In the Netherlands we would like to leave the private sector, but the government would like to go faster than the private sector parties intend to. This is the dilemma which we now face,’ says Guus Broesterhuizen, Deputy Director of telecommunications department of the Ministry of Economic Affairs. The most ambitious project in the Netherlands is in Amsterdam where they intend to connect 450.000 households and companies by the year 2010. ‘The most important remaining obstacle today is getting the social housing corporations involved,’ says Dirk van der Woude, Project Manager of the fiber initiative Citynet in Amsterdam. On a smaller scale, several fiber networks are already operational in the Netherlands, such as in the town of Nuenen. However, fiber deployments are being slowed down by concerns over the legitimacy of such municipality initiated projects. ‘We ought to be careful not ending up to be waiting and maintaining a safe attitude too long within the European context,’ says Broesterhuizen. According to him, the concerns over the legitimacy are not justified. Soon the Ministry of Economic Affairs will present new policy outlines. These are to wholly assist housing corporations and municipalities by means of advice and arguments when making a case for fiber networks. ‘We do not want to stand in the way of local authorities.’

Whether such support combined with investment guarantees will be sufficient to roll out fiber in the Netherlands remains to be seen. ‘Financial parties tend to be less than enthusiastic due to their short term horizon,’ says Kees Rovers, representing Ons Net, the fiber initiative in Nuenen. Nuenen is a successful project, because a private investor was engaged, Kenniswijk subsidies could be utilized, whereas the citizens manage the network themselves, says Rovers. In other parts of the country the same conditions do not apply. Rovers calls for a consistent approach in which the central involvement of the citizens is key. ‘It has got to come from the neighbourhood. If people see that it works, you can roll out further.’

Note on the translation: The quotes are a translation from the original statements and in two cases concern a reverse translation from Dutch to English. The journalist and the newspaper cannot be held accountable for this translation of the original article. The SCIN Secretariat is solely responsible for this translation.

Note on the newspaper het Financieele Dagblad: Het Financieele Dagblad is a high quality daily newspaper which is widely read by corporate and public decision-makers in the Netherlands.

SCIN Secretariat

November 23, 2004


3D géographique et interactif

Une petite société française dénommée Pixelis (basée à côté de Grenoble) a mis au point un moteur 3D de simulation et de visualisateur de terrain/paysage/pays, etc... temps réel. Ce moteur s'appelle GaiaExplorer. Je l'ai vu fonctionner sur un PC normal (avec l'application sur le disque dur du dit PC) : c'est impressionnant. Survoler Grenoble et sa région à plusieurs kilometres de hauteur ou à quelques métres (on descend ou remonte trés rapidement) est bluffant. Allez à droite ou à gauche (c'est l'utilisateur qui décide), avec une telle fluidité... Bravo. L'image manque un peu de peps, mais on peut y remédier facilement. Les applications de ce genre de moteur sont nombreuses et variées... tourisme (préparer une randonnée dans  les Pyérénées), agence immobilière, formation (pilotage avion, jeux, etc...). Bref de multiples applications.
Pour disposer de cela sur un serveur distant, inutile de vous dire qu'il vous faut un peu de bande passante....même si le moteur est optimisé...
Pour vous rendre compte de la chose....
Si cela vous intéresse, merci de me contacter...
La plupart d'entre nous avons quelques difficultés à appréhender l'intérêt que l'on peut retirer des applications en 3D interactif. C'est pourtant à mon avis la suite logique des choses... A CONDITION d'avoir de la bande passante... Beaucoup de bande passante...
Dans le même ordre d'idée, au congrés SCIN de la semaine dernière à Amsterdam (voir précédent post - je pense faire un compte rendu plus complet dans les prochaines heures) nous avons assisté à une présentation immersive là, en réalité virtuelle au centre de calcul de l'Université d'Amsterdam. C'est comme Pixelis mais en immersif avec casque et tout... Survoler la Terre, voir la formation d'une tornade, modifier quelques paramètres climatiques pour voir le changement de direction de la chose, ou se balader dans une protéine et le génome humain, je dois dire que c'est impressionnant... Et là, on se rend comtpe que l'éducation, le commerce, l'entertainment vont changer du tout au tout...
Mais faut de la bande passante (pour ce que j'ai vu il faut 1 gigabits/s au dire du spécilaiste...) et naturellement de la puissance de calcul (d'où l'intérêt des grids...)